| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       






mardi 2 décembre 2014

Iran - L’enfer islamiste pour les femmes

par Ana Pak, féministe laïque






Écrits d'Élaine Audet



Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


Iran - Le dernier jour où les femmes ont pu se promener tête nue
Iran - Voile, mensonge et libertés furtives
La contestation populaire continue en Iran
Iran – Voile et viol, armes de guerre contre les femmes
Interpellation de l’ambassade d’Iran à Paris
Entretien avec Shirin Ebadi :"Seul Khamenei a le pouvoir de grâcier Sakineh Mohammadi-Ashtiani"
Contesté, le régime théocratique iranien se venge en persécutant les femmes
Une révolution féminine en Iran, un défi fondamental à l’islam
Appel pour la liberté et l’égalité des sexes en Iran
Manifeste de la libération des femmes en Iran
Campagne internationale pour la fermeture des ambassades iraniennes
La solitude du peuple iranien !
Le voile, honneur ou déshonneur ?
Achoura - Répression sanglante en Iran
En Iran, des hommes se voilent pour dévoiler le régime
Iran : Ahmadinejad usurpe le pouvoir par le viol, la torture et l’assassinat
Placer Téhéran face à sa cruelle misogynie
Iran – Toutes ces personnes dont la mémoire maintient en vie
Déclaration contre la répression généralisée en Iran
Iran - Mythes et réalités
Chronique sur l’Iran - La plus longue pétition du monde
Le peuple iranien a abattu le mur de la peur - Marjane Satrapi
L’Iran, la fin de l’idéologie du martyre
Les Iraniennes à l’avant-garde du combat pour la liberté
Dossier "Spécial Iran" du Nouvel Observateur- Mise à jour continue
Iran – Coup d’État du pouvoir islamique contre son propre peuple
L’Iranienne Shirin Ebadi réclame un nouveau scrutin
L’invitation manipulatrice de l’ambassade d’Iran aux féministes françaises
Iran - Que cessent les menaces à l’encontre des cyberféministes
La militante des droits des femmes Khadijeh Moghaddam arrêtée pour "propagande contre l’État et perturbation de l’opinion publique"
La lutte pacifique accroît notre résistance civile
Le gouvernement d’Iran emprisonne et maltraite des féministes qui dénoncent ses lois misogynes
Iran - Peine de prison et 10 coups de fouet pour une militante après une manifestation
Arrestation de plusieurs femmes en Iran et pétition UN MILLION DE SIGNATURES
Soutien International pour la Campagne en faveur des femmes d’Iran
Iran - Sauver Malak de la lapidation
La longue marche des femmes en Iran
Le parlement iranien donne aux femmes le même droit à l’héritage qu’aux hommes
En Iran, le fouet contre l’amour







Depuis 35 ans, le régime islamiste a fait de l’Iran un grand champ de bataille contre les femmes.

En 1979, une guerre sans merci ni cessez-le-feu fut déclarée avant même que les islamistes n’accèdent au pouvoir : l’image de centaines de mâles promenant comme un trophée, au travers des rues de Téhéran, le corps calciné d’une femme dite « prostituée » annonçait le violent avènement de ce renversement de société à venir.

Dès la prise de pouvoir, la première action à mener tambour battant pour les islamistes fut de recouvrir les femmes d’un voile.

Ils ne cessèrent ensuite d’ajouter d’autres armes à ce voilement afin d’effacer la moitié féminine de la population d’Iran.

Au départ ils taillaient au couteau à lame rectractable (cutter) le visage de nombreuses rebelles qui refusaient de se voiler, tout en criant dans les rues le slogan destiné à instiller la peur parmi les femmes et la population : « Le voile ou les coups ! ».

Un licenciement historique massif de femmes s’ensuivit, à tous les postes de travail et surtout de la justice, qui fut conjugué avec rien moins que 240 pages de lois et décrets (1) pour décider comment les femmes devaient s’habiller, de quelle couleur et de quelle taille devaient être leurs vêtements.

En cas de manquement à l’obéissance, ils offraient de nombreuses variantes du couteau (cutter), telles l’humiliation, les coups de fouets, les lourdes amendes, la prison, et enfin le viol ou le viol collectif !

L’endoctrinement fut loin d’être laissé en berne, ciblant autant les petites filles que les femmes ou les hommes : citons l’inauguration de fêtes du voilement pour les petites filles à l’âge de neuf ans, dont les islamistes exigent cependant que le corps soit déjà voilé dès leur sixième ou septième année, soit le premier jour de leur scolarisation.

Les islamistes appliquèrent également leur loi basée sur la misogynie de la religion : le châtiment par lapidation.

Ils codifièrent aussi la valeur de la vie d’une femme : elle vaudrait désormais la moitié de celle d’un homme.

Ils mirent systématiquement en place des pratiques institutionnelles comme celles du viol des femmes prisonnières politiques par leurs gardiens la veille de leur exécution, déclarant en effet que « si elles étaient exécutées vierges, elles pouvaient aller au paradis ».

Environ 10 à 15% du budget du pays est utilisé pour contrôler les femmes et les contraindre à se voiler.

Par ailleurs, selon les chiffres officiels de la police, plus de 500 000 femmes sont arrêtées chaque année pour port du « mauvais héjab », c’est-à-dire pour une mauvaise note concernant le port du voile ou pour un voile pas « assez conforme ».

Quel est le bilan à tirer de ces 35 années de pouvoir imposées par des islamistes ?

Après 35 ans d’une guerre ingénieuse contre les femmes, une guerre menée le plus abominablement possible, les islamistes tentent maintenant de revenir à leur plan d’action premier, c’est-à-dire brûler les femmes, cette fois par l’acide.

Pour appliquer une des règles de l’islam qui s’intitule « ordonner le bien et interdire le mal », et qui est un devoir pour tout musulman, et au nom même de cette loi, des islamistes circulant en moto ont sillonné Ispahan, la troisième ville d’Iran, pour y jeter du vitriol sur les femmes (2), dont la tenue ne leur plaisait pas et qui marchaient simplement ou qui conduisaient dans l’espace public.

À travers tout le Moyen-Orient, des islamistes veulent réduire la vie des femmes à l’interprétation la plus sectaire, la plus détournée et extrême de l’islam qui soit, celle qui s’est imposée en Arabie saoudite : à savoir la disparition des femmes derrière un tissu noir, leur soumission la plus absolue à la procréation et à la sexualité des hommes.

Mais croient-ils vraiment réussir ?

Malgré une présence policière agressive, à Ispahan comme à Téhéran, des femmes et des hommes ont manifesté contre ces violences de l’État fasciste islamiste.

On pouvait lire sur certains pancartes tenues par les femmes : « Ce que tu asperges, ce n’est pas de l’acide, c’est la haine de toi-même dont tu ne sais que faire ! »

Cette haine des femmes vous consumera-t-elle un jour ?

Notes

1. Livre de Shadi Sadr, avocate en exil, sur les lois vestimentaire dans le régime islamiste.
2. Cette pratique des années 1980-1990 est réapparue en octobre 2014. « Iran : la promotion de la vertu au vitriol », RFI.

Mis en ligne sur Sisyphe, le 21 novembre 2014


Partagez cette page.
Share


Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer ce texte   Nous suivre sur Twitter   Nous suivre sur Facebook
   Commenter cet article plus bas.

Ana Pak, féministe laïque


modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


    Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

© SISYPHE 2002-2014
http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Retour à la page d'accueil |Admin