| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       






jeudi 26 janvier 2017

Nous avons des raisons de craindre les conséquences de l’élection de Donald Trump

par Monique Dental, Réseau féministe Ruptures






Écrits d'Élaine Audet



Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


Non, l’Arabie saoudite ne peut défendre les droits des femmes à l’ONU !
Stéphane Bureau et désinformation à Radio-Canada au sujet des marches anti-Trump et d’Hillary Clinton
Présidence américaine - Les États-Unis haïssent vraiment les femmes
Hillary Clinton - Je suis avec elle !
Attentats du 13 novembre, suprématie masculine et violences patriarcales
Le relativisme culturel de la gauche compassionnelle
À l’origine des jihadistes français : la reconnaissance de l’idéologie islamique comme respectable
Quand une organisation religieuse se mêle de politique québécoise
Visite canadienne au "Morong 43" (Philippines) - "Mon coeur appartient réellement à ces communautés"
Formation offerte par Femmes et Démocratie dans Lanaudière en mai
Des poètes québécoises et la question nationale
À Voix égales et le FAEJ explorent de nouveaux moyens de faire élire des femmes
Nouveau-Brunswick - Le Conseil consultatif sur la condition de la femme victime à son tour de l’idéologie conservatrice
Carte électorale - Sortir de l’impasse en réformant le mode de scrutin
Le pouvoir des femmes en politique : utopie ou réalité ?
Le Congrès offre aux membres de l’Action démocratique du Québec l’occasion de mettre la priorité sur l’obtention d’un mode de scrutin à finalité proportionnelle
De la malédiction d’être Arabe
Le Conseil du statut de la femme honore une pionnière du droit de vote des Québécoises, Marie Lacoste-Gérin-Lajoie
Malalai Joya : le visage du courage
Iran - Protestation contre l’exécution des combattant-es kurdes
Le Conseil du statut de la femme soucieux de préserver l’accès aux soins de santé des Québécoises
Des drag-queens à la fête du PLC
De quoi la Palestine est-elle le nom ?
53e session de la Commission de la condition de la femme des Nations Unies
Israël bafoue impunément le droit international à Gaza
Obama, le nouveau logo de la marque Amérique
La situation des droits de l’homme dans le territoire palestinien occupé par Israël depuis 1967
Manon Tremblay répond à ce qu’on veut savoir sur les femmes et la politique
Un vent de droite souffle sur le Québec
Toutes les inégalités n’offensent pas le candidat Barack Obama
Des femmes se portent à la défense de Clinton
Tibet - Quand le génocide devient un gynocide
Hillary Clinton et les primaires américaines - Fini, tout cela (bis)
Primaires américaines - Etre une femme, c’est finalement pire que d’être noir
Primaires américaines - La presse américaine est accusée de céder à l’obamania
La longue marche de Hillary Clinton
A l’ONU, la prose de Durban 1 s’écrit en pire tous les jours - Une entrevue avec Malka Marcovich
"Iran delenda est" - L’Iran doit être détruite, version américaine
Il y a bien eu un génocide planifié contre les Tutsi et 250 000 femmes violées au Rwanda en 1994
Il y a bien eu un génocide planifié contre les Tutsi et plus de 250 000 femmes violées au Rwanda en 1994
Proche-Orient : Le Canada doit faire respecter le droit international
Le Conseil du statut de la femme ne veut pas d’un débat public
Arundathi Roy, guerrière du mot
Angela Merkel, première chancelière de l’histoire de l’Allemagne
Une femme, présidente du Chili ?
Au sein de la marche
"Modèle européen" : l’égalité entre les femmes et les hommes est en danger !
En Suède, un parti féministe menace de déloger le premier ministre
Fallouja, véritable four crématoire !
"Notre beau monde occidental" ?
Non au génocide de Gaza : Acte III
Quand c’est la politique qui salit l’argent
Merci, Vos Honneurs
Une militante féministe est menacée de déportation !
Non au génocide de Gaza - Acte II
Le conflit israélo-palestinien et la liberté académique aux Etats-Unis
Etats-Unis - Haïti
Non au génocide de Gaza et du peuple palestinien
Conférence de la lauréate du prix Nobel de la paix 2003







Déclaration de Monique Dental pour le « Réseau Féministe Ruptures »
Women’s March Sisters, Paris le 21 janvier 2017, en solidarité avec les américaines.

Avec les femmes américaines qui se mobilisent pour dénoncer les dérives de Donald Trump, nous partageons les inquiétudes qui naissent au lendemain de l’investiture d’un président qui menace nos libertés.

• Inquiétudes quant à la situation aux États-Unis
• Conséquences pour les femmes aux États-Unis et dans le monde.

Photo 2017 : Sandrine Goldschmidt, À dire d’elles.

Situation aux États-Unis

Nous avons des raisons légitimes d’inquiétude parce que, dans l’histoire des États-Unis, l’élection de Donald Trump nous semble une régression sociale considérable. Même le Président Bush n’avait pas eu des déclarations aussi rétrogrades et réactionnaires que celles de Donald Trump ; ses diatribes racistes, ses déclarations sexistes, homophobes, contre les personnes en situation de handicap relèvent d’une stratégie de pouvoir volontairement basée sur le clivage, le rejet des minorités et la haine. « Toute discrimination en contient d’autres en germe » (Nicole Laurau). Cette politique de désignation de boucs-émissaires n’augure rien de bon pour l’avenir et peut faire craindre le pire.

Les sentiments de résilience, d’espoir, de solidarité avec les plus pauvres, les plus faibles, font place au pessimisme et à la méfiance qu’il veut généraliser. Les comportements de Donald Trump, ses déclarations intempestives pendant la campagne électorale, qui semblaient tellement outrancières, et finalement son élection ont suscité d’abord notre incrédulité, puis notre stupéfaction et, maintenant, nous font craindre des lendemains cruellement rétrogrades.

Photo 2017 : Sandrine Goldschmidt, À dire d’elles.

Nos craintes portent aussi sur les promesses électorales du candidat Donald Trump qui véhiculent une vision négative des rapports au monde fondées sur des contre-vérités, des discours populistes, des manipulations intellectuelles propres aux dictatures ; non, Donald Trump et son équipe ne représentent pas les forces de progrès qu’ils prétendent être pour les Américains et les Américaines, bien au contraire, les changements annoncés, la croissance promise qu’il vante tant, ne profiteront ni aux femmes en particulier, ni aux citoyens te citoyennes les plus fragiles en général ! En outre, les mots qu’il utilise ne sont pas innocents, ils font référence à des pensées, à des idéologies qui font sens, c’est en quoi ils sont inquiétants ! Ils rappellent des discours d’un autre temps que nos parents, nos grands-parents ont connus et combattus, et pour certains au prix de leur vie.

S’il ne s’agit pas de contester le vote de millions de citoyennes et de citoyens américains, ce vote populaire a été pour le moins inattendu ; l’effet de sidération qu’il a produit sur une grande partie des Américains et Américaines a été partagé par de très nombreuses personnes en France et dans le monde. Cette élection nous paraît de mauvais augure dans un monde déjà fragilisé par les intégrismes et le terrorisme religieux.

Notre analyse en tant que femmes féministes

L’élection d’un président noir démocrate avait suscité dans les milieux féministes beaucoup d’émotion et de joie. Un autre espoir semblait pouvoir se réaliser, celui de connaître l’avènement de la première femme présidente des États-Unis. L’élection de Donald Trump marque un coup d’arrêt à une avancée historique dont les États-Unis auraient pu tracer la voie. Quoi qu’on puisse penser d’Hilary Clinton, pour nous féministes vivant en France, une femme élue présidente des USA, après un président noir, aurait été un signe symbolique fort !

C’est pourquoi, l’élection de Trump et la cohorte de ses soutiens qui sont aux postes de commande aux États-Unis nous font craindre un backlash quant au statut des femmes de par le monde. Les femmes américaines qui marchent à Washington et dans toutes les grandes villes des principales démocraties montrent combien cette menace est violemment ressentie.

Ce 21 janvier, en France et dans le monde, de nombreuses femmes, individuellement ou avec des associations féminines et féministes, marchent ensemble, par solidarité et parce qu’elles se sentent menacées en tant que femmes. Ici et ailleurs se réveillent des formes de repli nationalistes qui alimentent l’idéologie patriarcale réactionnaire. Ces idéologies sévissent un peu partout dans le monde par la mise en cause récurrente du droit à l’interruption volontaire de grossesse. Ces attaques le fragilisent comme elles fragiliseront l’autonomie et l’indépendance des femmes par le travail.

Des phénomènes proches de ce qui se passe aux USA se dessinent d’ores et déjà dans des pays de l’Union européenne. En Pologne, en Hongrie s’affirment et s’affichent les théories religieuses les plus réactionnaires. Une fois encore, nous observons les liens que tissent les tenants des différents intégrismes religieux. Les nationalismes se nourrissent de cet état de fait et, dans tous les cas, ce sont les femmes qui sont les premières visées.

C’est précisément une Américaine, Susan Faludi, qui, il y a plusieurs décennies, nous avait mis en garde contre ces régressions dans son livre « Backlash ». Nous le savons bien, nous féministes, la question de la situation faite aux femmes est le miroir grossissant de l’état de la société en général, de ses avancées comme de ses reculs ? C’est pourquoi, nous devons parvenir à stopper la spirale des dégradations qui s’annoncent pour qu’elles ne soient pas irréversibles. Photo 2017 : Sandrine Goldschmidt, À dire d’elles.

Entre les femmes du monde entier, plus que jamais, pour faire face à cette adversité, nous devons tisser des liens, resserrer les rangs et regrouper nos forces. Pour cela, établissons des passerelles, renforçons nos réseaux et créons des réseaux transnationaux quand ils n’existent pas, pour dire NON au regain des dominations patriarcales. Il appartient aux nouvelles générations de poursuivre, avec le soutien et l’expérience des générations précédentes, le combat pour les libertés, qu’elles soient à préserver ou à conquérir.

Pour réduire Donald Trump au personnage de la comédie « berlusconnienne », nous saurons mobiliser les forces progressistes, humanistes, démocrates pour un monde juste.

Le Réseau Féministe « Ruptures » fidèle à ces traditions de luttes mettra toute son énergie et sa ténacité pour combattre ces nouveaux propagandistes de la domination patriarcale.

NON au recul des droits des femmes, NON aux intégrismes religieux de tous bords.

OUI à un monde de paix où les femmes auront tous leurs droits à l’égalité réelle avec les hommes.

Réseau féministe Ruptures

. Contact courriel : Monique Dental
. Site Web du Réseau féministe Rupture.

Photos

On peut voir une vidéo et d’autres photos de cette manifestation à Paris, le 21 janvier 2017, sur le site À dire d’elles, que nous remercions.

Mis en ligne sur Sisyphe, le 26 janvier 2017


Partagez cette page.
Share


Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer ce texte   Nous suivre sur Twitter   Nous suivre sur Facebook
   Commenter cet article plus bas.

Monique Dental, Réseau féministe Ruptures


modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


    Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

© SISYPHE 2002-2017
http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Retour à la page d'accueil |Admin