| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       






samedi 21 décembre 2013

L’AFAC est grandement préoccupée par la décision de la Cour suprême dans l’affaire Bedford c. Canada

par l’Association des femmes autochtones du Canada






Écrits d'Élaine Audet



Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


Consultation sur la prostitution – Soutenir les personnes prostituées et pénaliser prostitueurs et proxénètes
Prostitution - Fille de survivantEs et hétérosexuelle, j’emmerde la décision de la Cour suprême du Canada !
Des groupes de femmes en quête d’égalité continuent de revendiquer une réforme des lois sur la prostitution
La CSN souligne que la prostitution est une forme de violence et d’exploitation
Décision de la Cour suprême sur la prostitution : il est urgent de criminaliser l’achat d’actes sexuels
Lois sur la prostitution invalidées : « une déception » pour le chef du SPVM, Marc Parent
Cour suprême et prostitution - Un jugement qui fait fi des conventions internationales
Bedford c. Canada - Libéraliser les lois sur la prostitution ne protègera pas les femmes
La légalisation de la prostitution, une violence sociétale
Un patron de bordel américain prêt à « bondir au Canada » si la Cour suprême invalide la loi sur la prostitution
La prostitution en Cour suprême ce jeudi 13 juin. "Pénalisons les clients et les proxénètes, décriminalisons les prostituées"
Affaire Bedford sur la prostitution - Des « choix », c’est concret
Cour d’appel de l’Ontario sur la prostitution - Adopter le rôle d’une "dominatrice", acte de subversion ou revanche ?
Ciblez la demande de prostitution
Légaliser les bordels équivaut à légaliser une forme de violence contre les femmes
Après les jugements ontariens dans l’affaire Bedford sur la prostitution, j’ai envie de me vider le cœur 
Prostitution - L’Institut Simone-de-Beauvoir de Montréal a une vision tordue et manipulée de la libération des femmes
Prostitution - La décision de la Cour d’appel de l’Ontario oublie les victimes
Prostitution – La décision de la Cour d’appel de l’Ontario confirme l’attitude d’autruche de la société
Décision de la Cour d’appel de l’Ontario - Une fois de plus, l’appareil judiciaire rate la cible en matière de prostitution
Des femmes ex-prostituées dénoncent la décision Himel
Les contre-vérités de l’affaire Bedford c. Canada : pourquoi décriminaliser la prostitution n’est pas une solution
Bedford c. Canada - Les effets prévisibles de la décriminalisation du proxénétisme
"Droits" des proxénètes contre droits des femmes : des arguments contestables
Des femmes autrefois prostituées et des survivantes de la traite témoignent : la prostitution n’est ni un choix ni une façon d’acquérir du pouvoir
L’atteinte à la sécurité des femmes, au cœur de la prostitution - La solution : décriminaliser les femmes, criminaliser la demande
Résumé de l’intervention en Cour d’appel de l’Ontario de la Coalition féministe pan-canadienne pour l’abolition de la prostitution
Une coalition féministe soutiendra en Cour d’appel que la Charte n’assure pas aux hommes un droit à la prostitution des femmes
Prostitution - Message de l’Ontario aux trafiquants : "Nous sommes à votre entière disposition"
Pour la protection des personnes prostituées : pénaliser "clients" et proxénètes
Prostitution - Déshabiller Jacqueline pour habiller Jeannette
Jugement Himel - Poursuivre les proxénètes et les clients, pas les prostituées
Ouverte à la sexualité, mais contre la prostitution
Pourquoi on aurait tort de légaliser la prostitution
Jugement Himel sur la prostitution - Mettre fin à l’exploitation est la meilleure voie à suivre
Au Canada, plusieurs groupes s’unissent pour dire NON à la prostitution
La décriminalisation de la prostitution n’est pas une solution à la violence envers les femmes
Un triste jugement qui va à l’encontre de l’égalité entre les hommes et les femmes
L’Association des femmes autochtones du Canada s’inquiète du jugement Himel sur la prostitution
Dumont acquitté, Nadia Caron demeure une victime de l’exploitation sexuelle 
Jugement Himel - L’impunité pour les proxénètes et les clients
La Cour supérieure de l’Ontario, la prostitution et la démocratie
La décision de la Cour supérieure de l’Ontario abandonne aux "pimps" les femmes autochtones et les femmes de couleur
La prostitution, un travail pour la juge Susan Himel - Le Cercle de silence le 7 octobre
Prostitution - Rien de banal
Prostitution - Le jugement de la Cour supérieure de l’Ontario vu par Pierre Foglia
Des groupes de femmes outrés que la Cour supérieure de l’Ontario donne aux hommes le droit constitutionnel de prostituer des femmes
Prostitution et démocratie - Cause devant la Cour supérieure de l’Ontario







(Ottawa, le 20 décembre 2013) - Aujourd’hui, la Cour suprême du Canada a invalidé les lois criminelles du Canada contre la prostitution, en ce qui a trait à exploiter un bordel, à vivre des fruits de la prostitution et à la sollicitation. L’Association des femmes autochtones du Canada (AFAC) est très déçue de cette décision puisqu’elle ne protège pas les femmes et les filles autochtones qui comptent parmi la population la plus vulnérable au Canada.

L’AFAC est intervenue dans l’affaire Canada (Procureur général) c. Bedford, Lebovitch et Scott en tant que membre de la Coalition des femmes pour l’abolition de la prostitution. La Coalition soutient le modèle nordique de la politique de prostitution qui utilise l’éducation publique pour décourager la prostitution, criminaliser le proxénétisme et l’achat de services sexuels, et fournir aux femmes de réelles solutions de rechange à la prostitution. Le gouvernement du Canada a une année pour modifier sa législation. L’AFAC espère participer à la discussion pour s’assurer que les préoccupations et les besoins des femmes et des filles autochtones du milieu de la prostitution et de la traite des personnes soient entendues.

Les femmes autochtones sont largement surreprésentées dans le milieu de la prostitution et parmi les prostituées assassinées. Diviser les prostituées entre celles qui « choisissent » et celles qui sont « forcées » de se prostituer n’aide en rien. Dans la plupart des cas, les femmes autochtones viennent à la prostitution alors qu’elles sont de très jeunes femmes ou à cause de la pauvreté ou de la violence. C’est l’industrie du sexe qui encourage les femmes à voir la prostitution comme une identité choisie.

Avec la légalisation de la prostitution, l’AFAC craint que le Canada devienne une destination-clé pour les trafiquants et proxénètes, et qu’il y ait une forte hausse du taux d’exploitation sexuelle et de violence sexualisée chez les femmes et les filles autochtones. La présidente de l’AFAC, Michèle Audette, a affirmé que « la position de l’AFAC est que la prostitution exploite les femmes et les jeunes femmes autochtones, et accroît les inégalités en fonction du sexe, de la race, de l’âge, du handicap et de la pauvreté. »

L’État a poussé les femmes autochtones d’une institution à l’autre : pensionnats, familles d’accueil, centre d’accueil et pénitenciers, pour n’en nommer que quelques-unes. L’AFAC refuse d’accepter les bordels comme la nouvelle institution pour les femmes et les jeunes femmes autochtones. Nous refusons d’accepter que la prostitution soit la solution officielle pour répondre à la pauvreté des femmes. La présidente de l’AFAC, Michèle Audette a affirmé que « l’AFAC continuera à soutenir et à lutter pour l’abolition de la prostitution, car notre but est de voir l’État employer toutes les mesures nécessaires pour répondre aux besoins de base, faire respecter les droits de la personne pour tous, et protéger les femmes et les filles autochtones de la violence masculine. »

Légaliser les bordels et services d’escorte ne contribuera qu’à donner du pouvoir aux trafiquants et aux proxénètes et continuera à mettre les femmes à risque de subir de la violence, tout en faisant en sorte qu’il soit plus difficile d’en sortir, ou de déclarer tout dommage qu’elles subissent. L’Association des femmes autochtones du Canada (AFAC) vise un but collectif : favoriser, promouvoir et encourager le bien-être social, économique, culturel et politique des femmes des Premières nations et métisses au sein des sociétés des Premières nations, métisses et canadiennes. À titre d’organisation nationale représentant les femmes autochtones depuis 1974, le mandat de l’AFAC est d’obtenir l’égalité pour toutes les femmes autochtones au Canada.

- Source : Native Women’s Association of Canada

Mis en ligne sur Sisyphe, le 20 décembre 2013

- Lire aussi : « Décriminaliser la prostitution ne peut pas être la solution », par Meghan Murphy, Feminist Current


Partagez cette page.
Share


Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer ce texte   Nous suivre sur Twitter   Nous suivre sur Facebook
   Commenter cet article plus bas.

l’Association des femmes autochtones du Canada



    Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

© SISYPHE 2002-2013
http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Retour à la page d'accueil |Admin