| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       






samedi 5 juin 2010

De la malédiction d’être Arabe

par Anouar Benmalek






Écrits d'Élaine Audet



Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


Présidence américaine - Les États-Unis haïssent vraiment les femmes
Hillary Clinton - Je suis avec elle !
Attentats du 13 novembre, suprématie masculine et violences patriarcales
Le relativisme culturel de la gauche compassionnelle
À l’origine des jihadistes français : la reconnaissance de l’idéologie islamique comme respectable
Quand une organisation religieuse se mêle de politique québécoise
Visite canadienne au "Morong 43" (Philippines) - "Mon coeur appartient réellement à ces communautés"
Formation offerte par Femmes et Démocratie dans Lanaudière en mai
Des poètes québécoises et la question nationale
À Voix égales et le FAEJ explorent de nouveaux moyens de faire élire des femmes
Nouveau-Brunswick - Le Conseil consultatif sur la condition de la femme victime à son tour de l’idéologie conservatrice
Carte électorale - Sortir de l’impasse en réformant le mode de scrutin
Le pouvoir des femmes en politique : utopie ou réalité ?
Le Congrès offre aux membres de l’Action démocratique du Québec l’occasion de mettre la priorité sur l’obtention d’un mode de scrutin à finalité proportionnelle
Le Conseil du statut de la femme honore une pionnière du droit de vote des Québécoises, Marie Lacoste-Gérin-Lajoie
Malalai Joya : le visage du courage
Iran - Protestation contre l’exécution des combattant-es kurdes
Le Conseil du statut de la femme soucieux de préserver l’accès aux soins de santé des Québécoises
Des drag-queens à la fête du PLC
De quoi la Palestine est-elle le nom ?
53e session de la Commission de la condition de la femme des Nations Unies
Israël bafoue impunément le droit international à Gaza
Obama, le nouveau logo de la marque Amérique
La situation des droits de l’homme dans le territoire palestinien occupé par Israël depuis 1967
Manon Tremblay répond à ce qu’on veut savoir sur les femmes et la politique
Un vent de droite souffle sur le Québec
Toutes les inégalités n’offensent pas le candidat Barack Obama
Des femmes se portent à la défense de Clinton
Tibet - Quand le génocide devient un gynocide
Hillary Clinton et les primaires américaines - Fini, tout cela (bis)
Primaires américaines - Etre une femme, c’est finalement pire que d’être noir
Primaires américaines - La presse américaine est accusée de céder à l’obamania
La longue marche de Hillary Clinton
A l’ONU, la prose de Durban 1 s’écrit en pire tous les jours - Une entrevue avec Malka Marcovich
"Iran delenda est" - L’Iran doit être détruite, version américaine
Il y a bien eu un génocide planifié contre les Tutsi et 250 000 femmes violées au Rwanda en 1994
Il y a bien eu un génocide planifié contre les Tutsi et plus de 250 000 femmes violées au Rwanda en 1994
Proche-Orient : Le Canada doit faire respecter le droit international
Le Conseil du statut de la femme ne veut pas d’un débat public
Arundathi Roy, guerrière du mot
Angela Merkel, première chancelière de l’histoire de l’Allemagne
Une femme, présidente du Chili ?
Au sein de la marche
"Modèle européen" : l’égalité entre les femmes et les hommes est en danger !
En Suède, un parti féministe menace de déloger le premier ministre
Fallouja, véritable four crématoire !
"Notre beau monde occidental" ?
Non au génocide de Gaza : Acte III
Quand c’est la politique qui salit l’argent
Merci, Vos Honneurs
Une militante féministe est menacée de déportation !
Non au génocide de Gaza - Acte II
Le conflit israélo-palestinien et la liberté académique aux Etats-Unis
Etats-Unis - Haïti
Non au génocide de Gaza et du peuple palestinien
Conférence de la lauréate du prix Nobel de la paix 2003







De la malédiction d’être Arabe
et de quelques moyens, pour un écrivain arabe, d’y échapper

Comment expliquer à un public américain la profonde amertume qu’il y a pour un écrivain issu d’une région que nous nommerons, pour aller rapidement (et un peu caricaturalement) « monde arabe » d’accoler cette si lourde expression « malédiction » à l’expression « arabe » pour qualifier ce qui ne devrait être a priori qu’une simple indication géographique de naissance, chargée évidemment comme partout ailleurs de quelques lests culturels et religieux, mais ne condamnant pas d’avance à un opprobre universel celui qui en est l’objet, opprobre d’autant plus infamant que celui qui le « mérite » l’accepte plus ou moins tacitement en baissant la tête, accablé par l’énormité de son crime ?

Voilà donc : je me présente devant vous, chers amis, et je plaide coupable : oui, je suis arabe, j’appartiens bien à ces nations, telle l’Algérie, gangrenées par le fanatisme, l’intégrisme, le rejet de la différence et le culte de la flaque de sang purificatrice.

Mais, pour ma défense, j’invoquerai un argument de poids, et paradoxal à première vue : oui, je suis vraiment arabe. J’appartiens à une communauté dont les femmes, les enfants et les hommes, des intellectuels, des artisans, des gens de cultures, des journalistes, des paysans, des ouvriers, sont morts, par dizaines de milliers en Algérie par exemple, sous les couteaux et les fusils de ceux que je nommerai, dans une sinistre et, à mon avis, pertinente comparaison, les nouveaux khmers, « verts » cette fois-ci.
J’appartiens, —je le revendique— à cet ensemble de gens ordinaires qui, malgré la solitude, les menaces des tueurs islamistes et leurs relais dans les appareils d’État, malgré le mépris, la méfiance et le manque de solidarité des nations démocratiques, ont gardé suffisamment de courage et de bon sens pour ne pas succomber au désespoir et au nihilisme simplement en continuant à travailler, à produire, à danser, à chanter (oui, dans certains coins de l’Algérie, danser et chanter ont pu être à un moment donné un acte de courage inouï).

Je suis prêt à supporter l’infamie que recèle le mot « Arabe » dans la bouche de certains zélateurs du « Choc des civilisations », parce que je me reconnais dans ces innombrables héros ordinaires, arabes néanmoins, qui ont persisté, en dépit des assassinats d’écoliers et d’enseignants, à envoyer leurs enfants —et leurs filles en particulier— à l’école, cette école qui, bien que percluse de défauts dans nos pays, guettée par l’intolérance, la pensée étriquée, le rejet de la discussion, est demeurée néanmoins un outil, certes médiocre, mais un outil quand même, pourvoyeur de promotion sociale et d’un certain nombre de libertés inestimables (dont celles d’apprendre à lire et à écrire, et de s’évader de temps en temps pour les filles et les fillettes de l’étouffante prison familiale).

Enfant, j’ai été fier de cette dénomination. « Arabe » : je ne savais pas exactement ce que ce mot contenait. Pour moi, issu d’une famille bigarrée, mélange de maghrébin et d’européen, dans laquelle se croisaient par exemple, une grand-mère trapéziste suisse, une arrière-grand-mère esclave mauritanienne et une autre bavaroise, un père algérien militant de la lutte de libération et une mère marocaine, ce mot n’avait pas de signification ethnique étroite. « Arabe » sonnait, pour ceux de ma génération au sortir de la guerre d’indépendance, un peu à l’instar des mots épopée, courage, honneur, etc.

Les anciens colonisateurs en avaient longtemps usé comme d’une insulte à notre encontre, et nous, les indigènes jadis pouilleux, nous le leur avions renvoyé comme un boomerang glorieux puisque c’étaient nous, les « sales Arabes », menteurs, fainéants, incapables de grands sentiments, à la suite des « sales Jaunes » d’Indochine, fourbes, cruels, au rire faux, qui étions parvenus à faire mordre la poussière à leur armada militaire si démesurée à première vue...

Je suis, en effet, originaire d’un pays arabe (enfin : presque arabe... Je demande humblement pardon d’user de cette simplification de langage qui ferait sauter en l’air plus d’un Berbère d’Algérie), qui avait mené une longue et terrible lutte de libération pour accéder à la famille des nations libres. Dans ma famille, comme dans beaucoup de familles algériennes, les parents racontaient avec fierté —en les enjolivant sans doute, en dissimulant souvent les moments d’horreur et de doute— des histoires de vaillance et d’héroïsme et nous, leurs rejetons reconnaissants, étions, à cette époque, encore fiers de la geste pleine de souffrance et de grandeur des aînés.

Déjà, cependant, certains maîtres d’école, recrutés par les deux partis « uniques » de tout pays arabe (le clergé des mosquées avec ses ânonneurs d’interdits d’un côté et la clique au pouvoir avec son appareil militaro-policier de l’autre) se chargeaient de pervertir notre admiration en nous enseignant que cet héroïsme-là était de la même eau que la bravoure des premiers combattants de l’Islam, et plutôt que d’avoir chassé les occupants français parce qu’ils étaient des colons exploiteurs et racistes, nos pères, musulmans, les avaient boutés dehors surtout parce qu’ils étaient des « kouffars », des mécréants chrétiens, sans parler des Juifs qui avaient dû les suivre dans leur fuite, ces Juifs qui, même algériens depuis des siècles et des siècles pour la plupart, méritaient largement, selon ces « éducateurs » racistes (à leur tour !), le malheur qui les avait chassés de chez eux (chez nous, les juifs n’étaient pas accusés d’être déicides comme chez les chrétiens, mais ils souffraient quand même d’un défaut grave et rédhibitoire en terre d’islam, celui de ne pas être musulmans comme la majorité de la population...)

Avec la complicité des plus hautes autorités du pays, l’islamisme avait commencé son long travail de sape dans la société, identifiant peu à peu le patriotisme à la religion (devenue depuis religion d’État) jusqu’à finir par s’y substituer, définissant l’Algérien essentiellement par sa croyance obligée de musulman, remplaçant insensiblement l’islam plutôt bon enfant des ancêtres par un nouvel islam inspiré du modèle wahabite des Saoudiens, violent, acariâtre, moyenâgeux, n’hésitant plus à dénoncer non seulement comme traîtres à la patrie, mais comme apostats ceux qui renâclaient devant la défiguration des valeurs d’hospitalité et de tolérance de leur pays. « Apostats », donc passibles de la peine de mort réservée à ceux qui abandonnent l’Islam...

On peut lire le texte intégral dans le document RTF ci-joint.

RTF - 75.3 ko

Conférence au Literary Arts Institute of the College of Saint Benedicte, Saint John’s University (Minnesota), 13 Avril 2005 et au Williams College, Williamstown, Massachusetts, 25 avril 2005

Publié dans la revue Algérie Littérature Action, n° 125-126, nov-déc. 2008.

On peut aussi télécharger gratuitement des articles à Revues plurielles

Remerciements à la Revue Algérie Littérature Action pour son autorisation de publier.

© Tous droits réservés.

Mis en ligne sur Sisyphe, le 3 juin 2010


Partagez cette page.
Share


Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer ce texte   Nous suivre sur Twitter   Nous suivre sur Facebook
   Commenter cet article plus bas.

Anouar Benmalek



    Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

© SISYPHE 2002-2010
http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Retour à la page d'accueil |Admin