| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       






dimanche 11 janvier 2004

Etrange alliance. Toujours à propos du voile

par Yvette Roudy, présidente de l’Assemblée des femmes






Écrits d'Élaine Audet



Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


Derrière chaque voile, 3000 ans de haine envers la femme qui nous regarde
Elles dénoncent le voile, l’assujettissement et le néo-communautarisme
Niqab, burqa et tchador sont des signes d’infériorisation des femmes, non des symboles religieux
Combattre le foulardisme
Voile et islam - Flora Tristan n’a jamais prôné le voile intégral
Le voile est-il islamique ou non ?
Pouvons-nous accepter le foulard contre la burqa ?
Lettre ouverte à une femme voilée
La burqa, symbole
Colloque universitaire sur le voile associé à la pudeur, à la foi et à la mode
Hidjab et politique - Le courage des uns et des autres
Eloge de l’asservissement des femmes par le Monde 2 ?
Les illusions dangereuses
Moi, fille d’immigrés, pour l’égalité et la laïcité
L’islamisme contre les femmes partout dans le monde
Le rapport Stasi sous l’oeil du Centre de recherche en éthique de l’Université de Montréal
Pour l’égalité dans la citoyenneté
Droit à la différence et non pas différence des droits
Un vibrant appel à la conscience
Contre l’intégrisme religieux et pour la loi sur le voile
Les Islamistes mettent les femmes sur le trottoir
La laïcité a beaucoup d’ennemis
Le port du voile n’est pas une affaire de culture
Que d’hommes dans la rue pour défendre ma liberté !
La solidarité politique à l’épreuve des divisions
Quand la peur des femmes mène le monde
Tous voiles dehors
Non au voile mais non à l’exclusion des mineures de l’école laïque !
L’affaire du foulard : non à l’exclusion
Derrière le voile... un tout autre combat
Un sentiment de trahison
Des croisades de la droite au foulard islamique
Laïcardes, puisque féministes
Être féministe, ce n’est pas exclure !
La résurgence du foulard, un besoin de retour sur soi
Laïcité : une loi pour la cohésion
La pointe de l’iceberg intégriste visible sur la scène altermondialiste
Le voile - Le courage de dire non !
Pétition pour une loi contre le port du voile en France
"Le" voile : Éléments pour un débat
République turque : la question du foulard assombrit le 80e anniversaire
Un voile peut en cacher un autre







La manifestation dite spontanée des jeunes femmes voilées, solidement encadrées, vient de confirmer que "l’affaire du voile" participe bien d’une stratégie d’intimidation menée par un courant intégriste musulman, bien décidé, à placer les préceptes de leur religion au dessus des lois de la République. Manifestation remarquable dans son organisation, mais inquiétante par ses slogans. Comment ces jeunes filles. dont beaucoup sont françaises, peuvent-elles accepter un statut d’inégalité entre femmes et hommes tout en brandissant le drapeau tricolore, tout en chantant la marseillaise, hymne de la République dont la devise est " liberté, égalité, fraternité " ?

Cette manifestation est un véritable déni de tous les combats que les femmes de ce pays ont pu mener pour arracher un à un, le droit de vote, le droit à la contraception, le droit à l’IVG, et plus récemment le droit à la Parité. Ces jeunes femmes conditionnées, par une certaine interprétation de leur religion érigée en dogme, sont la preuve vivante de l’échec de nos politiques d’intégration et de notre faiblesse a défendre les droits des femmes.

L’entrée du voile à l’école est un défi lancé par les intégristes à la République. Il en serait de même des espaces réservés aux femmes pour les " protéger " des agressions de garçons qui seraient incapables de résister à leurs pulsions sexuelles. Ce qui est recherché c’est pour les femmes la ségrégation organisée - consentie ou imposée. Au delà, c’est la déstabilisation de la République à travers la contestation de ses principes et de ses lois. Il fallait donner un coup d’arrêt à ces provocations. C’est ce qu’a fait la commission Stasi dont s’est largement inspiré le Président de la République. Même si ce qu’il propose est encore insuffisant. Particulièrement pour ce qui concerne les quartiers.

Mais le plus étrange dans cette affaire c’est le soutien que nos cardinaux apportent à ces contestataires. Étrange connivence ? Pas si étrange. L’Église catholique s’est toujours opposée dès qu’il est question d’un nouveau droit pour les femmes. Elle s’est opposée à la contraception, à l’IVG. Elle tente a chaque occasion d’imposer un statut pour l’embryon. C’est vrai ici comme à l’ONU où le Vatican rejoint les pays dominés par un Islam intégriste, dans leur peur irrationnelle de tout ce qui se rapporte au corps des femmes, à leur capacité de décider de leur maternité, à leur sexualité...

Malraux nous avait prédit un retour du religieux en ce XXI siècle. Est-ce à dire que nous devrions reculer devant cette alliance des imams et des évêques nostalgiques d’un temps où le religieux dictait sa loi au politique ? Le moment n’est-il pas venu pour les femmes attachées à leurs droits, pour les hommes solidaires de leurs combats de descendre à leur tour dans la rue pour défendre notre République ?

27/12/03

Mis en ligne sur Sisyphe, le 11 janvier 2003


Partagez cette page.
Share


Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer ce texte   Nous suivre sur Twitter   Nous suivre sur Facebook
   Commenter cet article plus bas.

Yvette Roudy, présidente de l’Assemblée des femmes



Plan-Liens Forum

  • Etrange alliance ??
    (1/1) 15 janvier 2004 , par - Cedric -

    rép: Simorgh
    rép: Marc-Aurèle
    rép: Internaute
    rép: Internaute
    rép: 218537




  • Etrange alliance ??
    15 janvier 2004 , par - Cedric -   [retour au début des forums]

    Position personnelle, erratique et strictement politique sur l’interdiction du port du voile.

    Peut-être que je me trompe…

    Le voile islamique est un outil d’oppression de la femme et de la fille musulmane. C’est absolument vrai. Beaucoup des femmes (parmi celles que j’ai interrogé) contraintes au port du voile veulent se défaire de cette obligation patriarcale. D’autres sont convaincues du bien-fondé de cette prescription religieuse. D’autres encore disent porter le voile non pour des raisons seulement religieuses, mais par pudeur, comme on porte les vêtements qui cachent nos « caractères sexuels ».

    J’estime qu’il faut en finir avec ce devoir imposé par les pères, les frères et aussi les mères, ce devoir issus de l’oppression de la femme dans le mode d’organisation patriarcale qui utilise la religion comme outil pour cette oppression. Chez nous, cet objectif nécessite absolument une refonte radicale des rapports sociaux de sexe, tant dans la société occidentale que dans le faisceau musulman de celle-ci. Et les rapports sociaux de sexe sont très étroitement liés aux rapports sociaux à l’œuvre quand il s’agit du travail : pierre angulaire de notre société.

    Mais aucune loi ni aucune disposition d’ordre légale et, aucune application plus ou moins rigoureuse de cette disposition n’a la moindre chance d’amorcer le travail, qui doit être celui de tous les acteurs de la société, de refondation des rapports sociaux. Ce travail doit être un combat de tous et de tout les jours, un combat pour la mise en acte quotidienne des pratiques d’émancipation des personnes, d’apprentissage de la critique et de l’insoumission. Cela à l’école, à la maison, au travail, en vacance, partout.

    Certes, la société française s’est libérée du joug du christianisme de façon au moins aussi franche qu’elle ne prétend aujourd’hui de se débarrasser d’un obscurantisme islamique. Mais toute la différence tient dans le fait que ceux qui se sont libérés jadis étaient de culture chrétienne, alors que la « société » qui se veut aujourd’hui libératrice, n’est pas de culture musulmane ou islamique, mais de culture « laïco-chrétienne ». Le haro d’une partie, paraît-il majoritaire, de notre société laïque sur le voile et celles qui le porte, c’est, en quelque sorte, l’application du « droit d’ingérence », au niveau local. Il reste cependant des hypocrites pour prétendre que cette ingérence a quelques objectifs « humanitaires »…

    Viser le « port du voile » – abandonnons d’amblée la rhétorique sournoise qui voudrait faire croire qu’on ne vise pas que le voile mais aussi les très très grandes croix et la kippa. Tout le monde sait que le port de la kippa ou de la très très grande croix ne sont pas des prescriptions religieuses aussi prégnantes dans les communautés religieuses juives et chrétiennes de France, que le port du voile dans la communauté religieuse de l’islam – ...viser le port du voile, donc, cela se traduit dans les faits, par une stigmatisation des jeunes filles et des femmes qui portent le voile. Vous voyez ? Celles qui n’avaient justement pas un besoin impérieux d’être stigmatisée plus encore. A travers cette mise à l’index, ce sont aussi les hommes musulmans qui risquent de se sentir visé. En fait, chaque membre du groupe social des « musulmans-de-France-non-encore-parfaitement-intégrés-dans-la-société-laïque-et-son-monde-du-travail-très-sélectif » serait en droit de se sentir concerné. Et il faut parier que certains d’entre eux, sans doute justement ceux qui font « trembler la république », n’en attendaient pas tant pour surenchérir et attiser le « sentiment d’exclusion », qui d’ailleurs est bien plus qu’un sentiment, de leurs frères et de leurs sœurs.
    Car il est pensable que certaines, convaincues ou provoquées par le zèle de notre société de non-accueil à leur égard, ne cèderont pas au chantage « voile ou école ». Celle-là où iront-elles se faire éduquer ? Certaines cèderont ou quitteront enfin et avec soulagement ce signe de leur domination. Mais elles ne devront pas compter sur les laïcs bien-pensants qui promulguent des lois, pour qu’ils les aident à gérer la façon dont elles seront reçues en traîtresses ou en putes insoumises par ceux qui les attendent dans le quartier ou à la maison.
    Elles n’en sont plus à ça me direz-vous. Ou alors, peut-être que la loi d’interdiction du voile à l’école (et dans les administrations, question de ne pas oublier d’en remettre une couche sur l’exclusion au travail) doit prodigieusement les mettre à l’abris de l’oppression et de la répression. Ne dit-on pas « force de loi » ?

    La laïcité est un principe qui mérite que l’on continue à se batte pour lui. Chercher à l’imposer par la loi et l’interdiction, au mépris de toute compréhension du monde social, le mettre en acte par la violence à l’égard d’une partie minoritaire de la population, c’est l’ériger en dogme. L’ériger en dogme, c’est l’anéantir fondamentalement !
    Mais je pense que la laïcité n’est ici qu’un drapeau incolore. Que ce serait plutôt le racisme servile qui traverse la vieille société française qui s’actualiserait dans les présentes velléités anti-voile, que ça ne m’étonnerait pas. Excluez, excluez, ayez peur de tout, sauf du retour de manivelle… (Je vous assure qu’en région PACA, le retour de manivelle, on le sent déjà sous le menton.)

    Pour faire triompher la laïcité et l’émancipation des personnes (des femmes musulmanes en particulier), il faut se battre contre la pauvreté, la précarité du logement et du travail, le racisme et la ghettoïsation et, il faut imposer un investissement conséquent de la société dans les infrastructures scolaires et culturelles. L’école comme institution centrale dans la société, des syndicats politiques proposant des projets de société, la vie associative soutenue par les pouvoirs publics, des pratiques de résistance contre l’exploitation et la précarisation du travail… voilà les moteurs de libération fasse à l’oppression.
    Et la croisade contre le port du voile, un symptôme très secondaire du désarroi qui fait le nid des obscurantismes, est un incommensurable mensonge qui détourne notre attention de problèmes sociaux qui demande un traitement très énergique et, dans lesquels les plus réactionnaires, ceux qui ont le pouvoir médiatique, politique et économique dans notre société, ne veulent pas investir. Forcément…

    En tout cas, ce qui est dors et déjà visible, c’est que tant les intégristes que le gouvernement serviteur du Medef se frottent les mains.

    Et je suis très étonné qu’il y ait tant d’intellectuels et de militantes féministes pour tomber dans un piège aussi grossier. Fichtre, ce sont quand même les gender studies qui nous apprennent que le patriarcat se combat par une refondation des rapports sociaux et non par une loi sur la parité !

    Il faut obtenir que le port du voile ne soit plus une obligation, pour aucune femme (et aucun homme au demeurant). Autrement dit : il faut obtenir que toutes les femmes (et tous les hommes) qui portent le voile le fassent sans la moindre contrainte religieuse, familiale ou communautaire. Mais interdire le port du voile, c’est une ânerie. Et cela aura des conséquences strictement inverses aux objectifs affichés. Le tout est de mettre en question, tant les objectifs affichés que les objectifs poursuivis. Et de passer par une critique sans concession, la cohésion apparente des « interdiseurs ». Rien que l’idée me donne des frissons d’effroi.

    En tout cas, si je me trompe, je ne me trompe pas tout seul…

    "Je défends la liberté de s’habiller comme on l’entend […] les femmes doivent pouvoir choisir leurs vêtements comme le font les hommes. Mais l’école est avant tout un lieu d’émancipation pour les femmes. Les fondamentalistes préféreraient qu’elles n’y aillent pas. Alors si elles sont chassées de l’école pour des raisons vestimentaires - le prétexte du voile -, les conséquences seront désastreuses. Les fondamentalistes auront gagné le combat ! Et on aura bafoué les principes des droits de l’homme et d’égalité."
    Chirine Ebadi, militante iranienne et prix Nobel de la paix.

    Cedric Tolley
    Sociologue
    Le 27 décembre 2003.

    PS : En tout cas, là où j’ai fais mais études et là où j’allais à l’école, les filles qui portaient le voile avaient ça de plus que les autres : elles portaient le voile. Comme d’autres portaient des vêtements de marque. Dans nos têtes, cela voulait dire qu’elles étaient « arabes ». Somme toute, on aurait pensé la même chose si elle n’avait pas porté le voile. Jamais je n’ai vu l’une d’entre-elle suggérer à quelqu’un d’autre de faire comme elle. Et lorsque nous parlions de religion, nous nous opposions en toute amitié. Dans mon université, il y en a beaucoup qui portent le voile. A leur contact, moi je ne me suis jamais mis à le porter. Aujourd’hui, je vous avoue que j’hésite…
    En tout cas, il parait évident que d’avoir monté cet « épiphénomène » (pour citer Gisèle devenue pour moi incompréhensible) en épingle, a artificiellement provoqué une tension autour d’une question qui ne se posait pas. La tribune et la légitimité sont maintenant offertes à une poignée que la sacro-sainte république laïque prétendait combattre. Quelle erreur ! En tout cas, la cohésion nationaliste, elle, a toutes ses chances.

    • Arrêtons de tourner autour du pot.
      22 février 2004 , par
      Simorgh   [retour au début des forums]

      Si nous en sommes là, aujourd’hui, c’est parce que un ministre, protestant et "socialiste", s’est déculotté en rase campagne devant deux ou trois familles qui ont, comme on dit en terme militaire "tatés" les résistances de la République, pour voir comment ça réagirait, pour voir si l’on pouvait aller plus loin...
      Plus grave, les Proviseurs ont été abandonné, lâchement, par une hiérarchie déburnée à tous les niveaux et à l’image du ministre.
      Vous connaissez le vieux principe de ces gens là :"pas de couilles, pas d’embrouilles".

      Article un : Le port de signes religieux ostensibles (croix,kippa,foulard,chéchia, calotte etc etc) est interdit dans toutes les écoles de la République française, les édifices publics (Mairies, Préfectures, CR,CG, Commissariat etc etc) ainsi que dans toutes les structures relevant de près ou de loin de l’Etat ou de ces composantes.

      Un autre article doit préciser que l’école est obligatoire jusqu’à 16 ans, au moins, car, aujourd’hui ce n’est que l’enseignement qui l’est et il peut être dispensé à domicile avec un "controle" qui est inexistant.
      Qui ne scolarise pas ses enfants se prend des amendes, élevées, voire de la prison et s’il est étranger on l’expulse !
      Quand on tape au porte monnaie, (voyez avec les radars), ça freine les excités.

      Quand je vais au Liban, chez mes amis les Chiites de la Beqqa, je quitte mes pompes en entrant à la Mosquée...je ne dis pas que, moi, non musul, je vais faire ce que je veux et qu’ils doivent adapter leur religion pour moi...quand je vais chez les rosbifs (anglais) je roule à gauche...essayez de rouler à droite un peu, juste pour voir...hein.

      Qu’on arrête de nous bassiner avec ces problèmes qui n’en sont pas.
      Si l’on veut, d’ici 10 ans commencer des guerres de religions, continuons gaiement.
      Les religions ne sont que le moyen commode, pour ceux qui en sont les Boss, d’asservir les gens en leur faisant miroiter d’incertains paradis dans l’au delà, de les abrutir en leur interdisant d’évoluer, de les conditionner dans la haine des autres.

      Et puis pendant que les gens s’empaillent à ce sujet nos politiques continuent leur magouilles sur les retraites, la Sécu, les chômeurs....
      En ce moment c’est :"Panem et circenses".

      [Répondre à ce message]

      • > Arrêtons de tourner autour du pot.
        27 juillet 2004 , par Marc-Aurèle
          [retour au début des forums]

        Je suis consterné par le message précédent, qu’on croirait écrit par le petit père Combes ressorti de sa tombe...

        Interdire les signes religieux non seulement à l’école mais dans tous les lieux publics ? Dans la mairie où je travaille, le maire reçoit chaque année la communauté juive pour des voeux : beaucoup viennent avec une kippa sur la tête. Le maire doit-il leur imposer de la laisser au vestiaire ? Grotesque.

        Remplacer l’obligation d’instruction par la scolarité obligatoire ? Encore une idée de jacobin autoritaire à la Robespierre : il faut supprimer les derniers espaces de liberté d’éducation dans ce pays, parce que l’Etat sait mieux que les parents ce qui est bon pour les gosses, bien sûr. Le génial Staline avait eu la même idée, et tous les régimes totalitaires avec lui.

        Et pour finir, un couplet antireligieux primaire, digne des pires laïcards au rationalisme étriqué : la religion, c’est caca, c’est de l’aliénation, il faudrait l’interdire si on avait des couilles...

        Pour conclure ma petite adresse au rédacteur franchouillard,laïciste et xénophobe de ce post : si votre république jacobine à la noix est vraiment "menacée" par quelques gamines portant un foulard, c’est qu’elle n’en a plus pour très longtemps. Tant mieux : qu’elle crève donc, cela permettra à la France de devenir une vraie démocratie respectueuse des convictions philosophiques et religieuses de tous.

        [Répondre à ce message]

        • > Arrêtons de tourner autour du pot.
          4 février 2006 , par Internaute
            [retour au début des forums]

          Je trouve qu’elle a raison.La France ce dit laic mais c’ est le contraire.La FRANCE ne veut pas l’avouer mais elle a peur OUI peur de ces jeunes filles portant le voile.Comme si en voyant une meuf qui le porte on allait devenir muslim.Arretez de vous cachez derriere des arguments bidons.c’est vrai que des fois le voile est obligé par certaine famille, mais la plupart des jeunes filles qui le porte le souhaite.Tout sa prace que vous avez moderniniser votre religion et voudré qu’on la modernise nous aussi.Vous me faite pitié

          [Répondre à ce message]

        • > Arrêtons de tourner autour du pot.
          23 août 2006 , par
          218537   [retour au début des forums]

          Il ou elle a raison celui ou celle qui écrit à propos du voile...
          Lacher sur le voile revient à autoriser n’importe quel casse couilles à demander pour sa minorité des droits supérieurs à ceux de la majorité.
          Que votre Maire reçoive des porteurs de Kippa c’est son problème...quand on voit où conduisent les abus de Kippa et de turban en ce moment vaut mieux la fermer.
          La laïcité ne permet pas de faire n’importe quoi en son nom, mais ceux qui sont contre devraient penser qu’ils ont la chance de vivre en République pour pouvoir l’ouvrir à contre temps.
          Ils peuvent aller en Arabie Saoudite faire du naturisme, demander l’ouverture d’une église et ils verront la réaction...
          Je pense aussi que la religion vient de faire une fois de plus la preuve de son arriération au Liban et en Israël.
          Religion signifie relier...et bien on vient de voir comment, avec des missiles, des bombes, des mines.
          Pendre le dernier militaire avec la peau des burnes du dernier curé voilà le seul vrai progamme !!!

          [Répondre à ce message]


        Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

    © SISYPHE 2002-2004
    http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Retour à la page d'accueil |Admin