| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       






lundi 31 mars 2003

Les ruines de Babylone
Invasion américaine en Irak

par Liliane Blanc, historienne et auteure






Écrits d'Élaine Audet



Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


Donald Trump élu, l’heure n’est plus à l’affliction mais à la mobilisation
Les viols dans les forces armées américaines : le secret le mieux gardé des États-Unis
États-Unis - Scrutin et guerre politique contre les femmes
Le 11 septembre 2001, témoignages - "Pourquoi je hais El Qaida" (K.B.) - "Vous n’avez plus aucun droit" (Adama, étudiante)
"Mad Men", la série d’une Amérique crépusculaire
Afghanistan - Ce que disent les documents de WikiLeaks
Hillary fait face à un vent de frivolité et de dérision
Afghanistan - « Ce massacre permet au monde d’entrevoir les horreurs auxquelles notre peuple fait face »
"Yes we can" mettre fin à la guerre
Crise financière aux États-Unis - Le holdp-up du siècle
À propos de Sarah Palin - "Drill, Drill, Drill !"
Hillary Clinton, le sexisme et les femmes
Afghanistan, guerre et éthique coloniale
La stratégie militariste est un cul-de-sac
Quand la cause des femmes sert d’alibi
La paix plus difficile que la guerre ?
Menace nucléaire et hégémonie
Pourquoi je ne participe pas à ces élections truquées
Le sadisme sexuel dans notre culture, en temps de paix et en temps de guerre
La domination sexuelle en uniforme : une valeur américaine
Au coin d’une rue arabe
Bush et Rumsfeld, vos excuses sont irrecevables !
Tout ce qui vient des États-Unis est béni, même le crime
La constitution provisoire, une entrave pour la société irakienne
En Irak, l’intégrisme islamique profite de la désorganisation sociale et du vide politique
La prison d’Abu Gharib, lieu d’étranges tortures
L’Irak est coincé entre Bush et l’Islam politique
La démocratie en Irak sera l’œuvre des Irakiens ou ne sera pas
Lettre ouverte à Richard Martineau sur l’Irak
"Les démons de l’Amérique" (Susan Sontag)
"L’Irak, c’est juste un tour de chauffe"
Poème pour la paix
Le mensonge comme arme de guerre
Les États-Unis cherchent à conquérir l’Irak depuis 80 ans
La guerre dans les médias
Invasion et meurtre prémédité en Irak
À quelle espèce appartenons-nous ?
La voix des femmes pour la paix
Opus Pax
Poème pour la paix (en persan)
Poema por la paz
"Allez, George, rentre chez toi et arrête de faire peur à mon fils."
Bush, dis-nous qui es-tu ?
Quand le prédateur assoiffé prépare son invasion
Du journal d’une jeune irakienne
Une guerre pour renforcer l’hégémonie des États-Unis
Avec ou sans l’ONU, le Canada n’a rien à faire en Irak
Allocution pour la paix d’une jeune Américaine de 12 ans







Je viens de lire votre texte sur le mensonge qu’on nous sert quotidiennement sur l’Irak. J’espère que beaucoup de gens vont le lire. Je vais le diffuser autour de moi. Cette nuit encore, j’ai envoyé une protestation à Chrétien, Bill Graham et l’autre zigoto à la Défense pour dénoncer leur hypocrisie dans cette histoire de troupes canadiennes qui se trouvent présentement en Irak. Je sais que ce sont des gestes dérisoires de ma part, mais comment m’empêcher malgré tout de le faire.

A. et moi sommes nés en Algérie, dans un pays musulman. Nous vivions dans la communauté chrétienne, mais nos contacts avec les Arabes étaient quotidiens. Surtout avant cette épouvantable guerre qui nous a dressés les uns contre les autres, alors que la France était dirigée par un militaire : Charles de Gaulle ! Avec un recul de 40 ans et le récent séjour "triomphal" de Chirac dans ce pays qui fut notre terre natale, et que nous avons fui dans la peur, le chagrin et le désordre, je me rends compte à quel point l’écoute, le dialogue et le respect de l’autre auraient pu régler les divergences et les revendications beaucoup mieux que par les armes. Que de souffrances de part et d’autre auraient pu être évitées.

La mentalité arabe

Mais ce n’est pas pour cela que j’évoque l’Algérie. C’est surtout pour dire que les Américains ne comprennent absolument rien à la mentalité arabe. G.I Joe se figurait qu’il allait être porté en triomphe dans sa marche vers Bagdad. Mais c’était sans compter sur la structure hyper-patriarcale de la société arabe. Quelles que soient les exactions commises par Saddam Hussein (les Américains n’ont rien à lui envier d’ailleurs ! Ils sont simplement plus sournois), il représente pour son peuple l’image du père, le chef de clan qu’à la fois on craint et qu’on vénère. Il n’est pas pour son peuple un président qu’on élit tous les quatre ans mais, comme tous les "tyrans" du coin, une sorte de Pater familias qu’on suit. Capable de châtier sévèrement et de protéger en même temps. Il en va de même dans les autres nations qui entourent ce pays. 

C’est ce sentiment étranger à l’Occident qui a donné cette si mauvaise lecture aux "brillants" stratèges du Pentagone. La démocratie dont parle Bush n’a aucune résonance là-bas. (Et d’ailleurs on pourrait en dire gros sur cette pseudo liberté d’expression américaine, à voir encore hier un grand reporter du réseau NBC limogé parce que trop critique sur son pays, ou bien l’actrice Susan Sarandon qui commence à ressentir les effets de ses prises de position anti-guerre). Que l’on soit d’accord ou pas avec cette mentalité arabe et les comportements qui en découlent, c’est la raison pour laquelle les Irakiens ne se sont pas soulevés, pour laquelle ils se battront jusqu’au dernier pour défendre Bagdad. À cela s’ajoute, bien sûr, cette horreur de voir les "Croisés" fouler à nouveau le sol d’un pays qui est, jusqu’à preuve du contraire, souverain.

Et gare au soulèvement des frères des pays limitrophes. Les frontières qui délimitent toute cette région sont artificielles, imposées au XXe siècle, par les Britanniques, mais les Arabes se sentent UN. Il n’y a qu’à constater à quel point les manifestants se dissocient actuellement de leurs dirigeants qui flirtent trop, à leur goût, avec l’ennemi américain. Soit dit en passant : l’Égypte impose encore sa loi martiale à son peuple ! Pourquoi les Américains laissent-ils Moubarak tranquille ? Et les sultans du pétrole, tout aussi autocrates, mais amis de sa Majesté Élisabeth II ?

Je ne peux que me joindre à votre analyse de la situation. En ce qui concerne le 11 septembre, quelle brume est entretenue présentement ! Avez-vous remarqué à quelle vitesse Kissinger (encore un drôle de coco celui là ! Certains Chiliens s’en souviennent encore) à peine nommé, a démissionné de son poste de président de cette commission qui devait SOI-DISANT faire la lumière sur les attentats ? Bush n’en voulait pas de cette commission : trop de mensonges, trop de choses à fouiller. Avez-vous lu le 2e livre de Thierry Meyssan : "Le Pentagate" ? Il est en ligne à partir du site Voltaire.net. Ben Laden court toujours et pour cause !

Le Nouvel Ordre Mondial

Mais essayez de parler de ça aux journalistes "accrédités" et on va vous blâmer de croire à toutes ces histoires de conspirations. Pris dans le petit confort des salles de rédaction et complètement "brainwashés", ils sont à la solde, ne l’oublions pas des gouvernements, d’une part, des gros magnats de la presse (Powercorp., Conrad Black et Cie...) d’autre part. L’installation du Nouvel Ordre Mondial est le but de tout ce brassage : Guerre du Golfe, 9/11, Afghanistan, Irak aujourd’hui. Le père Bush l’avait clairement annoncé en 1991. Et parallèlement à ça, en Occident, on instaure la peur dans les esprits pour mieux imposer le contrôle. Les populations dorment encore trop pour réagir massivement. La manipulation, la désinformation trouvent encore un terrain fertile.

Vous faites un travail utile, dans le sens le plus noble. Je me sens pour ma part très limitée, frustrée pour tout dire. Les semaines passées ont été très perturbées : mon courriel a beaucoup fonctionné pour informer mes amis des marches pour la Paix, des pétitions à signer, des lettres à envoyer à nos dirigeants. J’ai décidé de me recentrer, même si c’est difficile. Mais tout me ramène, malgré tout, à l’Irak. Hier, je travaillais sur des créatrices du Haut-Moyen-Âge dans ce qui était jadis l’Arabie. L’une d’elle, au VIIIe siècle, écrivait de la poésie remplie de spiritualité et d’amour. Elle était originaire de... Bassora, une ville, alors, culturellement très développée. Comment ne pas penser à ce martyre atroce qu’y vivent les habitants aujourd’hui ? Mon livre sur les créatrices commence d’ailleurs en Mésopotamie, 2000 ans avant notre ère, entre le Tigre et l’Euphrate. J’ai mal de voir tous ces gros "boys" incultes, ces barbares grossiers et inconscients lancer des bombes sur des gens qui ne leur ont rien demandé, mais aussi détruire des sites qui sont le berceau de notre civilisation. Babylone était déjà en ruines, là ce sont ses derniers précieux vestiges qui vont voler en éclats.

Portez-vous bien.
Amitiés

Mis en ligne sur Sisyphe le 1 avril 2003


Partagez cette page.
Share


Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer ce texte   Nous suivre sur Twitter   Nous suivre sur Facebook
   Commenter cet article plus bas.

Liliane Blanc, historienne et auteure

L’auteure a publié Une histoire des créatrices. L’Antiquité, le Moyen Âge, la Renaissance, aux Éditions Sisyphe, en 2008.



    Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

© SISYPHE 2002-2003
http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Retour à la page d'accueil |Admin