| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       






lundi 16 avril 2012

Cour d’appel de l’Ontario sur la prostitution - Adopter le rôle d’une "dominatrice", acte de subversion ou revanche ?

par Claudine Legardinier, journaliste et chercheuse






Écrits d'Élaine Audet



Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


Consultation sur la prostitution – Soutenir les personnes prostituées et pénaliser prostitueurs et proxénètes
Prostitution - Fille de survivantEs et hétérosexuelle, j’emmerde la décision de la Cour suprême du Canada !
Des groupes de femmes en quête d’égalité continuent de revendiquer une réforme des lois sur la prostitution
La CSN souligne que la prostitution est une forme de violence et d’exploitation
Décision de la Cour suprême sur la prostitution : il est urgent de criminaliser l’achat d’actes sexuels
L’AFAC est grandement préoccupée par la décision de la Cour suprême dans l’affaire Bedford c. Canada
Lois sur la prostitution invalidées : « une déception » pour le chef du SPVM, Marc Parent
Cour suprême et prostitution - Un jugement qui fait fi des conventions internationales
Bedford c. Canada - Libéraliser les lois sur la prostitution ne protègera pas les femmes
La légalisation de la prostitution, une violence sociétale
Un patron de bordel américain prêt à « bondir au Canada » si la Cour suprême invalide la loi sur la prostitution
La prostitution en Cour suprême ce jeudi 13 juin. "Pénalisons les clients et les proxénètes, décriminalisons les prostituées"
Affaire Bedford sur la prostitution - Des « choix », c’est concret
Ciblez la demande de prostitution
Légaliser les bordels équivaut à légaliser une forme de violence contre les femmes
Après les jugements ontariens dans l’affaire Bedford sur la prostitution, j’ai envie de me vider le cœur 
Prostitution - L’Institut Simone-de-Beauvoir de Montréal a une vision tordue et manipulée de la libération des femmes
Prostitution - La décision de la Cour d’appel de l’Ontario oublie les victimes
Prostitution – La décision de la Cour d’appel de l’Ontario confirme l’attitude d’autruche de la société
Décision de la Cour d’appel de l’Ontario - Une fois de plus, l’appareil judiciaire rate la cible en matière de prostitution
Des femmes ex-prostituées dénoncent la décision Himel
Les contre-vérités de l’affaire Bedford c. Canada : pourquoi décriminaliser la prostitution n’est pas une solution
Bedford c. Canada - Les effets prévisibles de la décriminalisation du proxénétisme
"Droits" des proxénètes contre droits des femmes : des arguments contestables
Des femmes autrefois prostituées et des survivantes de la traite témoignent : la prostitution n’est ni un choix ni une façon d’acquérir du pouvoir
L’atteinte à la sécurité des femmes, au cœur de la prostitution - La solution : décriminaliser les femmes, criminaliser la demande
Résumé de l’intervention en Cour d’appel de l’Ontario de la Coalition féministe pan-canadienne pour l’abolition de la prostitution
Une coalition féministe soutiendra en Cour d’appel que la Charte n’assure pas aux hommes un droit à la prostitution des femmes
Prostitution - Message de l’Ontario aux trafiquants : "Nous sommes à votre entière disposition"
Pour la protection des personnes prostituées : pénaliser "clients" et proxénètes
Prostitution - Déshabiller Jacqueline pour habiller Jeannette
Jugement Himel - Poursuivre les proxénètes et les clients, pas les prostituées
Ouverte à la sexualité, mais contre la prostitution
Pourquoi on aurait tort de légaliser la prostitution
Jugement Himel sur la prostitution - Mettre fin à l’exploitation est la meilleure voie à suivre
Au Canada, plusieurs groupes s’unissent pour dire NON à la prostitution
La décriminalisation de la prostitution n’est pas une solution à la violence envers les femmes
Un triste jugement qui va à l’encontre de l’égalité entre les hommes et les femmes
L’Association des femmes autochtones du Canada s’inquiète du jugement Himel sur la prostitution
Dumont acquitté, Nadia Caron demeure une victime de l’exploitation sexuelle 
Jugement Himel - L’impunité pour les proxénètes et les clients
La Cour supérieure de l’Ontario, la prostitution et la démocratie
La décision de la Cour supérieure de l’Ontario abandonne aux "pimps" les femmes autochtones et les femmes de couleur
La prostitution, un travail pour la juge Susan Himel - Le Cercle de silence le 7 octobre
Prostitution - Rien de banal
Prostitution - Le jugement de la Cour supérieure de l’Ontario vu par Pierre Foglia
Des groupes de femmes outrés que la Cour supérieure de l’Ontario donne aux hommes le droit constitutionnel de prostituer des femmes
Prostitution et démocratie - Cause devant la Cour supérieure de l’Ontario







Terri Jean Bedford*, prostituée de 52 ans, a donc obtenu une importante victoire : la Cour d’appel de l’Ontario se prononce en faveur des bordels pour garantir la sécurité des personnes prostituées. L’occasion est une nouvelle fois trouvée pour les médias et pour une certaine gauche d’exprimer leur fascination pour une « dominatrice » habillée de cuir noir, surnommée Madame de Sade, et pour son combat, présenté comme un pied de nez à l’ordre bourgeois. Cette femme, peut-être à l’origine du démantèlement prochain de la politique canadienne en matière de proxénétisme, est entourée d’un parfum de subversion censé garantir le caractère révolutionnaire de son combat.

Aussi est-il intéressant de s’arrêter sur l’itinéraire de Terri Jean Bedford. On y découvre l’envers absolu du relent subversif et du « choix » de prostitution dont sa toniturante revendication semble être l’expression : une personne détruite, une femme en perpétuel danger que l’impasse de sa vie mène à devenir prostituée puis elle-même tenancière, donc proxénète.

L’évocation de son itinéraire, livré par elle-même au tribunal, est à cet égard édifiant : la pauvreté, le racisme, la malnutrition, la déchirure de l’abandon, l’adoption à l’âge de 5 ans, les agressions sexuelles à répétition, la rue à 16 ans, la cocaïne, l’héroïne, l’alcool, puis la prostitution, véritable entreprise de destruction : volée, battue, humiliée, traitée comme une moins que rien par des types « bourrés de testostérone », selon ses propres mots. Enfin, la prison. À la sortie, le néant. Redevenir prostituée ? Jamais de la vie, de toute évidence. Plutôt dominatrice : l’assurance de ne pas être touchée par les hommes qui défilent, mais de les cravacher, de les humilier à son tour.

En 1994, une immonde descente de police dans son « donjon » (quatorze policiers armés, comme pour une terroriste !), achève de nourrir chez Terri, condamnée en 1998 pour proxénétisme, une révolte irréductible contre « la société ». Puis c’est la maladie, la chimiothérapie : la misère, la galère toujours recommencée.

Telle est la vérité d’un itinéraire que l’on voudrait nous vendre pour l’antichambre de la subversion. Mais quelle subversion ? Subversion de quel système ?

Le moteur de cette femme abandonnée par une société malade d’indifférence, c’est la revanche ; certainement pas la vocation de la prostitution. La prostitution, pour Terri, et son unique voie de promotion, le proxénétisme, n’ont été que l’ultime recours avant la mort.

Aujourd’hui, manipulée par ceux qui ont intérêt à libéraliser le « marché du sexe » (des « clients » notamment participent au financement du procès qu’elle a intenté), elle est en outre renvoyée par les médias et les bobos, au nom d’une prétendue ouverture d’esprit et tolérance, à cette impasse sans nom, à ce monde de violences dont ils ne voudraient jamais pour leurs propres enfants. C’est toujours assez bon pour Terri Bedford qu’ils feignent d’encenser.

Tellement pressés de prendre fait et cause pour Terri, pour la lutte menée par une opprimée, de nombreux médias oublient de voir ce qui leur crève les yeux : à savoir que son éventuelle victoire n’aura d’autre effet que d’ouvrir des avenues aux proxénètes et à tous ceux qui entendent, avec la bénédiction de l’État, amasser des profits substantiels sur le dos de femmes comme elle.

L’urgence, ce n’est pas de légaliser ni de banaliser les bordels ; c’est de créer de solides services d’aide aux jeunes filles et aux femmes fracassées. Sans quoi elles n’ont pas fini, faute d’avenir, de militer pour obtenir la normalisation du système qui les broie.

* Référence à une phrase de Marguerite Duras au moment de "l"affaire Guillemin" en France. Elle avait parlé de la mère du petit garçon assassiné en disant qu’elle était "sublime, forcément sublime".

Mis en ligne sur Sisyphe, le 16 avril 2012


Partagez cette page.
Share


Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer ce texte   Nous suivre sur Twitter   Nous suivre sur Facebook
   Commenter cet article plus bas.

Claudine Legardinier, journaliste et chercheuse



    Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

© SISYPHE 2002-2012
http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Retour à la page d'accueil |Admin