| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       






mardi 5 octobre 2010

Jugement Himel - L’impunité pour les proxénètes et les clients

par Léa Brière, étudiante en droit à l’Université du Québec à Montréal






Écrits d'Élaine Audet



Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


Consultation sur la prostitution – Soutenir les personnes prostituées et pénaliser prostitueurs et proxénètes
Prostitution - Fille de survivantEs et hétérosexuelle, j’emmerde la décision de la Cour suprême du Canada !
Des groupes de femmes en quête d’égalité continuent de revendiquer une réforme des lois sur la prostitution
La CSN souligne que la prostitution est une forme de violence et d’exploitation
Décision de la Cour suprême sur la prostitution : il est urgent de criminaliser l’achat d’actes sexuels
L’AFAC est grandement préoccupée par la décision de la Cour suprême dans l’affaire Bedford c. Canada
Lois sur la prostitution invalidées : « une déception » pour le chef du SPVM, Marc Parent
Cour suprême et prostitution - Un jugement qui fait fi des conventions internationales
Bedford c. Canada - Libéraliser les lois sur la prostitution ne protègera pas les femmes
La légalisation de la prostitution, une violence sociétale
Un patron de bordel américain prêt à « bondir au Canada » si la Cour suprême invalide la loi sur la prostitution
La prostitution en Cour suprême ce jeudi 13 juin. "Pénalisons les clients et les proxénètes, décriminalisons les prostituées"
Affaire Bedford sur la prostitution - Des « choix », c’est concret
Cour d’appel de l’Ontario sur la prostitution - Adopter le rôle d’une "dominatrice", acte de subversion ou revanche ?
Ciblez la demande de prostitution
Légaliser les bordels équivaut à légaliser une forme de violence contre les femmes
Après les jugements ontariens dans l’affaire Bedford sur la prostitution, j’ai envie de me vider le cœur 
Prostitution - L’Institut Simone-de-Beauvoir de Montréal a une vision tordue et manipulée de la libération des femmes
Prostitution - La décision de la Cour d’appel de l’Ontario oublie les victimes
Prostitution – La décision de la Cour d’appel de l’Ontario confirme l’attitude d’autruche de la société
Décision de la Cour d’appel de l’Ontario - Une fois de plus, l’appareil judiciaire rate la cible en matière de prostitution
Des femmes ex-prostituées dénoncent la décision Himel
Les contre-vérités de l’affaire Bedford c. Canada : pourquoi décriminaliser la prostitution n’est pas une solution
Bedford c. Canada - Les effets prévisibles de la décriminalisation du proxénétisme
"Droits" des proxénètes contre droits des femmes : des arguments contestables
Des femmes autrefois prostituées et des survivantes de la traite témoignent : la prostitution n’est ni un choix ni une façon d’acquérir du pouvoir
L’atteinte à la sécurité des femmes, au cœur de la prostitution - La solution : décriminaliser les femmes, criminaliser la demande
Résumé de l’intervention en Cour d’appel de l’Ontario de la Coalition féministe pan-canadienne pour l’abolition de la prostitution
Une coalition féministe soutiendra en Cour d’appel que la Charte n’assure pas aux hommes un droit à la prostitution des femmes
Prostitution - Message de l’Ontario aux trafiquants : "Nous sommes à votre entière disposition"
Pour la protection des personnes prostituées : pénaliser "clients" et proxénètes
Prostitution - Déshabiller Jacqueline pour habiller Jeannette
Jugement Himel - Poursuivre les proxénètes et les clients, pas les prostituées
Ouverte à la sexualité, mais contre la prostitution
Pourquoi on aurait tort de légaliser la prostitution
Jugement Himel sur la prostitution - Mettre fin à l’exploitation est la meilleure voie à suivre
Au Canada, plusieurs groupes s’unissent pour dire NON à la prostitution
La décriminalisation de la prostitution n’est pas une solution à la violence envers les femmes
Un triste jugement qui va à l’encontre de l’égalité entre les hommes et les femmes
L’Association des femmes autochtones du Canada s’inquiète du jugement Himel sur la prostitution
Dumont acquitté, Nadia Caron demeure une victime de l’exploitation sexuelle 
La Cour supérieure de l’Ontario, la prostitution et la démocratie
La décision de la Cour supérieure de l’Ontario abandonne aux "pimps" les femmes autochtones et les femmes de couleur
La prostitution, un travail pour la juge Susan Himel - Le Cercle de silence le 7 octobre
Prostitution - Rien de banal
Prostitution - Le jugement de la Cour supérieure de l’Ontario vu par Pierre Foglia
Des groupes de femmes outrés que la Cour supérieure de l’Ontario donne aux hommes le droit constitutionnel de prostituer des femmes
Prostitution et démocratie - Cause devant la Cour supérieure de l’Ontario







La Cour d’appel de l’Ontario a rendu public mardi un jugement invalidant certains articles du Code criminel relatifs à la prostitution.

De grands médias se sont aussitôt empressés de relayer cette décision sous les titres « Un jugement pour mieux protéger les prostituées », ou encore, « Une victoire pour les travailleuses du sexe », laissant entendre que cette décision serait résolument positive et n’aurait d’impact que sur la sécurité des personnes prostituées.

Si décriminaliser la situation précaire des personnes prostituées est une décision adéquate, il n’en reste pas moins que ce jugement va trop loin. En invalidant pour tous les acteurs du système prostitutionnel les trois articles suivants du Code criminel, il protégerait en réalité ceux qui font l’achat de services sexuels et qui s’adonnent au proxénétisme.

La communication

L’article 213 alinéa c) du Code criminel interdit toute communication visant à se livrer à la prostitution. Cet article s’applique donc à tous les acteurs impliqués dans la prostitution, mais particulièrement aux personnes prostituées et aux clients. Il est à noter que la demande de service sexuel comme tel n’étant pas à ce jour criminalisée au Canada, l’article sur la communication est un des seuls articles pouvant être utilisés à l’encontre des clients qui racolent.

Advenant le cas que cette mesure soit abolie pour tous, on renforcerait l’impunité des personnes qui créent la demande de la prostitution en privant l’État de recours à l’encontre des clients.

Vivre des fruits de la prostitution... d’autrui

L’article 212 alinéa j) du Code criminel assimile à du proxénétisme « quiconque vit entièrement ou en partie des produits de la prostitution d’une autre personne ». Cet article ne vise clairement pas le fait de « vivre des fruits de sa propre prostitution » et n’a donc aucun lien avec la décriminalisation des personnes prostituées, à moins que celles-ci ne vivent des fruits de la prostitution de quelqu’un d’autre. Par contre, cet article touche largement les proxénètes et autres tenanciers d’établissements « façades » et est essentiel pour pouvoir poursuivre ceux qui tirent profit de l’exploitation du corps d’autrui.

Tenir une maison de débauche

La même logique s’applique à cet article du Code criminel. Si une personne prostituée peut être reconnue coupable de tenir ou de se trouver dans une maison de débauche, il est aussi vrai que cet article sert à traduire en justice des personnes qui font « carrière » dans l’exploitation de la prostitution d’autrui et qui administrent des lieux clos où la prostitution a lieu.

Abolir cet article du Code criminel aurait de graves conséquences sur l’efficacité des poursuites contre les proxénètes, puisque « vivre des fruits de la prostitution d’autrui » est un chef d’accusation souvent utilisé à leur encontre.

Pour une réforme conséquente du Code criminel

Criminaliser les personnes prostituées ne constitue pas une solution adéquate pour lutter contre le système prostitutionnel. Cependant, il est possible de décriminaliser ces personnes sans pour autant offrir l’impunité aux clients qui créent la demande de la prostitution et aux proxénètes qui font des profits en prostituant d’autres personnes. Un système législatif protégeant les personnes prostituées, mais criminalisant les clients et les exploiteurs est en vigueur depuis maintenant plus de dix ans en Suède, et plusieurs pays ont depuis choisi cette voie légale pour lutter contre le système prostitutionnel.

Le gouvernement suédois dresse un bilan positif et énonce dans son évaluation des dix ans de la mise en application de la loi qu’aucune donnée probante ne permet de conclure que la nouvelle législation aurait eu pour effet d’augmenter la violence envers les personnes prostituées. La loi a au contraire permis la mise en place de nombreux services facilitant la sortie du système prostitutionnel et le rapport souligne l’importance de maintenir la criminalisation de l’achat de services sexuels pour combattre la traite des personnes à des fins d’exploitation sexuelle.

Cette approche est une solution que le législateur canadien devrait sérieusement envisager, advenant le cas où l’appel de la présente cause se rende en Cour suprême et pousse la Chambre des communes à légiférer de nouveau.

* Publié dans Libre opinion, Le Devoir, le 1er octobre, et sur Sisyphe avec l’accord de l’auteure.

Mis en ligne sur Sisyphe, le 5 octobre 2010


Partagez cette page.
Share


Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer ce texte   Nous suivre sur Twitter   Nous suivre sur Facebook
   Commenter cet article plus bas.

Léa Brière, étudiante en droit à l’Université du Québec à Montréal



    Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

© SISYPHE 2002-2010
http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Retour à la page d'accueil |Admin