| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       






mardi 16 mars 2021

Quand on parle de "pénis féminin" dans la série Une autre histoire à Radio-Canada !

par Johanne St-Amour, féministe radicale et collaboratrice de Sisyphe






Écrits d'Élaine Audet



Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


Les représailles financières contre les féministes critiques du genre
Je suis une femme, pas une femme cisgenre
Quand le féminisme se prend une vague
Du sens et de l’importance du mot "femme"
Lettre envoyée au Premier Ministre François Legault
Peut-on accepter un féminisme anti-femmes au Québec ?
Thérapies de conversion – Plaidoyer pour un débat honnête
Contre un patriarcat universel, un féminisme universel
Qu’est-ce qu’une femme ?
Pourquoi la dysphorie sexuelle augmente-t-elle tout d’un coup chez les adolescentes ?
Pour une conversation honnête au sujet du transgenrisme
Les droits des femmes sous le joug de l’identité de genre
Tout le monde devrait s’inquiéter de la censure du reportage "Les enfants transgenres" par le réseau CBC
Le réseau CBC annule sous les pressions un documentaire sur les enfants présentés comme transgenres
Transgenre et FFQ - Une posture victimaire qui fragmente le mouvement des femmes
Un homme devient-il une femme dès lors qu’il dit en être une ?
Remettre en question la notion d’identité de genre et le silence imposé à l’analyse féministe
La quasi-absence d’un débat public sur ce qui fait un "vrai homme" est révélatrice
La violence masculine est le problème et les “transfemmes” s’y livrent aussi
Transgenres - Repenser le projet de loi C-16 : parce que le sexe, ça compte !
Identité de genre autodéclarée, droits et sécurité des femmes
La Bibliothèque des femmes de Vancouver ouvre ses portes dans un contexte de réaction antiféministe
Qu’est-ce qu’une femme ?
On a tort de préconiser la transition de genre chez des enfants, des adolescent-e-s et des jeunes adultes
Le projet de loi C-16 - Le débat sur l’identité de genre ignore la perspective féministe
Toronto - Un éminent chercheur congédié pour son approche prudente face à la dysphorie du genre chez les enfants
Règlement pour les transgenres au Québec - Être femme est-il un privilège ?
Mention du sexe pour les personnes transgenres - Un vrai problème, mais une mauvaise solution
La pièce "Les monologues du vagin" annulée parce que jugée non inclusive pour les transgenres
Transgenres - Le point de vue des femmes complètement occulté
Transgenres et « black faces », même combat ?
Mon genre, ton genre, mais quel genre ?
II. Genre et sexualité : convergences et divergences du féminisme radical et de la théorie queer
I. Qu’est-ce que le genre ? D’où vient la confusion qui l’entoure ?
À qui appartient le genre ? Rapports entre féminisme radical et idéologie transgenre







Suzon et Lucie sont des amoureuses. Or, elles n’ont pas encore « consommé la relation », si je puis dire. Suzon est un transgenre et Lucie est lesbienne. Elles ne savent pas comment vivre leur intimité.

En consultation avec une sexologue, celle-ci demande à Suzon si elle a donné un nom à son « appareil masculin » qu’elle possède toujours. « Poivron », répond Suzon en riant. La sexologue lui répond : « Dans votre cas, je l’appellerais votre « pénis de femme ». » Un « pénis de femme ? », s’écrient Suzon et Lucie, toutes étonnées. Et Lucie d’affirmer : « Jamais eu à dealer avec ça un « pénis de femme », je suis lesbienne. »

Heureusement (!), la sexologue a la solution. Elle dit donc à Lucie : « Je tiens à vous rassurer, être avec un partenaire qui a un pénis ou la possibilité d’aimer la sexualité avec un pénis, ça ne fait pas de vous une personne moins lesbienne. »

Ceci est raconté dans le onzième épisode de la série Une autre histoire, épisode du 15 mars 2021.

Que d’erreurs et de fausseté !

Un « pénis de femme », ça n’existe pas.

Les idéologues du genre ne ménagent aucune imposture pour faire avancer leur cause. Ils ne demandent plus de considérer leurs droits fondamentaux, soit le respect de leur personne, droit à la sécurité, à l’emploi, au logement, etc., ils dépassent les bornes biologiques, scientifiques. Comme une religion qui proclame de faire passer des croyances pour des vérités. « Pénis de femme » ira rejoindre les expressions : « né dans le mauvais corps », « genre assigné à la naissance », « personne enceinte », « personne qui allaite », « menstruateur », « allaitement de poitrine », « personne à vulve », « personne à pénis », etc. Et que les lesbiennes se le tiennent pour dit : votre orientation sexuelle devra désormais inclure la sexualité avec un « pénis de femme ».

Si Chantal Cadieux, l’auteure de la série, et Radio-Canada s’étaient réellement intéressés au sujet, au-delà de l’enjeu des cotes d’écoute, ils auraient constaté la pression et l’intimidation qui s’exerce sur les lesbiennes pour qu’elles acceptent des relations avec des femmes trans, notamment des trans ayant toutes les caractéristiques physiques masculines. En janvier 2020, la journaliste Laure Daussy de Charlie Hebdo.fr rapportait ceci :

Toujours est-il que plusieurs lesbiennes se sont vues accusées de transphobie… Pour n’avoir tout simplement pas voulu avoir une relation avec un trans ayant gardé ses organes génitaux masculins. « Les trans veulent qu’on les trouve sexuellement désirables » explique une lesbienne qui nous a contacté, et qui veut rester anonyme, « révoltée » par ce qu’elle vit au quotidien dans certains lieux de rencontres ou associations. « Mais j’ai le droit de ne pas être attirée par une personne qui a un sexe masculin », explique-t-elle. « Les discours trans ressemblent aux thérapies de conversion, (ces thérapies utilisées par la religion pour faire changer d’orientation sexuelle, ndlr) », estime-t-elle. « Ils veulent changer notre regard sur notre propre sexualité. Si on doit avoir des relations avec n’importe quelle personne qui se définit comme femme, c’est presque un retour vers l’hétérosexualité ». (1)

Effectivement, ces discours ressemblent aux thérapies de conversion maintenant interdites au Québec et bientôt au Canada. L’auteure de la série et Radio-Canada en sont-ils conscients ? Dans l’article « Le coucou dans le nid » (sur Tradfem, collectif de traduction de textes féministes radicaux), on souligne les agressions dont sont victimes les lesbiennes à qui on impose d’aimer les « girls dick » :

Au cours des derniers mois, j’ai vu des lesbiennes vilipendées et agressées – pour avoir tenté de définir leurs propres frontières sexuelles – et qualifiées de nazis pour avoir osé suggérer que leur sexualité n’incluait pas d’organes masculins. J’ai lu des articles dont vous auriez pu jurer qu’il s’agissait de parodies où l’on décrivait comment les lesbiennes devaient apprendre à aimer les « bites de fille » (« girl dick »). L’un d’eux, publié sur le site Autostraddle, prétend même instruire les lesbiennes sur la façon de stimuler un pénis en érection et de pratiquer la fellation. Il y a une vidéo sur YouTube dans laquelle une transfemme plus âgée encourage une « babydyke » (« bébégouine », c’est leur expression) qui rit nerveusement au fait d’avoir des rapports sexuels avec des « dames trans » (« trans ladies »). Le tristement célèbre Riley J Dennis affiche sur YouTube des vidéos pour dire aux lesbiennes que le rejet du pénis fait d’elles des « transphobes », et il assimile à une forme de racisme le fait d’avoir une « préférence génitale » en matière de fréquentations.(2)

D’ailleurs des lesbiennes disent que depuis que les groupes LGB ont inclus les TQ2+, elles ne se reconnaissent plus dans le mouvement.

En France aussi, quand des lesbiennes veulent organiser des activités entre elles, elles subissent des pressions de la part de groupes s’identifiant féministes « queers » pour intégrer dans leurs activités des personnes transféminines attirées exclusivement par les femmes.

Nous constatons que trop souvent ces personnes essaient de contrôler notre parole, nos pratiques et notre visibilité. Nous voulons garder nos espaces, nos activités sportives et festives en non-mixité.

Nous voulons notre espace sans que certains groupes nous en empêchent au nom d’un « droit à l’inclusion ».(3)


Je ne connais pas les motivations de Chantal Cadieux et de Radio-Canada : veulent-ils être inclusifs, promouvoir une certaine diversité ? Ce qui est présenté dans cette partie de l’épisode ne représente nullement la réalité, celle de féministes, femmes, lesbiennes qui sont confrontées à cette idéologie qui brime leurs droits à la sécurité, à l’égalité, à la reconnaissance de ce que nous, femmes, sommes profondément : des adultes de sexe féminin. En effet, c’est une tout autre histoire que celle que nous rapporte la série Une autre histoire !

Notes

1. Daussy,Laure,Féminisme - Quand les féministes et les activistes trans s’affrontent sur les réseaux sociaux, Charlie Hebdo.fr, 31 janviers 2020. Lire ici
2. Astroterf, Le coucou dans le nid, Tradfem, 21 août 2018, Lire ici
3. Tribune collective, « Nous, féministes, soutenons J.K. Rowling contre le lynchage des activistes trans », FigaroVox/Tribune, 11 juin 2020 à 18:00, mis à jour le 15 juin 2020 à 14:1
4. Lire ici

Mis en ligne sur Sisyphe, le 15 mars 2021



Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer ce texte   Nous suivre sur Twitter   Nous suivre sur Facebook
   Commenter cet article plus bas.

Johanne St-Amour, féministe radicale et collaboratrice de Sisyphe


modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


    Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

© SISYPHE 2002-2021
http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Retour à la page d'accueil |Admin