| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       






samedi 1er mars 2008

La longue marche de Hillary Clinton

par Jeanne Gagnon, auteure






Écrits d'Élaine Audet



Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


Nous avons des raisons de craindre les conséquences de l’élection de Donald Trump
Stéphane Bureau et désinformation à Radio-Canada au sujet des marches anti-Trump et d’Hillary Clinton
Présidence américaine - Les États-Unis haïssent vraiment les femmes
Hillary Clinton - Je suis avec elle !
Attentats du 13 novembre, suprématie masculine et violences patriarcales
Le relativisme culturel de la gauche compassionnelle
À l’origine des jihadistes français : la reconnaissance de l’idéologie islamique comme respectable
Quand une organisation religieuse se mêle de politique québécoise
Visite canadienne au "Morong 43" (Philippines) - "Mon coeur appartient réellement à ces communautés"
Formation offerte par Femmes et Démocratie dans Lanaudière en mai
Des poètes québécoises et la question nationale
À Voix égales et le FAEJ explorent de nouveaux moyens de faire élire des femmes
Nouveau-Brunswick - Le Conseil consultatif sur la condition de la femme victime à son tour de l’idéologie conservatrice
Carte électorale - Sortir de l’impasse en réformant le mode de scrutin
Le pouvoir des femmes en politique : utopie ou réalité ?
Le Congrès offre aux membres de l’Action démocratique du Québec l’occasion de mettre la priorité sur l’obtention d’un mode de scrutin à finalité proportionnelle
De la malédiction d’être Arabe
Le Conseil du statut de la femme honore une pionnière du droit de vote des Québécoises, Marie Lacoste-Gérin-Lajoie
Malalai Joya : le visage du courage
Iran - Protestation contre l’exécution des combattant-es kurdes
Le Conseil du statut de la femme soucieux de préserver l’accès aux soins de santé des Québécoises
Des drag-queens à la fête du PLC
De quoi la Palestine est-elle le nom ?
53e session de la Commission de la condition de la femme des Nations Unies
Israël bafoue impunément le droit international à Gaza
Obama, le nouveau logo de la marque Amérique
La situation des droits de l’homme dans le territoire palestinien occupé par Israël depuis 1967
Manon Tremblay répond à ce qu’on veut savoir sur les femmes et la politique
Un vent de droite souffle sur le Québec
Toutes les inégalités n’offensent pas le candidat Barack Obama
Des femmes se portent à la défense de Clinton
Tibet - Quand le génocide devient un gynocide
Hillary Clinton et les primaires américaines - Fini, tout cela (bis)
Primaires américaines - Etre une femme, c’est finalement pire que d’être noir
Primaires américaines - La presse américaine est accusée de céder à l’obamania
A l’ONU, la prose de Durban 1 s’écrit en pire tous les jours - Une entrevue avec Malka Marcovich
"Iran delenda est" - L’Iran doit être détruite, version américaine
Il y a bien eu un génocide planifié contre les Tutsi et 250 000 femmes violées au Rwanda en 1994
Il y a bien eu un génocide planifié contre les Tutsi et plus de 250 000 femmes violées au Rwanda en 1994
Proche-Orient : Le Canada doit faire respecter le droit international
Le Conseil du statut de la femme ne veut pas d’un débat public
Arundathi Roy, guerrière du mot
Angela Merkel, première chancelière de l’histoire de l’Allemagne
Une femme, présidente du Chili ?
Au sein de la marche
"Modèle européen" : l’égalité entre les femmes et les hommes est en danger !
En Suède, un parti féministe menace de déloger le premier ministre
Fallouja, véritable four crématoire !
"Notre beau monde occidental" ?
Non au génocide de Gaza : Acte III
Quand c’est la politique qui salit l’argent
Merci, Vos Honneurs
Une militante féministe est menacée de déportation !
Non au génocide de Gaza - Acte II
Le conflit israélo-palestinien et la liberté académique aux Etats-Unis
Etats-Unis - Haïti
Non au génocide de Gaza et du peuple palestinien
Conférence de la lauréate du prix Nobel de la paix 2003







La montée de Hillary Clinton vers la Maison Blanche nous projette vers cette réalité indiscutable qui, là sous nos yeux, affirme la proximité d’une femme en direction du pouvoir politique entre tous, à savoir pour le rôle de présidente des États-Unis d’Amérique.

A ce jour, le féminisme a ébranlé les superstructures du patriarcat, mais ce système a des théories et modèles. Ce qui obligera Hillary Clinton à faire le pari de s’approprier le pouvoir en misant sur l’assurance métaphysique émanant de ce qui fut accompli et achevé à ce jour par « l’être-féminin ». Cela dit, en misant sur ce qu’elle veut accomplir et achever à travers sa longue marche de battante. Ainsi pourrait-elle consolider l’assurance métaphysique d’une femme arrivée jusqu’au pouvoir suprême par ses propres moyens, c’est-à-dire à travers labeur et détermination.

Ma réflexion se veut une introspection autour du parcours d’une femme, tout en ramenant à la longue marche des femmes que sous-tend celle de Hillary Clinton.

Cette marche est la nôtre...

La longue marche de Hillary Clinton nous fait reconnaître celle d’une femme, mais aussi la longue marche de toutes les femmes. Et dans la foulée de son pas, l’événement nous rappelle aux valeurs féministes, aux difficultés d’assumer pouvoir et féminitude face à l’étalonnage d’un patriarcat ayant ses théories quant au pouvoir. De même sa théorie du système et des groupes, sa théorie de l’évolution, sa théorie de l’angle et des modèles à partir de superstructures. (1) Peut-on dire que le féminisme a ébranlé les superstructures en s’appropriant une réflexion autour de valeurs anti-patriarcales ? Très certainement !

Malgré le féminisme, malgré la supposée égalité de la société américaine, la longue marche de Hillary Clinton nous projette dans les résistances du système. Résistances d’autant plus significatives que nous sommes de l’époque où les médias font et défont l’image, parfois naïvement, parfois dans le cynisme ! C’est pourquoi j’ai voulu faire de cet article un lieu d’incubation autour des faces cachées de la culture dominante, tout en me servant de quelques références livresques et journalistiques. Histoire de montrer le chemin parcouru, mais aussi les influences de la culture à travers l’assurance métaphysique. Ce terme fait référence aux valeurs culturelles ayant des incidences sur le comportement des individus. (2)

Celles qui ont lu Clara Malraux se souviendront de quelques paroles rappelant à cette infériorité à travers le refoulement d’une femme de la bourgeoisie française, laquelle vivait un féminisme avant l’heure, tout en étant confrontée à une relation de couple invitant à la sous-estimation de « l’être-féminin ». Cela dit, en acceptant le fait que la culture patriarcale de l’époque transmettait un modèle où la femme ne pouvait apparaître en avant-plan. Cela dit, en se rappelant que le compagnon deviendra l’un des écrivains majeurs du XXe siècle. Et si l’homme s’est intéressé à la Condition humaine (3) à travers son oeuvre, en même temps, il renvoyait à l’assurance métaphysique du rapport de forces hommes-femmes. Ce qu’elle révélera par l’écriture en disant : « Je m’étais à peu près résignée à la condition juive (...) et de demi-étrangère, mais quoi, il me faudrait désormais tenir compte, par-dessus le marché, d’une sous-estimation de principe opérée par une moitié de l’humanité et que je devais vaincre pour parvenir à l’égalité avec ceux-là peut-être qui ne me valaient pas ?" (4) Ainsi, tout au long de cette publication, nous apparaît la longue marche d’une femme qui, malgré sa fortune, reste soudée au couple pendant de nombreuses années tout en évaluant les transformations de cette cohabitation sur son pas (sa démarche, son parcours) de femme : « Je marchais bien autrefois, sûre, on pouvait écouter mon pas. Maintenant, je sautille à côté de lui (...). Tout ce qu’on ne leur défend pas, tout ce qu’ils peuvent recommencer une fois, deux fois, trois fois. » (5)

C’est un peu ce à quoi « l’être féminin » est confronté par cette longue marche vers le pouvoir politique. Nous pouvons affirmer sans contredit que Hillary Clinton est désavantagée par son statut de femme. De même désavantagée par le charisme de son rival. Et bien sûr désavantagée par les symboles que charrie Barack Obama à travers l’homme métissé, mais aussi par les faces cachées d’une culture patriarcale capable de récupérer l’âme collective au détriment des valeurs prônées tant par Obama que par Clinton.

Hillary et les pièges de l’image

Par les technologies nous pouvons suivre le périple des candidats en route vers la Maison Blanche. Ce qui, en même temps, nous introduit au pouvoir des médias à travers le traitement journalistique, voire à travers le non-dit. Compte tenu que par Hillary Clinton et Barack Obama se vit un moment historique, on comprend l’importance du traitement de l’information.

Je n’invente rien ! Tout le monde sait que les rides de Hillary Clinton ont été des propos journalistiques des dernières semaines. De même, cette larme jugée de l’ordre d’une stratégie politique ! Était-ce pour autant des propos substantiels autour de la politique internationale ? Et par-delà les quiproquo, l’occultation de vérités pouvant servir ou desservir la démocratie.

Consciente du pouvoir de la médiatisation d’un événement, j’ai cru pertinent de ramener à la livrée d’un journaliste responsable, lequel critiquait le non-dit nous privant de l’essentiel. C’était quelque temps après le Référendum de 1980. Ce journaliste de La Presse invité à recevoir le Prix Olivar-Asselin (décembre 1983) nous fait quelques révélations saisissantes : « C’est un problème moral. Toute la machine des médias d’information est bloquée. Ça ne fonctionne plus du tout. (...). Le débat référendaire fut celui des élites, des aristocrates de la pensée. Aucun d’entre nous n’a réussi à expliquer ce qui se passait vraiment (...). C’est effarant ce dont on ne dit pas un mot. » (6)

Dans l’inéquité du traitement médiatique, on fait beaucoup intervenir le rapport à l’image pour Hillary Clinton. J’ai signalé le rapport aux rides et, bien sûr, cette larme jugée inappropriée. On a le commentaire sardonique de Pierre Foglia (7), lequel tentait de nous faire avaler un fiel journalistique n’ayant rien à voir avec les idées. Il commence son article en disant que Hillary Clinton échappe à la catégorie colombe-faucon. Le langage reste politique mais la plume dérape rapidement vers un rictus aliénant. Nous voilà introduit-es vers l’image de bourgeoises « crocodiles » dont ferait partie Hillary Clinton. « On ne s’en doute pas quand on les voit manger des petits fours, mais attendez qu’elles s’approchent du pouvoir, elles ouvrent si grand la gueule qu’on voit le fond de leur petite culotte ».

En une année, mes lectures du journal La Presse pourraient se compter sur les doigts d’une seule main. Ce jour du 18 février, on m’a fait parvenir l’article et comme le propos s’avérait de la plus grande actualité, j’ai voulu le parcourir. Ce fut la nausée en même temps que bénéfique, car ce renouement avec la prose de Foglia me renvoyait aux faces cachées du patriarcat, tant à travers la déformation des faits et liens que par le non-dit auquel nous renvoyait le journaliste Jean-V. Dufresne.(8)

Les femmes et les émotions

Un retour à la réflexion de Colette Beauchamp intitulée Le silence des médias publié chez Remue-ménage m’aura permis de cerner les profils antagonistes ayant constamment obligé la femme à nier ses émotions. A l’époque, la catégorie « femmes journalistes » était de l’ordre d’une minorité. La lutte n’aurait pu exister. Les femmes qui ont lutté en vue d’exercer une influence à travers des émissions d’affaires publiques se seront fait renvoyer sur des tablettes, sinon à des tribunes où elles se sentaient sous-utilisées.

Bref, le comportement des femmes devenait piégé à travers le modèle imposé par la culture patriarcale ! Et l’auteure de nous introduire aux normes ne s’appliquant plus lorsqu’il s’agira d’un homme puisque ce dernier pouvait et continue de pouvoir « être chauve, bedonnant, obèse, affecté de strabisme, de n’importe quel timbre de voix, d’une élocution et diction moyenne » et se voir accepté dans ce qu’il est.

L’intérêt de cette réflexion émanant de l’intérieur de la tribune journalistique vient du bris d’un silence éprouvant, tout en nous renvoyant au coeur du contrôle de « l’être féminin » et de son image. Certaines ont ressenti très durement ce contrôle sur leurs émotions. Voyons ce qu’en révèle la journaliste : « Toute émotivité était bannie des ondes, comme si la froideur et l’agressivité n’étaient pas aussi des expressions d’émotions refoulées - et les moins efficaces pour établir une communication. Nombre de femmes, après plusieurs années de métier, suivent encore des cours pour apprendre à poser leur voix, la dépersonnaliser et acquérir le ton neutre alors que leurs camarades masculins n’en ont jamais ressenti le besoin : leur timbre naturel suffit. » (9)

Cette réflexion nous oblige également à reconnaître le problème qui se pose pour les femmes en route pour le pouvoir politique suprême. Tout comme les journalistes du début des années 1970, ces femmes n’arriveront pas en lieu et place à la douzaine avant la fin du siècle et encore ! Ce qui renvoie au danger d’un combat dans l’insularité.

Les conséquences du modèle imposé à l’intérieur des médias se font significatives à travers les propos de Lizette Gervais : « J’en suis arrivée à douter de ma compétence, à me dévaloriser et finalement à me sentir très très très insécure ; (...) Le grand reproche que je serais tentée d’adresser à ceux qui dirigent l’information, c’est qu’ils s’acharnent à vouloir faire de l’information désincarnée. On tient dur comme fer à ce qu’elle soit vide d’émotion. Dès que je parle d’émotion, je sais que je vais passer pour une ‘vraie femme’ dans le sens le plus péjoratif du terme. » (10)

La politique et les émotions

J’adhère à la thèse de Lise Payette disant que Hillary a tout intérêt à se comporter en femme à travers sa montée vers le pouvoir politique, thèse qu’elle nous révèle dans une chronique récente : « J’ai écouté attentivement le discours de Hillary Clinton au New Hampshire (...) en me disant qu’il était temps que cette femme se montre telle qu’elle est, forte et sensible à la fois, femme de tête et femme de coeur en même temps. (...). Elle dispose de dix mois pour cesser de jouer à l’homme politique et devenir une femme politique, avec tous les risques que cela comporte ». (11)

Ce qui se passe à travers la longue marche de Hillary Clinton, mais aussi à travers la couverture médiatique, me permet de cerner les influences d’un patriarcat dont les symboles restent omniprésents. Dans le cas présent, Hillary Clinton représente le modèle antagoniste hérité du féminisme. Souvenons-nous des paroles de Clara Malraux faisant référence au fait que les hommes peuvent se tromper... ce qui fait référence aux interdits touchant la femme : « Tout ce qu’ils peuvent recommencer une fois, deux fois, trois fois. » (12) Déjà, nous pouvons percevoir l’étalon de mesure en défaveur. Une larme... et le jugement négatif autour des émotions... et de l’inaptitude au pouvoir.

Tout ce panégyrique ne vient pas pour autant signifier que je suis une inconditionnelle de Hillary Clinton. Pas du tout. Tout comme je ne saurais voir les féministes comme des femmes irréprochables en tout. La critique nous est nécessaire ! De ce fait, je suis aux premières lignes lors des rassemblements, tant pour les manquements à la démocratie que pour nos contradictions.

Hillary Clinton m’a déçue à quelques reprises. D’abord que je parle de son manque de courage lorsqu’elle a voté pour la guerre en Irak. Également pour défendre son projet d’assurance maladie universelle.

Elle a forcé mon admiration à d’autres moments, notamment par cette audace à regarder le pouvoir médiatique droit dans les yeux au plus fort de la tempête Lewinski. De même par sa capacité à demeurer sur les rails, puis de projeter son identité à travers le bilan d’une femme blessée.

Je l’ai crue femme progressiste capable de défendre becs et ongles certains projets politiques de gauche, mais tout comme Carl Bernstein (13), j’en suis venue à la percevoir plus à l’aise dans le système que dans les idées de gauche. Malgré les incursions qu’elle y a faites et qu’elle cache selon Bernstein. L’article fait référence à son stage d’étudiante dans un bureau d’avocats défendant les Black Panthers et à son mémoire consacré à l’activiste social Saul Alinsky.

Un constat

La longue marche de Hillary Clinton me permet, comme femme, et de même à toutes les féministes de faire le constat suivant :

  • Nous sommes fragilisées par l’image de « l’être féminin ».
  • Toute femme voulant s’approprier le pouvoir d’État doit avoir une bonne dose d’assurance métaphysique pour avancer sans être déstabilisée par le modèle de la culture patriarcale.
  • Nous avons à travailler sur l’éducation politique de la masse quant à la récupération par les forces occultes du patriarcat.
  • Les femmes doivent avancer vers le pouvoir politique, à tous les paliers, et en plus grand nombre.
  • Il faut viser l’envahissement du pouvoir politique à travers l’État.

    En résumé, les femmes devront davantage envahir les champs politiques afin de « produire de l’assurance métaphysique à travers leurs valeurs. Ce qui est nécessaire à l’humain et au phénomène de l’existence collective. » (14)

    Notes


    1. La machine à exister , Jean-François Volpert , Éditions Privat, 1978, p. 22.
    2. Ibid, pp. 54-69
    3. La condition humaine, par André Malraux.
    4. Nos vingt ans,Clara Malraux, Éditions Grasset, 1978, p. 206.
    5. Nos vingt ans,Clara Malraux, Éditions Grasset, 1978, p. 233.
    6. Le silence des médias, Colette Beauchamp , Éditions remue -ménage, 1988, 2e édition.
    7. Chronique de Pierre Foglia, 18 février 2008, La Presse.
    8. Le silence des médias, Colette Beauchamp. Éditions remue- ménage, 1988, p.122.
    9. Ibid., p. 240.
    10. Ibid., p. 250.
    11. « La bataille de Hillary Clinton », Lise Payette, Le Devoir, 11 janvier 2008.
    12. Nos vingt ans, Clara Malraux, Editions Grasset, p.233.
    13. Revue L’Express, 31 janvier 2008.
    14. La machine à exister, Jean-François Volpert, Editions Privat, 1978, p. 69.

    Mis en ligne sur Sisyphe, le 25 février 2008.


  • Partagez cette page.
    Share


    Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer ce texte   Nous suivre sur Twitter   Nous suivre sur Facebook
       Commenter cet article plus bas.

    Jeanne Gagnon, auteure

    Auteure de deux ouvrages de poésie intitulés Clair-Obscur (1981 – Éditions Emile-Nelligan) et Mouvances (1984 – Éditions Force et Renouveau). Publication de nombreux textes littéraires et/ou socio-politiques dans les périodiques et journaux du Québec. Quelques textes poétiques de l’auteure dans les Cahiers de poésie, de critique et d’art – No 4 (1986) de l’Université de Haïfa en Israël. Elle a dirigé le numéro thématique portant sur les violences dans Moebius 83de Triptyque (décembre 1999). Les éditions Triptyque (2006) ont publié ses entretiens avec le pianiste Pierre Jasmin sous le titre Notes d’espoir d’un joueur de piano.



    Plan-Liens Forum

  • Un peu de sérieux
    (1/1) 4 mars 2008 , par





  • Un peu de sérieux
    4 mars 2008 , par   [retour au début des forums]

    Je ne vous suis pas du tout, Hillary Clinton n’étant qu’une bourgeoise conservatrice (plus que les Républicains). Je constate une fois de plus un amalgame fréquent depuis ces derniers temps : Hillary = superwoman du féminisme

    Kosovo = État courageux qui a autoproclamé son indépendance.
    Rien n’est plus faux : le Kosovo est une volonté des USA, de l’OTAN et des forces économiques derrière.

    Un peu de réflexion, de grâce ! Comment, pouvons-nous avancer et progresser avec de tels propos réducteurs

    • > Un peu de vérité
      4 mars 2008 , par
        [retour au début des forums]

      Un peu de sérieux vous-même, trouvez d’autres arguments pour rejeter H. Clinton. N’est-elle pas la plus qualifiée pour diriger les États-Unis parmi les candidats démocrates et républicains ? L’honnêteté et le rejet du mépris primaire à l’adresse de cette femme commanderaient de le reconnaître. Si Clinton est une bourgeoise, elle n’est pas la seule bourgeoise féministe qui aura rendu service au mouvement des femmes. Une bourgeoise comme Thérèse Casgrain n’a-telle pas été l’une des principales batailleuses pour le droit de vote des femmes au Québec ? Les propos suivants sont d’une Américaine qui connaît fort bien H. Clinton.

      « Finis, les deux poids, deux mesures...

      « Hillary est soit trop masculine, soit trop féminine ; elle est soit trop glaciale, soit trop émotive ; c’est une politicienne si accomplie qu’elle ne devrait pas faire de politique.
      « Elle est « ambitieuse », alors que lui, il a « le feu sacré ».
      Quand un idiot sexiste a crié « Va donc repasser ma chemise ! » à HRC, on a trouvé cela amusant, mais si un idiot raciste avait crié « Va donc cirer mes chaussures ! » à BO, les médias électroniques auraient glosé pendant des heures sur ce déshonneur national et la presse écrite y aurait consacré d’innombrables pages.
      Les jeunes Kennedy qui s’intéressent à la politique - Kathleen, Kerry et Bobby Jr - ont tous donné leur appui à Hillary. Le sénateur Ted Kennedy, âgé de 76 ans, a appuyé Obama. Si c’était l’inverse, les commentateurs ne manqueraient pas de souligner que si elle a l’appui de Ted Kennedy et de l’establishment, lui, il rallie la génération montante.
      Finies, les attaques ignobles et toxiques.
      Le dégoût de Carl Bernstein’s devant les « chevilles épaisses » de Hillary. La création par Roger Stone, expert en magouilles sous Nixon, d’un groupe baptisé « Citizens United Not Timid » (dont l’abréviation est CUNT). John McCain qui répond « Excellente question ! » à un partisan qui lui demande « Comment allons-nous faire pour battre cette salope ? ». Aurait-il osé répondre de la même façon si on lui avait demandé « Comment allons-nous faire pour battre ce fils de pute noir ? » Quelle honte !
      Finis, les casse-noisettes à l’effigie de HRC arborant des pointes de métal entre les cuisses. S’il s’agissait d’une figurine représentant un danseur à claquettes noir, nous serions indignés à juste titre - et on n’en vendrait pas dans les aéroports. Honteux.
      Finis, les T-shirts aux sous-entendus les plus violents de toute notre histoire électorale, dont celui qui porte le slogan meurtrier : « Si seulement Hillary avait épousé O. J. (4) au lieu de Bill ». Honteux.
      Finies, des émissions comme celle de la série « Southpark » où des terroristes implantent une bombe dans le vagin de HRC. Je refuse de m’abaisser à chercher une analogie raciale aussi ignoble. Honteux.
      Etc... etc.. »
      >>>Lire la suite : "Fini, tout cela (bis)"

      [Répondre à ce message]


        Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

    © SISYPHE 2002-2008
    http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Retour à la page d'accueil |Admin