| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       






jeudi 26 novembre 2009

Malalai Joya : le visage du courage

par Radio-Canada, Nouvelles






Écrits d'Élaine Audet



Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


Attentats du 13 novembre, suprématie masculine et violences patriarcales
Le relativisme culturel de la gauche compassionnelle
À l’origine des jihadistes français : la reconnaissance de l’idéologie islamique comme respectable
Quand une organisation religieuse se mêle de politique québécoise
Visite canadienne au "Morong 43" (Philippines) - "Mon coeur appartient réellement à ces communautés"
Formation offerte par Femmes et Démocratie dans Lanaudière en mai
Des poètes québécoises et la question nationale
À Voix égales et le FAEJ explorent de nouveaux moyens de faire élire des femmes
Nouveau-Brunswick - Le Conseil consultatif sur la condition de la femme victime à son tour de l’idéologie conservatrice
Carte électorale - Sortir de l’impasse en réformant le mode de scrutin
Le pouvoir des femmes en politique : utopie ou réalité ?
Le Congrès offre aux membres de l’Action démocratique du Québec l’occasion de mettre la priorité sur l’obtention d’un mode de scrutin à finalité proportionnelle
De la malédiction d’être Arabe
Le Conseil du statut de la femme honore une pionnière du droit de vote des Québécoises, Marie Lacoste-Gérin-Lajoie
Iran - Protestation contre l’exécution des combattant-es kurdes
Le Conseil du statut de la femme soucieux de préserver l’accès aux soins de santé des Québécoises
Des drag-queens à la fête du PLC
De quoi la Palestine est-elle le nom ?
53e session de la Commission de la condition de la femme des Nations Unies
Israël bafoue impunément le droit international à Gaza
Obama, le nouveau logo de la marque Amérique
La situation des droits de l’homme dans le territoire palestinien occupé par Israël depuis 1967
Manon Tremblay répond à ce qu’on veut savoir sur les femmes et la politique
Un vent de droite souffle sur le Québec
Toutes les inégalités n’offensent pas le candidat Barack Obama
Des femmes se portent à la défense de Clinton
Tibet - Quand le génocide devient un gynocide
Hillary Clinton et les primaires américaines - Fini, tout cela (bis)
Primaires américaines - Etre une femme, c’est finalement pire que d’être noir
Primaires américaines - La presse américaine est accusée de céder à l’obamania
La longue marche de Hillary Clinton
A l’ONU, la prose de Durban 1 s’écrit en pire tous les jours - Une entrevue avec Malka Marcovich
"Iran delenda est" - L’Iran doit être détruite, version américaine
Il y a bien eu un génocide planifié contre les Tutsi et 250 000 femmes violées au Rwanda en 1994
Il y a bien eu un génocide planifié contre les Tutsi et plus de 250 000 femmes violées au Rwanda en 1994
Proche-Orient : Le Canada doit faire respecter le droit international
Le Conseil du statut de la femme ne veut pas d’un débat public
Arundathi Roy, guerrière du mot
Angela Merkel, première chancelière de l’histoire de l’Allemagne
Une femme, présidente du Chili ?
Au sein de la marche
"Modèle européen" : l’égalité entre les femmes et les hommes est en danger !
En Suède, un parti féministe menace de déloger le premier ministre
Fallouja, véritable four crématoire !
"Notre beau monde occidental" ?
Non au génocide de Gaza : Acte III
Quand c’est la politique qui salit l’argent
Merci, Vos Honneurs
Une militante féministe est menacée de déportation !
Non au génocide de Gaza - Acte II
Le conflit israélo-palestinien et la liberté académique aux Etats-Unis
Etats-Unis - Haïti
Non au génocide de Gaza et du peuple palestinien
Conférence de la lauréate du prix Nobel de la paix 2003







L’ex-députée afghane Malalai Joya effectue une tournée au Canada pour demander le retrait des troupes canadiennes en Afghanistan. Elle dénonce la corruption du régime en place à Kaboul et la présence des seigneurs de la guerre au sein du gouvernement.

Invitée par la Fédération des femmes du Québec et le collectif Échec à la guerre, elle a donné une conférence mardi soir, le 25 novembre, à l’Université du Québec à Montréal. « Nous voulons immédiatement la fin de cette occupation », a-t-elle dit devant quelques centaines de personnes qui l’ont chaleureusement applaudie.

Malalai Joya a expliqué les conséquences de la présence des troupes étrangères en Afghanistan. « Ils ont porté au pouvoir une copie des talibans et mon pays est maintenant un paradis pour les terroristes, a-t-elle affirmé. Les politiques des États-Unis, de l’OTAN et du Canada ont transformé le pays en plaque tournante de la drogue. »

Elle en a profité pour parler de son livre, A Woman Among Warlords, dans lequel elle raconte sa vie dans un contexte de guerre. Elle commence ainsi : « Je viens d’un pays de tragédies qui s’appelle l’Afghanistan. »

Celle que l’on surnomme la femme la plus courageuse d’Afghanistan n’a que 31 ans. Elle a été élue députée avec une forte majorité en 2005, puis elle a été bannie du Parlement deux ans plus tard, parce qu’elle dénonçait les seigneurs de la guerre qui occupent des postes élevés au Parlement, malgré leur lourd passé criminel.

Quand elle prenait la parole, les parlementaires fermaient son micro. Elle n’a jamais pu terminer une intervention. Elle a été menacée de viol dans l’enceinte même de la législature.

Le premier ministre du Canada, Stephen Harper, était à Kaboul quand elle a été expulsée du Parlement. « Il n’a pas levé le petit doigt pour défendre ma liberté de parole », affirme Malalai Joya.

Pour le retrait de l’OTAN

Selon Mme Joya, la présence de l’OTAN dans son pays apporte plus de souffrance que de solution au peuple afghan. « La corruption est partout », dit-elle.

Les gens de sa région lui rapportent que, quand des voleurs et des tueurs sont arrêtés, il arrive que des équipes de reconstruction provinciale, les troupes de l’OTAN, interviennent pour les faire libérer.

« Les tribunaux sont un repère de fondamentalistes. Des femmes ont été aspergées d’acide à Kandahar. Qu’a fait le gouvernement Karzaï ? Il a proposé aux talibans de se joindre à l’administration, déplore-t-elle. Pourquoi le Canada, qui a ses troupes sur place, n’a-t-il pas protesté ? »

La jeune femme s’adresse maintenant aux militaires canadiens et à leur famille. Elle dit reconnaître leur sacrifice, mais estime que les troupes de l’OTAN devraient se retirer dès maintenant. Quand on lui dit que l’Afghanistan risquerait alors de basculer dans la guerre civile, elle répond : « Nous sommes déjà en guerre civile. »

Malalai Joya, qui vit à Kaboul, a été victime de plusieurs tentatives d’assassinat. Elle refuse l’exil afin de continuer son travail sur le terrain, même si elle doit déménager presque tous les jours et qu’elle voit très peu son mari. « La vie d’une femme [en Afghanistan] ne pèse pas plus lourd que la vie d’un oiseau », dit-elle.

Source : Radio-Canada, Nouvelles, le 25 novembre 2009

- Dans la même page : « Aline Gobeil s’entretient avec Malalai Joya. »

Mis en ligne sur Sisyphe, le 25 novembre 2009


Partagez cette page.
Share


Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer ce texte   Nous suivre sur Twitter   Nous suivre sur Facebook
   Commenter cet article plus bas.

Radio-Canada, Nouvelles



    Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

© SISYPHE 2002-2009
http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Retour à la page d'accueil |Admin