| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       






jeudi 9 août 2007

"Iran delenda est" - L’Iran doit être détruite, version américaine

par Hassina Mechaï, journaliste






Écrits d'Élaine Audet



Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


Non, l’Arabie saoudite ne peut défendre les droits des femmes à l’ONU !
Nous avons des raisons de craindre les conséquences de l’élection de Donald Trump
Stéphane Bureau et désinformation à Radio-Canada au sujet des marches anti-Trump et d’Hillary Clinton
Présidence américaine - Les États-Unis haïssent vraiment les femmes
Hillary Clinton - Je suis avec elle !
Attentats du 13 novembre, suprématie masculine et violences patriarcales
Le relativisme culturel de la gauche compassionnelle
À l’origine des jihadistes français : la reconnaissance de l’idéologie islamique comme respectable
Quand une organisation religieuse se mêle de politique québécoise
Visite canadienne au "Morong 43" (Philippines) - "Mon coeur appartient réellement à ces communautés"
Formation offerte par Femmes et Démocratie dans Lanaudière en mai
Des poètes québécoises et la question nationale
À Voix égales et le FAEJ explorent de nouveaux moyens de faire élire des femmes
Nouveau-Brunswick - Le Conseil consultatif sur la condition de la femme victime à son tour de l’idéologie conservatrice
Carte électorale - Sortir de l’impasse en réformant le mode de scrutin
Le pouvoir des femmes en politique : utopie ou réalité ?
Le Congrès offre aux membres de l’Action démocratique du Québec l’occasion de mettre la priorité sur l’obtention d’un mode de scrutin à finalité proportionnelle
De la malédiction d’être Arabe
Le Conseil du statut de la femme honore une pionnière du droit de vote des Québécoises, Marie Lacoste-Gérin-Lajoie
Malalai Joya : le visage du courage
Iran - Protestation contre l’exécution des combattant-es kurdes
Le Conseil du statut de la femme soucieux de préserver l’accès aux soins de santé des Québécoises
Des drag-queens à la fête du PLC
De quoi la Palestine est-elle le nom ?
53e session de la Commission de la condition de la femme des Nations Unies
Israël bafoue impunément le droit international à Gaza
Obama, le nouveau logo de la marque Amérique
La situation des droits de l’homme dans le territoire palestinien occupé par Israël depuis 1967
Manon Tremblay répond à ce qu’on veut savoir sur les femmes et la politique
Un vent de droite souffle sur le Québec
Toutes les inégalités n’offensent pas le candidat Barack Obama
Des femmes se portent à la défense de Clinton
Tibet - Quand le génocide devient un gynocide
Hillary Clinton et les primaires américaines - Fini, tout cela (bis)
Primaires américaines - Etre une femme, c’est finalement pire que d’être noir
Primaires américaines - La presse américaine est accusée de céder à l’obamania
La longue marche de Hillary Clinton
A l’ONU, la prose de Durban 1 s’écrit en pire tous les jours - Une entrevue avec Malka Marcovich
Il y a bien eu un génocide planifié contre les Tutsi et 250 000 femmes violées au Rwanda en 1994
Il y a bien eu un génocide planifié contre les Tutsi et plus de 250 000 femmes violées au Rwanda en 1994
Proche-Orient : Le Canada doit faire respecter le droit international
Le Conseil du statut de la femme ne veut pas d’un débat public
Arundathi Roy, guerrière du mot
Angela Merkel, première chancelière de l’histoire de l’Allemagne
Une femme, présidente du Chili ?
Au sein de la marche
"Modèle européen" : l’égalité entre les femmes et les hommes est en danger !
En Suède, un parti féministe menace de déloger le premier ministre
Fallouja, véritable four crématoire !
"Notre beau monde occidental" ?
Non au génocide de Gaza : Acte III
Quand c’est la politique qui salit l’argent
Merci, Vos Honneurs
Une militante féministe est menacée de déportation !
Non au génocide de Gaza - Acte II
Le conflit israélo-palestinien et la liberté académique aux Etats-Unis
Etats-Unis - Haïti
Non au génocide de Gaza et du peuple palestinien
Conférence de la lauréate du prix Nobel de la paix 2003







"Carthago delenda est", allait répétant, Caton l’Ancien sous la Rome impériale. Au coeur du Sénat, il concluait n’importe lequel de ses discours, quelqu’en était l’objet, par ces mots, "Carthage doit être détruite". Il avertissait ainsi la Rome impérieuse et impériale de la montée en rivalité de cette Cité punique, proto-Puissance en passe de menacer à nouveau l’hégémonie absolue de Rome. Ses exhortations finirent par mener à la troisième guerre punique et à la destruction de Carthage.

"Iran delenda est", va répétant à la manière yankee, Bush le Jeune, commentant et expliquant à sa façon toutes les crises moyen-orientales : L’Iran doit être détruite puisque ce pays est accusé de fomenter, comploter, déstabiliser à lui seul cette région. On assiste ainsi à une montée en puissance d’une mise en accusation de l’Iran identique à celle qui amena à la seconde guerre contre l’Irak il y a quelques années.

Tout cela a démarré en douceur, par le biais d’articles et images feutrés, dans un pointillisme diplomatico-médiatique qui dessine, avec recul, le tableau d’une future "guerre préventive" (ah le bel oxymore...) contre l’Iran. On distille pour l’opinion publique, dans un crescendo guerrier, l’idée que l’Iran serait l’obstacle principal à la stabilisation du Moyen-Orient jusqu’à obtenir que cette même opinion se persuade par elle-même de cette "menace" iranienne apocalyptique.

Un scénario déjà usité, mais visiblement, non usé est rejoué : celui des armes de destruction massive utilisé pour l’Irak et réactualisé en la "bombe nucléaire chiite" pour l’Iran. Les mots ont changé, l’idée reste la même... Les stratèges états-uniens n’ont même pas pris le peine de nous fournir un autre motif de guerre tant est certaine pour eux l’idée qu’un mensonge devient message quand il est répété, martelé, psalmodié dans une litanie obsessionnelle, comme le fit Caton l’Ancien à propos de Carthage. Les médias, mieux encore que le Sénat romain, offrent ainsi un moyen d’amplifier mondialement ce mantra martial.

Même le cinéma hollywoodien a été appelé à déblayer et aplanir le terrain symbolique et psychologique qui mène au futur champ de bataille. Le film "les 300", sorti il y a peu, offrait ainsi une vision "originale" de la bataille antique des Thermopyles qui opposa Perses et Grecs. Les Perses, étrangement "arabisés" (mais Perses et Arabes pour certains, c’est turbans blancs et blancs turbans, c’est du pareil au même ! tous des "mahométans"...) sous des keffiehs anachroniques et portant des cimeterres très "jihadisants", sont bien sûr cruels, fourbes et impavides avec leurs masques interchangeables. Les Grecs, "américanisés", mâchoires carrées et bannière au vent, sont courageux, vifs et parfaitement humanisés dans l’excès de leurs sentiments. Faut-il encore filer cette analogie subliminale jusqu’au noeud gordien en précisant que cette bataille des Thermopyles est censée, historiquement, avoir été le point de départ de la Démocratie grecque ?

Dans la presse dite "mainstream", le pointillisme a été remplacé depuis peu par le trait épais et guerrier. Ainsi, divers articles accusent d’ores et déjà l’Iran d’alimenter successivement les Talibans en Afghanistan, le Hezbollah au Liban, le Hamas en Palestine, la résistance à l’occupation en Irak... Quand on découvrira un lien entre l’Al Qaeda sunnite et l’Iran chiite, alors ce sera le début de la fin.

Comme est étrange cette inversion des faits, ce brouillage idéologique qui fait d’une puissance occupante et étrangère à la région le pilier de la paix. En lisant certains médias, nous passons dans une réalité télégéniquement modifiée, une bulle médiatique spéculative qui enfle et s’auto-alimente dans un flux continu.

Pourtant les faits, les simples faits, sont le cordial et le viatique nécessaires à la compréhension de cette région moyen-orientale qui cristallise tant de crises et d’enjeux majeurs. Mais c’est là, hélas, que l’on mesure toute le puissance des Etats-Unis, l’Empire du Sens par excellence, qui décide unilatéralement des faits internationaux et de la signification à leur donner ; Puissance symbolique qui nous fait passer de l’autre côté du miroir, dans un monde où le reflet décide de la substance de l’objet reflet et où l’interprétation prend le pas sur la réalité.

Pourtant dans notre système international qui avait fait de la bombe atomique la clé de voûte de la puissance étatique, n’importe quel Etat, un tant soit peu plongé dans la realpolitic des relations internationales, aurait songé à se doter de défenses nécessaires s’il avait vu son voisin, l’Irak, complètement détruit au terme de deux guerres, d’un embargo meurtrier et occupé sous un prétexte fallacieux.

Que l’Iran songe à l’arme nucléaire, dans la logique de cette sécurité, n’a donc rien de surprenant et participerait presque de ce que l’on peut appeler une "défense préventive", pour copier la novlangue en cours dans les relations internationales. Ajouter à cela que l’Iran est voisin d’Israël qui, refusant toujours tout contrôle international, disposerait vraisemblablement de l’arme nucléaire.

La politique des Etats-Unis, dans cette région épidermiquement sensible, s’apparente de plus en plus au lit de Procuste ou lit de Sodome. Dans la tradition hébraïque, il est raconté comment Dieu décida de détruire Sodome en raison de la cruauté de son peuple. La légende donne comme exemple ce fameux lit. Quand un étranger venait à Sodome, il était mis dans ce lit. S’il était trop grand, ses jambes étaient raccourcies, coupées. S’il était trop petit, ses membres étaient étirés afin qu’ils correspondent parfaitement aux mesures de ce lit.

Ainsi va la politique états-uniennes, hiératique et erratique : tout ce qui
dépasse doit être coupé et tout ce qui ne correspond pas aux injonctions guerrières est étiré artificiellement jusqu’à obtention des résultats désirés.

Mis en ligne sur Sisyphe, le 9 août 2007


Partagez cette page.
Share


Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer ce texte   Nous suivre sur Twitter   Nous suivre sur Facebook
   Commenter cet article plus bas.

Hassina Mechaï, journaliste

L’auteure a une formation en droit et en relations internationales. Elle habite Paris et écrit principalement sur l’actualité internationale, la politique nationale et les médias.



Plan-Liens Forum

  • > "Iran delenda est" - L’Iran doit être détruite, version américaine
    (1/2) 21 décembre 2007 , par

  • Article paru dans le couac d’avril
    (2/2) 16 août 2007 , par





  • > "Iran delenda est" - L’Iran doit être détruite, version américaine
    21 décembre 2007 , par   [retour au début des forums]

    remarquons juste que Caton l’ancien ne vivait pas sous la rome impériale, mais sous la république...

    Article paru dans le couac d’avril
    16 août 2007 , par   [retour au début des forums]
    Mondialisation

    300… ou le nombre de raisons de ne pas voir ce film.

    À Sparte, une des cités-états de l’empire Grec, l’homosexualité était pratique courante. En fait la conception de l’homosexualité n’existait pas, on pratiquait la sexualité comme on se gratte le nez. Deux tiers de la population était esclave. Les hommes rois et maîtres avaient droit de vie et de mort sur leurs enfants jusqu’à l’âge de 16 ans. Ils procréaient avec leur femme prisonnière du gynécée par obligation d’état, il fallait bien préserver la race ; pour le plaisir c’était entre hommes. La Perse, l’Iran et l’Irak d’aujourd’hui sont le berceau de la civilisation. Cette culture a contribué au savoir humain par ses poètes, astronomes et mathématiciens entre autres. Dans le film, les Spartes sont tous sortis d’un magazine de musculation, presque nus… le visage à découvert, beaux, bons, justes, virils et protecteurs de la démocratie ; ce sont des Archanges. Les Perses sont d’abord montrés masqués, couverts, sans famille ni enfants. Arrogants poilus et sales, à visage découvert ils ne sont plus tout à fait humains, ils deviennent anormaux et monstrueux comme le traître Sparte. À la fin du film, les Perses sont assimilés au loup difforme, une bête aux yeux de feu sortie droit de l’enfer, le Démon lui-même. On est prêt pour la guerre sainte du bien contre le mal. Amen.

    Dans les mois qui ont précédé le génocide rwandais, on martelait à la radio nationale que les Tutsis étaient des cancrelats, que l’on devait écraser sous le pied. Les nazis dans leur propagande ont décrit les Juifs comme des rats. Ceci est le stade final de la préparation psychologique d’une population au meurtre. Le film 300 en contient en accéléré les 3 étapes, c’est-à-dire : le dénigrement, la dépersonnalisation et enfin l’animalisation.1 Il est en effet difficile d’occire un semblable ou son égal. Ce film que l’on pourrait comparer au Seigneur des anneaux est bien moins innocent. Sous la patine artistique, les omissions et mensonges historiques se cache la haine. La haine de mon semblable. Cette orgie de violence télévisuelle est une indication de la dérive fasciste américaine, une opération psychologique gavée à la grosse pelle à fond la gorge pour nous rendre indifférent à d’éventuelles frappes nucléaire contre l’Iran.2

    Ces humains du croissant fertile sont mes amis, ceux avec qui j’ai fait mes études, mes collègues de travail, mes voisins, les politiciens pour qui j’ai voté. Je ne peux…nous ne pouvons tolérer pareille barbarie ! Il nous faut crier notre colère avant que n’arrive le silence des morts.

    Patrice Roy

    1.- SERGE TCHAKHOTINE, Le viol des foules par la propagande politique, tel Gallimard, 1952.
    2.- www.mondialisation.ca


        Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

    © SISYPHE 2002-2007
    http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Retour à la page d'accueil |Admin