| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       






lundi 26 mars 2012

Des femmes ex-prostituées dénoncent la décision Himel






Écrits d'Élaine Audet



Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


Consultation sur la prostitution – Soutenir les personnes prostituées et pénaliser prostitueurs et proxénètes
Prostitution - Fille de survivantEs et hétérosexuelle, j’emmerde la décision de la Cour suprême du Canada !
Des groupes de femmes en quête d’égalité continuent de revendiquer une réforme des lois sur la prostitution
La CSN souligne que la prostitution est une forme de violence et d’exploitation
Décision de la Cour suprême sur la prostitution : il est urgent de criminaliser l’achat d’actes sexuels
L’AFAC est grandement préoccupée par la décision de la Cour suprême dans l’affaire Bedford c. Canada
Lois sur la prostitution invalidées : « une déception » pour le chef du SPVM, Marc Parent
Cour suprême et prostitution - Un jugement qui fait fi des conventions internationales
Bedford c. Canada - Libéraliser les lois sur la prostitution ne protègera pas les femmes
La légalisation de la prostitution, une violence sociétale
Un patron de bordel américain prêt à « bondir au Canada » si la Cour suprême invalide la loi sur la prostitution
La prostitution en Cour suprême ce jeudi 13 juin. "Pénalisons les clients et les proxénètes, décriminalisons les prostituées"
Affaire Bedford sur la prostitution - Des « choix », c’est concret
Cour d’appel de l’Ontario sur la prostitution - Adopter le rôle d’une "dominatrice", acte de subversion ou revanche ?
Ciblez la demande de prostitution
Légaliser les bordels équivaut à légaliser une forme de violence contre les femmes
Après les jugements ontariens dans l’affaire Bedford sur la prostitution, j’ai envie de me vider le cœur 
Prostitution - L’Institut Simone-de-Beauvoir de Montréal a une vision tordue et manipulée de la libération des femmes
Prostitution - La décision de la Cour d’appel de l’Ontario oublie les victimes
Prostitution – La décision de la Cour d’appel de l’Ontario confirme l’attitude d’autruche de la société
Décision de la Cour d’appel de l’Ontario - Une fois de plus, l’appareil judiciaire rate la cible en matière de prostitution
Les contre-vérités de l’affaire Bedford c. Canada : pourquoi décriminaliser la prostitution n’est pas une solution
Bedford c. Canada - Les effets prévisibles de la décriminalisation du proxénétisme
"Droits" des proxénètes contre droits des femmes : des arguments contestables
Des femmes autrefois prostituées et des survivantes de la traite témoignent : la prostitution n’est ni un choix ni une façon d’acquérir du pouvoir
L’atteinte à la sécurité des femmes, au cœur de la prostitution - La solution : décriminaliser les femmes, criminaliser la demande
Résumé de l’intervention en Cour d’appel de l’Ontario de la Coalition féministe pan-canadienne pour l’abolition de la prostitution
Une coalition féministe soutiendra en Cour d’appel que la Charte n’assure pas aux hommes un droit à la prostitution des femmes
Prostitution - Message de l’Ontario aux trafiquants : "Nous sommes à votre entière disposition"
Pour la protection des personnes prostituées : pénaliser "clients" et proxénètes
Prostitution - Déshabiller Jacqueline pour habiller Jeannette
Jugement Himel - Poursuivre les proxénètes et les clients, pas les prostituées
Ouverte à la sexualité, mais contre la prostitution
Pourquoi on aurait tort de légaliser la prostitution
Jugement Himel sur la prostitution - Mettre fin à l’exploitation est la meilleure voie à suivre
Au Canada, plusieurs groupes s’unissent pour dire NON à la prostitution
La décriminalisation de la prostitution n’est pas une solution à la violence envers les femmes
Un triste jugement qui va à l’encontre de l’égalité entre les hommes et les femmes
L’Association des femmes autochtones du Canada s’inquiète du jugement Himel sur la prostitution
Dumont acquitté, Nadia Caron demeure une victime de l’exploitation sexuelle 
Jugement Himel - L’impunité pour les proxénètes et les clients
La Cour supérieure de l’Ontario, la prostitution et la démocratie
La décision de la Cour supérieure de l’Ontario abandonne aux "pimps" les femmes autochtones et les femmes de couleur
La prostitution, un travail pour la juge Susan Himel - Le Cercle de silence le 7 octobre
Prostitution - Rien de banal
Prostitution - Le jugement de la Cour supérieure de l’Ontario vu par Pierre Foglia
Des groupes de femmes outrés que la Cour supérieure de l’Ontario donne aux hommes le droit constitutionnel de prostituer des femmes
Prostitution et démocratie - Cause devant la Cour supérieure de l’Ontario







TORONTO, Toronto Sun, 5 octobre 2010 – Des femmes ayant quitté le monde de la prostitution et qui demandent pourquoi les hommes devraient être autorisés à acheter des services sexuels de personnes prostituées se sont rassemblées mardi devant le Palais de justice du centre-ville de Toronto pour marquer la Journée internationale de rejet de la prostitution.

Le mois dernier, la juge Susan Himel a qualifié d’inconstitutionnelles en Ontario certaines des lois sur la prostitution au pays, notamment celles portant sur la communication à des fins de prostitution, l’exploitation d’une maison de débauche et le fait de vivre de la prostitution d’une autre personne.

Ce recours constitutionnel a été déposé par une « dominatrice » torontoise et par deux prostituées qui ont soutenu que les prostituées seraient plus en sécurité si elles pouvaient exercer leur activité à l’intérieur.

Katarina MacLeod, qui est sortie de l’industrie du sexe depuis deux ans, mais a passé 17 ans à travailler dans un bordel, n’est pas d’accord avec cette prémisse.

« Être prostituée à l’intérieur n’est pas plus sûr », a déclaré MacLeod. « L’intérieur peut être un enfer absolu, et le client a toujours raison. Ils peuvent vous battre et voler votre argent. »

« J’ai souffert pendant 17 ans aux mains des hommes », a déclaré Madame MacLeod.

« L’emplacement ne nous assurait aucune sécurité ; ce sont les hommes qui étaient avec nous qui menaçaient notre sécurité », a-t-elle dit. « Même si il y a un bouton d’alarme dans la pièce, comment être certaine d’arriver à le rejoindre ? »

MacLeod a dit avoir côtoyé des filles aussi jeunes que 12 ans en prostitution.

« Il y a un look et un âge que les proxénètes aiment bien », a déclaré MacLeod. « Ils disposaient de caméras qui leur permettaient de surveiller l’arrivée de la police, et nous faisions sortir les mineures par la porte arrière. »

« La prostitution constitue de la violence pure et simple envers les femmes », a déclaré Natasha Falle, fondatrice de l’organisme Sex Trade 101.

« Mon proxénète me gardait à huis clos », a-t-elle dit. « Il y tenait pour pouvoir garder un œil sur moi. »

« L’achat de sexe ne fait pas de vous un vrai homme », a ajouté Madame Falle. « Seulement 1% seulement des femmes prostituées disent aimer le sexe avec les clients, et 97% disent vouloir en sortir. »

« Je veux être une voix pour les sans-voix », a déclaré Madame Falle. « La prostitution est comme la situation d’un poisson dans un bol d’eau sale. Le poisson nage en rond jusqu’à ce qu’il meure et sa durée de vie est très courte. »

Trisha Baptie, de l’organisme vancouvérois Exploited Voices now Educating (EVE), se dit consternée par la décision rendue par la juge Himel.

« La prostitution n’est pas un choix : elle reflète plutôt une absence de choix pour les femmes pauvres et les moins instruites. Elles font face à des problèmes qui les forcent à la prostitution. Il nous faut exiger des gouvernements des mesures pour instaurer l’égalité des femmes », a déclaré Madame Baptie.

Samantha McCabe a participé au rassemblement parce qu’elle ne croit pas les nouvelles mesures découlant du jugement Himel vont contribuer à la sécurité des femmes.

« Elles ne vont pas empêcher des gens de se livrer à la traite et les proxénètes continueront à abuser des femmes », a-t-elle conclu.

Version originale : « Indoors isn’t Safer ».

. Factum déposé en appel par la Coalition des femmes pour l’abolition de la prostitution.

. Résumé de l’intervention en Cour d’appel de l’Ontario de la Coalition féministe pan-canadienne pour l’abolition de la prostitution.

Traduction : Martin Dufresne

Mis en ligne sur Sisyphe, le 24 mars 2012


Partagez cette page.
Share


Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer ce texte   Nous suivre sur Twitter   Nous suivre sur Facebook
   Commenter cet article plus bas.

    Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

© SISYPHE 2002-2012
http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Retour à la page d'accueil |Admin