| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       






dimanche 14 novembre 2004

Némésis

par Faïza Skandrani, écrivaine, fondatrice et présidente du groupe Égalité et parité






Écrits d'Élaine Audet



Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


J’ai déposé mes ailes
Le réveil de la sacrifiée
Enfance violée
Chemins de patience
Comme un cœur qui pleure
Elle marche
Mémoires de femmes
À Nadia Ajuman
Trop près pour que tu me voies
La magie de toi
Haïti - Des énergies positives existent encore
J’ai pas choisi
Dans la peau d’un Noir
Quatre chrysanthèmes
Tu es présente
Femmes-mères
Le coeur au centre
"Nous sommes tous des guerriers", de Sébastien Bec
Je crois en la femme
Envol et autres poèmes
Eux-elles et nous
Dans la Médina
Discernement
Quatre chrysanthèmes
Feux de langue
Le coeur au centre
Luminance
Feu sage
Effritement
Dissolution
Être prostituée, j’en ai jamais rêvé
La peur
Parole de louve
Illustre Mahomet !
Avril et ses vents
Chuchotements écrits
Poèmes de Kaboul
Funeste
Les longs chemins
Sous les cendres
Abnégation
Note finale
Mon bout du monde
L’étoile la plus fade
Comment (version rap)
Bas salaire
Lisse comme une pierre blanche
Chair, chère
Dessins de l’U
Intervalle
Fer et feu







Un monde de folie
A l’écoute d’un chant plaintif
Racontant
Les éclats d’obus
Les plages saccagées
Les cadavres amoncelés
Les coquillages ensanglantés
Les maisons brûlées
Les ponts brisés
Les mosquées bombardées
Les musées volés
Les prisonniers violés.
Un monde de folie
Faisant surgir des vieux violons
Les refrains de la guerre
Les vilains accords de la colère
Les airs grinçants de la galère
Faisant céder les mélodies
Des belles pages de poésie
Aux images en collier
De la guerre.
***
Je suis un enfant abandonné
Mon père a violé ma mère
Il a purgé seulement
Un instinct de survie
Ma mère, comme un pétale, flétrie
Victime d’un geste de folie
D’un soldat ennemi
Pris dans le violent orage
D’une plage de sa vie
Dans le mirage
D’une fleur rougie
A la suite d’un carnage
Ma mère comme un nénuphar
Donna naissance à un bâtard
Pour mon père je n’étais rien
Pour ma mère, victime du ravage
Ce n’était pas bien
D’avoir un bébé hors mariage
Elle me mit dans un couffin
A l’ombre d’un palmier
Un policier me trouva
Et m’emmena dans un vivier
D’enfants sans familles
Enfermés comme des chenilles
Dans les cocons de soie
Des foyers de l’Irak
Où les bambins ont droit
A un brin d’arnaque
A un brin de caresse
Parfumée de fleurs d’aloès
Avant de s’envoler comme
Des papillons à tire d’ailes
Comme de noires hirondelles
Oiseaux de mauvais augure
Annonçant une vie de cyanure
Avalé verre après verre
A cause des abus de la guerre
D’une terre sans iris
A cause de la colère d’Isis contre Nemesis
Lui reprochant sa justice sommaire.


***
Si j’avais de nouveau à élever mon enfant
je m’y prendrais autrement
je lui offrirais tout mon temps
tous mes instants
je lui servirais de paratonnerre
car le vent de la vie est violent
Il souffle sur les ans
et
les emporte comme des cerfs volants
car la foudre de la gloire
brûle les voiles de la mémoire
des rêves de soie moirée
du cœur assoiffé d’amour
de mon enfant de toujours
si j’avais de nouveau à élever mon enfant
je veillerais sur sa destinée
comme une étoile
en rebrodant à rebours
les minutes, les secondes et les toiles
des heures volées au firmament
tissées dans les rets du voile
de la vie, dans les fibres de nacre
d’un cœur d’enfant plein de tourments
d’un cœur rebelle et âcre
rêvant d’argent, de diamants
de fanfares et de billard
les yeux hagards et les liens épars
je veillerais sur son destin
comme un père câlin
comme une mère avare
de son amour
pour que son enfant
pour toujours
ne soit dénué d’amour
je forgerais la trame du jour
dans la dentelle des atours
dans la chapelle de l’amour
des parents de toujours.

Mis en ligne sur Sisyphe, le 14 novembre 2004.


Partagez cette page.
Share


Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer ce texte   Nous suivre sur Twitter   Nous suivre sur Facebook
   Commenter cet article plus bas.

Faïza Skandrani, écrivaine, fondatrice et présidente du groupe Égalité et parité

Faïza Skandrani est écrivaine et poète. Elle enseigne la littérature française à Faculté des Sciences Humaines et Sociales de l’Université de Tunis. Membre du Bureau directeur de l’Association des femmes tunisiennes pour la recherche sur le développement (AFTURD), elle est chargée des communications pour cet organisme.



    Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

© SISYPHE 2002-2004
http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Retour à la page d'accueil |Admin