| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       






lundi 10 novembre 2003

Non au voile mais non à l’exclusion des mineures de l’école laïque !

par Catherine Albertini, chercheure et membre de Choisir la cause des femmes






Écrits d'Élaine Audet



Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


Derrière chaque voile, 3000 ans de haine envers la femme qui nous regarde
Elles dénoncent le voile, l’assujettissement et le néo-communautarisme
Niqab, burqa et tchador sont des signes d’infériorisation des femmes, non des symboles religieux
Combattre le foulardisme
Voile et islam - Flora Tristan n’a jamais prôné le voile intégral
Le voile est-il islamique ou non ?
Pouvons-nous accepter le foulard contre la burqa ?
Lettre ouverte à une femme voilée
La burqa, symbole
Colloque universitaire sur le voile associé à la pudeur, à la foi et à la mode
Hidjab et politique - Le courage des uns et des autres
Eloge de l’asservissement des femmes par le Monde 2 ?
Les illusions dangereuses
Moi, fille d’immigrés, pour l’égalité et la laïcité
L’islamisme contre les femmes partout dans le monde
Le rapport Stasi sous l’oeil du Centre de recherche en éthique de l’Université de Montréal
Pour l’égalité dans la citoyenneté
Droit à la différence et non pas différence des droits
Un vibrant appel à la conscience
Etrange alliance. Toujours à propos du voile
Contre l’intégrisme religieux et pour la loi sur le voile
Les Islamistes mettent les femmes sur le trottoir
La laïcité a beaucoup d’ennemis
Le port du voile n’est pas une affaire de culture
Que d’hommes dans la rue pour défendre ma liberté !
La solidarité politique à l’épreuve des divisions
Quand la peur des femmes mène le monde
Tous voiles dehors
L’affaire du foulard : non à l’exclusion
Derrière le voile... un tout autre combat
Un sentiment de trahison
Des croisades de la droite au foulard islamique
Laïcardes, puisque féministes
Être féministe, ce n’est pas exclure !
La résurgence du foulard, un besoin de retour sur soi
Laïcité : une loi pour la cohésion
La pointe de l’iceberg intégriste visible sur la scène altermondialiste
Le voile - Le courage de dire non !
Pétition pour une loi contre le port du voile en France
"Le" voile : Éléments pour un débat
République turque : la question du foulard assombrit le 80e anniversaire
Un voile peut en cacher un autre







Le voile est un symbole de l’oppression des femmes, il ne peut en aucun cas représenter une émancipation ou une liberté, même s’il est parfois une façon rusée de contourner la contrainte, la pression, et de regagner un peu de liberté de mouvement sous la domination masculine (pouvoir sortir sans éveiller de soupçons ou sans être agressée, stigmatisée ou injuriée). Mais ce n’est là gagner, au mieux, qu’un peu d’autonomie. L’égalité entre les sexes exige beaucoup plus !

Pour moi le voile ou la prostitution sont les deux faces d’une même médaille qui représenterait la subordination des femmes aux hommes, la mise au pas - au service - de la sexualité féminine à l’hétérosexualité masculine dominante et dominatrice.

Mais la question d’exclure de l’école laïque des jeunes filles voilées me dérange néammoins, dans un certain nombre de cas.

L’émancipation des filles ne peut passer que par l’école laïque, pas par la famille ou les écoles coraniques (la première vient d’ouvrir à Lille à la rentrée 2003). Seules les filles (pas leurs frères, ni aucun garçon de leur entourage pas même ceux qui font régner la loi machiste dans les quartiers...) sont menacées d’exclusion pour un symbole religieux et culturel qui ne concerne pas uniquement les filles. Le cas très médiatique des deux soeurs voilées du collège Henri Wallon ne doit pas masquer d’autres réalités, que je trouve personnellement plus dérangeantes.

Le quotidien Le Monde, dans un récent article, évoquait le cas d’une petite fille de 8 ans exclue de son école primaire parce qu’elle portait le voile et refusait de l’enlever. Si le "bourrage de crâne" est évident dans ce cas, il est aussi clair que cette enfant n’en est pas responsable. Elle n’est pas plus libre que responsable d’afficher ce signe religieux et ce symbole de l’oppression des femmes. Or la punition, l’exclusion, c’est elle qui la subit. L’exclure c’est par conséquent considérer qu’elle appartient à sa famille, et la déposséder de son droit à l’éducation qui lui aurait peut-être permis d’avoir un autre droit essentiel, dans le futur, le droit de s’émanciper, et ainsi de se libérer elle même du voile. Une autre très jeune adolescente de 12 ans de parents turcs a été récemment exclue de son collège et je ne pense pas pouvoir me réjouir de cela.

Je ne pense pas qu’il faille s’en réjouir ni que ces sacrifices soient justifiés.

L’enseignement est, en France, obligatoire jusqu’à 16 ans mais il peut être prodigué à distance (CNED) et les écoles confessionnelles sont autorisées - il y a même encore des régions de France où l’école du village n’est pas l’école publique mais une école dite "libre" c’est à dire privée et catholique -. Il me semble que l’on ne peut pas faire de loi d’exclusion du voile au sein de l’école laïque sans courir le risque d’amplifier le communautarisme, la main-mise des familles et/ou des religieux sur les jeunes filles et le repli sur des écoles coraniques (autrement plus dangereuses pour ces jeunes filles).

Je serais pour ma part beaucoup plus favorable à un enseignement obligatoire à l’égalité entre les sexes, à la sexualité, aux luttes d’émancipation des femmes mais aussi au rationnalisme, etc.... Si la spiritualité n’a pas besoin du voile, il serait peut-être plus opportun de déployer l’énergie du dialogue vis à vis de jeunes filles qui sont bien souvent enfermées dans un ghetto socio-économique et dans un communautarisme ethnico-religieux dont elles ne sont aucunement responsables et qui sont par ailleurs souvent victimes de discriminations racistes et sexistes. Nous devons leur tendre la main et ne pas commencer par brandir l’arme de la loi qui pourrait être ressentie comme une humiliation supplémentaire.

Mes réticences ne concernent que la scolarité primaire et secondaire (grosso modo jusqu’au bac).

Il me semble que pour ce qui concerne les emplois publics, la situation est très différente et que la fermeté doit s’appliquer à des adultes déjà suffisamment éduquées, tenues à respecter la neutralité républicaine qu’elles incarnent et à qui la République peut imposer des devoirs dans la mesure où elle leur a assuré le premier des droits, le droit à l’éducation.

Mis en ligne surr Sisyphe, le 7 novembre 2003


Partagez cette page.
Share


Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer ce texte   Nous suivre sur Twitter   Nous suivre sur Facebook
   Commenter cet article plus bas.

Catherine Albertini, chercheure et membre de Choisir la cause des femmes


Chercheuse en biologie moléculaire, Catherine Albertini a fait des études de Pharmacie à Toulouse. Elle a été lauréate de la faculté de Pharmacie et a obtenu la médaille d’or (major de promotion). Elle a fait un DEA de pharmacologie et toxicologie fondamentales dans un laboratoire du CNRS puis, au même endroit, a soutenu une thèse de Biologie Cellulaire et Biochimie. Elle a ensuite fait un post-doc pendant deux ans dans un laboratoire de l’Université de Californie où, dit-elle, elle a commencé à méditer sur le féminisme et sur les aspects positifs, dans le milieu professionnel, de lois comme celle sur le harcèlement sexuel. De retour en France, l’INRA (recherche agronomique), elle travaille dans un institut de recherche public sur les gènes de résistance aux pesticides des champignons pathogènes des cultures. Catherine Albertini a publié plusieurs articles dans les médias. Depuis novembre dernier, elle est membre du bureau de l’association féministe
Choisir la cause des femmes présidée par Gisèle Halimi.



Plan-Liens Forum

  • > Non au voile mais non à l’exclusion des mineures de l’école laïque !
    (1/8) 24 novembre 2004 , par

  • > Non au voile mais non à l’exclusion des mineures de l’école laïque !
    (2/8) 18 avril 2004 , par

  • Vous avez mal compris le bute de voile islamique
    (3/8) 4 mars 2004 , par

  • merci catherine !
    (4/8) 5 décembre 2003 , par

  • L’école, Institution de la République ou Service Public ?
    (5/8) 27 novembre 2003 , par

  • > Non au voile mais non à l’exclusion des mineures de l’école laïque !
    (6/8) 22 novembre 2003 , par

  • La prostitution : subordination des femmes aux hommes ?
    (7/8) 10 novembre 2003 , par

  • Légiférer ou non ?
    (8/8) 5 novembre 2003 , par





  • > Non au voile mais non à l’exclusion des mineures de l’école laïque !
    24 novembre 2004 , par   [retour au début des forums]

    Madame,
    je pense que vous rabaissez votre niveau intellectuel en portant de telles accusations.
    Je pense que la société francaise est opprimante pour la femme et que cette femme montrée constamment dans des publicités dans les rues ou à la télé est elle un signe de soumission à l’homme et de prostitution "indirecte" et quel vision pour nos "bambins" de 3 ou 4 ans de voir des gens se pavaner nus et faire l’amour dans toutes les publicités !!!quel beau modèle que notre société francaise ! alors avant de parler des autres il faut "balayer devant sa porte" alors allez apprendre de plus près la religion musulmane avant de parler de rapport entre les deux sexes !je constate que votre article manque de maturité et d’objectivisme:quand on parle de quelque chose qu’on ne maitrise pas il vaut mieux se taire !!!

    > Non au voile mais non à l’exclusion des mineures de l’école laïque !
    18 avril 2004 , par   [retour au début des forums]

    je suis entiérement d’accord avec vous il semble évident que c’est un efois de plus le matchisme qui se cache derriére ce probléme .. pour en revenir aux écoles coranique pourquoi pas mais avec un droits de regards de l’étata en fait dans la plus part des pays du magreb les punitions corporels et autres cevisse sexuelles sont une banalité n’oublions pas la republique le droit des femmes et surtout des enfants !!

    Vous avez mal compris le bute de voile islamique
    4 mars 2004 , par   [retour au début des forums]

    alors , En France vous avez tres mal compris le bute de voile islamique et comment ? a couse des immergrant d’afrique du Nord . car eux meme connaissent meme pas ca sert a quoi vraiment et ils croient aussi qu’il faut mettre le voile a l’age de 3-5 ans maxi. Mais c’est pas vrai bien sure car le voile on a le draoit a mettre qu’apartir de l’age de 16 ou + bien sur e ...

    voila

    Hassan Sayed
    Egypte

    merci catherine !
    5 décembre 2003 , par   [retour au début des forums]
    non au voile mais non a l’exclusion des mineures de l’ecole laique !

    ce message n’aura probablement pas un grand interet dans le forum, mais je voulais vraiment remercier Catherine Albertini pour son texte concernant le port du voile a l’ecole.
    Je pense a ce probleme regulierement, chaque fois que je vois une femme voilee, que ce soit dans la rue ou bien a l’universite. Ayant grandi hors de toute discrimination, qu’elle soit sexiste, religieuse ou ethnique, j’ai toujours considere cela comme "bizarre" ! Et j’ai donc ete d’autant plus frappee en grandissant de voir que ces discrimination etait bien reelles, et par beaucoup considerees comme normales.

    Le probleme du voile a cree de grandes discussions dans mon entourage, mais sans jamais vraiment arriver a un compromis, une solution... Je suis toujours restee tres balancee dans mon jugement.Cet article m’a donc bien eclairci les idees. Je ne vais pas arreter de reflechir a la question pour autant, le probleme est loin d’etre resolu.

    merci a nouveau,
    marion

    L’école, Institution de la République ou Service Public ?
    27 novembre 2003 , par   [retour au début des forums]
    Non au voile mais non à l’exclusion des mineures de l’école laïque ! Non au voile mais non à l’exclusion des mineures de l’école laïque !

    Je pense qu’avant tout il faut répondre à cette question.En effet la nuance est de taille et la réponse contiendra nécessairement des éléments de réponse.
    Le voile ne me gène pas dans les autobus pas plus qu’à l’hopital (c’est l’exigeance d’avoir un obstétricien femelle en général formulé par les hommes qui m’offusque davantage). Les convictions fussent-elles religieuses, c’est dans la tête et non pas sur la tête qu’on les porte ! et que l’on ne nous parle pas de liberté de penser à propos du voile !
    Des filles sont contraintes par la force, pour d’autres c’est une façon d’acheter une tranquillité précieuse dans des zones agitées...
    Parfois le poids de la coutume ( anecdotique dans le Coran ) est tel que certaines jeunes filles pensent en avoir fait délibérément le choix, il s’agit la d’une forme de contrainte particulièrement insidieuse et il ne faudrait pas qu’une "double peine"soit infligée aux jeunes victimes sous la forme d’une exclusion de l’Ecole de la République, seul lieu potentiel d’émancipation et d’apprentissage de la liberté.
    Non il ne faut pas légiférer ! Ce serait prendre le risque de "communautariser" une partie des Françaises et des Français. Ce n’est pas cette République là que j’ai apprise à l’école puis plus tard à l’Ecole Normale d’Instituteurs, ah oui c’est vrai, maintenant il y a l’IUFM...

    • > L’école, Institution de la République ou Service Public ?
      18 juin 2006 , par
        [retour au début des forums]

      Bonjour,

      je suis française d’origine marocaine de confession musulmane non voilé et qui tent à l’être si Dieu le veut. Je ne suis pas incidieusement poussée à porter le voile même ma mère ne le porte pas de plus je vis ds une résidence dc qu’est ce qui pourrait bien m’influencez ????? là est la question je suis profondemant croyante et je me dois d’obeir aux Créateur arrêtez avec vos insinuations soi disant si on vit dans une cité on a de très forte chance de se voilé mais c’est quoi cette réflexion à 2 franc six sous.
      Sa me soule de devoir tout le temps répondre aux gens ignorants comme vous. Vous ne comprenez rien à rien vous faites la sourde oreille continuez ds cette directive vous n’empécherez pas les jeunes femmes comme moi de ce voilé tout simplement parce que c une conviction religieuse. Vous n’êtes pas content je m’en contre fiche je suis libre citoyenne du monde je m’habille comme bon me semble je me voile de la tête au pied que sa plaise ou non. COURAGE MES SOEURS CE SONT QUE DES EPREUVES. Vous avez une vision de la liberté j’ai la mienne alors arrêtez d’emmerdé le monde avec vos théorie à la con je suis libre libre libre louange à Dieu faut qu’on vous le dise en quelle langue en Yeddish laissez nous tranquille et sa ira mieux pour tout le monde.

      [Répondre à ce message]

    > Non au voile mais non à l’exclusion des mineures de l’école laïque !
    22 novembre 2003 , par   [retour au début des forums]

    le voile est de nos jours un outil , un sujet complexe mais il faut dire que l’interdiction du port du voile est une atteinte à la liberté de la personne de vivre pleinement sa religion .Que pensez-vous du port de la croix ou des cours religieuses qu’on donne dans le milieu scolaire ? alors tant que l’individu ne perturbe pas , suit normalement son cours sans déranger autrui donc oui au voile car l’interdire est une atteite à la laicité et à la démocratie . l’égalité dans le milieu scolaire ou l’égalité en générale entre les hommes est à revoir .Il y’a un éthnocentrisme ou mieux dans le contexte ou nous sommes c’est l’islam qui fait peur aux gents politiques voyez-vous l’école nous apprend ke toutes les cultures se valent qu’aucune religion n’est supérieure à l’autre mais la croyance en DIEU DIFFERT et chacun à sa maniére de pratiquer sa religion et ce dernier est tenu de respecter les pricipes de la bible ou du corant qui sont des recommendations de DIEU .DONC ce qu’il faut c’est de "respecter " le voile la croix symbolisant une appartenance religieuse

    La prostitution : subordination des femmes aux hommes ?
    10 novembre 2003 , par   [retour au début des forums]
    Lien vers le texte d’Anne Souyris

    Nombre de prostitués sont des hommes... Le parallèle entre le hijêb et la prostitution ne tient pas !

    Mais il est intéressant de remarquer que ce lien est fréquemment fait. Voir la critique d’Anne Souyris à ce sujet, "Des prostituée et des femmes voilées : les victimes, c’est les autres".

    • La vis sans fin de la "libre-té"
      13 novembre 2003 , par
        [retour au début des forums]

      Il est difficile de se voir soi-même comme une victime, nombre de "victimes" ne portent jamais plainte car elles se sentent humiliées d’être des victimes (cf, viol, violences conjugales etc...) . Il est même difficile de percevoir les autres comme des victimes tant l’idée que tout est affaire de choix ou de liberté est prégnante et supporte l’ensemble de l’idéologie libérale : tout le monde a toujours le choix de faire ce qu’il veut. C’est de plus très confortable, intellectuellement, quand soi-même on a un éventail de choix assez étendu.

      Je voudrais bien savoir en quoi la fillette de 8 ans qui porte le voile est libre.
      Je voudrais bien savoir pourquoi elle doit être punie, elle.

      Je voudrais bien savoir en quoi la prostituée qui a été mise de force sur le trottoir est libre.
      Pour quelques prostituées qui revendiquent ce métier combien de victimes ?
      De marchés au bétail humain où les femmes sont vendues, parfois plusieurs fois successivement à des proxénètes ?
      Combien d’associations de "survivantes de la prostitution" luttent pour que ce "métier" ne soit pas reconnu ou légalisé ?
      Ce discours de liberté ne fait que laisser les hommes dans l’ombre. Les hommes et leur droit à la prostituée. Proxénètes et clients.

      Expliquez moi en quoi elles ne sont pas des victimes.

      En quoi elles ont choisi quoi que ce soit. En quoi la subordination n’est pas imposée aux femmes ici et partout.

      En quoi seules les paroles revendiquant une quelconque liberté seraient les seules audibles et disqualifieraient à l’avance toutes les paroles de celles qui ne se prétendent pas libres comme tous les silences de celles qui n’ont pas même la liberté de s’exprimer.

      Cordialement
      Catherine Albertini

      [Répondre à ce message]

    Légiférer ou non ?
    5 novembre 2003 , par   [retour au début des forums]

    Vous écrivez "Il me semble que l’on ne peut pas faire de loi d’exclusion du voile au sein de l’école laïque sans courir le risque d’amplifier le communautarisme, la main-mise des familles et/ou des religieux sur les jeunes filles et le repli sur des écoles coraniques (autrement plus dangereuses pour ces jeunes filles)."

    Or Gisèle Halimi se prononce pour une loi interdisant le port du voile...
    http://www.humanite.presse.fr/journal/2003-10-24/2003-10-24-381212

    Y’aurait-il un désaccord au sein de "Choisir - La cause des femmes" sur ce point ?

    • Pas de désaccord
      7 novembre 2003 , par
        [retour au début des forums]

      Il n’y a pas désaccord mais débat. Une association qui permet le débat en son sein est a priori en bonne santé !

      Je suis en accord total avec l’analyse de la symbolique du voile que fait Gisèle Halimi. D’accord sur la fin mais je m’interroge sur les moyens....

      [Répondre à ce message]

      • > Pas de désaccord
        16 novembre 2003 , par
          [retour au début des forums]

        En ce qui me concerne je suis tout à fait d’accord avec vous, et le fait que Gisèle Halimi réclame un loi m’a laissé un arrière goût un peu amer.

        Dans son numéro 5, CQFD publie un texte de Georgette Hamonou, qui était professeur de français au collège de Flers, au moment de l’affaire des foulards en 98.

        Elle écrit :
        "A l’heure où le gouvernement rallume la "guerre du foulard" à l’école et met de l’huile sur le feu en annonçant une loi d’interdiction, je crois entendre la voix des porte-drapeaux du laïcisme s’apprétant à célébrer leur victoire. Mais qui seront les vainqueurs si cette loi est votée ?
        Surement pas les filles.

        [...]

        C’est l’histoire d’Esma-Nur et de Belgin, deux fillettes kurdes de 12 ans, élèves de sixième, qui ont été exclues de l’école publique le 11 février 1999, victime d’un acharnement inouï. Non seulement 68 enseignants du collège, mais la quasi totalité de leurs collègues de la région, se sont ligués contre les deux enfants et leurs familles, comme s’il en allait de la vie et de la mort de l’Education nationale ! Bien entendu je n’ai jamais défendu le port du foulard, n’étant pas croyante et n’ayant aucune sympathie pour la contrainte qu’il fait peser sur les filles. Pas tant le foulard, d’ailleurs, que la jupe longue et la veste noire serrée que les gamines arborent en pleine chaleur de juin.... mais selon moi, le devoir de l’enseignant, quelles que soient ses convictions philosophiques, est de considérer l’Education comme un instrument de culture, un outil d’émancipation et d’apprentissage. Il fallait accepter les deux filles à l’école, comme n’importe enfant, pour qu’elles puissent être en mesure, un jour, de faire leurs propres choix d’existence.

        [...]

        Toute cette histoire s’est terminée par le triste conseil de discipline qui a exclu Esma-Nur et Belgin le 11 février 1999, les condamnant à un an et demi de réclusion au domicile familial. Les cours par correspondance du CNED ? Trop compliqués, surtout pour une famille qui ne parle ni ne lit le français. J’ai suivi Belgin tous les mercredis durant cette pénible période et je l’ai vue, petit à petit, sombrer dans la tristesse, la dépression, puis la maladie psychosomatique et enfin l’hospitalisation -la sienne et celle de sa
        mère.[...] "

        C’est pourquoi des textes comme le vôtre qui portent la controverse au bon endroit font plaisir à lire.

        Merci ;-)

        [Répondre à ce message]


        Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

    © SISYPHE 2002-2003
    http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Retour à la page d'accueil |Admin