| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       






mardi 11 novembre 2003

Tous voiles dehors
Réponse à Christine Delphy

par Elise Thiébaut, journaliste






Écrits d'Élaine Audet



Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


Derrière chaque voile, 3000 ans de haine envers la femme qui nous regarde
Elles dénoncent le voile, l’assujettissement et le néo-communautarisme
Niqab, burqa et tchador sont des signes d’infériorisation des femmes, non des symboles religieux
Combattre le foulardisme
Voile et islam - Flora Tristan n’a jamais prôné le voile intégral
Le voile est-il islamique ou non ?
Pouvons-nous accepter le foulard contre la burqa ?
Lettre ouverte à une femme voilée
La burqa, symbole
Colloque universitaire sur le voile associé à la pudeur, à la foi et à la mode
Hidjab et politique - Le courage des uns et des autres
Eloge de l’asservissement des femmes par le Monde 2 ?
Les illusions dangereuses
Moi, fille d’immigrés, pour l’égalité et la laïcité
L’islamisme contre les femmes partout dans le monde
Le rapport Stasi sous l’oeil du Centre de recherche en éthique de l’Université de Montréal
Pour l’égalité dans la citoyenneté
Droit à la différence et non pas différence des droits
Un vibrant appel à la conscience
Etrange alliance. Toujours à propos du voile
Contre l’intégrisme religieux et pour la loi sur le voile
Les Islamistes mettent les femmes sur le trottoir
La laïcité a beaucoup d’ennemis
Le port du voile n’est pas une affaire de culture
Que d’hommes dans la rue pour défendre ma liberté !
La solidarité politique à l’épreuve des divisions
Quand la peur des femmes mène le monde
Non au voile mais non à l’exclusion des mineures de l’école laïque !
L’affaire du foulard : non à l’exclusion
Derrière le voile... un tout autre combat
Un sentiment de trahison
Des croisades de la droite au foulard islamique
Laïcardes, puisque féministes
Être féministe, ce n’est pas exclure !
La résurgence du foulard, un besoin de retour sur soi
Laïcité : une loi pour la cohésion
La pointe de l’iceberg intégriste visible sur la scène altermondialiste
Le voile - Le courage de dire non !
Pétition pour une loi contre le port du voile en France
"Le" voile : Éléments pour un débat
République turque : la question du foulard assombrit le 80e anniversaire
Un voile peut en cacher un autre







Ce texte a été écrit en réponse à l’article de Christine Delphy, « L’affaire du foulard : non à l’exclusion ».

Le foulard, comme le symbole de l’islam néo-communautaire, est loin d’être une question purement française : il fait débat en Allemagne, en Espagne et en Italie - et énormément en Afrique, où le prosélytisme bat son plein. On voit apparaître, depuis cinq ou dix ans, des pressions importantes obligeant des musulmanes qui allaient jusqu’ici tête nue à se voiler, dans les villes comme dans les campagnes. Je tiens ces témoignages à votre disposition : elles proviennent des femmes maliennes, camerounaises et nigerianes.

On peut se pencher sur le "pourquoi" de ce "néo-islamisme chez les jeunes". Cependant, face aux montées extrémistes, l’explication n’est pas notre seul devoir. Il faut aussi trouver le moyen de les contrer. On peut se demander sans fin "pourquoi le viol", "pourquoi l’oppression", "pourquoi moi ?" C’est important, mais ce n’est pas suffisant. Peut-être faut-il en effet se méfier des récupérations politiques, ou des attitudes de rejet. La passion serait-elle pour autant coupable ? Je ne crois pas : elle s’explique notamment par le lien étroit qui existe avec la revendication (et l’obligation) du voile, et le contexte de violence et de viols dont les jeunes filles issues de l’immigration - et plus largement toutes celles qui vivent dans des quartiers ghettos - sont la proie. Parler du voile, c’est parler du viol. Et réussir à se faire entendre.

Toutes les formes d’exclusion conduisent à des replis dits identitaires ou religieux, il ne s’agit pas de justifier l’une par l’autre, mais de lutter à la fois contre l’une et l’autre. Je tiens à dire par ailleurs que je ne m’identifie pas, moi, à la "société blanche", référence qui suppose déjà une position condescendante très gênante à mes yeux. Je suis femme, d’origines sociale et géographique tellement mélangées que choisir mon camp serait impossible - et c’est tant mieux. Ma famille est depuis des générations traversée par la culture juive, musulmane, catholique ; certains viennent de l’est de la France, d’autres du sud, d’Espagne ou d’Italie, d’Algérie... Certains sont pauvres, d’autres sont riches... La diversité est mon histoire, je n’ai colonisé personne, je n’ai exclu personne, je suis athée, je n’ai pas honte d’être femme, je me trompe et je suis trompée... C’est la vie, et je n’en fais pas une position politique ou un privilège social. Mais refuse absolument qu’on prive ma fille de porc à la cantine ou qu’on lui demande sans cesse si sa mère est musulmane parce qu’elle porte un nom arabe. Les étiquettes ne vont à personne, qu’on y mette un prix ou la mention "garanti cacher".

Oui, je n’ai aucun problème à dire que je m’inquiète à l’idée que le voile puisse devenir une norme pour ma fille dans le quartier plutôt populaire où nous vivons. Je l’affirme d’autant mieux que le catholicisme a rendu mon père à moitié dingue, et que le fondamentalisme chrétien est en train de remettre gravement en cause les droits des femmes à l’avortement et à la contraception, aux Etats-Unis et dans le monde entier. Les kippas et les croix peuvent être acceptées. Pas par moi. Pas à l’école. Et même si je pense que le rapport n’est pas strictement équivalent entre une croix et un voile noir, je ne me sens redevable ni personnellement ni collectivement envers celles (et surtout ceux pour celles) qui le revendiquent au nom du droit "à la différence". Le différentialisme ne me paraît pas un moyen d’émancipation, pas plus que le communautarisme. Je me rappelle que tous les fascismes ont un fond d’exclusion, de racisme et d’humiliation.

Dans le Nord sinistré, 34 % des gens votent pour Le Pen : va-t-on leur dire que leur exclusion (le mot est faible) leur donne le droit d’être racistes et violents, ou affirmer qu’interdire les propos racistes va les encourager à le devenir encore plus ? C’est une option. Je ne la partage pas. Revendiquer son oppression, s’y enfermer, c’est évidemment le stade suprême de l’aliénation. On la voit notamment à l’œuvre sur la question de la prostitution - un autre débat passionnel en France - où s’opposent absolument les mêmes arguments. Le voile ici ne serait pas le même qu’en Iran, en Algérie ou ailleurs ? Quelle drôle d’idée. D’abord le corps est un corps. Avec ce genre de raisonnement, on en viendrait vite à dire que l’excision fait moins mal ici qu’en Afrique (ou plus ?) - d’ailleurs plusieurs l’affirment, de tous bords. On ne peut pas non plus faire l’impasse sur ce qui se passe "ailleurs", car cet ailleurs, tel un furet, passe et repasse par ici : il porte le doux nom de mondialisation. Et même si la dramatisation du voile comme étendard intégriste est parfois exagérée, il serait grave de rester aveugle à ce mouvement régressif massif dont le fondamentalisme islamique est loin, hélas, de constituer l’unique aspect, en France et ailleurs.

Il faudrait peut-être arrêter de s’en tenir à des schémas politiques rigides : je ne suis pas l’oppresseur et l’autre l’opprimée. Non. Je refuse cette bipolarisation du monde : personne, nulle part, sous aucun prétexte, n’a le droit de réduire l’Autre, la femme, de lui dire que son corps est honteux, de l’en convaincre, y compris en lui faisant croire qu’ainsi (super loto !) elle ne sera pas violée dans une cave. Les frontières les plus étanches sont dans les têtes. Les illusions, nous nous en faisons tous et toutes. Ça aide à vivre et je n’ai pas envie de m’en moquer. Mais qui oserait affirmer aujourd’hui que le foulard, à l’école, n’est pas une croisade des fondamentalistes ? Il suffit de lire Hanifa Cherifi pour s’en convaincre : il n’y a ni anecdote, ni futilité dans la volonté de rester voilée même à l’école. Et l’affaire d’Aubervilliers vient fort à propos pour nous faire oublier cet "essentiel"-là.

Les fondamentalistes ne sont pas des abrutis. Au Nigeria, quand une femme, Amina Lawal, est acquittée, les juges s’empressent de condamner un homme pour sodomie à la lapidation, exactement dans les mêmes conditions, en espérant que personne ne se mobilisera. Il sera si facile, ensuite, de tordre la justice sous prétexte de symétrie, et de condamner de nouveau des femmes ! Il ne faut jamais lâcher sur rien. Jamais. Par ailleurs, il est faux de dire qu’on (le fameux "on") impose des devoirs sans accorder de droits. L’égalité des droits est inscrite dans la loi. Que la société ne soit pas conforme au droit, c’est à déplorer, mais ce n’est pas un reproche à adresser à la République. Encore une fois, je ne suis pas du côté du manche dans cette histoire : ce monde s’impose à moi, je n’en suis ni le maître ni la maîtresse (certains dans mon entourage disent même que c’est tant mieux), j’ai le droit et j’en use de contester toutes les inégalités, et je n’en vois pas de plus inégales que d’autres.

Le féminisme a rencontré de nombreuses limites dans son histoire (dont j’avoue que je suis loin de tout connaître). On a d’abord prétendu que la lutte des classes libérerait les femmes, et nous avons attendu les deux libérations avec le succès que l’on sait. L’antiracisme est en passe de remplacer cet obstacle politique : on n’aurait pas le droit d’exister en tant que femme, de mettre, en tant que féministe, la question de l’égalité homme-femme en premier dans l’échelle de nos priorités, avant d’avoir liquidé la colonisation, le racisme, les discriminations ? Et tout ça parce que des hommes (oui, massivement des hommes) ont colonisé le monde ? J’y étais pas, moi, en 1900 en Algérie. Mais je suis femme ici et aujourd’hui. Comme femme également, je ne suis pas convaincue par l’idée que seule la discrimination me ferait exister "dans mon sexe". Bien d’autres choses, heureusement, me font exister. À commencer par le désir d’avoir un sexe et de m’en servir librement. Et d’aller tête nue dans le vent. Tous voiles dehors.

Site de Clara Magazine
Res Publica

Mise en ligne sur Sisyphe, 10 novembre 2003


Partagez cette page.
Share


Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer ce texte   Nous suivre sur Twitter   Nous suivre sur Facebook
   Commenter cet article plus bas.

Elise Thiébaut, journaliste

Elise Thiébaut est journaliste à Clara Magazine, le journal de Femmes solidaires, et auteure de diverses publications (livres pour enfants, nouvelles, histoire de Paris...). Femmes solidaires était antérieurement l’Union des femmes françaises, fondée en 1945 à partir des Comités féminins de la résistance. Elle compte encore 15 000 adhérentes, et plusieurs comités en province (Lille, Nîmes...). Elle est la seule association féministe, à la connaissance de l’auteure, à bénéficier d’un ancrage populaire (à part, plus récemment, "Ni putes ni soumises"). Élise Thiébaut en est membre depuis un an et demi. Elle appartient par ailleurs à l’association "Avocats sans frontières-France" et a contribué particulièrement au projet "Défense de lapider" au Nigeria, dans l’affaire Amina Lawal.



Plan-Liens Forum

  • > Tous voiles dehors
    (1/1) 13 novembre 2003 , par





  • > Tous voiles dehors
    13 novembre 2003 , par   [retour au début des forums]

    Le voile ici ne serait pas le même qu’en Iran, en Algérie ou ailleurs ? Quelle drôle d’idée. D’abord le corps est un corps.
    juste un commentaire, parce qu’évidemment, le voile n’est pas le même selon les lieux, les circonstances et les personnes. Le voile, comme tout signe, est éminement polysémique et changeant, chacun l’adapte et l’utilise à sa manière.

    Un exemple ? Restons dans ce qui se met sur la tête... Les bérets... Qui pourraient nier que le béret a été à la fois le symbole des militaires, des résistants, de l’extrême droite et de l’extrême gauche (Che Guevara en portait un, me semble-t-il ?), d’hommes et de femmes. Pourtant, personne ne stigmatise cet élément et fait l’amalgame de toutes ses significations. Il en est de même des "voiles" foulards et autres trucs qu’on met sur la tête.

    • Ignorance, quand tu nous tiens
      13 novembre 2003 , par
        [retour au début des forums]

      Il faut être ignorant de la situation des femmes CONTRAINTES à porter le voile ou foulard pour écrire ce qui précède. Comme s’il ne s’agissait qu’un "truc" qu’on se met sur la tête ! La bêtise est vraiment florissante dans Internet.

      [Répondre à ce message]

    • > Tous voiles dehors
      15 décembre 2003 , par
        [retour au début des forums]
      le foulard

      Le Messager de Dieu mohemed(PBAL) a dit :

      ’ Le plus parfait dans la foi parmi les croyants est celui qui est le meilleur en conduite et bonté envers sa femme.’

      L’Islam considère la femme, qu’elle soit mariée ou célibataire, comme un individu à part entière, avec le droit de diposer d’elle-même, et de ses biens et richesses. Une dot de mariage est offerte par le futur mari à la future mariée pour son usage personnel, et elle garde son nom de famille, plutôt que de prendre celui de son mari. Hommes et femmes doivent adopter une tenue vestimentaire digne et modeste ; les traditions d’habits pour femmes qu’on rencontre dans certains pays musulmans sont souvent l’expression des coutumes locales.

      [Répondre à ce message]

    • > Tous voiles dehors et béret "basque"
      23 janvier 2005 , par
        [retour au début des forums]

      Bonjour,

      je ne sais de quand date le message d’origine de ce fil , mais je voudrais apporter des précisions quant au béret.
      - ce n’est pas le symbole des militaires qui pendant très longtemps on porté le calot.

      - on retrouve ce type de coiffure là où il y a de la laine, donc du mouton et des petites mains pour faire une coiffure facile à faire (Afghanistan etc..)

      - c’est une coiffure très ancienne dont le nom vient de "barette" , mot qu’on retrouve pour désigner une coiffe d’ecclésiastique.

      - y voir le symbole de l’extrème droite ou extrème gauche ne tient pas, s’agissant d’une coiffure "populaire" parce que "bon marché" , il était normal de la voir vissée sur la tête sans préjuger du contenu de la dite tête en termes d’idées politiques.

      - j’ai retrouvé des photos de vieilles femmes des environs de Toulouse avant guerre , elles étaient voilées, et je ne sais pas si ça correspondait
      à une mode, une obligation religieuse (elles se voilent envore dans les églises)

      Cordial-gentiment et meilleurs voeux pour 2005

      bernard,

      [Répondre à ce message]


        Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

    © SISYPHE 2002-2003
    http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Retour à la page d'accueil |Admin