| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       






lundi 31 mars 2003

Le mensonge comme arme de guerre

par Élaine Audet et Micheline Carrier






Écrits d'Élaine Audet



Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


Donald Trump élu, l’heure n’est plus à l’affliction mais à la mobilisation
Les viols dans les forces armées américaines : le secret le mieux gardé des États-Unis
États-Unis - Scrutin et guerre politique contre les femmes
Le 11 septembre 2001, témoignages - "Pourquoi je hais El Qaida" (K.B.) - "Vous n’avez plus aucun droit" (Adama, étudiante)
"Mad Men", la série d’une Amérique crépusculaire
Afghanistan - Ce que disent les documents de WikiLeaks
Hillary fait face à un vent de frivolité et de dérision
Afghanistan - « Ce massacre permet au monde d’entrevoir les horreurs auxquelles notre peuple fait face »
"Yes we can" mettre fin à la guerre
Crise financière aux États-Unis - Le holdp-up du siècle
À propos de Sarah Palin - "Drill, Drill, Drill !"
Hillary Clinton, le sexisme et les femmes
Afghanistan, guerre et éthique coloniale
La stratégie militariste est un cul-de-sac
Quand la cause des femmes sert d’alibi
La paix plus difficile que la guerre ?
Menace nucléaire et hégémonie
Pourquoi je ne participe pas à ces élections truquées
Le sadisme sexuel dans notre culture, en temps de paix et en temps de guerre
La domination sexuelle en uniforme : une valeur américaine
Au coin d’une rue arabe
Bush et Rumsfeld, vos excuses sont irrecevables !
Tout ce qui vient des États-Unis est béni, même le crime
La constitution provisoire, une entrave pour la société irakienne
En Irak, l’intégrisme islamique profite de la désorganisation sociale et du vide politique
La prison d’Abu Gharib, lieu d’étranges tortures
L’Irak est coincé entre Bush et l’Islam politique
La démocratie en Irak sera l’œuvre des Irakiens ou ne sera pas
Lettre ouverte à Richard Martineau sur l’Irak
"Les démons de l’Amérique" (Susan Sontag)
"L’Irak, c’est juste un tour de chauffe"
Poème pour la paix
Les États-Unis cherchent à conquérir l’Irak depuis 80 ans
Les ruines de Babylone
La guerre dans les médias
Invasion et meurtre prémédité en Irak
À quelle espèce appartenons-nous ?
La voix des femmes pour la paix
Opus Pax
Poème pour la paix (en persan)
Poema por la paz
"Allez, George, rentre chez toi et arrête de faire peur à mon fils."
Bush, dis-nous qui es-tu ?
Quand le prédateur assoiffé prépare son invasion
Du journal d’une jeune irakienne
Une guerre pour renforcer l’hégémonie des États-Unis
Avec ou sans l’ONU, le Canada n’a rien à faire en Irak
Allocution pour la paix d’une jeune Américaine de 12 ans







On ne peut s’empêcher de se demander pourquoi il n’y a pas plus de militaires qui « refusent de la faire », comme le chante Boris Vian. Une guerre illégale, illégitime contre un pays souverain, condamnée par le Conseil de sécurité, l’Assemblée générale des Nations-Unies et l’opinion publique internationale. Pourquoi sont-ils encore si nombreux à obéir, à marcher au pas, à croire ce qu’on leur dit sans voir ce qu’on leur cache ?

On peut aussi se demander pourquoi un pays veut encore en envahir un autre alors que toute l’histoire du monde montre que les peuples envahis finissent toujours par chasser les envahisseurs quelles que soient la durée ou la dureté de la résistance nécessaire pour y arriver. C’est à cette détermination que les Anglo-américains sont en butte, eux qui croyaient être accueillis en libérateurs et voir la défense militaire irakienne s’écrouler comme un château de cartes.

***

On n’a pu établir à ce jour aucun lien entre l’Irak et Al Qaeda, ni que ce pays possédait des armes chimiques et de destruction massive, ni que ses fusées avaient une portée suffisante pour atteindre les États-Unis. On peut même présumer que l’Irak, affaibli et appauvri par la guerre du Golfe en 1991, les attaques américaines répétées depuis ainsi qu’un embargo dévastateur n’a tout simplement pas les moyens de posséder de telles armes. À moins que quelque riche pays, ami de circonstance, lui en ait jadis fait cadeau, par exemple, du temps de la guerre contre l’Iran…

Pourtant, sans aucune preuve, l’administration Bush n’a cessé de déclarer le contraire pour justifier, à l’encontre du droit international, la "légitime défense" et sa politique d’invasion préventive. Tel est, en ce moment, « l’axe » de la désinformation et du mensonge et il ne date pas d’hier.

On connaît les nombreux mensonges de la guerre du Golfe en 1991 avec ses scènes préalablement filmées en studio, les déclarations de l’ambassadrice américaine en Irak assurant Saddam Hussein de la neutralité des États-Unis en cas d’invasion du Koweït, la minimisation du nombre des victimes dans les deux camps et l’exagération de la puissance militaire irakienne, etc. Sans compter les fausses promesses faites aux Chiites et aux Kurdes en cas de soulèvement contre Saddam Hussein, alors que les États-Unis les ont laissés se faire massacrer par l’armée irakienne en décrétant l’armistice, sans entrer dans Bagdad, laissant le dictateur au pouvoir pour y maintenir l’ordre dans un pays en ruines.

C’est sans aucun doute l’Arabie saoudite qui a eu droit à la pire imposture de la part des États-Unis. Voulant obtenir la collaboration de ce pays et y établir leurs bases militaires, les États-Unis ont présenté à ses dirigeants des photos, prétendument prises des airs par des avions espions, montrant les troupes irakiennes massées à leur frontière prêtes pour l’invasion. Jamais les journalistes n’ont pu avoir accès à ces photos et il ne fait aucun doute aujourd’hui qu’il s’agissait de photos truquées.

Le plus grand mensonge de l’histoire

Personne n’est à l’abri des mensonges de l’administration américaine, ni ses propres soldats que le gouvernement états-unien expose froidement aux effets de la radioactivité depuis les années 50 et les essais atomiques dans le désert du Nevada jusqu’à la guerre du Golfe et l’intervention en Bosnie, ni ses alliés, ni l’opinion publique internationale. L’empire ne recule ni devant le chantage ni devant l’intimidation pour servir ses propres intérêts et assouvir son désir de dominer le monde.

Il est maintenant prouvé que bien avant le 11 septembre 2001, les États-Unis avaient déjà décidé d’envahir l’Afghanistan et l’Irak et s’entraînaient. Les attentats contre les Tours du World Trade Center et le Pentagone leur ont fourni le prétexte qu’ils attendaient. Depuis plusieurs années, des proches de la Maison-Blanche incitaient les présidents successifs à attaquer l’Irak. Deux d’entre eux, Paul Wolfowitz et Richard Perle, avaient écrit à Clinton en janvier 1998 une lettre ouverte dans un hebdomaire exigeant que les Etats-Unis attaquent Bagdad. "Nous croyons que l’Amérique a le droit, selon les présentes résolutions du Conseil de sécurité, de prendre toutes les mesures nécessaires, y compris la guerre, pour défendre nos intérêts vitaux dans le Golfe." (1) Dick Cheney et Donald Rumsfeld avaient co-signé cette lettre.

À la suite des attentats du 11 septembre 2001, on a eu droit à des explications bourrées d’incohérences, de contradictions et sans doute au plus cynique et haïssable mensonge de l’histoire. Un an et demi et deux invasions militaires plus tard, l’administration Bush n’a toujours pu fournir de preuves sur ces attentats dont l’auteur présumé, Ben Laden, a disparu miraculeusement dans la nature.

Avant de convaincre le monde entier de son droit d’utiliser la force contre l’Irak, le président George W. Bush a commencé par intoxiquer son propre peuple en le persuadant de la noblesse d’aller vaincre le Mal aux quatre coins du monde et d’y instaurer la démocratie. Un peuple peu difficile à convaincre puisque persuadé depuis toujours de la "mission" salvatrice et quasi-divine des Etats-Unis. Les mensonges de l’administration américaine, répétés à satiété, ont pour objectif de détourner l’attention des véritables mobiles de cette guerre : 1. contrôler le pétrole et d’autres ressources du Moyen-Orient afin de mettre au pas les concurrents européens et asiatiques des Etats-Unis et de sauver économie américaine en faillite ; 2. imposer le nouvel "ordre" américain au Moyen-Orient dont l’instabilité est considérée par les Etats-Unis comme la cause du terrorisme. (2)

La Maison-Blanche a fait croire à la population que Saddam Hussein tomberait rapidement et que le peuple irakien accueillerait les soldats britanniques et américains comme des libérateurs. "(…) De toutes les armes "intelligentes" utilisées pour les conflits modernes, écrit Jérôme Garcin, dans le Nouvel Observateur, les mots sont les plus redoutables : ils camouflent l’horreur, ils détournent du réel, ils inventent une bataille virtuelle - ce sont les compléments directs de la désinformation".(3)

La plupart des médias continuent à relayer de l’information non attestée en provenance des porte-parole anglo-américains, une information qui tend à rendre l’armée irakienne responsable de toutes les infamies. On l’accuse de la famine et de la pénurie d’eau potable, de l’exécution des quatre prisonniers américains montrés à la télévision ou de l’envoi de ses propres fusées sur les populations civiles. Dans cette guerre de désinformation, ce que l’on tait est aussi important que ce que l’on dit. Une propagande mensongère qui jusqu’à maintenant a eu le résultat imprévu de renforcer la solidarité du peuple irakien contre les envahisseurs et de galvaniser les forces qui luttent pour la paix à travers le monde.

Les médias canadiens ne font pas exception. Ils font partie de l’entreprise de propagande. Ce semble être le cas de RDI.

Des experts militaires à la rescousse des agresseurs à RDI

RDI, la chaîne canadienne francophone d’information continue semble se limiter de plus en plus à relayer sans la moindre critique le discours militariste états-unien comme si elle avait reçu des consignes en ce sens. Elle participe ainsi à la désinformation et à la guerre aux côtés des envahisseurs.

Au lieu des experts habituels en études stratégiques et diplomatiques, RDI fait appel de plus en plus en plus à des militaires qui n’analysent que les aspects techniques de la guerre, d’un point de vue pro-guerre, bien sûr. Ces experts s’identifient souvent aux agresseurs anglo-américains. Le 25 mars, l’un d’eux s’est trahi en laissant échapper l’expression "nos troupes" !

Le lieutenant-colonel Rémi Landry s’indigne que, face à une attaque si disproportionnée envers leur pays, les forces irakiennes utilisent des techniques non-conventionnelles de guérilla urbaine qu’il qualifie d’ « actes terroristes ». Un autre jour, lorsque les porte-parole états-uniens disent avoir découvert dans une maison des combinaisons et des masques à gaz contre les armes chimiques, M. Landry déclare que ce n’est sûrement pas pour se protéger d’une attaque chimique de la part des forces anglo-américaines que l’armée irakienne a besoin de telles combinaisons, puisque les États-Unis ont signé la convention internationale contre l’utilisation de telles armes ! Naïveté ou mauvaise foi ?

Lors de la Guerre du Golfe, les États-Unis ont utilisé des bombes à uranium appauvri, causant parmi leurs propres militaires plus de 10 000 décès à ce jour, alors que quelque 183 000 personnes sont atteintes de ce qu’on a appelé le « syndrome de la guerre du Golfe ». Le Pentagone n’a pas protégé ses propres forces armées de la haute toxicité des armes utilisées contre l’Irak et a cherché par tous les moyens et tous les mensonges à cacher au public les conséquences néfastes d’une telle utilisation. L’uranium appauvri, fabriqué à partir de déchets nucléaires, peut tout percer et reste radioactif pendant 4 milliards d’années. En Irak, il aurait fait des centaines de milliers de morts et chaque jour un à deux enfants naissent avec des malformations causées par la radioactivité.

Bien sûr, ceux qui croyaient écraser l’Irak en une guerre rapide parce que le peuple irakien, reconnaissant, leur tomberait dans les bras, ont de quoi s’inquiéter. Les Irakiens, hommes et femmes, non seulement ne se rendent pas à l’envahisseur ni ne fuient vers les pays limitrophes, mais ils rentrent par milliers en Irak pour lutter aux côtés de leurs compatriotes afin de libérer leur pays. Alors, tous les moyens sont bons du côté des envahisseurs pour camoufler leurs bavures et leurs erreurs, la première erreur étant d’avoir déclenché cette guerre, et la seconde, de se croire invincibles.

Sources

1. "Dans les coulisses de l’empire américain. Comment les faucons ont imposé leur guerre", par Vincent Jauvert, Le Nouvel Observateur, 27 mars 2003, no 2003-Enquête
2. Ibidem
3. "Les mots pour ne pas la dire", par Jérôme Garcin, Le Nouvel Observateur, 27 mars 2003, no 2003-Dossier
Aussi
cyberpresse
manipulation
Vigirak
nucléaire
uranium appauvri
Dixit Laurent Laplante


Partagez cette page.
Share


Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer ce texte   Nous suivre sur Twitter   Nous suivre sur Facebook
   Commenter cet article plus bas.

Élaine Audet et Micheline Carrier



Plan-Liens Forum

  • > Le mensonge comme arme de guerre
    (1/2) 26 avril 2003 , par

  • Le mensonge comme arme de guerre
    (2/2) 2 avril 2003 , par





  • > Le mensonge comme arme de guerre
    26 avril 2003 , par   [retour au début des forums]

    Oui,le mensonge aussi comme arme de terreur, dont la population américaine est la première victime. Il est intéressant d’observer la société britannique face à la question des ADM, les travaillistes n’ayant soutenu le PM que parce que celui-ci leur a demandé de le croire sur parole (la divulgation des sources quant à l’existence d’ADM mettant celles-ci en péril). L’inquiétude montante n’est pas que Tony Blair ait pu être dupé, mais qu’il ait dupé le peuple.

    Le mensonge comme arme de guerre
    2 avril 2003 , par   [retour au début des forums]

    Les ruines de Babylone

    Je viens de lire votre texte sur le mensonge qu’on nous sert quotidiennement sur l’Irak. J’espère que beaucoup de gens vont le lire. Je vais le diffuser autour de moi. Cette nuit encore, j’ai envoyé une protestation à Chrétien, Bill Graham et l’autre zigoto à la Défense pour dénoncer leur hypocrisie dans cette histoire de troupes canadiennes qui se trouvent présentement en Irak. Je sais que ce sont des gestes dérisoires de ma part, mais comment m’empêcher malgré tout de le faire. (...)

    Lire l’article « Les ruines de Babylone », par Liliane Blanc.


        Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

    © SISYPHE 2002-2003
    http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Retour à la page d'accueil |Admin