| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       






jeudi 20 mars 2014

Chemins de patience

par France Bonneau, poète






Écrits d'Élaine Audet



Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


J’ai déposé mes ailes
Le réveil de la sacrifiée
Enfance violée
Comme un cœur qui pleure
Elle marche
Mémoires de femmes
À Nadia Ajuman
Trop près pour que tu me voies
La magie de toi
Haïti - Des énergies positives existent encore
J’ai pas choisi
Dans la peau d’un Noir
Quatre chrysanthèmes
Tu es présente
Femmes-mères
Le coeur au centre
"Nous sommes tous des guerriers", de Sébastien Bec
Je crois en la femme
Envol et autres poèmes
Eux-elles et nous
Dans la Médina
Discernement
Quatre chrysanthèmes
Feux de langue
Le coeur au centre
Luminance
Feu sage
Effritement
Dissolution
Être prostituée, j’en ai jamais rêvé
La peur
Parole de louve
Illustre Mahomet !
Avril et ses vents
Chuchotements écrits
Poèmes de Kaboul
Funeste
Les longs chemins
Sous les cendres
Abnégation
Note finale
Mon bout du monde
L’étoile la plus fade
Comment (version rap)
Bas salaire
Lisse comme une pierre blanche
Chair, chère
Némésis
Dessins de l’U
Intervalle
Fer et feu







Les chemins de la patience
Nous les avons empruntés, sillonnés
Les sentiers de l’obéissance, de la soumission
Nous les avons traversés, parcourus
La Terre restait silencieuse
Aussi coite qu’une herbe dans les prés
Seuls les tumultes de l’oppression
Résonnaient sous nos pieds
Nous entendions les arbres, les feuilles
Dire leur désaccord
De ce monde accumulant violences et cruautés
Mais toujours nous restions muettes, renfermées
Ne sachant à qui nous livrer
À quel dieu implorer justice et liberté.

Après des siècles d’une longue marche
Vint soudain un cri imprévu, bienfaisant, inusité
Il attendait le jour, l’heure
Pour se manifester
À présent, chaque jour nous parcourons les rues
Nous hurlons et nous crions
Sans jamais nous arrêter
Quand vient la nuit nous dormons, nous rêvons…
Nous devenons colombes, lionnes, fleurs de jasmin
Nous avons hâte à demain
Hâte que nos voix
Résonnent sur les terres de nos pays
Et que de l’autre côté du monde
On nous entende aussi
Notre patience transformée
Nous embrasons le jour
Nous animons la beauté
Pour que l’enfance joue et danse
Avec l’espoir à ses côtés
Pour que finisse le temps de la brutalité
Le temps de la soumission, de la réclusion.

Notre cri est une larme sèche
Nos mots sortent comme des atomes
Ils ont l’endurance, la vivacité
Qu’il faut pour essaimer la Terre
De chemins d’aurores multipliées
Patientes, endurantes, résilientes
Trop longtemps nous avons été
Désormais, nous ne nous tairons plus
Qu’arrive demain !
Que vienne le temps de notre délivrance
De notre affranchissement
De notre liberté !

Paru dans Indépendantes, le 26 novembre 2013.

Mis en ligne sur Sisyphe, le 15 mars 2014


Partagez cette page.
Share


Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer ce texte   Nous suivre sur Twitter   Nous suivre sur Facebook
   Commenter cet article plus bas.

France Bonneau, poète



    Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

© SISYPHE 2002-2014
http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Retour à la page d'accueil |Admin