| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       






samedi 21 avril 2007

Hidjab et politique - Le courage des uns et des autres

par Manon Cornellier, Le Devoir






Écrits d'Élaine Audet



Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


Derrière chaque voile, 3000 ans de haine envers la femme qui nous regarde
Elles dénoncent le voile, l’assujettissement et le néo-communautarisme
Niqab, burqa et tchador sont des signes d’infériorisation des femmes, non des symboles religieux
Combattre le foulardisme
Voile et islam - Flora Tristan n’a jamais prôné le voile intégral
Le voile est-il islamique ou non ?
Pouvons-nous accepter le foulard contre la burqa ?
Lettre ouverte à une femme voilée
La burqa, symbole
Colloque universitaire sur le voile associé à la pudeur, à la foi et à la mode
Eloge de l’asservissement des femmes par le Monde 2 ?
Les illusions dangereuses
Moi, fille d’immigrés, pour l’égalité et la laïcité
L’islamisme contre les femmes partout dans le monde
Le rapport Stasi sous l’oeil du Centre de recherche en éthique de l’Université de Montréal
Pour l’égalité dans la citoyenneté
Droit à la différence et non pas différence des droits
Un vibrant appel à la conscience
Etrange alliance. Toujours à propos du voile
Contre l’intégrisme religieux et pour la loi sur le voile
Les Islamistes mettent les femmes sur le trottoir
La laïcité a beaucoup d’ennemis
Le port du voile n’est pas une affaire de culture
Que d’hommes dans la rue pour défendre ma liberté !
La solidarité politique à l’épreuve des divisions
Quand la peur des femmes mène le monde
Tous voiles dehors
Non au voile mais non à l’exclusion des mineures de l’école laïque !
L’affaire du foulard : non à l’exclusion
Derrière le voile... un tout autre combat
Un sentiment de trahison
Des croisades de la droite au foulard islamique
Laïcardes, puisque féministes
Être féministe, ce n’est pas exclure !
La résurgence du foulard, un besoin de retour sur soi
Laïcité : une loi pour la cohésion
La pointe de l’iceberg intégriste visible sur la scène altermondialiste
Le voile - Le courage de dire non !
Pétition pour une loi contre le port du voile en France
"Le" voile : Éléments pour un débat
République turque : la question du foulard assombrit le 80e anniversaire
Un voile peut en cacher un autre







L’interdiction du port du hijab lors d’une compétition de taekwondo tenue dans la région montréalaise a évidemment attiré l’attention mais a suscité très peu de commentaires. La réponse la plus frappante est venue toutefois de Farzana Hassan et Tarek Fatah. La première est présidente du Congrès musulman canadien et le second, un des fondateurs de ce groupe qui se dit progressiste et voué à lutter contre l’extrémisme. Dans un texte paru dans le Globe, ils rappellent les origines culturelles, plutôt que religieuses, du hijab et s’inquiètent de voir la version égyptienne et saoudienne de ce vêtement s’imposer, depuis quelques décennies et sous l’influence des islamistes et des musulmans orthodoxes, comme le symbole de la piété et de l’identité musulmane. Hassan et Fatah soulignent qu’on en est même venu à considérer comme moins authentiquement musulmans les foulards plus lâches utilisés traditionnellement par les femmes de l’Asie du Sud-Est et de l’Afrique.

« Ce supposé symbole de modestie a pris une saveur décidément politique et religieuse, dominant le débat sur les libertés civiles et religieuses en Occident. Toute opposition au hijab est vue comme une manifestation d’islamophobie », s’insurgent les auteurs. Ils attribuent une grande part de la controverse au fait que les promoteurs du hijab en font une obligation religieuse et, par conséquent, un objet de protection en vertu de la Charte. Les précédents historiques montrent pourtant que le Coran n’impose pas le port du hijab, insistent-ils. « Les islamistes ont transformé le hijab en pilier central de l’islam. Ils considèrent que les femmes musulmanes qui ne se couvrent pas la tête - la grande majorité - sont des pécheresses ou pas entièrement musulmanes. Ils devraient en débattre publiquement plutôt que d’utiliser des jeunes filles musulmanes comme boucliers pour la poursuite de leur programme politique », concluent-ils.

Lire la suite de l’article qui porte sur l’accord Dion-May : 
« Le courage des uns et des autres »
, par Manon Cornellier, Le Devoir, 21-22 avril 2007.

Mis en ligne sur Sisyphe, le 21 avril 2007


Partagez cette page.
Share


Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer ce texte   Nous suivre sur Twitter   Nous suivre sur Facebook
   Commenter cet article plus bas.

Manon Cornellier, Le Devoir



Plan-Liens Forum

  • Décision de la Fédération québécoise
    (1/1) 30 avril 2007 , par





  • Décision de la Fédération québécoise
    30 avril 2007 , par   [retour au début des forums]

    Décision de la Fédération québécoise - Non au hidjab lors des compétitions de taekwando

    Le conseil d’administration de la Fédération québécoise de taekwando refuse que le hidjab soit porté lors des compétitions, du moins pour cette saison.

    Le président de la Fédération, Jean Faucher, a toutefois indiqué qu’il accepterait ce genre de compromis si la Fédération internationale de taekwondo changeait ses règlements.

    Cette décision a été prise à la suite d’une réunion du conseil d’administration. Des membres de la communauté musulmane de Montréal, de même que des entraîneurs, se sont adressés hier à la Fédération pour qu’elle assouplisse sa position concernant le port du voile en compétition. Les représentantes de la communauté musulmane ont même proposé un compromis, soit un hidjab sportif, spécialement conçu pour la compétition. Selon eux, ce genre d’équipement est notamment utilisé pour les Jeux asiatiques.

    La fédération québécoise se penchait sur l’incident survenu le 15 avril dernier, à Longueuil, lorsque deux jeunes filles musulmanes n’ont pu participer à une compétition parce qu’elles refusaient de se battre sans hidjab. Les arbitres avaient alors décidé de leur interdire le port du voile, en conformité avec le règlement de la Fédération internationale, jugeant qu’il constituait un danger pour leur sécurité.

    Le règlement stipule clairement qu’un athlète ne peut porter que le casque protecteur comme équipement à la tête.

    Le Devoir.


        Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

    © SISYPHE 2002-2007
    http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Retour à la page d'accueil |Admin