| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       






lundi 4 octobre 2004

L’islamisme contre les femmes partout dans le monde

par Mimouna Hadjam, militante de l’association Africa à La Courneuve






Écrits d'Élaine Audet



Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


Derrière chaque voile, 3000 ans de haine envers la femme qui nous regarde
Elles dénoncent le voile, l’assujettissement et le néo-communautarisme
Niqab, burqa et tchador sont des signes d’infériorisation des femmes, non des symboles religieux
Combattre le foulardisme
Voile et islam - Flora Tristan n’a jamais prôné le voile intégral
Le voile est-il islamique ou non ?
Pouvons-nous accepter le foulard contre la burqa ?
Lettre ouverte à une femme voilée
La burqa, symbole
Colloque universitaire sur le voile associé à la pudeur, à la foi et à la mode
Hidjab et politique - Le courage des uns et des autres
Eloge de l’asservissement des femmes par le Monde 2 ?
Les illusions dangereuses
Moi, fille d’immigrés, pour l’égalité et la laïcité
Le rapport Stasi sous l’oeil du Centre de recherche en éthique de l’Université de Montréal
Pour l’égalité dans la citoyenneté
Droit à la différence et non pas différence des droits
Un vibrant appel à la conscience
Etrange alliance. Toujours à propos du voile
Contre l’intégrisme religieux et pour la loi sur le voile
Les Islamistes mettent les femmes sur le trottoir
La laïcité a beaucoup d’ennemis
Le port du voile n’est pas une affaire de culture
Que d’hommes dans la rue pour défendre ma liberté !
La solidarité politique à l’épreuve des divisions
Quand la peur des femmes mène le monde
Tous voiles dehors
Non au voile mais non à l’exclusion des mineures de l’école laïque !
L’affaire du foulard : non à l’exclusion
Derrière le voile... un tout autre combat
Un sentiment de trahison
Des croisades de la droite au foulard islamique
Laïcardes, puisque féministes
Être féministe, ce n’est pas exclure !
La résurgence du foulard, un besoin de retour sur soi
Laïcité : une loi pour la cohésion
La pointe de l’iceberg intégriste visible sur la scène altermondialiste
Le voile - Le courage de dire non !
Pétition pour une loi contre le port du voile en France
"Le" voile : Éléments pour un débat
République turque : la question du foulard assombrit le 80e anniversaire
Un voile peut en cacher un autre







Cette idéologie, qui a pour nom islamisme politique, si elle ne saurait ignorer les interférences dues aux changements économiques et politiques sur la scène internationale, s’attaque prioritairement aux femmes, et il faut le rappeler aux femmes musulmanes. En Afghanistan, en Algérie, au Nigéria, en Iran, ce sont des femmes musulmanes qui ont été assassinées, torturées, lapidées.

Heureusement pour nous, femmes immigrées, ou issues de l’immigration, nous ne vivons pas cette situation. Cependant, il faut reconnaître que cette idéologie a contaminé la France. Bien sûr, elle n’a pas le visage de la barbarie qu’on lui connaît dans ces pays, mais des
milliers de femmes immigrées ou issues de l’immigration sont victimes d’une double discrimination, victime du racisme d’une part et de cette idéologie patriarcale et obscurantiste d’autre part.

L’application de la charia en France

Dans le domaine du statut individuel qui régit les relations personnelles (mariage, divorce), les femmes qui vivent en France se voient appliquer par des tribunaux français des législations de leurs pays d’origine.

De plus en plus de femmes se retrouvent répudiées au pays d’origine par le mari qui prononce la formule magique trois fois (comme le veut la charia), et ce dernier n’a plus qu’à la faire valider par exequatur en France pour que la femme se retrouve répudiée selon le droit musulman, et surtout spoliée de tous ses droits, en matière de logement, d’autorité parentale, voire de garde d’enfants. Cela ne date pas d’aujourd’hui. En 1990, une jeune Marocaine âgée de 26 ans, habitant La Courneuve, s’est vue enlever ses quatre enfants, tous de nationalité française, par le père au Maroc, qui jugeait que sa femme montrait des idées d’indépendance. Répudiée au pays, le tribunal a donné la garde au père. La juridiction française n’a fait qu’entériner la décision marocaine, malgré une enquête sociale
favorable à la mère.

Ces femmes ne pourront jamais se remarier, ni même vivre en concubinage du fait de la pression religieuse et communautaire, et parce qu’elles gardent toujours l’espoir qu’on leur rende leurs enfants. Une autre de ces humiliations permises par la charia est la polygamie, officiellement interdite en France, mais tolérée, toujours "au nom du respect de la culture des autres". L’impact de cette possibilité sur l’esprit des femmes est énorme, car elles vivent dans la terreur d’un second mariage du mari, les entraînant dans un état de dépendance et de soumission. Inutile d’entrer dans des considérations religieuses ou explications théologiques : la polygamie est un véritable esclavage moderne, puisqu’elle permet à un homme d’aller chercher une, deux, trois femmes, de les répudier à sa guise et de les exploiter comme bon lui semble.

Comme le droit au séjour n’est garanti que pour la première épouse, les autres femmes n’auront aucune existence légale et deviendront des bonnes à tout faire.

De nombreuses naissances sont déclarées au nom de la première épouse, cniant à la fois les droits de la mère et ceux de l’enfant, accentuant la pression et le chantage contre ces femmes.

Devant ce triste tableau, on pourrait penser qu’il y a une légère amélioration du coté des jeunes femmes et filles, mais c’est oublier que le mépris des femmes s’inscrit en lettres majuscules dans nos contrées banlieusardes où règne l’obscurantisme. Rappelons que le réseau féministe s’est prononcé, de longue date, pour un statut autonome des femmes immigrées, leur permettant l’obtention d’un titre de séjour, indépendamment du conjoint.

Les mariages forcés, des viols légalisés

Des scandales ont éclaté à propos des mariages forcés. Là aussi il ne faut pas sous-estimer le poids des pressions familiales et la naïveté des filles qui ne disent pas franchement oui, franchement non.

Il faut comprendre comment on en est arrivé à cette terrible régression pour des filles françaises. Il s’agit d’abord d’une vie de fillette qui, même si elle est scolarisée, vit sous le contrôle permanent de la famille et de la communauté, dans la cité.

Elle est surveillée par le frère, le copain du frère, les gars du quartier, ses déplacements sont limités et la cité devient le bled. Les parents ont peur de la francisation de la fille, vécue comme une débauche, parce que elle a été surprise en train de fumer, ou avec un petit copain, ou elle s’habille trop sexy. La solution du mariage est "proposée" à la fille. Peu de filles se rebellent, car les pressions sont énormes. On peut comparer à la situation d’il y 10 ou 20 ans, alors que les filles étaient moins soumises.

Précisément parce que le tribunal communautaire s’est élargi, à la difficulté compréhensible pour les filles de se plaindre contre leur famille s’ajoute la volonté de sauver leur peau. Car les filles sont victimes de violences régulières de la part de leurs frères auxquelles assistent, impuissantes, leurs mères. Une mère de cinq enfants à Drancy raconte : " Mes fils de 17 ans et 25 ans tabassent presque quotidiennement leurs deux soeurs âgées de 16 ans et 23 ans, pourtant elles sont sérieuses, l’une est étudiante en médecine ; il vaut mieux qu’elles se marient."

Ces mariages arrangés se font l’été, au pays, avec un cousin qui pourra par la même occasion obtenir le précieux titre de séjour. L’évolution des comportements face au mariage n’est pas la même chez toutes les communautés immigrées. Pour l’immigration originaire de l’Afrique de l’ouest, le mariage s’est développé sous forme de viol légalisé. Le GAMS, (Groupe pour l’Abolition des Mutilations Sexuelles ) mène une campagne nationale de prévention dans les établissements scolaires contre ces pratiques.

Des jeunes filles, voire des fillettes, sont "mariées" : en réalité, cela se traduit par des viols répétés tous les week-ends, le plus souvent au domicile des parents, mais parfois dans un hôtel, dans un foyer. Si le mari est en Afrique, on y conduit la fillette et elle peut revenir après consommation du mariage. L’inadmissible, c’est qu’en France, des filles mineures sont violées régulièrement, par des "maris" le plus souvent en situation irrégulière, et on attend la majorité des filles pour organiser le mariage civil.

A Saint-Denis, deux soeurs, l’une collégienne, âgée de 13 ans et demi, et l’autre de 16 ans, ont été "mariées" ; personne n’a rien vu jusqu’à ce qu’elles soient enceintes. Ces filles se sont retrouvées dans l’obligation de faire "l’épouse", puis la maman, en sacrifiant leurs études.

Cela se passe en France, des viols régis par un engagement religieux devant témoins. On ne peut que hurler devant cette régression qui frappe des femmes et des filles, quand on sait la dureté des combats féministes qui ont été menés pour la reconnaissance de la criminalisation du viol. Il est nécessaire de s’interroger sur les raisons de cette régression que nous vivons depuis une vingtaine d’années dans les quartiers. Alors, oui, il devient urgent de refuser l’emprise de l’intégrisme et du religieux sur nos vies de femmes, car cette emprise ne fait que renforcer la théologie du machisme, de la domination masculine.

L’affaire des premiers foulards

Lorsque l’affaire des premiers foulards éclate, nous sommes en 1989, deux ans avant la guerre du Golfe qui représente une césure importante pour l’immigration. La guerre du Golfe a accentué le brouillage dans l’immigration qui n’a pas pu s’exprimer politiquement, de peur de se voir assimiler à la cinquième colonne de Saddam Hussein. Il faut se rappeler que le gouvernement avait mis en place toutes les phases de son plan Vigipirate.

Certaines associations islamistes en ont profité pour apparaître publiquement et récupérer cette contestation qui grondait de manière souterraine. Etait-ce un fait nouveau ? Non.

L’immigration ou plutôt les immigrations qui vivent en France n’ont jamais perdu contact avec ce qui se passait dans leur pays d’origine et dans le monde. Et on ne va pas le leur reprocher.

Dans le contexte de la crise économique de la fin des années 70 qui les frappe durement et prioritairement, la "révolution" islamique en Iran trouve un premier écho favorable dans l’immigration. Il faut se souvenir que le régime du Shah, honni par le peuple iranien, soutenu par les USA et balayé par Khomeyni, a eu de larges soutiens partout dans le monde, y compris dans la gauche française. Ce premier événement politique mondial a eu des répercussions immédiates en France.

Les grèves des années 80, et notamment celles du "printemps de la dignité" chez Citroen, ont vu apparaître les premières revendications de mosquées à l’intérieur des entreprises. Sans rejoindre le délire de Pierre Mauroy qui voyait des intégristes partout, nous étions quelques militants politiques et associatifs à exprimer notre inquiétude devant ce courant, certes minoritaire, mais qui existait tout de même.

Les premiers foulards apparaissent à ce moment chez la seconde génération de l’immigration, chez des jeunes filles très cultivées, voire les plus politisées à gauche (l’une des leaders de la marche des beurs porte le foulard en 1984). Et puis, le fait le plus significatif est la réapparition de la polygamie dans l’immigration maghrébine, alors qu’elle avait complètement disparue. À cette époque, beaucoup de ces femmes marocaines et algériennes témoignent dans nos permanences d’un changement perceptible chez leur mari : "Mon mari, depuis qu’il est au chômage, a changé et a pris le chemin de la mosquée où il a trouvé de mauvais conseillers qui lui ont dit de se remarier pour reprendre confiance en lui." Et puis les premières demandes de cours de morale coranique arrivent dans les associations qui dispensent de l’aide aux devoirs ou dans les services municipaux pour la jeunesse. Ces demandes seront satisfaites comme en Seine-Saint-Denis, dans le Nord, avec mise à disposition de locaux ou créneaux horaires sur les activités existantes.

Le mouvement islamiste s’est construit en ciblant certains quartiers, les fortes concentrations d’immigrés musulmans, la pauvreté, le chômage, la précarisation, la drogue. Ce cocktail de malvie était un terreau favorable au développement des idées obscurantistes et ténébreuses, tout comme il l’était pour le développement des idées racistes du Front National.

La proximité de l’Algérie

Dans ce contexte, le mouvement islamiste a aggravé les conditions de vie des immigrés et celle des femmes. Malheureusement, peu d’associations ont eu la clairvoyance de dénoncer cette situation pour tenter de protéger la population immigrée des pressions de l’islamisme politique. Pressions qui allaient s’accentuer avec l’avènement du FIS en Algérie, où là aussi les répercussions ont été immédiates et plus profondes.

L’Algérie est proche, les immigrés voyagent, il y a la parabole. Les jeunes d’origine algérienne à qui on a volé leur histoire, celle de leurs parents, à qui on raconte qu’ils sont Français, mais qu’on rejette et qu’on exclut, se passionnent pour cette nouvelle histoire, tout en se sentant solidaires de leurs frères méprisés en Algérie. Les réseaux islamistes en profitent pour mieux s’organiser, recruter dans un premier temps parmi les diplômés issus de l’immigration. Des associations d’entraide voient le jour pour l’aide aux devoirs et on commence à sentir le travail spécifique en direction des femmes. Dans le Nord, de jeunes français convertis à l’islam sont envoyés au porte-à-porte, pour discuter spécialement avec les femmes. Si les parents sont sensibles à ces blonds aux yeux bleus, qui s’expriment parfaitement en arabe, ils restent cependant prudents et préviennent leurs enfants : "Nous sommes musulmans et nous vous apprendrons notre religion comme nos parents nous ont appris". Les filles fréquentent assidûment conférences et colloques, et gagnent dans un premier temps un certain statut. Dans le Douaisis, elles vont influer pendant trois à quatre ans des associations de parents d’élèves, de femmes, des commissions para-municipales, exerçant un contrôle sur les filles, chargées d’une mission : "moraliser" le quartier perdu par 60 années de communisme, donc de mécréance, en vue de la ré-islamisation.

Au début des années 90, lorsque le FIS est dissous en Algérie, certains de ses militants trouvent asile en France, particulièrement dans nos quartiers, renforçant la coloration intégriste du mouvement islamiste dans ces quartiers.

Les pressions ont désormais changé de nature, passant du privé à l’espace public et toujours contre les femmes. Ainsi de nombreuses associations ont été "visitées", les femmes qui les fréquentaient ont été menacées parce qu’elles assistaient à des cours d’alphabétisation. Des campagnes d’intimidation ont été menées contre les frères des filles qui faisaient de la danse, du théâtre, accusés d’être des "bouffons". Des rumeurs ont été lancées contre les moeurs soi-disant débridées des dirigeantes féministes des quartiers, parce que athées, donc forcément mécréantes et putes.

À la Courneuve, pendant des années, les insultes racistes, sexistes se côtoyaient dans un climat d’intimidation permanent. Certaines femmes étaient suivies jusque chez elles, recevaient des lettres anonymes jusqu’au jour où deux militantes furent agressées en 1994, sous prétexte qu’"elles débauchaient les musulmanes pour leur apprendre le français".

Dans le Nord, la même association (il faut en rire) a connu des tentatives d’ensorcellement pour faire peur aux femmes et les empêcher d’entrer dans le local.

Complicité de la gauche

Les agissements des islamistes ne sont pas nouveaux, et il aura fallu attendre 1994, pour qu’une certaine prise de conscience ait lieu, lors des attentats de Marrakech dans lesquels deux Français de La Courneuve étaient impliqués.

Beaucoup de nos commentateurs et amis de gauche, trop occupés à menacer les Algériens victimes de l’intégrisme de passage devant le tribunal pénal international et à lutter pour la reconnaissance du statut de réfugiés politiques de leurs bourreaux, ont pris conscience que cela pourrait leur survenir en Europe.

On commençait à nous écouter sur le fait qu’il existait un islamisme politique en France, qu’il quadrillait déjà certaines cités, que beaucoup de jeunes Français s’étaient fait enrôler en Bosnie, en Afghanistan, et que, oui, il y avait eu une certaine complicité des services de l’État, qui ont donné l’asile territorial plus facilement à des militants islamistes qu’à des militants progressistes réellement menacés. Oui, il y a une complicité de certaines mairies de gauche qui ont préféré acheter "la paix sociale", en composant avec les associations islamistes par l’attribution de locaux, comme ce fut le cas à La Courneuve, Nanterre, Stains, Drancy, etc.

Ces dernières années, le conflit israélo-palestinien et la guerre en Irak ont été autant d’événements qui ont aggravé ce basculement des jeunes vers l’intégrisme, d’autant plus que l’après 11 septembre a renforcé la suspicion anti-arabe, permettant à Bush et à Berlusconi de donner de la voix à tous les abrutis de la terre sur le choc des civilisations.

Il est nécessaire de rappeler quelques vérités à propos de l’islam et des religions en général.

Il n’est pas juste de jeter l’anathème sur un cinquième de l’humanité, d’autant plus que le mal intégriste n’a épargné aucune religion. L’Église chrétienne a vécu sous le signe d’une inquisition permanente lors de la guerre sainte, suscitant des discours de haine et les croisades. Le judaïsme, pourtant victime de persécutions, les a reprises contre les Palestiniens, qu’ils soient chrétiens ou musulmans. L’hindouisme a dérivé et est devenu sanguinaire avec sa minorité musulmane. Cela ne doit pas nous empêcher de critiquer, voire de blasphémer contre les religions, sans pour autant insulter les adeptes de ses religions, ce que nous avons fait dans l’affaire des foulards.

Garder nos positions féministes, ne pas faire preuve d’angélisme, ni de frilosité, encore moins de culpabilité, mais prendre toutes nos responsabilités, en restant solidaires des femmes immigrées qui souffrent les premières de cette situation.

Foulard et soumission forcée des femmes

Nous sommes contre tous les foulards, qu’ils soient portés à Téhéran, Kaboul, Alger, La Courneuve, Lille, Marseille ; qu’ils recouvrent une partie du corps ou totalement, car les foulards du monde entier expriment une même chose : la soumission forcée des femmes à un programme d’oppression.

Nous avons analysé ces phénomènes dans l’immigration, et nous savons que, pour beaucoup de femmes, ce foulard n’a pas toujours la même signification. Pour les femmes de la première génération, il s’agissait surtout d’une tradition rurale. Et puis, soyons honnêtes, ces femmes étaient si peu visibles que peu de gens se sont réellement interrogés sur leur confinement dans leur communauté. Il aura fallu que leurs filles, non pas les imitent, mais ramènent une mode hors Maghreb, pour que le débat soit posé à la société française. Ces adolescentes le portent quelquefois pour faire plaisir aux parents, généralement immigrés récents. Elles pensent tout simplement gagner leur confiance, mais elles se retrouvent rapidement piégées. Si, dans un premier temps, le foulard est utilisé comme légitimation de sortie, l’entourage familial l’utilise comme moyen de répression, et il sera impossible à la fille de se dévoiler, car le dévoilage est considéré comme un péché, une insulte à l’islam. Alors, ce foulard identitaire devient vite un foulard forcé. Et puis, avec la multiplication des associations islamistes, des mosquées qui dispensent les cours, on voit se développer le nombre de petites filles "en apprentissage de foulard".

Le mercredi et le samedi, on voit dans les cités des gamines, âgées de moins de 10 ans, de plus en plus nombreuses, se diriger vers les cours religieux, foulard sur la tête. Cet apprentissage du foulard se fait sous la force tranquille de l’entourage, pour amener la fillette à revendiquer "son foulard" vers 14 ans, en affrontant ses professeurs et en clamant "c’est mon choix". Cette recherche ethnico-identitaire des adolescentes se fait sur le dos des femmes et il se trouve de ses défenseurs pour crier au racisme.

L’instrumentalisation des femmes, dès le plus jeune âge, reste l’une des cibles de l’islamisme politique et pour cela les islamistes ont à leur disposition une armada de militantes. Toutes les femmes de l’immigration ne sont pas des victimes, et les personnes immigrées, tout comme le reste de la société française, sont partagées par des contradictions. En effet, même si les personnes venues de l’immigration ont une appartenance massive à la classe ouvrière, on y retrouve des gens de droite, de gauche, d’extrême-droite, tout comme des riches et des pauvres. C’est une réalité avec laquelle il faut composer.

L’islamisme politique a su le faire, et parmi les filles militantes, on retrouve des universitaires qui revendiquent l’islamisme sur le plan politique, et il s’agit de les considérer comme des adversaires politiques.

Ré-islamisation morale par des femmes divisées contre elles-mêmes

Ces militantes font un travail énorme basé sur la culpabilisation des femmes musulmanes, de leurs familles, à propos de l’échec scolaire des enfants, de la délinquance. Aucune accusation n’est portée, mais tout est suggéré. À l’aide psychologique et morale importante qu’elles apportent aux femmes les plus démunies s’ajoute souvent une aide matérielle et financière (garde d’enfants, paiement des colonies de vacances).

Dans les quartiers, l’un de leur objectif est la ré-islamisation morale et elles ont réussi : haro sur la viande non hallal, avec des énormes pressions sur les parents. Il y encore quelques années les parents qui ne consommaient pas la viande non hallal recommandaient à leurs enfants d’en manger dans les cantines : "Mange et dis bismil allah, dieu te pardonnera". Cela est fini et, dans le Nord, il y a des cantines où des enfants affamés se gavent d’entrées et de desserts, à cause de cette interdiction.

Plus un seul enfant des quartiers ne mange un chocolat sans lire la composition en graisses animales. Certaines personnes, plus radicales, vont plus loin et interdisent de manger du fromage, puisqu’il s’agit d’un produit fermenté. De plus en plus de filles ne fréquentent pas les centres de loisirs ou, si elles y vont, beaucoup d’entre elles abandonnent à l’âge de la puberté, car elles trop sollicitées par les mosquées. On retrouve le même phénomène dans les classes de neige, classes vertes, linguistiques, où de plus en plus de parents ne veulent plus que leurs filles se rendent, sous prétexte de mixité du bâtiment. Ces situations se sont aggravées et, on le sait, les mères ont été "travaillées" par des militantes.

Le mois du ramadan est leur mois de recrutement : elles visitent les femmes à domicile, surtout les plus fragiles, divorcées, répudiées, prostituées, délinquantes. Ces dernières peuvent trouver une certaine reconnaissance dans l’islam et les militantes marquent des points d’autant plus que, dans la période du ramadan, elles en rajoutent pour fustiger les croyants tièdes, les incroyants, jeter la pierre sur les athées, grâce à leur statut de voilées. Alors, on pourrait se dire : " Tant pis pour elles, qu’elles se débrouillent, ce voile revendiqué est un choix conscient". Pour elles, oui, mais il faut les empêcher de contaminer d’autres femmes, car la frontière entre "revendiqué" et "forcé" ou "choisi" est étroite dans des quartiers où n’existe aucune mixité sociale et où les filles risquent d’être livrées rapidement à l’islamisme politique.

Les femmes voilées sont un réel danger pour celles qui ne le sont pas. Dans des cours d’alphabétisation, il y a majoritairement des femmes non voilées qui plaisantent lors des pauses et discutent à propos des hommes. Dans un cours à Drancy, une femme voilée est
apparue, sonnant ainsi le retour à l’ordre moral, imposant le silence complet ; les discussions reprennent sur la religion, alors qu’elle-même n’a rien demandé. Il lui a suffi d’apparaître avec son foulard pour terroriser le groupe. La présence d’une femme voilée impose le soi-disant "respect", en verrouillant toutes les discussions, accroissant par le fait même la pression sur celles qui résistent.

En ce qui concerne la cigarette, cela va plus loin puisque les femmes voilées imposent aux autres femmes du groupe de ne pas fumer, alors qu’il n’y existe aucune interdiction du genre dans l’islam : elles arguent que cela fait mauvais genre pour une femme.

Voilà ce qui nous a amenées à dire non à tous les foulards, et pas seulement d’un point de vue républicain, mais d’un point de vue féministe.

Conséquences directes sur les droits des femmes et légitimité de la loi sur la laïcité

Nous voulons aborder la question du foulard du point de vue de l’islamisme politique et de ses conséquences directes sur les droits des femmes.

Aujourd’hui, nous le savons, la charia réussit à passer dans les mailles du droit français par le biais des conventions bilatérales et des exequatur, et les mariages forcés sont en croissance. Qu’en sera t-il demain si nous perdons le combat autour du foulard ? L’urgence se trouve dans le combat pour la défense de l’école laïque même si ce combat ne nous rend pas aveugles sur les carences de l’éducation nationale, car ce qui fait craquer l’école ne relève pas d’un fait culturel, mais est bien le reflet de mécanismes sociaux, d’exclusion qui existent dans la société.

Cela dit, nous ne pensons pas qu’il soit discriminant de demander à une fille voilée de retirer son foulard à l’entrée de l’école. En 1989, nous avions pris position contre l’exclusion des trois filles à Creil, parce que cette exclusion avait été initiée par un principal connu pour ses positions très droitières. Et puis le débat se déroulait dans le contexte d’une France marquée par la montée de l’extrême-droite et du racisme anti-arabe (la décennie fut particulièrement meurtrière pour des dizaines de jeunes beurs). Avec les féministes, nous avions fait le pari du triomphe de la modernité sur l’ignorance.

Nous nous sommes trompées et le piège s’est refermé sur les femmes.

Nous n’étions pas des fanatiques d’une loi, car nous savons par expérience qu’une loi ne règle pas tout. Les différentes lois contre le racisme n’ont pas aboli le racisme, mais elles permettent aux victimes du racisme de se défendre. Si majoritairement personne ne s’interroge sur l’interdiction de l’excision, c’est grâce à la loi qui proscrit cette pratique. En ce sens nous pensons que la loi pour la laïcité peut être un point d’appui pour les femmes et filles qui refusent la contamination des idées intégristes.

Aucune loi n’est une panacée et nous continuerons de revendiquer une véritable politique sociale pour les quartiers, en matière d’éducation, d’emploi, de logement social, afin que les enfants ne se transforment pas en apprentis intégristes. La République doit être présente à ces niveaux-là et non seulement par l’intermédiaire de sa police. Enfin, pour répondre à tous ceux qui disent que c’est une loi de droite, donc raciste, nous répondons que la loi pour la reconnaissance de l’IVG a été le fait d’un gouvernement de droite et d’une ministre de droite, Simone Veil ; cela n’a pas empêché le mouvement féministe et toute la gauche de saluer cette victoire féministe.

Si des lois peuvent nous aider à construire l’égalité entre les hommes et les femmes, nous sommes partantes car l’égalité des sexes est productrice de démocratie et, s’il est un lieu où elle doit s’apprendre, c’est à l’école.

Construire un monde anti-sexiste et anti-raciste

Nous nous opposons aux intégristes, pour qui la bataille autour du foulard est une étape pour tester le camp des laïcs et pour aller plus loin vers l’interdiction du sport ou de la mixité.

Nous nous opposons également aux penseurs "droits/de l’hommistes" qui veulent soi-disant respecter la culture des autres. Disons-le, il s’agit d’une position de relativisme culturel qui peut s’exprimer ainsi : "Tant qu’ils voilent leurs femmes dans leurs quartiers, dans les écoles de leurs quartiers, qu’ils excisent leurs filles, battent leurs femmes, les violent, c’est leur affaire, pas la nôtre". C’est une attitude néo-coloniale, bien loin de cet internationalisme dont se targuent bon nombre d’entre eux.

Quant à ceux, intellectuels ou non, originaires de l’immigration qui ont choisi de défendre les filles voilées, au nom de la liberté, nous leur répondons de ne pas oublier leurs camarades assassinés en Iran, en Algérie par des hordes de barbares, les femmes enceintes éventrées, les bébés décapités. Avant de parler de liberté, il serait judicieux de demander aux personnes qui se réclament de cette idéologie pourquoi ils ne se sont jamais désolidarisés des auteurs du génocide musulman en Algérie au nom de l’islam.

Nous avons fait le choix de construire un monde anti-sexiste, anti-raciste et donc sans barrière entre les couleurs et les sexes. C’est pourquoi nous avons choisi de revendiquer la laïcité la plus ambitieuse, conjuguée à l’antiracisme, qui devra s’appliquer à toutes et à tous et servir d’antidote à tous les intégrismes.

Source :
Respublica
, lettre autonome de la Gauche républicaine, septembre 2004. Merci à Respublica et à l’auteure pour l’autorisation de reproduire.

Ni Putes ni Soumises.

Mis en ligne sur Sisyphe, le 4 octobre 2004.

Suggestions de Sisyphe

- Position du Conseil canadien des femmes musulmanes.
- Mounia Chadi, Pressions sur Québec en faveur d’une cour islamique, Le Devoir, 11 décembre 2004.
- Vida Amirmokri, "Va-t-on permettre l’application d’un système régressif à l’endroit des musulmanes du Canada", Le Devoir, 17 décembre 2004
- Homa Arjmand, "Boyd Report Pushes Women’s Rights in Canada Back 1400 Years", No sharia.com, December 20, 2004.
- Agnès Gruda,"Oui aux tribunaux islamiques en Ontario", La Presse, 21 décembre, 2004.
- Caroline Mallan, "Report called ’betrayal’ of women", Toronto Star, December 21, 2004.
- Éditorial de Josée Boileau, "Victoire islamique", Le Devoir, 22 décembre 2004.
- Linda Hurst, "Sharia opponents fight on", Toronto Star, December 22, 2004.
- Marie-France Bazzo, entrevue avec Pascale Fournier, Indicatif Présent, Radio-Canada, le 22 décembre 2004.
- Radio-Canada, Nouvelles, « Rapport favorable à la charia en Ontario", le 21 décembre 2004. Plusieurs entrevues à écouter et un commentaire écrit.
- AFP, Une sénatrice belge critique envers les musulmans menacée de mort, 17 novembre 2004.
- Margaret Wente, Globe and Mail, December 23, 2004. Article accessible avec mot de passe aux personnes enregistrées (pas nécessairement abonnées) au site du Globe & Mail.
- Danielle Stanton, « La charia au Canada : une menace pour les musulmanes », La Gazette des femmes, Conseil du statut de la femme, Gouvernement du Québec, Novembre-Décembre 2004, vol. 26, no 3, pp. 12-18.
- Michel Gaudette, "L’institut islamique de justice civile - La salutaire neutralité confessionnelle de l’État", Le Devoir, 29 décembre, 2004.
- Vida Amirmokri, Charia, la négation de l’évidence, Le Devoir, 30 décembre 2004.


Partagez cette page.
Share


Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer ce texte   Nous suivre sur Twitter   Nous suivre sur Facebook
   Commenter cet article plus bas.

Mimouna Hadjam, militante de l’association Africa à La Courneuve

Mimouna Hadjam dirige l’association Africa, située au coeur de la Cité des 4 000 à la Courneuve. Cette association propose non seulement de l’aide aux devoirs pour les plus jeunes, mais elle a aussi mis en place un lieu d’accueil et de parole pour les femmes au sein de la cité. Mimouna Hajam est militante associative, politique et féministe.



Plan-Liens Forum

  • > L’islamisme contre les femmes partout dans le monde
    (1/3) 5 juillet 2007 , par Oum Abd Al Rrahman

    rép: Faribah
  • > L’islamisme contre les femmes partout dans le monde
    (2/3) 6 août 2006 , par voilée et fière de l’ètre

    rép: Internaute
    rép: anonyme
  • A popos du voile ...............
    (3/3) 15 mars 2005 , par Simal

    rép: la noiraude
    rép: Nathalie Renoir
    rép: kikou
    rép: cameleon
    rép: TERTULLIEN




  • > L’islamisme contre les femmes partout dans le monde
    5 juillet 2007 , par Oum Abd Al Rrahman   [retour au début des forums]

    Bonjour,
    Je suis convertie à l’islam depuis à peu près 3 ans.
    J’ai été élevée par des parents qui ne m’ont jamais parlé de religion...
    Aujourd’hui je suis voilée de la tête aux pieds, on ne voit rien de moi.
    L’islam est la première religion à avoir établit concrètement les droits de la femme, quand d’autres religions la qualifiait de "supôts de satan"...
    J’ai fait le choix de me voiler et par la suite de me voiler le visage, de mon propre chef.
    Je n’ai jamais été influençable pour quoique ce soit, et ce bien avant ma conversion, de plus je tiens à dire que je me suis convertie et voilée sans avoir été victime de préssions ou d’intimidations.
    Bien au contraire je subis aujourd’hui les moqueries des personnes que j’aime en effet ils me contredisent ou me cherche querelles pour la moindre choses que je fait ou que je ne fait pas.
    L’islam n’est pas une religion de mal, bien au contraire.
    Vous avez rencontrez des femmes qui sont elles forcées, battues et soumises.
    Mais ce sont une garnde minorité d’hommes et de femmes qui dévient des textes et qui ont une bien mauvaise interprétations du Coran ou de la sunna et qui mentent sur l’Islam.
    Je trouve courageux de vôtre part de vous battre pour améliorer la vie de ces femmes qui elles n’ont pas eu le choix.
    Mais je suis triste de la généralité de vos aricles.
    Je suis la preuve vivante que l’on peut être voilée entièrement et être heureuse.
    Je ne suis pas journaliste et je ne prétends pas vous apprendre vôtre métier mais juste une phrase en plus : "ceci n’est pas une généralité, et la pluspart des femmes voilées entièrement ou non le font par choix, par conviction et par amour de DIEU."
    Ah oui, il m’est aujourd’hui très difficile de vivre dans le pays qui m’a vu grandir et que j’ai toujours connu, mais j’assume mes choix.
    Je ne veux pas qu’on me regarde avec pitié, haine ou mépris mais c’est ce que je vis au quotidien, (plus de haine que de pitié pour être honnête). Ne faites pas comme ces gens qui oppriment ces femmes qui n’ont pas choisit et ne nous accablées pas pour les choix que nous avons le droit de faire.
    Voilà, merci de l’attention que vous témoignerez ou non à mon message. Que DIEU vous aide dans vôtre vie de tous les jours et qu’Ils nous guident tous et toutes.
    PS : Un petit article sur les binefaits de l’Islam serait sympathique à lire...LOL !

    > L’islamisme contre les femmes partout dans le monde
    6 août 2006 , par voilée et fière de l’ètre   [retour au début des forums]

    J’aimerai revenir sur l’histoire des mariages forcés etc..Pourquoi vous lier ces atrocités a l’Islam !Le Coran interdit de telles choses...Pourquoi ètes vous tellement butée sur le fait que tout les arabes ou africain ne sont pas des musulmans,pas de vrai en tout cas !Le mariage forcé est un grand péché dans l’Islam et ceux qui font de telles choses et se presume musulman nous font honte et devrait soit relire leur Coran ou arréter de dire qu’ils sont musulman !L’Islam protège la femme et lui donne beaucoup de valeur et encrez vous bien sa dans vos tète !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

    A popos du voile ...............
    15 mars 2005 , par Simal   [retour au début des forums]

    Je continue parce que la "question du voile" me révolte.

    Pour que collégiennes et lycéennes enlèvent définitivement leur voile, à l’Ecole, ......... comme ailleurs, il faut agir, me semble-t-il, dans trois directions :

    Promouvoir une morale alternative humaniste, me semble être le première condition, car ces filles en ont assez de la pornographie capitalo-libérale et de sa fidèle complice, la publicité qui étale complaisamment des corps de femmes pratiquement nues dans nos villes, pour vendre toujours davantage.

    Redonner une fierté communautaire laïque, afin qu’elles n’hésitent plus à se vanter de leur origine, au lieu de la dissimuler et de la taire, est la seconde condition. Leila Lejeune a permis au hand-balleuses françaises d’être championnes du monde en réussissant, sans faillir, son lancer franc : il est temps que la France reconnaisse ce qu’elle doit aux personnes qui sont venus sur son sol et que le couscous soit considéré comme le cassoulet ou la potée. Tout le monde n’habite pas à Neuilly, La Courneuve existe aussi ! Lutter contre l’exclusion financière et le chômage, faire pénétrer l’humanisme laïque et pas seulement la Loi dans les cités, etc. la France a mieux à faire que d’édicter hypocritement des lois pour protéger sa laïcité à l’Ecole.

    Le troisième point est la lutte contre toutes les religions, l’Islam gynophobe en particulier, mais pas exclusivement. Il ne faut pas, comme le préconise Nicolas le petit, construire des mosquées avec l’argent public et assimiler toute la population issue de l’émigration, à des musulmans en puissance qu’il faut laisser dans leur ghetto. Il faut au contraire lutter efficacement contre l’islamisation politique rampante, dénoncée à juste titre par Mimouna et interdire l’exercice d’imams, issus de "pétrodollars", polygames et gynophobes.

    La loi destinée à renforcer la laïcité, a montré, comme on pouvait le craindre, son inefficacité et ses effets pervers, en s’attaquant à des gamines porteuses de voiles sur la tête pour les exclure de l’Ecole de la République, les conduire tout droit dans des écoles confessionnelles, en laissant parader des dignitaires religieux hypocrites qui se sont bien gardés de prendre officiellement position.
    Que des personnes aient voté de bonne foi, pour cette loi et faire ainsi barrage à l’islamisme politique rampant, n’est pas discutable. Il faut qu’elles reconnaissent aujourd’hui leur erreur, qu’elles admettent que les seules victimes de cette loi sont des gamines, un peu perdues, entre injonctions religieuses et politiques et qu’enfin l’islamisme politique s’en trouve renforcé, en montrant de quel côté se trouve l’intolérance.

    Ce n’est pas les fidèles qu’il faut persécuter mais bien le dogme qu’il faut combattre !

    • demande d’informations sur des travaux concernant le port du voile
      26 octobre 2005 , par
      la noiraude   [retour au début des forums]

      étudiante en master II recherche en psychopathologie,peut-on m’indiquer des ouvrages traitant tant de l’aspect religieux que psychologique. Merci et encore bravo !

      [Répondre à ce message]

    • > A popos du voile ...............
      13 janvier 2006 , par Nathalie Renoir
        [retour au début des forums]

      AVANT DE FAIRE LA LEÇON AUX AUTRES... adrianaevangelizt@wanadoo.fr
      Femmes battues en France
      LES MUSULMANES SONT PEUT-ÊTRE VOILÉES MAIS LES FRANÇAISES SONT ROUÉES DE COUPS

      samedi 27 novembre 2004, par Adriana Evangelizt

      A l’heure où l’on glose beaucoup sur la condition des femmes dans l’Islam, il serait peut-être de bon ton de voir comment est traitée la gent féminine dans nos "brillantes" contrées occidentales. Comment se comportent les hommes, bien de chez nous, vis à vis de leur épouse, concubine ou amantes ? Se conduisent-ils en parfait gentlemen ? Le mythe du chevalier servant a-t-il perduré ? Nos gentils français remporteraient-ils la palme d’honneur au concours des bonnes manières ? Il apparaîtrait que les apparences sont souvent trompeuses dans notre société policée et que les persécuteurs ne sont pas ceux que l’on croit. En l’occurrence, sur notre territoire, « l’enfer ce n’est pas les autres. » Constat.

      Bien que nous ne nous situons pas dans le rang des féministes, force nous est de constater qu’il est peut-être regrettable, en certaines circonstances, que la force, justement, ne soit pas du côté des femmes.

      Un article d’Ignacio Ramonet, paru au mois de juillet sur Le Monde Diplomatique. en dit long sur le sujet Ainsi, nous y apprenons que « la violence des "mâles" est la première cause d’invalidité et de mortalité avant les accidents de la route ou le cancer... » chez nos consœurs. Dans le huit-clos familial, la toute puissance des hommes se traduit par des brutalités dignes de l’époque d’Attila. Qui l’eut cru ?

      A l’aube du 21ème siècle, âge de la modernité et de la haute technologie, il semblerait que les méthodes masculines envers celles qui partagent leur vie aurait régressé à l’époque des bipèdes de Crô-magnon. Sur le territoire français, au moins deux millions de femmes sont victimes de violence conjugale chaque année et 400 en meurent soit plus d’une femme par jour. Entre 1990 et 1999, sur 652 femmes victimes d’assassinats, la moitié a été tuée par le compagnon ou mari et uniquement dans la région parisienne. Sur 7 000 femmes interrogées pour ce même périmètre, 10 pour cent d’entre elles ont subi des violences conjugales au cours des douze derniers mois.

      On ne peut que rester perplexe ou atterré devant cette triste constatation. D’autant que ces messieurs ne lésinent pas devant les « gâteries ». Tous les coups sont permis. Les violences conjugales déroulent leur tapis de monstruosités. Cela va des insultes aux menaces, du harcèlement moral au chantage affectif sur les enfants, du mépris aux agressions physiques en passant par la séquestration, la mise à la porte, les rapports sexuels imposés ou le viol, les coups et tentatives de meurtre.

      Qui dit mieux ? Et avant de se pencher sur le sort des femmes orientales ne serait-il pas salutaire de balayer devant sa porte ? D’autant que le profil de l’agresseur n’est pas toujours celui que l’on imagine. Le rapport du professeur Henrion n’est pas avare de renseignements : « Il s’agit en majorité d’hommes bénéficiant par leur fonction professionnelle d’un certain pouvoir. On remarque une proportion très importante de cadres (67%), de professionnels de la santé (27%) et de membres de la police ou de l’armée. » _ Ceux qui font régner l’ordre publiquement seraient donc amené dans les coulisses du foyer à transgresser des lois qu’ils imposent à d’autres.

      Il nous est donc permis de penser que non contents de faire peser leur autorité sur leur lieu de travail, ces individus continuent à faire les importants en se défoulant une fois rentrés à la maison. Et pas de la plus digne des façons. Car les conséquences de leurs actes sur leurs victimes sont le plus souvent dramatiques. « De nombreuses femmes, suite à ces traitements peu orthodoxes, souffrent de troubles psychiques ou émotionnels »(dépression, boulimie, anorexie), certaines ne supportant plus ce calvaire se suicident et une grande partie meurt carrément sous les coups du conjoint. Parmi les victimes présentées dans le rapport, 30 % ont été poignardées, 30 % ont été abattues par arme à feu, 20 % ont été étranglées et 10 % ont été rouées de coups jusqu’à la mort.

      Il y a dans cet étalage sordide quelque chose de bouleversant. On ne peut s’empêcher de penser à celles qui subissent ce sort tragique, sans rien dire, par peur ou par honte. Celles-là sont passées sous silence. Elles échappent à la navrante réalité des statistiques. Victimes effacées de la brutalité masculine. En France, chaque jour, des centaines de femmes sont battues par leur conjoint et n’osent pas porter plainte. L’agresseur peut ainsi continuer son forfait en toute impunité. Il offre un beau visage au monde en cachant soigneusement ses ignominies sous le masque trompeur du Monsieur bien. Mais c’est l’étranger que l’on accuse de maltraitance. Alors que les chiffres parlent d’eux-mêmes : au moins 2 millions de femmes sont victimes de violences conjugales en France chaque année. En ce qui concerne le viol, 91 % des personnes condamnées sont d’origine française.16,8 % appartiennent à des professions médicales ou paramédicales. 13,1 % exercent les métiers de l’enseignement, de l’animation ou de la petite enfance. 14,8 % ont des responsabilités d’encadrement (PDG, ingénieur, énarque, gérant de bar, entrepreneur) 12,7 % exercent des métiers de la loi et de l’Ordre, (policier, militaire, gendarme, attaché parlementaire...)
      Dans le comportement vis à vis des femmes, ce n’est donc point l’habit qui fait le moine sur le sol Gaulois qui mérite bien son nom. Car malheureusement si les violences relèvent de toutes les classes sociales, il est à noter que le « haut du panier » n’occupe pas la dernière place mais que, par contre, pour ce qui est des violences conjugales, les agricultrices sont le moins atteintes. Les hommes seraient donc beaucoup plus civilisés à la campagne.

      L’air vicié des villes aurait-il une influence néfaste sur le comportement machiste de quelques intellectuels ? Leurs neurones s’atrophiraient-ils pour les faire régresser en animal plus que primaire ? Et quel plaisir sadique peuvent-ils bien éprouver, lorsque la porte refermée, ils se retrouvent face à cette femme tremblante de peur dont ils se sont appropriés le destin pour en devenir le maître et le tortionnaire, pour le pire mais pas pour le meilleur ? Nous le répétons, nous ne sommes pas féministes. Nous ne déversons pas notre hargne sur le sexe masculin et nous ne revendiquons aucune égalité car nous avons pris le parti et opté pour le pari de nous imposer dans un monde d’hommes. Ce ne fut pas toujours facile. Nous dirons même qu’il nous a fallu nous forger d’une sacrée trempe. Mais notre cœur solidaire bat et souffre pour les deux millions de femmes violentées chaque année en France et pour toutes celles qui, en croyant rencontrer l’Amour, ont un jour croisé sur leur route leur bourreau et leur assassin.

      [Répondre à ce message]

      • > A popos du voile ...............
        9 septembre 2006 , par
        kikou   [retour au début des forums]

        En anglais il y a un proverbe qui dit "two wrongs don’t make a right" qui veut dire que les actions commises par les uns (les français) ne permettent pas d’exuser les actions commises par les autres (les musulmans). Oui, les femmes ne sont pas encore traitées entièrement de manière égale aux hommes en occident, oui elles sont parfois maltraitées par les hommes. Mais je crois que la situation des femmes en occident est bien meilleure que dans de nombreux autres pays, qu’ils soient d’ailleurs terre d’Islam ou d’autres religion. Cela se réflètent en partie par la différence de longévité entre femmes et hommes, les femmes vivant environ 6-7 ans de plus que les hommes dans les pays occidentaux, alors que dans de nombreux pays, cet écart est bien moindre, atteignant quasiment 0 dans des pays comme l’Inde et la Pakistan. Et que dire des 100 millions de femmes manquantes, jamais nées (à cause des interruptions de grossesses suite à une échographie, la maltraitance et les défauts de soins apportés aux filles, la mortalité en couche, etc. en Asie, en particulier l’Inde, la Corée et la Chine. Enfin, je comprends les musulman-e-s qui se sentent blessé-e-s par nos critiques d’occidentaux. Mais il me semble que le problème de la condition de la femme est surtout lié à des dérives liés au patriarcat, aux abus de pouvoirs des hommes, abusivement justifié par la religion, que celle-ci soit l’Islam, l’Indouïsme ou d’autres religions.

        [Répondre à ce message]

    • > A popos du voile ...............
      8 juin 2006 , par
      cameleon   [retour au début des forums]

      je suis francais d’origine algerienne et en lisant votre texte par raport au voile sa m’a ouvert les yeux .demain inchallah je demanderer a mes filles de metre le voile en vous remercians.

      [Répondre à ce message]


        Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

    © SISYPHE 2002-2004
    http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Retour à la page d'accueil |Admin