| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       






dimanche 1er août 2004


La Cour internationale juge illégale la construction d’un mur par Israël
Merci, Vos Honneurs

par Gila Svirsky, militante israélienne pour la paix






Écrits d'Élaine Audet



Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


Non, l’Arabie saoudite ne peut défendre les droits des femmes à l’ONU !
Nous avons des raisons de craindre les conséquences de l’élection de Donald Trump
Stéphane Bureau et désinformation à Radio-Canada au sujet des marches anti-Trump et d’Hillary Clinton
Présidence américaine - Les États-Unis haïssent vraiment les femmes
Hillary Clinton - Je suis avec elle !
Attentats du 13 novembre, suprématie masculine et violences patriarcales
Le relativisme culturel de la gauche compassionnelle
À l’origine des jihadistes français : la reconnaissance de l’idéologie islamique comme respectable
Quand une organisation religieuse se mêle de politique québécoise
Visite canadienne au "Morong 43" (Philippines) - "Mon coeur appartient réellement à ces communautés"
Formation offerte par Femmes et Démocratie dans Lanaudière en mai
Des poètes québécoises et la question nationale
À Voix égales et le FAEJ explorent de nouveaux moyens de faire élire des femmes
Nouveau-Brunswick - Le Conseil consultatif sur la condition de la femme victime à son tour de l’idéologie conservatrice
Carte électorale - Sortir de l’impasse en réformant le mode de scrutin
Le pouvoir des femmes en politique : utopie ou réalité ?
Le Congrès offre aux membres de l’Action démocratique du Québec l’occasion de mettre la priorité sur l’obtention d’un mode de scrutin à finalité proportionnelle
De la malédiction d’être Arabe
Le Conseil du statut de la femme honore une pionnière du droit de vote des Québécoises, Marie Lacoste-Gérin-Lajoie
Malalai Joya : le visage du courage
Iran - Protestation contre l’exécution des combattant-es kurdes
Le Conseil du statut de la femme soucieux de préserver l’accès aux soins de santé des Québécoises
Des drag-queens à la fête du PLC
De quoi la Palestine est-elle le nom ?
53e session de la Commission de la condition de la femme des Nations Unies
Israël bafoue impunément le droit international à Gaza
Obama, le nouveau logo de la marque Amérique
La situation des droits de l’homme dans le territoire palestinien occupé par Israël depuis 1967
Manon Tremblay répond à ce qu’on veut savoir sur les femmes et la politique
Un vent de droite souffle sur le Québec
Toutes les inégalités n’offensent pas le candidat Barack Obama
Des femmes se portent à la défense de Clinton
Tibet - Quand le génocide devient un gynocide
Hillary Clinton et les primaires américaines - Fini, tout cela (bis)
Primaires américaines - Etre une femme, c’est finalement pire que d’être noir
Primaires américaines - La presse américaine est accusée de céder à l’obamania
La longue marche de Hillary Clinton
A l’ONU, la prose de Durban 1 s’écrit en pire tous les jours - Une entrevue avec Malka Marcovich
"Iran delenda est" - L’Iran doit être détruite, version américaine
Il y a bien eu un génocide planifié contre les Tutsi et 250 000 femmes violées au Rwanda en 1994
Il y a bien eu un génocide planifié contre les Tutsi et plus de 250 000 femmes violées au Rwanda en 1994
Proche-Orient : Le Canada doit faire respecter le droit international
Le Conseil du statut de la femme ne veut pas d’un débat public
Arundathi Roy, guerrière du mot
Angela Merkel, première chancelière de l’histoire de l’Allemagne
Une femme, présidente du Chili ?
Au sein de la marche
"Modèle européen" : l’égalité entre les femmes et les hommes est en danger !
En Suède, un parti féministe menace de déloger le premier ministre
Fallouja, véritable four crématoire !
"Notre beau monde occidental" ?
Non au génocide de Gaza : Acte III
Quand c’est la politique qui salit l’argent
Une militante féministe est menacée de déportation !
Non au génocide de Gaza - Acte II
Le conflit israélo-palestinien et la liberté académique aux Etats-Unis
Etats-Unis - Haïti
Non au génocide de Gaza et du peuple palestinien
Conférence de la lauréate du prix Nobel de la paix 2003







Dans un jugement non-équivoque mais prudent, la Cour internationale de justice de La Haye a fait ce qui était prévu : elle a estimé que la construction par Israël de son mur de sécurité à l’intérieur du territoire palestinien est illégal en vertu du droit international.

En tant qu’Israélienne très préoccupée par la sécurité de mon pays, et en
tant que Juive concernée par les implications morales de la construction de cette barrière, j’applaudis cette décision.

Les déclarations en faveur du mur pour assurer la sécurité d’Israël sont
sérieusement problématiques : tel qu’il est construit en ce moment, le mur ne respecte pas la frontière de 1967, mais s’étend profondément à l’intérieur des terres palestiniennes, un itinéraire qui finalement laissera des centaines de milliers de Palestiniens du côté israélien. Comment cela empêchera-t-il des Palestiniens candidats aux attentats-suicide d’entrer en Israël ?

Sur le plan humanitaire, le mur est inadmissible. Il empêche les Palestiniens d’accéder à leurs champs, aux écoles, aux hôpitaux et à leur travail. Imaginez que vos enfants doivent, deux fois par jour, attendre devant le mur l’arrivée de soldats pour qu’ils ouvrent la grille qui leur permet d’aller et de revenir de l’école. Imaginez le paysan vivant de ses oliviers qui, maintenant, sont inaccessibles ou ont été arrachés pour faire place à une construction. Imaginez que vous ayez soudain besoin de voir un médecin mais n’avez pas le permis qui vous autorise à passer. Imaginez que vous ayez simplement envie d’aller visiter votre vieille mère, mais maintenant le mur s’est mis entre vous.

D’après B’Tselem, l’organisation israélienne des droits humains, quand le mur sera terminé, plus ou moins 38% des Palestiniens verront leur vie perturbée et leurs revenus supprimés.

La présence du mur n’est pas seulement cruelle pour les Palestiniens ; il nuit aussi, en dernière analyse, à la sécurité d’Israël, car il alimente les sentiments d’amertume et de haine envers nous. Est-ce cela, la sécurité que nous apportera le mur ?

Contrairement aux Palestiniens qui ne peuvent difficilement l’éviter, la plupart des Israéliens n’ont jamais vu le mur ; il est construit à l’intérieur du territoire palestinien, où seuls maintenant s’aventurent les colons (et les soldats envoyés pour les protéger). Si d’autres Israéliens le voyaient, j’ose espérer qu’ils seraient choqués. A certains endroits, le mur ne traverse pas simplement les villes palestiniennes, en réalité, il les encercle entièrement, parquant les habitants à l’intérieur - leur droit d’entrer ou de quitter dépendant de l’humeur de jeunes soldats qui gardent la grille d’entrée.

Dans ces localités, les populations civiles sont entièrement encerclées par un rempart de béton gris de 8 mètres de haut interrompu seulement par des tours de garde d’où des soldats dirigent des jumelles et des fusils automatiques vers les habitants en bas. Des lumières montées sur le mur éclairent les rues pour faciliter la surveillance de chaque instant. En tant que Juive dont les ancêtres ont été confinés dans des ghettos pendant des périodes antisémites de l’histoire, je trouve cela horrible. Le maintien de 100,000 Palestiniens parqués dans des ghettos et des enclaves sert-il les besoins de sécurité d’Israël ? Forcer les Juifs à vivre dans des ghettos a-t-il servi les besoins de sécurité de ces pays ?

La semaine dernière, la Cour suprême israélienne a reconnu les graves violations des droits humains palestiniens résultant du mur et a ordonné à l’armée d’en redessiner l’itinéraire dans des lieux spécifiques. Alors que notre gouvernement espère que cette décision de justice israélienne lui permettra d’ignorer le tribunal de La Haye - à partir du principe que "le mur est une question de sécurité interne dont on s’occupe" - la plupart des militants pacifistes israéliens ne partagent pas cette opinion. La construction du mur à l’intérieur du territoire palestinien - c’est-à-dire sur la propriété d’autrui - est une violation des droits fondamentaux, quelque soit la façon de l’envisager. Et les affirmations que le mur apporte la sécurité sont atténuées par le grand nombre de Palestiniens qui resteront du côté "israélien".

Finalement, la meilleure manière pour mon pays de parvenir à la sécurité est de négocier la paix avec les Palestiniens et d’améliorer suffisamment leur sort des deux côtés pour qu’il existe un intérêt certain de préserver la paix. Pourtant, le mur fait exactement l’inverse. Le résultat : il n’est pas seulement néfaste pour la Palestine, mais aussi pour Israël.

Il y a quelques jours, j’observais une vieille Palestinienne qui contemplait avec consternation les oliviers familiaux abattus par l’armée, pour raser un espace où se dressera le mur. "Que ces gens sont stupides", dit-elle en prenant soin de ne pas les nommer. "S’ils n’étaient pas aussi stupides, nous pourrions vivre en paix côte à côte."

Gila Svirsky est une militante pour la paix et les droits humains à Jérusalem.

- L’auteure encourage la diffusion de cet article.

Coalition des femmes pour la paix

Mis en ligne sur Sisyphe, le 2 août 2004


Partagez cette page.
Share


Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer ce texte   Nous suivre sur Twitter   Nous suivre sur Facebook
   Commenter cet article plus bas.

Gila Svirsky, militante israélienne pour la paix



    Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

© SISYPHE 2002-2004
http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Retour à la page d'accueil |Admin