| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       






lundi 2 août 2004

Quand c’est la politique qui salit l’argent

par Shirin Ebadi et Amir Attaran






Écrits d'Élaine Audet



Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


Non, l’Arabie saoudite ne peut défendre les droits des femmes à l’ONU !
Nous avons des raisons de craindre les conséquences de l’élection de Donald Trump
Stéphane Bureau et désinformation à Radio-Canada au sujet des marches anti-Trump et d’Hillary Clinton
Présidence américaine - Les États-Unis haïssent vraiment les femmes
Hillary Clinton - Je suis avec elle !
Attentats du 13 novembre, suprématie masculine et violences patriarcales
Le relativisme culturel de la gauche compassionnelle
À l’origine des jihadistes français : la reconnaissance de l’idéologie islamique comme respectable
Quand une organisation religieuse se mêle de politique québécoise
Visite canadienne au "Morong 43" (Philippines) - "Mon coeur appartient réellement à ces communautés"
Formation offerte par Femmes et Démocratie dans Lanaudière en mai
Des poètes québécoises et la question nationale
À Voix égales et le FAEJ explorent de nouveaux moyens de faire élire des femmes
Nouveau-Brunswick - Le Conseil consultatif sur la condition de la femme victime à son tour de l’idéologie conservatrice
Carte électorale - Sortir de l’impasse en réformant le mode de scrutin
Le pouvoir des femmes en politique : utopie ou réalité ?
Le Congrès offre aux membres de l’Action démocratique du Québec l’occasion de mettre la priorité sur l’obtention d’un mode de scrutin à finalité proportionnelle
De la malédiction d’être Arabe
Le Conseil du statut de la femme honore une pionnière du droit de vote des Québécoises, Marie Lacoste-Gérin-Lajoie
Malalai Joya : le visage du courage
Iran - Protestation contre l’exécution des combattant-es kurdes
Le Conseil du statut de la femme soucieux de préserver l’accès aux soins de santé des Québécoises
Des drag-queens à la fête du PLC
De quoi la Palestine est-elle le nom ?
53e session de la Commission de la condition de la femme des Nations Unies
Israël bafoue impunément le droit international à Gaza
Obama, le nouveau logo de la marque Amérique
La situation des droits de l’homme dans le territoire palestinien occupé par Israël depuis 1967
Manon Tremblay répond à ce qu’on veut savoir sur les femmes et la politique
Un vent de droite souffle sur le Québec
Toutes les inégalités n’offensent pas le candidat Barack Obama
Des femmes se portent à la défense de Clinton
Tibet - Quand le génocide devient un gynocide
Hillary Clinton et les primaires américaines - Fini, tout cela (bis)
Primaires américaines - Etre une femme, c’est finalement pire que d’être noir
Primaires américaines - La presse américaine est accusée de céder à l’obamania
La longue marche de Hillary Clinton
A l’ONU, la prose de Durban 1 s’écrit en pire tous les jours - Une entrevue avec Malka Marcovich
"Iran delenda est" - L’Iran doit être détruite, version américaine
Il y a bien eu un génocide planifié contre les Tutsi et 250 000 femmes violées au Rwanda en 1994
Il y a bien eu un génocide planifié contre les Tutsi et plus de 250 000 femmes violées au Rwanda en 1994
Proche-Orient : Le Canada doit faire respecter le droit international
Le Conseil du statut de la femme ne veut pas d’un débat public
Arundathi Roy, guerrière du mot
Angela Merkel, première chancelière de l’histoire de l’Allemagne
Une femme, présidente du Chili ?
Au sein de la marche
"Modèle européen" : l’égalité entre les femmes et les hommes est en danger !
En Suède, un parti féministe menace de déloger le premier ministre
Fallouja, véritable four crématoire !
"Notre beau monde occidental" ?
Non au génocide de Gaza : Acte III
Merci, Vos Honneurs
Une militante féministe est menacée de déportation !
Non au génocide de Gaza - Acte II
Le conflit israélo-palestinien et la liberté académique aux Etats-Unis
Etats-Unis - Haïti
Non au génocide de Gaza et du peuple palestinien
Conférence de la lauréate du prix Nobel de la paix 2003







La Banque mondiale a un problème avec les droits de l’homme : elle ne les respecte pas assez. La Banque a également un problème d’ordre politique : selon son président, M. James D. Wolfensohn, la préoccupation à l’égard de la pauvreté mondiale "n’a jamais été aussi faible". Pourtant soucieuse de ce second problème, la Banque semble peu avertie quant au premier, au détriment de sa mission d’assistance aux pauvres de la planète.

La Banque mondiale, qui a octroyé 18 milliards de dollars d’aide en 2003, devrait cesser d’allouer des fonds à des gouvernements non démocratiques, ou qui violent les droits fondamentaux de leur peuple. Prêter de l’argent à des tyrans, c’est renforcer leur pouvoir, et se rendre complice des atteintes portées aux droits de leur peuple.

Prêter de l’argent à des Etats structurés autour d’un parti unique revient à en asseoir l’hégémonie, et à faire fi de la dignité des personnes qui ne sont pas membres de ce parti. Prêter de l’argent à des dictateurs nantis, c’est réduire à l’esclavage leurs citoyens, qui même après le départ du dictateur, auront à rembourser intérêt et principal à la Banque.

Les contribuables occidentaux attachés aux droits de l’homme seraient
certainement très désagréablement surpris d’apprendre que la Banque ne fait pas de toujours de différence entre les démocraties et les dictatures en matière d’attribution des prêts et de l’aide. Selon des organisations telles qu’Amnesty International, Human Rights Watch, et l’Organisation des Nations Unies, la Banque, au cours de la dernière décennie, a proposé des prêts à des dizaines de pays qui violent les droits civiques.

La raison invoquée par la Banque pour prêter à des despotes se résume en un mot : pragmatisme. Le raisonnement tenu est que le sort des peuples opprimés ne peut que s’améliorer si leurs gouvernements empruntent de l’argent pour mettre en oeuvre des services socialement utiles. La Banque soutient que ces prêts à des régimes d’oppression contribuent, ne serait-ce qu’un peu, à atténuer les inégalités sociales.

Peut-être, ou peut-être pas. En tout état de cause, il est inutile d’en débattre, car quelle que soit l’importance des fonds prêtés à des gouvernements répressifs, (et ces montants ne sont pas négligeables), le monde compte suffisamment de démocraties touchées par la pauvreté qui accepteraient volontiers de bénéficier de cette aide à leur place. M. Wolfensohn lui-même a affirmé que si le total de l’aide étrangère mondiale devait être doublé, pour atteindre un montant d’environ 100 milliards de dollars par an, les pays pauvres pourraient facilement absorber cette augmentation et l’allouer à des projets de réduction de la pauvreté.

S’il dit vrai, et que les besoins à combler sont d’une telle ampleur, pourquoi la Banque ne choisit-t-elle pas d’autres bénéficiaires pour les fonds qu’elle prête actuellement à des régimes d’oppression ? Elle pourrait aisément réorienter plus de la moitié de ses prêts (disons 10 milliards de dollars sur un total de 18,5 milliards) : ce faisant, elle ne financerait encore qu’une fraction des programmes de lutte contre la pauvreté que M. Wolfensohn juge digne d’être aidés. La Banque n’aurait aucun mal à trouver quantité de pays démocratiques démunis disposés à accepter son aide.

C’est pourquoi la justification avancée par la Banque au nom du pragmatisme pour prêter à des gouvernements répressifs n’a aucun sens. Cela revient à prêter prioritairement à des dictatures souvent prédatrices et qui cachent leur jeu, avant de subvenir aux besoins des démocraties. Cela pénalise tant les citoyens que les dirigeants qui, ensemble, assument la lourde tâche de maintenir des démocraties.

La Banque devrait plutôt concevoir une sorte de grille d’évaluation des
performances en matière de droits de l’homme. Celle-ci devrait au minimum inclure les droits civiques (liberté d’expression, liberté de la presse et droit des femmes), et les droits économiques et sociaux fondamentaux (droit à la santé, accès à l’éducation et droit de propriété). La Banque devrait suivre l’état de ces libertés, et refuser son aide à tout pays qui leur porte atteinte.

En appliquant une telle grille d’évaluation, la Banque montrerait que les
gouvernements qui refusent aux citoyens toute participation à la vie politique ne sauraient légitimement emprunter au nom de l’intérêt de leur peuple, puisque celui-ci n’a pas voix au chapitre. Recourir à cette grille d’évaluation mettrait aussi à profit l’élan suscité par les droits de l’homme pour ranimer l’intérêt faiblissant porté au travail de la Banque. Ce serait en outre, et ceci n’est pas négligeable, la forme de conditionnalité la plus humaine jamais appliquée par la Banque.

Mais alors, pourquoi ne pas le faire ? A la Banque, les tenants du pragmatisme font valoir qu’en vertu des statuts de la Banque, les décisions concernant le crédit "seront fondées exclusivement sur des considérations économiques". Mais cet argument ne prouve rien. Si l’aptitude à diriger et à gouverner d’un candidat à l’emprunt est un critère valable aux yeux des banques commerciales, elle doit l’être tout autant pour la Banque Mondiale. Même si les économies des pays démocratiques ne font pas toujours mieux que celles qui sont fondées sur l’oppression, elles représentent un risque moindre. Ainsi que le soulignait un rapport du Programme des Nations Unies pour le Développement, "aucune démocratie n’a jamais affiché de performances aussi lamentables que les pires dictatures ".

Refuser de prêter aux dictateurs permettrait donc d’éviter les pires résultats économiques, comme le non-remboursement ou de perpétuels rééchelonnements de la dette. Si la Banque avait prêté en fonction du respect des droits de l’homme dans le passé, elle n’aurait jamais fait crédit à des despotes corrompus comme Jean-Claude Duvalier, en Haïti, ou Mobutu Sese Seko, au Zaïre. Des prêts que les citoyens de ces pays sont encore en train de rembourser.

Des critères d’octroi de prêts fondés sur le respect des droits de l’homme
épargneraient l’argent du contribuable, tout en donnant des résultats comparables, sinon meilleurs, pour les plus pauvres de la planète.

Questionné au sujet des prêts accordés aux régimes dictatoriaux le mois dernier, M. Wolfensohn a semblé le reconnaître. "Le plus simple, pour moi, pour la Banque, serait de dire, contentons-nous d’attendre que ces pays deviennent démocratiques" avant de leur prêter de l’argent.

M. Wolfensohn a raison. Soit la Banque trouve une bonne raison d’accorder de l’aide aux dictateurs et aux tyrans, alors que les démocraties restent sans le sou, soit elle s’en tient à ce qui est "le plus simple" et elle arrête de le faire. Poursuivre dans cette voie, en invoquant des excuses plutôt que des principes, n’est pas seulement un gâchis d’argent. C’est une insulte aux droits fondamentaux de milliards de personnes.

Shirin Ebadi, professeure de droit à l’Université de Téhéran, a obtenu le
prix Nobel de la paix en 2003. Amir Attaran est professeur de droit et de santé des populations à l’Université d’Ottawa.

Traduction : Flora Pellegrin de Coorditrad

Le 21 juillet 2004
ATTAC
BANQUE MONDIALE ET DROITS DE L’HOMME

http://www.france.attac.org/IMG/pdf/attacinfo478.pdf


Partagez cette page.
Share


Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer ce texte   Nous suivre sur Twitter   Nous suivre sur Facebook
   Commenter cet article plus bas.

Shirin Ebadi et Amir Attaran

Shirin Ebadi, professeure de droit à l’Université de Téhéran, a obtenu le prix Nobel de la paix en 2003. Amir Attaran est professeur de droit et de santé des populations à l’Université d’Ottawa.



    Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

© SISYPHE 2002-2004
http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Retour à la page d'accueil |Admin