| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       






samedi 15 septembre 2007

Eux-elles et nous

par France Bonneau, poète






Écrits d'Élaine Audet



Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


J’ai déposé mes ailes
Le réveil de la sacrifiée
Enfance violée
Chemins de patience
Comme un cœur qui pleure
Elle marche
Mémoires de femmes
À Nadia Ajuman
Trop près pour que tu me voies
La magie de toi
Haïti - Des énergies positives existent encore
J’ai pas choisi
Dans la peau d’un Noir
Quatre chrysanthèmes
Tu es présente
Femmes-mères
Le coeur au centre
"Nous sommes tous des guerriers", de Sébastien Bec
Je crois en la femme
Envol et autres poèmes
Dans la Médina
Discernement
Quatre chrysanthèmes
Feux de langue
Le coeur au centre
Luminance
Feu sage
Effritement
Dissolution
Être prostituée, j’en ai jamais rêvé
La peur
Parole de louve
Illustre Mahomet !
Avril et ses vents
Chuchotements écrits
Poèmes de Kaboul
Funeste
Les longs chemins
Sous les cendres
Abnégation
Note finale
Mon bout du monde
L’étoile la plus fade
Comment (version rap)
Bas salaire
Lisse comme une pierre blanche
Chair, chère
Némésis
Dessins de l’U
Intervalle
Fer et feu







Nous sommes nés
Purs, généreux
Porteurs d’eau et d’innocence
Nés naïfs bénis comme les enfants de Dieu
Dans des villages de commencement du monde
Nous sommes nés
Sans soif de revanche, sans colère, sans violence
Nés sous le sceau de la tendresse
Par un jour simple et droit
Notre innocence sévit parfois comme un empêchement
À bâtir des chapiteaux de puissance
Comme un souffle au cœur
Comme un poing perdu au détriment du bonheur
Nous mourrons, il est écrit
Dans de grands espaces de beauté
Rappelant la pureté de l’aube, de la première heure du jour.

Nous sommes nés purs mais nous avons aussi notre colère
Nous l’avons vue naître
Un matin de soleil, trahis par nos pairs
À force d’entendre les mensonges des maîtres du monde
À force d’écoute et de conscience
Notre révolte s’est levée.

Eux sont nés la rage au cœur
Durs démunis défaits
Combattants devant l’aube
Dans des villages de fin du monde
Ils sont nés sous le sceau de la colère
Alors que le ciel était à l’envers
Rempli de cendres, d’âcres odeurs
Ils sont nés un fusil à la main
Fiers, tenaces
Un faux matin de bonheur
Ils mourront, il est écrit
Dans de grands espaces de douleur
Rappelant la dureté de certaines aubes
Quand la première heure du jour
Se lève tel un poing blafard.

Elles sont nées ailleurs
Voilées, soumises,
Attentives au rythme de la vie
Battant dans leurs chaumières
Elles sont nées dans des villes ou des villages
De milieu du monde
Nées prisonnières
De traditions millénaires
Obéissantes muettes
Porteuses d’une colère sourde
Chercheuses de lumière
D’une liberté à conquérir
Enfouie sous les rouleaux de prières
Elles sont nées ailleurs
Venues ici accomplir leur destinée
Dans des villes aux fenêtres
Ouvertes sur le monde
Elles mourront, il est écrit
Dans de grandes maisons propres et ordonnées
Laissant passer mille jets de lumière.

Ne sommes-nous pas tous nés frères et sœurs
D’une planète où le monde est à refaire ?

Mis en ligne sur Sisyphe, le 15 septembre 2007


Partagez cette page.
Share


Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer ce texte   Nous suivre sur Twitter   Nous suivre sur Facebook
   Commenter cet article plus bas.

France Bonneau, poète



    Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

© SISYPHE 2002-2007
http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Retour à la page d'accueil |Admin