| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       






mercredi 21 septembre 2011

Prostitution - Vivre avec la mort

par Rebecca Mott, survivante et écrivaine






Écrits d'Élaine Audet



Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


Prostitution - Silence et tapage : la limite des mots
Je célébrerai la Journée internationale des femmes quand…
Chanson pour mon âme guerrière
En studio avec Ruth – Interview de Rebecca Mott, femme rescapée de la prostitution et abolitionniste
Prostitution et viol de mineures - Pas le droit d’être trop jeune
Le "travail du sexe" est une arnaque
Prostitution - Un tissu de mensonges répandus à souhait
La pornographie ? Parlons-en
Prostitution – Le viol comme routine et le traumatisme comme fosse
Prostitution - J’ai le cœur qui désespère
Prostitution - Nos corps et nos esprits sont lourds de l’indicible
Les bons prostitueurs, ça n’existe pas
Le véritable danger du proxénétisme tient à la légitimité qu’il a acquise
Prostitution - Votre sollicitude nous tue, levez le huis clos
Prostitution - Être transformée en poupée porno
Prostitution - Mes années perdues
Prostitution - Un déni facile à comprendre
Prostitution - Méthodes de l’esprit proxénète
Prostitution - Écrire de l’intérieur et nommer l’ennui
Prostitution - Des mots qui désignent la réalité des femmes prostituées
Prostitution - Se faire manipuler, le quotidien des femmes prostituées
Prostitution - Quand s’exprimer est dangereux
La crainte d’une voix distincte, celle des survivantes de la prostitution
Prostitution - Je dois me vider le coeur
Prostitution - Je rêve de tout cœur
De nouveaux mythes dangereux entourant la prostitution
Pornographie – La toile blanche
Prostitution - Confiance brisée
Prostitution - Je me suis absentée
Manif Reprendre la nuit - Un malaise dans l’âme
Prostitution - Faut-il se contenter de réduire les méfaits ?
Pendant que vous défilez, nous, on se noie !
Prostitution et viol - Dommages collatéraux
La Journée internationale de non-prostitution le 5 octobre
Prostitution et déni – Le mythe de la prostituée heureuse
La porno m’a façonnée
Aussi longtemps que les "Slutwalks" définiront la prostitution comme un travail, nous ne voulons rien avoir affaire avec ces défilés
Pourquoi je ne participerai pas à la ‘Slutwalk’ - L’ultime "salope"
Prostitution - Ce que vous ne voulez pas savoir existe tout de même
Prostitution - Du sang dans la pièce
Mes craintes face aux pressions pour dissimuler la prostitution derrière des portes closes







Toute ma vie, la mort m’a servi de bruit de fond – que ce soit à titre d’amie personnelle, à cause d’y avoir perdu d’autres amies, ou du fait de me savoir si souvent proche de la mort.

La mort ne m’a jamais fait peur – mais le défaut de mourir, oui, la douleur et la terreur, oui – si je ne me tue pas, c’est parce que je refuse d’abandonner.

Abandonner serait donner raison aux hommes qui ont fait le choix de dire que je n’étais rien, que j’étais juste des trous à remplir, de la pornographie vivante. Ces hommes adoraient baiser les mortes-vivantes.

La mort était partout quand j’étais prostituée. Elle était mon décor.

La mort était là quand les femmes et les filles prostituées disparaissaient. Mon esprit refoule le nombre de disparues dont j’avais entendu parler – et a fortiori les millions de femmes, connues ou inconnues, disparues de mon vivant.

La femme ou la fille prostituée a pour norme personnelle le risque de voir la mort engloutir tout son espoir et son combat pour en sortir. Elle sait que sa mort sera tenue pour sans importance par la société, ce qui donne aux proxénètes et aux prostitueurs la liberté de la tuer à tout moment, en tout lieu, pour le moindre prétexte.

Beaucoup de prostitueurs tuent simplement pour ne pas se donner la peine de payer la prostituée. Ils veulent faire d’elle un jouet porno, ils veulent une esclave sexuelle qui ne refusera, qui n’aura pas le droit de refuser, aucun de leurs fantasmes sadiques. Ils veulent simplement la baiser jusqu’à ce qu’ils deviennent blasés ou fatigués, mais pas payer pour elle, pourquoi s’embêter avec ça, il suffit de s’en débarrasser.

Voilà la réalité qui demeure cachée, alors même que se mènent une « recherche » sur les assassinats sans fin de personnes prostituées. On préfère chercher le mythique prostitueur fou/machiavélique assassin de prostituées – et bien sûr, il n’est intéressant que si c’est un tueur en série ou s’il tue de manière particulièrement tordue.

La réalité que connaissent les prostituées, c’est que les prostitueurs ou les souteneurs les plus susceptibles de les assassiner sont des hommes tout à fait ordinaires.

Ce sont simplement ceux qui endossent le mythe voulant que les prostituées soient de sous-êtres humains, une simple marchandise, à jeter après usage. C’est une conviction normale dans toutes les sociétés qui normalisent le commerce du sexe.

Si personne ne conteste la demande masculine pour la prostitution, les corps des prostituées continueront à s’accumuler, parce que leur mort continuera à être rendue invisible.

J’ai été menacée de mort des quantités innombrables de fois quand j’étais prostituée ou poussée dans la pornographie. Et je connais la froideur et la haine propres à ces hommes qui tuent des prostituées.

La plupart des prostituées ne sont pas tuées par ce tueur en série « fou/machiavélique » ; la plupart sont tuées par un homme qui n’en assassine qu’une.

La mort est simplement considérée comme le risque propre au fait d’être dans le commerce du sexe. Beaucoup trop de femmes piégées à l’intérieur de ce commerce n’atteignent jamais l’âge de 28 ans.

Vingt-huit ans est l’âge où des prostituées peuvent commencer à réaliser qu’elles peuvent avoir une vie : elles peuvent commencer à se battre pour un avenir auquel il est sacrément difficile de croire.

Combien des prostituées qui sont assassinées par un prostitueur ou un proxénète laissent un souvenir ? Dans combien de cas signale-t-on même leur meurtre ? En parle-t-on autrement que comme d’une pute morte de plus ?

Il faut parler vrai – au mieux, on ne parle que d’environ 4% des prostituées assassinées par un homme qui ne tue qu’elles.

Les hommes qui m’ont menacée de me tuer – proxénètes ou prostitueurs – pensaient qu’il serait amusant de tuer une prostituée. On n’a cessé de me répéter qu’une pute qui se fait buter, tout le monde s’en fout, c’est comme se débarrasser d’un sac d’ordures.

C’est ce que vivent beaucoup de survivantes, c’est la réalité que nous essayons d’enterrer, dont nous ne parlons pas – nous ne pouvons qu’en divulguer la surface si nous savons qu’on nous croira peut-être, et qu’il ne redeviendra pas normal de dire que le meurtre des prostituées a bien peu d’importance.

Ouais, je le sais que je n’ai pas été tuée. Mais ce ne fut que par hasard, et ce qui est pénible à vivre, c’est que tant de prostituées sont assassinées à cause de ce hasard. Il n’y a de sécurité pour aucune femme ou fille dans le commerce du sexe, et que l’on soit tuée ou non revient à un simple coup de dés.

Il ne suffit pas, pour empêcher ces meurtres, que les femmes et les filles prostituées apprennent à « lire le langage corporel » des prostitueurs, des gestionnaires de bordels ou des producteurs de porno. Cela peut leur donner une illusion de contrôle – mais si un homme a décidé de la tuer, il passera outre à ce « contrôle ».

Toute la « réduction des méfaits » du monde fait bien peu de choses pour empêcher ces meurtres – la majorité des mesures de prévention des méfaits ne fait qu’adresser aux profiteurs et aux prostitueurs le message que le commerce du sexe va se poursuivre comme d’habitude, y compris en rendant invisible la violence sadique.

Repousser la prostitution derrière des portes closes ne fait certainement rien pour empêcher les meurtres. La plupart des femmes et des filles sont tuées à l’intérieur – dans des appartements, des chambres d’hôtel, des studios de tournage porno, des salons privés de sex-clubs, des bordels – et dans tout autre lieu privé.

Comment diable pourrait-on jamais être en sécurité lorsqu’on est mise dans une chambre où les hommes savent que la prostituée ou l’interprète de porno est leur propriété ? Comment s’étonner que tant de femmes et de filles dans le commerce du sexe soient assassinées à l’intérieur ?

Si nous refusons de confronter l’exigence masculine d’une classe prostituée – si nous continuons à trouver des excuses aux prostitueurs, des excuses à la consommation de pornographie sadique, des excuses aux profiteurs de l’industrie du sexe – alors les meurtres continueront à être si normaux qu’ils ne sont même pas signalés.

Cette insouciance méprisante me rend malade.

Version originale : "Living With Death"

Traduction : Martin Dufresne

Mis en ligne sur Sisyphe, le 11 septembre 2011


Partagez cette page.
Share


Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer ce texte   Nous suivre sur Twitter   Nous suivre sur Facebook
   Commenter cet article plus bas.

Rebecca Mott, survivante et écrivaine

Je suis une écrivaine britannique, survivante d’abus sexuels dans l’enfance et de la prostitution. Une partie de la maltraitance que m’a infligée mon beau-père durant mon enfance a été la violence psychologique de me faire regarder de la pornographie hyperviolente. Combinées à la violence sexuelle qu’il m’infligeait, ces images me faisaient ressentir que je n’avais d’autre valeur que celle de servir d’objet sexuel à un homme et que le sexe était toujours associé à la violence et à la douleur. À 14 ans, je suis tombée dans la prostitution et elle était extrêmement sadique. Je ne m’en suis pas détournée pas car j’éprouvais trop de haine de moi-même pour y reconnaître de la violence et du viol - j’avais l’impression que c’était tout ce que je méritais. J’ai fait de la prostitution entre l’âge de 14 ans à 27 ans et, la majorité du temps, les hommes qui m’achetaient tenaient à m’infliger des rapports sexuels très sadiques. Je me suis habituée à des viols collectifs, du sexe oral et anal violent, et au fait de devoir jouer des scènes de porno dure - cela devint mon existence. J’ai failli être tuée à plusieurs reprises, et fait beaucoup de tentatives de suicide, mais j’ai survécu. Quand j’ai réussi à quitter le milieu, j’ai effacé durant 10 ans la plupart de mes expériences. Ce n’est qu’après avoir dépassé le souvenir des violences de mon beau-père que j’ai trouvé l’espace mental pour me souvenir. Se souvenir de la prostitution est terrible, et je souffre d’un lourd syndrome de stress post-traumatique (SSPT). J’ai créé mon blog pour explorer mon SSPT à titre de survivante à la prostitution, pour réclamer l’abolition du commerce du sexe et pour faire état des conditions terribles de la prostitution vécue à l’intérieur. J’essaie d’écrire de la prose poétique, mais je crois que mon travail est de nature politique.



Plan-Liens Forum

  • Prostitution - Vivre avec la mort
    (1/1) 11 septembre 2011 , par rainette





  • Prostitution - Vivre avec la mort
    11 septembre 2011 , par rainette   [retour au début des forums]
    Merci

    merci pour la traduction,j’ai commenté sur son blogue


        Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

    © SISYPHE 2002-2011
    http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Retour à la page d'accueil |Admin