| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       






jeudi 27 mars 2008

Hillary Clinton et les primaires américaines - Fini, tout cela (bis)

par Robin Morgan






Écrits d'Élaine Audet



Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


Nous avons des raisons de craindre les conséquences de l’élection de Donald Trump
Stéphane Bureau et désinformation à Radio-Canada au sujet des marches anti-Trump et d’Hillary Clinton
Présidence américaine - Les États-Unis haïssent vraiment les femmes
Hillary Clinton - Je suis avec elle !
Attentats du 13 novembre, suprématie masculine et violences patriarcales
Le relativisme culturel de la gauche compassionnelle
À l’origine des jihadistes français : la reconnaissance de l’idéologie islamique comme respectable
Quand une organisation religieuse se mêle de politique québécoise
Visite canadienne au "Morong 43" (Philippines) - "Mon coeur appartient réellement à ces communautés"
Formation offerte par Femmes et Démocratie dans Lanaudière en mai
Des poètes québécoises et la question nationale
À Voix égales et le FAEJ explorent de nouveaux moyens de faire élire des femmes
Nouveau-Brunswick - Le Conseil consultatif sur la condition de la femme victime à son tour de l’idéologie conservatrice
Carte électorale - Sortir de l’impasse en réformant le mode de scrutin
Le pouvoir des femmes en politique : utopie ou réalité ?
Le Congrès offre aux membres de l’Action démocratique du Québec l’occasion de mettre la priorité sur l’obtention d’un mode de scrutin à finalité proportionnelle
De la malédiction d’être Arabe
Le Conseil du statut de la femme honore une pionnière du droit de vote des Québécoises, Marie Lacoste-Gérin-Lajoie
Malalai Joya : le visage du courage
Iran - Protestation contre l’exécution des combattant-es kurdes
Le Conseil du statut de la femme soucieux de préserver l’accès aux soins de santé des Québécoises
Des drag-queens à la fête du PLC
De quoi la Palestine est-elle le nom ?
53e session de la Commission de la condition de la femme des Nations Unies
Israël bafoue impunément le droit international à Gaza
Obama, le nouveau logo de la marque Amérique
La situation des droits de l’homme dans le territoire palestinien occupé par Israël depuis 1967
Manon Tremblay répond à ce qu’on veut savoir sur les femmes et la politique
Un vent de droite souffle sur le Québec
Toutes les inégalités n’offensent pas le candidat Barack Obama
Des femmes se portent à la défense de Clinton
Tibet - Quand le génocide devient un gynocide
Primaires américaines - Etre une femme, c’est finalement pire que d’être noir
Primaires américaines - La presse américaine est accusée de céder à l’obamania
La longue marche de Hillary Clinton
A l’ONU, la prose de Durban 1 s’écrit en pire tous les jours - Une entrevue avec Malka Marcovich
"Iran delenda est" - L’Iran doit être détruite, version américaine
Il y a bien eu un génocide planifié contre les Tutsi et 250 000 femmes violées au Rwanda en 1994
Il y a bien eu un génocide planifié contre les Tutsi et plus de 250 000 femmes violées au Rwanda en 1994
Proche-Orient : Le Canada doit faire respecter le droit international
Le Conseil du statut de la femme ne veut pas d’un débat public
Arundathi Roy, guerrière du mot
Angela Merkel, première chancelière de l’histoire de l’Allemagne
Une femme, présidente du Chili ?
Au sein de la marche
"Modèle européen" : l’égalité entre les femmes et les hommes est en danger !
En Suède, un parti féministe menace de déloger le premier ministre
Fallouja, véritable four crématoire !
"Notre beau monde occidental" ?
Non au génocide de Gaza : Acte III
Quand c’est la politique qui salit l’argent
Merci, Vos Honneurs
Une militante féministe est menacée de déportation !
Non au génocide de Gaza - Acte II
Le conflit israélo-palestinien et la liberté académique aux Etats-Unis
Etats-Unis - Haïti
Non au génocide de Gaza et du peuple palestinien
Conférence de la lauréate du prix Nobel de la paix 2003







« Fini, tout cela ! » (1) C’est le titre du fameux essai que j’ai écrit en 1970 lorsque j’ai décidé de m’affranchir pour de bon d’une politique d’accommodement surtout pratiquée par les femmes.

Depuis, j’ai milité pendant des dizaines d’années pour les droits civiques, contre la guerre et pour les droits des femmes, mais je me suis toujours abstenue d’écrire un autre article-manifeste du même genre. Toutefois, depuis la lutte pour le droit de vote, on n’avait jamais vu de rivalité aussi farouche entre les deux groupes gardiens de la conscience de notre nation que celle qui oppose Hillary Rodham Clinton (HRC) à Barack Obama (BO). Je récidive donc.

Finis, les deux poids, deux mesures...

  • Hillary est soit trop masculine, soit trop féminine ; elle est soit trop glaciale, soit trop émotive ; c’est une politicienne si accomplie qu’elle ne devrait pas faire de politique.
  • Elle est « ambitieuse », alors que lui, il a « le feu sacré ».
  • Quand un idiot sexiste a crié « Va donc repasser ma chemise ! » à HRC, on a trouvé cela amusant, mais si un idiot raciste avait crié « Va donc cirer mes chaussures ! » à BO, les médias électroniques auraient glosé pendant des heures sur ce déshonneur national et la presse écrite y aurait consacré d’innombrables pages.
  • Les jeunes Kennedy qui s’intéressent à la politique - Kathleen, Kerry et Bobby Jr - ont tous donné leur appui à Hillary. Le sénateur Ted Kennedy, âgé de 76 ans, a appuyé Obama. Si c’était l’inverse, les commentateurs ne manqueraient pas de souligner que si elle a l’appui de Ted Kennedy et de l’establishment, lui, il rallie la génération montante. (Pour ma part, que Caroline rêve du Retour des Pères ne m’émeut guère. Contrairement aux autres peuples, les Américains ont la mémoire courte. Moi, je n’ai pas oublié le suicide de Marilyn Monroe (2), ni une jeune femme du nom de Mary Jo Kopechne (3) qui a trouvé la mort à Chappaquiddick.)

    Finies, les attaques ignobles et toxiques.

    Le dégoût de Carl Bernstein’s devant les « chevilles épaisses » de Hillary. La création par Roger Stone, expert en magouilles sous Nixon, d’un groupe baptisé « Citizens United Not Timid » (dont l’abréviation est CUNT). John McCain qui répond « Excellente question ! » à un partisan qui lui demande « Comment allons-nous faire pour battre cette salope ? ». Aurait-il osé répondre de la même façon si on lui avait demandé « Comment allons-nous faire pour battre ce fils de pute noir ? » Quelle honte !

    Finis, les casse-noisettes à l’effigie de HRC arborant des pointes de métal entre les cuisses. S’il s’agissait d’une figurine représentant un danseur à claquettes noir, nous serions indignés à juste titre - et on n’en vendrait pas dans les aéroports. Honteux.

    Finis, les T-shirts aux sous-entendus les plus violents de toute notre histoire électorale, dont celui qui porte le slogan meurtrier : « Si seulement Hillary avait épousé O. J. (4) au lieu de Bill ». Honteux.

    Finies, des émissions comme celle de la série « Southpark » où des terroristes implantent une bombe dans le vagin de HRC. Je refuse de m’abaisser à chercher une analogie raciale aussi ignoble. Honteux.

    Qu’on cesse de prétendre, comme le font certains esprits tordus et mal intentionnés, que des attaques aussi abjectes sont drôles. Ce ne sont pas des expressions de haine envers Bill Clinton ou Hillary, mais les manifestations d’une misogynie pathologique. Si ces indignités étaient dirigées contre les Juifs, on y verrait tout de suite de la propagande antisémite. Si elles visaient les Noirs, on reconnaîtrait immédiatement les messages empoisonnés du Ku Klux Klan. Les organismes de défense des animaux comme la PETA (5) feraient un tollé si on attentait de façon aussi odieuse à la dignité des animaux. Pourquoi alors nous, citoyennes et citoyens, électrices et électeurs, Américaines et Américains, ne sommes-nous pas saisis d’indignation ?

    Finis, les assauts quotidiens de la part des médias

    Le mouvement des femmes et Media Matters ont arraché des excuses à Chris Matthews, de la chaîne MSNBC, pour ses commentaires misogynes incessants (6). Mais, que fait-on face aux apartés sexistes de Tim Russert et à ses panels composés exclusivement d’hommes blancs invités à pontifier sur les questions de race et de genre, à la chaîne NBC ? Ou face à Tony Harris qui évoque en ricanant « l’effet des chromosomes » en interviewant une femme du White House Project (7) sur les ondes de CNN ? Sans parler de Fox News.

    Qu’on cesse de faire semblant que la communauté noire n’est composée que d’hommes et que toutes les femmes sont blanches.

    Surprise ! Il y a des femmes de toutes les opinions, de toutes les pigmentations, de tous les âges et de toutes les origines ethniques, aptitudes et préférences sexuelles. Pas seulement des Afro-américaines ou des Euro-américaines, mais aussi des Latino-américaines et des Amérindiennes, des Américaines originaires d’Asie, des Iles du Pacifique et des Arabo-américaines. Et, évidemment, il y en a dans tous les groupes sociaux puisqu’aucun groupe ne pourrait exister si nous ne l’avions pas mis au monde. Il y a peut-être quelques pays non racistes, mais le sexisme, lui, sévit partout. Même si une femme réussit à s’affranchir de tous les autres types de discrimination, elle reste une femme dans un monde où le patriarcat est si omniprésent qu’il est la « norme ».

    Pourquoi alors toutes les femmes ne seraient-elles pas, elles aussi, fières de l’être ? Pourquoi ne serions-nous pas fières des luttes que nous avons menées pendant des siècles, voire des millénaires, pour conquérir les droits que nous avons gagnés jusqu’ici, comme le sont avec raison les Noirs américains des deux sexes ?

    Qu’on en finisse d’une campagne pendant laquelle lui, doit passer pour blanc (ce qui ravit les Blancs, surtout les riches), alors qu’elle doit passer pour un homme (ce que les femmes tout comme les hommes jugent impardonnable, après avoir exigé qu’elle le fasse). Si elle était noire ou que lui était une femme, nous n’aurions pas de tels problèmes, et moi, je serais aux anges. Mais aujourd’hui, une candidate noire n’aurait pas la moindre chance de l’emporter - même si elle défendait Bush aussi indéfectiblement que Condoleeza Rice.

    Je jubilais de voir qu’enfin les femmes afro-américaines détenaient un pouvoir crucial puisqu’elles auraient à décider à qui donner leur appui - jusqu’à ce que des féministes noires partisanes de Hillary me disent qu’on les avaient accusées de « trahir leur race ».

    Finies donc, les conversations au sujet de la cicatrice la plus profonde de notre pays, l’esclavage, où personne n’admet que l’esclavage tout court et l’esclavage sexuel existent encore aujourd’hui aux États-Unis et ailleurs dans le monde, et que la majorité des esclaves sont des femmes.

    Les femmes ont été la cible de haine à cause de leur sexe/race/origine ethnique/religion ; elles ont été violées, battues, envahies dans leur esprit et leur corps et forcées à enfanter ; elles ont toujours été majoritaires parmi les pauvres, les analphabètes, les handicapés, les réfugiés, les soignants, les séropositifs/sidéens, les impuissants. Nous avons survécu à l’invisibilité, au ridicule, aux intégrismes religieux, à la polygamie, aux gaz lacrymogènes, au gavage, à la prison, à l’asile, au sati, au purdah, aux mutilations génitales, aux bûchers dressés pour les sorcières, aux lapidations et aux tentatives de gynocide. Nous avons tout essayé : les appels à la raison, la persuasion et la surqualification, pour apprendre après tous nos efforts que nos difficultés n’avaient rien à voir avec un manque de compétence. Nous savons qu’à l’époque où nous vivons, les femmes perçoivent le monde différemment des hommes - bien qu’elles ne le perçoivent pas nécessairement toutes de la même façon - et qu’elles peuvent gouverner autrement, comme en témoignent Elizabeth Tudor (8), Michèle Bachelet (9) et Ellen Johnson Sirleaf (10).

    Quand Shirley Chisholm (11) et Patricia Schroeder (12) se sont portées candidates à la présidence, elles se sont à peine rendues à la ligne de départ. On s’est moqué d’elles parce qu’elles avaient montré trop de passion et recueilli trop peu d’argent. Fini, tout cela (et espérons qu’on ne verra plus de féministes si obsédées par le désir de voir une femme accéder à la présidence qu’elles seraient prêtes à sacrifier les droits des femmes, comme celles qui ont appuyé Elizabeth Dole.) (13).

    Qu’on en finisse aussi...

  • de blâmer Hillary pour tout ce que fait Bill (y compris ses aventures galantes, même si, contrairement à celles des Kennedy, les siennes ont été rendues publiques). Regardons les choses en face. Si Bill n’avait pas fait campagne activement aux côtés de Hillary, cela aurait fait jaser et chacun y serait allé de sa petite hypothèse. On en a soupé aussi des combats de coqs que se livrent Bill et Teddy aux dépens de Hillary.
  • d’une époque où certains segments de l’électorat sont si désenchantés de la politique qu’un manque relatif de connaissances, d’expérience et de compétences leur semble attrayant, et où l’adulation des célébrités infecte maintenant nos élections à tel point qu’il est plus « cool » de dégager un charisme de cinéma que de comprendre les enjeux complexes et mondiaux du pouvoir sur notre planète blessée et nucléarisée.
  • de l’idée qu’il serait amusant d’élire un président séduisant et prétentieux qui assure qu’il pourra apprendre à gouverner sur le tas. Repensons à George W. Bush et à toute la destruction causée par son inexpérience, son ignorance et son arrogance.

    Finie, l’accusation selon laquelle Hillary agirait comme si « tout lui était dû » alors qu’en fait, elle a toujours été un bourreau de travail et une sénatrice de premier ordre qui travaille sans relâche dans mon État.

    Finie, son exploitation comme test de Rorschach par des femmes qui la réduisent à un écran vierge sur lequel elles projettent leurs propres peurs, échecs et fantasmes.

    Finie, l’expression « figure polarizante » pour désigner celle qui incarne les transitions que les femmes ont vécues au cours du dernier siècle et qu’elles vivront encore au cours du prochain. C’est nous, les féministes, qui avons lancé le mot d’ordre « Devenons les hommes que nous rêvions d’épouser ». Elle nous a entendues, et c’est ce qu’elle a fait.

    Finie, l’attitude timorée de certaines femmes prêtes à manquer ce rendez-vous historique sous prétexte que Hillary n’est pas aussi « gentille » qu’on leur a appris qu’elles devaient l’être, ou parce qu’elle n’a pas quitté son mari, qu’elle n’a pas réussi à le « contrôler » ou qu’elle a évité une rupture familiale et élevé une fille intelligente et équilibrée. (Imaginons un instant le blâme qu’elle aurait encouru si Chelsea s’était comportée en alcoolique névrosée comme les jumelles Bush.) Finies, les moues dédaigneuses de celles qui lui reprochent soit de ne pas avoir fait de biscuits, soit d’en avoir faits, ou encore d’avoir appris les règles du jeu pour ensuite les contourner ou les enfreindre. Trêve d’angélisme, de grâce ! Hillary ne postule pas le titre de « Notre-Dame-de-la-Perfection » ou « d’Immaculée Conception » du mouvement féministe, mais bien celui de présidente des États-Unis.

    Finie, l’ignorance crasse des Américain-es à propos de leur propre histoire et de celle d’autres pays. Margaret Thatcher (14) et Golda Meir (15) issues des rangs de leur parti, se sont positionnées comme des dirigeantes à l’image des hommes en faisant la guerre. Jusqu’ici, presque toutes les autres femmes chefs de gouvernement étaient apparentées à des hommes de pouvoir - petites-filles, filles, sœurs, épouses ou veuves : Gandhi, Bandaranike, Bhutto, Aquino, Chamorro, Wazed, Macapagal-Arroyo, Johnson Sirleaf, Bachelet et Kirchner, entre autres. Même dans notre pays qu’on qualifie de « land of opportunity », c’est la principale porte d’entrée qui s’offre aux femmes. Témoins les Doris Matsui, Mary Bono et Sala Burton, représentantes au Congrès, la sénatrice Jean Carnahan et bien d’autres qu’il serait beaucoup trop long d’énumérer ici.

    Fini, le soi-disant fossé des générations

    Finis, les déhanchements prétendument spontanés de l’aguichante « Obama Girl (16) » qui se dandine en bikini sur Internet avant de finir par avouer que ce n’est pas elle qui a eu l’idée de faire cette vidéo, mais des gars qui l’en ont persuadée. Ce sont eux aussi qui ont choisi les (petites) tenues qu’elle portait et dans lesquelles elle se sentait « un peu idiote ».

    Finie, ma patience pour les jeunes femmes qui, pour s’attirer l’approbation des hommes, s’empressent de montrer qu’elles ne sont pas des féministes (du moins pas de celles qui menacent le statu quo), qui ne peuvent pas s’identifier à une femme candidate qui n’a pas peur du pouvoir (le vilain mot !), qui craignent que leur copain ne les regardent de travers si elles disent du bien de Hillary. Et que répondre aux femmes frileuses de tout âge qui, encore une fois, ne se sentent pas à la hauteur et boudent Hillary sous mille prétextes : « Et si elle n’avait aucune chance d’être élue ? » ou « Et si le féminisme était dépassé et que nous avions déjà l’égalité ? ». J’ai envie de leur citer une formule magnifique de Harriet Tubman (17). Quand on lui a demandé comment elle avait réussi à sauver des centaines d’esclaves afro-américains grâce à l’« Underground Railway », la filière d’évasion qu’elle avait mise en place pendant la Guerre civile américaine, elle a répondu avec amertume : « J’aurais pu en sauver des milliers - si seulement j’avais pu les convaincre qu’ils étaient esclaves. »

    Je préfère saluer avec joie toutes les jeunes femmes fascinantes qui, elles, s’identifient à Hillary et tous les hommes intelligents et courageux - de tout âge et de toute origine ethnique - qui comprennent qu’il est aussi dans leur intérêt d’appuyer Hillary, puisque c’est indiscutablement la plus qualifiée. C’est une candidate prestigieuse qui comprend toutes les nuances de la politique américaine et internationale, qui fait preuve d’une grande rigueur et qui s’est montrée capable d’encaisser des affronts et des souffrances personnelles inouïs sans perdre sa dignité, sa détermination ni même son sens de l’humour, et sans déclarer forfait. (Et n’oublions pas son réseau de contacts, son expérience de la collecte de fonds et son talent pour consolider le parti. Obama était ravi de pouvoir compter sur tous ces atouts de Hillary quand elle a levé des fonds et fait campagne pour l’aider à accéder au Sénat.)

    Je préfère penser à l’avenir et imaginer l’excellent président qu’il pourrait être dans huit ans, quand sa vision et sa détermination auront été fortifiés par un savoir-faire acquis sur le terrain et qu’il aura 54 ans. Entre-temps, qu’on cesse de le dépeindre comme un chevalier sans peur et sans reproche alors qu’en fait, c’est un politicien habile et astucieux qui s’entoure de rédacteurs de discours ayant travaillé pour le rédacteur de discours des Kennedy, Ted Sorenson. Si tout ce qui importe, ce sont les beaux discours et les formules percutantes, que les rédacteurs de discours dirigent le pays ! Mais le but n’est-il pas plutôt de faire adopter les politiques que nous voulons ?

    Et fini aussi, l’âgisme...

    Comment peut-on oser tourner le dos à l’histoire et taire de réelles injustices et les souffrances de certains groupes, dans le seul but de donner un ton euphorique à sa campagne ? Comment peut-on prétendre unifier alors qu’on divise, ou encore, pour secouer la torpeur des jeunes Américains, décider de sacrifier le segment de la population le plus nombreux de toute l’histoire de notre pays - les baby-boomers - dont la plupart sont des femmes ?

    Les femmes âgées sont la seule catégorie de personnes qui ne deviennent pas plus conservatrices avec l’âge. Nous sommes de la génération des féministes radicales qui ont lancé des mots d’ordre comme : « Les femmes bien élevées font rarement l’histoire ». Qu’on ne pense surtout pas que nous allons tirer poliment notre révérence dès qu’un homme nous invitera à le faire. Nous sommes les femmes qui ont change la réalité des États-Unis. Et même si nous n’avons jamais cessé de revendiquer nos droits, tenez-vous bien, car nous remontons aux barricades.

    C’est nous qui avons gagné toute une panoplie de droits pour les femmes américaines, entre autres un accès égal au crédit, de meilleurs salaires, l’action positive et l’idée d’adapter le milieu de travail aux besoins des familles. C’est nous qui avons créé des refuges pour les victimes de viol et de mauvais traitements, et fait adopter des lois réprimant le viol commis dans le contexte du mariage ou de fréquentations. C’est nous qui avons défendu le droit des mères lesbiennes à avoir la garde de leurs enfants, qui avons lutté pour la réforme des prisons, qui avons fondé les mouvements pour la paix et pour la protection de l’environnement. C’est nous qui avons exigé que les recherches médicales portent aussi sur l’anatomie féminine, qui avons incité les hommes à devenir des pères plus présents, qui avons créé des chaires d’études féministes et revendiqué un nouvel amendement à la Constitution (Title IX) pour que nous puissions toutes et tous applaudir les joueuses de la WNBA (18) et Mia Hamm (19). C’est nous qui nous sommes réapproprié notre sexualité aliénée par la pornographie violente, qui avons fait des garderies un enjeu national, qui avons transformé le profil démographique de notre pays, l’expression artistique et même le langage. C’est nous qui avons lancé un mouvement mondial. Nous sommes les fières successeures des femmes qui ont gagné pour nous le droit de vote, même s’il leur a fallu plus de 50 ans pour l’obtenir.

    C’est nous, les femmes, qui sommes maintenant la majorité de l’électorat aux Etats-Unis.

    Hillary a dit qu’elle a trouvé sa propre voix au New Hampshire, et il n’y a pas une femme qui, en son for intérieur, ne comprenne pas ce qu’elle veut dire. Après, la voix de Hillary a été noyée par les commentaires des experts des campagnes électorales, par Bill et par l’obsession des médias pour tout ce qui le concerne.

    Écoutons un peu sa voix à elle :

    « Pendant trop longtemps, l’histoire des femmes a été marquée par le silence. Encore aujourd’hui, certains essaient de nous faire taire ».

    « C’est une atteinte aux droits de la personne quand on affame des bébés, quand on les noie, quand on les étouffe ou qu’on leur brise la colonne vertébrale simplement parce qu’elles sont nées filles. C’est une atteinte aux droits de la personne quand on vend des femmes et des fillettes pour les réduire en esclavage par la prostitution. C’est une atteinte aux droits de la personne quand on arrose des femmes d’essence pour les brûler vives parce qu’on juge leur dot insuffisante. C’est une atteinte aux droits de la personne quand des femmes sont violées dans leur village ou quand des milliers de femmes sont violées parce que le viol est devenu une stratégie de guerre ou parce qu’elles sont considérées comme du butin. C’est une atteinte aux droits de la personne que, dans le monde entier, une des principales causes de mortalité chez les jeunes filles et les femmes de 14 à 44 ans soit la violence qu’elles subissent sous leur propre toit. "Les droits des femmes sont ceux de tout être humain, dont le droit de s’exprimer librement et le droit d’être entendue". C’est une atteinte aux droits de la personne quand on refuse aux femmes le droit de planifier leurs grossesses en recourant, entre autres, à la stérilisation et à l’avortement forcés. »

    Voilà les paroles de Hillary Rodham Clinton à la Conférence de l’ONU sur les femmes tenue à Beijing en 1995. En s’exprimant ainsi, elle défiait le Département d’État américain et le gouvernement chinois. (Cliquer ici pour le texte intégral de cet éblouissant discours).

    Et voici ce qu’elle a dit à l’âge de 22 ans, en tant que présidente de l’Association étudiante du College Wellesly, lors de sa collation de grade (20) :
    « Nous explorons tous un monde qu’aucun de nous ne comprend, en quête d’un art de vie plus immédiat, plus épanoui et plus profond. Nous sommes aussi en quête d’intégrité, du courage de nous réaliser pleinement, tout en vivant les uns avec les autres dans toute la poésie de l’existence. Les efforts que nous déployons pour mener une vie équilibrée dans un climat de confiance et de respect mutuels auront des conséquences sociales et politiques extraordinairement importantes. Bien sûr, la peur nous accompagnera toujours, mais nous ne devons pas y céder ».

    Elle a conclu son discours en s’engageant « à pratiquer, avec toutes les ressources de son être, l’art de rendre possible ».

    Et c’est ce qu’elle fait depuis des dizaines d’années.

    Fini, le temps où elle se remettait en question. La vraie question est bien plus profonde. Il ne s’agit pas de savoir si Hillary peut retrouver sa voix, mais bien si nous, les femmes, saurons trouver la nôtre. Saurons-nous le faire pour nous-mêmes ?

    « Notre présidente, nous-mêmes ! »

    Il reste peu de temps et la lutte est de plus en plus serrée. Nous devons nous lever, mues par une furieuse énergie, comme nous l’avons fait quand le Sénat des États-Unis a traité Anita Hill (21) de façon aussi ignoble. Comme nous l’avons fait quand Rosie Jimenez a été charcutée par un avorteur clandestin et comme nous l’avons fait et le faisons encore quand des femmes de n’importe quel coin du monde sont condamnées pour avoir essayé de surmonter l’injustice qui leur est faite. Cette fois, nous devons absolument gagner. Nous ne pouvons plus nous permettre d’appuyer Hillary du bout des lèvres, avec mille réserves et des sourires lénifiants. Le moment est venu de nous mobiliser, de prendre le téléphone, d’envoyer des courriels, de donner de l’argent, d’argumenter, de nous rassembler, de manifester, de crier, de voter.

    Et moi ? Moi, j’appuie Hillary parce que, de tous les candidats des deux partis, c’est la plus qualifiée. Je l’appuie parce que ses positions sont mûrement réfléchies - un changement bienvenu après huit ans passés sous le règne d’un joyeux « unificateur » dont les politiques inconsidérées ont fait couler tant de sang. Je ne sens pas le besoin d’être d’accord avec elle sur absolument tout. Je souscris aux 97 pour 100 de ses positions qui sont identiques à celles d’Obama, et aussi à ses positions qui sont plus pratiques et plus à gauche que celles d’Obama (comme l’assurance maladie). Je l’appuie parce qu’elle a déjà fracassé le stéréotype de la première dame et marqué l’histoire par l’excellence de son travail de sénatrice. Je l’appuie, enfin, parce que je crois qu’elle continuera à marquer l’histoire de notre pays non seulement en devenant la première présidente des États-Unis, mais en étant, de surcroît, une grande présidente des États-Unis.

    Et qu’en est-il de la « question des femmes » ?

    Pour ma part, je vais voter pour Hillary non pas parce que c’est une femme, mais parce que moi, j’en suis une.

    Le 2 février 2008

    Source originale : "Goodbye To All That (#2)".

    Traduit pour Sisyphe par Marie Savoie avec l’autorisation de l’auteure.

    Notes

    1. NdT : En anglais « Goodbye To All That ». La version originale se trouve sur ce site.
    2. Allusion aux rumeurs sur le suicide de Marilyn Monroe qui serait en réalité un meurtre dans lequel Robert et John Kennedy, qui étaient tous deux ses amants, auraient été impliqués afin de l’empêcher de faire des révélations embarrassantes.
    3. Doutes également sur la mort de Mary Jo Kopechne, secrétaire de Robert Kennedy, morte noyée à Chappaquiddick Island après que la voiture conduite par Edward Kennedy tomba d’un pont.
    4. O. J. Simpson, vedette de la ligue nationale de football, accusé du meurtre de sa femme Nicole Smith et de son ami, Ronald Goldman, le 12 juin 1994.
    5. NdT : People for Ethical Treatment of Animals.
    6. Women’s Media Center.
    7. Le "White House Project" a pour but l’avancement du leadership des femmes dans toutes les communautés et secteurs aux Etats-Unis.
    8. Elizabeth Tudor (1533-1603) : reine d’Angleterre, fille d’Henry VIII et de Anne Boleyn.
    9. Présidente de la République du Chili depuis le 11 mars 2006.
    10. Présidente du Libéria depuis le 23 novembre 2005.
    11. Shirley Chisholm, policienne, éducatrice et auteure, qui a représenté le 12ème district de New York au Congrès de 1968 à 1983. En janvier 1972, elle est devenue la première femme afro-américaine à se présenter comme candidate démocrate à la présidence des États-Unis.
    12. Patricia Schroeder, membre du Congrès, a aussi été candidate pour une brève période à la présidence lors des élections de 1988.
    13. Elizabeth Dole, sénatrice républicaine de 2002 à 2009, conjointe de Bob Dole, candidat présidentiel aux élections de 1996.
    14. Margaret Thatcher, présidente du Parti conservateur de 1975 à 1990 et également la seule Première ministre du Royaume-Uni de 1979 à 1990.
    15, Golda Meir a participé à la création de l’État d’Israël, a été ministre des affaires étrangères, ainsi que le quatrième première ministre d’Israël du 17 mars 1069 au 11 avril 1974.
    16. « Obama girl » fait référence à Amber Lee Ettinger dont le clip de R&B « I’ve got a crush on Obama » (j’ai un faible pour Obama) a déjà été visionnée par plus de 2,5 millions de fois sur Youtube.
    17. Harriet Tubman est une abolitionniste qui, après avoir échappé à l’esclavage, a accompli treize missions pour sauver 300 esclaves en utilisant le réseau militant des abris sécuritaires, appelé "le chemin de fer clandestin".
    18. Women’s National Basketball’s Association.
    19. Mia Hamm est la plus éminente footballeuse des années 1990 au plan mondial.
    20. Commencement Remarks of Hillary D. Rodham, President of Wellesley College Government Association, Class of 1969
    21. Anita Hill, professeure de Science politique, de Droit et d’Études féministes.qui, en 1991, a témoigné devant un comité sénatorial sur la candidature de Clarence Thomas à la Cour Suprême en l’accusant de harcèlement sexuel alors qu’il était son supérieur.

    Mis en ligne sur Sisyphe, le 3 mars 2008.

  • - Site de Robin Morgan.
    - Élaine Audet, Hillary Clinton, le sexisme et les femmes, Sisyphe, le 4 février 2008.
    - Débat crucial pour Hillary Clinton, par Élaine Audet, le 21 février 2008.
    - Hillary Clinton reprend pied, par Claude Lévesque, Le Devoir, 5 mars 2008.


    Partagez cette page.
    Share


    Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer ce texte   Nous suivre sur Twitter   Nous suivre sur Facebook
       Commenter cet article plus bas.

    Robin Morgan

    L’auteure est à la fois écrivaine, féministe de renom, journaliste, éditrice et co-fondatrice du Women’s Media Centre. Elle a publié 21 ouvrages, dont six de poésie et quatre de fiction, et reçu divers prix littéraires. Ses anthologies Sisterhood Is Powerful, Sisterhood Is Global et Sisterhood Is Forever sont devenues des classiques, et ses livres ont été traduits en 13 langues.

    Robin Morgan compte parmi les fondatrices du féminisme contemporain aux États-Unis et est depuis 25 ans l’une des figures de proue du mouvement féministe international. Parmi ses ouvrages les plus récents figurent A Hot January : Poems 1996-1999, Saturday’s Child : A Memoir, le best-seller The Demon Lover : The Roots of Terrorism, mis à jour et réédité en 2001, et son roman The Burning Time. En septembre 2006, elle a publié un essai intitulé Fighting Words : A Tool Kit for Combating the Religious Right.



    Plan-Liens Forum

  • Lamentable
    (1/6) 23 mars 2008 , par

  • Samatha Power
    (2/6) 8 mars 2008 , par

  • > Hillary Clinton et les primaires américaines - Fini, tout cela (bis)
    (3/6) 8 mars 2008 , par

  • Créer l’Obamamanie et la Clintonphobie
    (4/6) 8 mars 2008 , par

  • > Hillary Clinton et les primaires américaines - Fini, tout cela (bis)
    (5/6) 6 mars 2008 , par

  • > Hillary Clinton et les primaires américaines - Fini, tout cela (bis)
    (6/6) 5 mars 2008 , par





  • Lamentable
    23 mars 2008 , par   [retour au début des forums]

    Je trouve ce texte pitoyable. Je ne commenterai pas la prise de position en faveur d’Hillary Clinton en tant que telle puisque ce n’est pas là mon propos et peu m’importe.
    Je fais plutôt référence à un discours qu’on entend parfois parmi certaines féministes entre autres. Je suis féministe et à ce titre je considère toute forme d’oppression et de domination comme inacceptable : envers les femmes bien sûr et envers les autres communautés dont les noirs .

    Que H. Clinton soit victime de propos et attitudes sexistes, ce n’est pas trop étonnant. Nos sociétés occidentales sont des sociétés fondamentalement patriarcales contrairement à ce qu’on veut nous faire croire. Le relever et en discuter est important et essentiel. Mais par contre arguer du fait que la situation de noirs aux Etats-Unis est plus enviable comme cela est suggéré à plusieurs reprises, c’est pathétique. Les tenants de la domination de genre et de race doivent bien rigoler. Ce sont eux qui gagnent à diviser les partisans de l’égalité pour toutes et tous. A moins que votre vision de l’égalité ne soit à géométrie variable. On dit aussi que les homosexuel-les sont plus opprimé-es que les non blancs, que les arabes sont plus opprimés que les noirs, que les Juifs sont plus opprimés que les Arabes et comme vous le dites dans ce même texte que les femmes sont aussi plus opprimées que les Juifs. Ca tourne pas en rond tout ça ??

    En fait vous avez le même problème que les tenants du système que vous dénoncez, vous êtes incapable de vous décentrer, de voir au-delà de votre propre condition. Notre lutte passe par la prise de conscience que toute oppression quelle qu’elle soit est une faille dans une organisation politique égalitaire et c’est la base de tout combat juste. Si vous ne commencez pas par là, c’est inutile de continuer, vous ne ferez qu’aggraver la situation. L’égalité est intangible : c’est pour tout le monde ou pour personne. Autre chose : si toutes les femmes faisaient avancer la cause féministe ça se saurait et on n’en serait pas là.

    D’ailleurs, j’ose espérer que malgré une ambiguïté à ce sujet dans le texte, vous ne considérez pas les longues années de pouvoir de Thatcher comme une victoire pour les femmes : toutes ces années de néo libéralisme forcené ont provoqué la paupérisation accrue des couches les plus vulnérables de la société britannique dont font partie entre autres les femmes et les noirs.

    • Ce qui est le plus lamentable
      23 mars 2008 , par
        [retour au début des forums]

      Je ne lis rien de tel dans le texte de Robin Morgan et ce que je trouve lamentable c’est de faire dire aux autres ce qu’ils n’ont pas dit. Je ne vois pas en quoi dénoncer le sexisme et la misogynie des médias qui ont favorisé sans la moindre distance critique le candidat Obama soit nier ce que la communauté noire a vécu et continue de vivre aux États-Unis. Vous mêlez les cartes. Les femmes sont opprimées, quelles que soient la couleur de leur peau, leur religion, leur ethnie, et les femmes noires sont doublement opprimées : par leur communauté en tant que femmes et par l’ensemble de la société à titre de membres de minorités.

      [Répondre à ce message]

      • Quelques extraits...
        28 mars 2008 , par
          [retour au début des forums]

        Comment ça je fais dire aux à l’article ce qu’il ne dit pas ? Faudrait peut-être pas exagérer non plus : je cite :


        "Quand un idiot sexiste a crié « Va donc repasser ma chemise ! » à HRC, on a trouvé cela amusant, mais si un idiot raciste avait crié « Va donc cirer mes chaussures ! » à BO, les médias électroniques auraient glosé pendant des heures sur ce déshonneur national et la presse écrite y aurait consacré d’innombrables pages."
        ...
        "Finis, les casse-noisettes à l’effigie de HRC arborant des pointes de métal entre les cuisses. S’il s’agissait d’une figurine représentant un danseur à claquettes noir, nous serions indignés à juste titre - et on n’en vendrait pas dans les aéroports."
        ...
        "Si ces indignités étaient dirigées contre les Juifs, on y verrait tout de suite de la propagande antisémite. Si elles visaient les Noirs, on reconnaîtrait immédiatement les messages empoisonnés du Ku Klux Klan."
        ...
        "Il y a peut-être quelques pays non racistes, mais le sexisme, lui, sévit partout. Même si une femme réussit à s’affranchir de tous les autres types de discrimination, elle reste une femme dans un monde où le patriarcat est si omniprésent qu’il est la « norme »."

        Bref, le point commun de tout ça c’est de dire que le sexisme fait plus de dégât que le racisme et c’est donc par la même imposer une priorité dans la lutte et une hiérarchie : la lutte contre le sexisme serait moins entendue : 1ère nouvelle ! C’est quoi cette course au trophée macabre là ? Et quel intérêt de dire ça ?
        Donc on devrait moins parler du racisme ? C’est une des conclusions qu’on peut tirer, non ? Sinon l’auteur aurait juste démontré qu’on ne parlait pas assez du sexisme mais sans parler du racisme qui est ici mis en concurrence.

        Je me répète : les rapports de domination mêlent toujours de façon complexe les différents paramètres qui permettent d’assoir la suprématie de l’homme blanc. Il est vain et caricatural de demander à une femme noire (par exemple) de séparer les différentes formes d’oppression qu’elle subit. Sexisme et racisme se renforcent l’un et l’autre et penser qu’on combattra le premier en minorant le second est une aberration.
        Au fait, les pays non racistes, désolée, mais je ne vois pas où ils sont.

        [Répondre à ce message]

    Samatha Power
    8 mars 2008 , par   [retour au début des forums]

    Prof à Harvard, Samantha Power avait pris l’an dernier un an de congé sabbatique pour rejoindre le bureau de Barack Obama au Sénat.

    "A la BBC, elle a paru indiquer aujourd’hui que le plan de retrait d’Irak serait revu lorsque Barack Obama serait élu. Ce n’est pas le genre de choses qui se disent même s’il est clair que le prochain commandant en chef devra faire avec la situation qu’il trouvera en arrivant."

    Décidément, qu’est-ce qui est vrai des engagements de Barack Obama ?

    Le Monde, 7 mars.

    > Hillary Clinton et les primaires américaines - Fini, tout cela (bis)
    8 mars 2008 , par   [retour au début des forums]

    Arthur Goldhammer : "Barack Obama n’a pas su attirer les votes ouvrier et latino", dans Le Monde.

    Créer l’Obamamanie et la Clintonphobie
    8 mars 2008 , par   [retour au début des forums]
    Sisyphe

    En dépit d’une campagne de presse haineuse dirigée contre elle, Hillary Clinton a renversé la tendance dans les primaires démocrates, le 4 mars, en remportant l’Ohio, le Texas et le Rhodes Island. Barack Obama a gagné le Vermont et détient toujours un plus grand nombre de délégué-es. La presse américaine, qui vient de se rendre compte qu’elle sait tout de Clinton mais à peu près rien d’Obama, a commencé à faire son me culpa, la semaine dernière, reconnaissant avoir eu jusqu’ici un "parti-pris" pour Barack Obama. "Parti-pris" est un euphémisme, comme le démontre l’article de la féministe américaine Robin Morgan. Si Hillary Clinton sort gagnante de cette course à l’investiture démocrate, sa victoire en sera une d’abord contre la presse. Notons que la même presse donnait McCain perdant, il y a 8 mois. Il vient de sortir vainqueur de la course à l’investiture républicaine.

    Comme H. Clinton a gagné, on refuse de reconnaître qu’elle a mérité sa victoire. On est en train de faire une victime de Barack Obama. On ne se montre pas scandalisé de la duplicité de l’équipe Obama dans sa position concernant l’ALENA, mais de la fuite qui a révélé cette duplicité. Cela en dit long sur l’éthique en politique. Si c’était à H. Clinton que la fuite avait potentiellement nui, les médias et les politicailleurs en auraient minimisé l’importance et, qui sait, peut-être s’en seraient-ils réjouis. Une vague irrationnelle est créée et entretenue par les médias dans ces primaires : on présente Obama comme un Messie et Clinton comme un "monstre". Le terme "monstre" a d’ailleurs été employé par une membre de l’équipe d’Obama qui vient de démissionner.

    Diable ! Qu’est-ce qu’on souhaiterait ? Qu’une politicienne qui aspire à la présidence des États-Unis ne fasse pas campagne avec les mêmes moyens employés par ses adversaires ?

    Le montant démentionnel de l’argent que réussissent à obtenir, en un temps record, les deux candidats démocrates devraient inquiéter la population et la presse. On en est rendu au total à près de 300 millions$ pour les deux candidats. D’où vient cet argent ? De quelle façon liera-t-il les candidats ? Quels intérêts demanderont le renvoi d’ascenseur auprès de l’élue ou de l’élu ? Les intérêts militaires ? Pétroliers ? Pharmaceutiques ? Mafieux ?

    Tant par son financement que son déroulement, cette campagne électorale n’a rien de démocratique. Les règles de scrutin diffèrent dans les États et le vote des délégués a été écarté dans deux États parmi les plus importants à cause d’irrégularités. Comment peut-on prétendre avoir un portrait fidèle de l’opinion des délégués démocrates ? Autre instance antidémocratique : les super-délégués qui pourront voter selon leur envie du jour ou les sondages, renverser si ça leur chante le vote de l’ensemble des délégués ordinaires des États. On devine à quelles sortes de pressions et de transactions les super-délégués seront soumis.

    • > Créer l’Obamamanie et la Clintonphobie
      20 mars 2008 , par
        [retour au début des forums]
      http://sisyphe.org/article.php3?id_...

      Bonjour Micheline,
      Je trouve que votre discours à une allure approximativement sexiste sur la politique de jeune sénateur noir de Illinois.

      ## LISEZ MOI JUSQU’AU BOUT SVP !##

      Vous devriez lire sa biographie pour comprendre que dans la vie de tout un chacun, se cache un mystère que seul Dieu -pour ceux qui y croient encore comme moi- pourait expliquer. Personne ne refuse l’idée que votre préférée ait été traitée de "montre", que les médias sont un musée d’exposition de sa vie privée.

      Vous n’avez certainement pas connu la guèrre pour comprendre que la VOIX d’Hillary pouvait épargner la vie de plusieurs civils Irakiens, femmes, étudiants, enseignants et enfants, avenir de l’Irak qui ont perdu leur vie. Vous n’avez certainement pas connu ce qu’est l’ESPOIR, le RÊVE, comme celui de Martin Lutter King, la soiffe de conquérir l’espace (JFK), vivre libre et en paix pour le peu de temps que l’HOMME tranverse sur TERRE (JAL) ; Terre qui aujourd’hui se revolte de la POLLUTION que nous l’offrons comme recompense pour son hébergement.

      Le monde nous réserve toujours plein de surprises, le monde est la vie, la vie l’espoire ; mais l’espoire est ce qu’a perdus plusieurs familles Irakiennes !

      Ni BUSH, ni McCain, ni Hillary non plus sont le mieux placés pour présenter au peuple américain la nouvelle image dont il rêvent !

      Réfléchissez-en et croyez moi que, l’intélligence, l’éloquence, la qualité du jugement, la patience, la persévérence, le carisme, le rêve idéaliste (c’est une expréssion fréquemment utilisée par les dieux de la philosophie),l’honneteté...sont parmis tant d’autres ce qui défini l’Existance qui précède l’essence de Jean Paul Sartre.

      Merci pour la bonne analuse et compréhention,
      JAL de Montréal.

      [Répondre à ce message]

      • L’éloquence est-elle l’essence ?
        21 mars 2008 , par
          [retour au début des forums]

        Merci de votre commentaire. Peut-on nier que les médias aient eu deux poids, deux mesures pour évaluer les candidats à l’investiture démocrate ? Je comprends l’espoir des communautés victimes de racisme, mais je connais aussi celui des femmes, le rêve des femmes d’être un jour traitées en véritables égales. Pas jugées sur leurs rides et la couleur de leurs tailleurs, ou méprisées comme l’a été H. Clinton. Historiquement, les femmes n’ont pas été mieux traitées que les communautés noires des États-Unis ou d’autres pays occidentaux. Collectivement, je pense qu’elles ont été plus maltraitées, car le sexisme se retrouve dans toutes les communautés ethniques, sans égard à la couleur de la peau. Je comprends très bien les communautés d’appartenance d’Obama de le vouloir comme président, comme vous pourriez comprendre les femmes de vouloir la première femme présidente des États-Unis, donc la cheffe politique la plus importante du monde. Pourquoi cela serait-il du sexisme ? Je ne crois pas, pour ma part, qu’il ait du racisme chez la communauté noire à vouloir un homme noir ou métisse à la présidence des États-Unis. Je dis que cette aspiration est légitime. H. Clinton est peut-être moins éloquente qu’Obama, mais je la crois plus apte politiquement, et je trouve que ses discours ont plus de contenu. Question d’opinion. J’ai de la difficulté avec les grands discours sur le rêve, l’espoir et l’avenir. Ils répondent à ce que les Américain-es veulent entendre, mais l’éloquence n’est pas garante de compétence. On reprocherait à H. Clinton de jouer sur l’émotion, si elle provoquait les vagues d’émotion que provoque B. Obama, et on dirait que c’est un travers féminin. Mais dans le cas d’Obama, c’est de l’éloquence et du charisme... De façon générale, j’ai de la difficulté avec les personnes publiques dont on fait des icônes. Quand j’étais jeune, mon père disait parfois : "Grand parleur, petit faiseur".

        Je n’approuve pas que Clinton ait voté en faveur de la guerre il y a 5 ans (Obama peut le lui reprocher, il n’était pas là pour voter), mais on n’évalue pas un-e candidat-e sur un seul élément. Surtout, je ne crois pas qu’Obama ferait mieux que Clinton face à la guerre en Irak. De l’invasion et l’occupation de l’Irak par les États-Unis, voyez ce que je pensais il y a 5 ans dans les titres des Manchettes de Sisyphe à droite en haut de la page d’accueil. Je n’ai pas changé d’avis. Micheline Carrier

        [Répondre à ce message]

    > Hillary Clinton et les primaires américaines - Fini, tout cela (bis)
    6 mars 2008 , par   [retour au début des forums]

    Humanisation de l’humanité

    Si j’étais états-uniennes, je voterais pour Hillary Clinton.
    Non particulièrement parce que je suis une femme, mais parce qu’il m’apparaît évident que l’élection d’une femme à la présidence de la plus grande puissance (même en pleine chute) du monde marquerait un pas décisif dans la nécessaire révolution anthropologique de l’évolution humaine vers une éventuelle humanité régie par des relations d’intelligence plutôt que par les seuls rapports de force que les hommes (blancs, noirs, jaunes ou rouges) se sont bornés à établir, depuis l’origine de l’organisation sociale.
    Je voterais Hillary Clinton dans l’espoir d’un renversement du monde tel qu’il và, basé sur la violence de l’exploitation et de la domination.
    Espoir. Par définition susceptible d’ être décu.
    Bien sûr ! Mais qu’est-ce qui conduit le plus directement à la mort que le manque d’espoir.

    > Hillary Clinton et les primaires américaines - Fini, tout cela (bis)
    5 mars 2008 , par   [retour au début des forums]

    Bravo madame .
    Quel beau texte .

    Puissiez vous gagner .

    hillary présidente. Parceque nous le valons bien

    • > Mme Robin Morgan et Mme Hillary Clinton
      6 mars 2008 , par
        [retour au début des forums]

      Madame Morgan,

      votre texte est une éloge non seulement à Hillary Clinton mais à toutes les femmes.

      Je l’ai savouré et le savoure encore chaque fois que je le relis.

      Je suis avec grand intérêt la course à la présidence des États-Unis et, depuis le tout début, je suis nettement en faveur d’Hillary Clinton, non pas seulement parce qu’elle est femme comme moi, mais parce qu’elle est la personne la plus apte à devenir présidente de son pays pour lequel elle a toujours travaillé avec ardeur et détermination.

      Je pense que le temps est venu pour qu’une femme telle qu’Hillary Clinton accède au poste de présidente, car avec elle, bien des choses vont évoluer, s’améliorer, changer, et Dieu sait si les États-Unis ont un criant besoin de tout cela !

      Je ne crois pas qu’Obama soit prêt pour mener à bien un mandat de président,alors qu’Hillary Clinton a été rodée à la politique d’abord par ses implications dans la vie publique et politique et ensuite en tant que Première Dame.

      Si j’étais Américaine, je voterai sans hésiter pour Hillary Clinton ! Je l’admire depuis longtemps, bien avant sa campagne, et j’étais heureuse de la voir se lancer dans l’arène avec courage et détermination.

      Elle vient de remporter la victoire dans deux états importants, l’Ohio et le Texas ; la victoire définitive n’est pas loin pour Hillary Cliton,c’est du moins mon voeu le plus cher pour l’instant.

      [Répondre à ce message]


        Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

    © SISYPHE 2002-2008
    http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Retour à la page d'accueil |Admin