| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       






lundi 14 juillet 2008

La burqa, symbole
Et les positions de NPNS et de la LDIF

par Le Monde






Écrits d'Élaine Audet



Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


Derrière chaque voile, 3000 ans de haine envers la femme qui nous regarde
Elles dénoncent le voile, l’assujettissement et le néo-communautarisme
Niqab, burqa et tchador sont des signes d’infériorisation des femmes, non des symboles religieux
Combattre le foulardisme
Voile et islam - Flora Tristan n’a jamais prôné le voile intégral
Le voile est-il islamique ou non ?
Pouvons-nous accepter le foulard contre la burqa ?
Lettre ouverte à une femme voilée
Colloque universitaire sur le voile associé à la pudeur, à la foi et à la mode
Hidjab et politique - Le courage des uns et des autres
Eloge de l’asservissement des femmes par le Monde 2 ?
Les illusions dangereuses
Moi, fille d’immigrés, pour l’égalité et la laïcité
L’islamisme contre les femmes partout dans le monde
Le rapport Stasi sous l’oeil du Centre de recherche en éthique de l’Université de Montréal
Pour l’égalité dans la citoyenneté
Droit à la différence et non pas différence des droits
Un vibrant appel à la conscience
Etrange alliance. Toujours à propos du voile
Contre l’intégrisme religieux et pour la loi sur le voile
Les Islamistes mettent les femmes sur le trottoir
La laïcité a beaucoup d’ennemis
Le port du voile n’est pas une affaire de culture
Que d’hommes dans la rue pour défendre ma liberté !
La solidarité politique à l’épreuve des divisions
Quand la peur des femmes mène le monde
Tous voiles dehors
Non au voile mais non à l’exclusion des mineures de l’école laïque !
L’affaire du foulard : non à l’exclusion
Derrière le voile... un tout autre combat
Un sentiment de trahison
Des croisades de la droite au foulard islamique
Laïcardes, puisque féministes
Être féministe, ce n’est pas exclure !
La résurgence du foulard, un besoin de retour sur soi
Laïcité : une loi pour la cohésion
La pointe de l’iceberg intégriste visible sur la scène altermondialiste
Le voile - Le courage de dire non !
Pétition pour une loi contre le port du voile en France
"Le" voile : Éléments pour un débat
République turque : la question du foulard assombrit le 80e anniversaire
Un voile peut en cacher un autre







Peut-on devenir française quand on porte la burqa, ce vêtement qui, à l’exception des yeux, masque entièrement les femmes dans les pays (ou les familles) musulmans les plus rigoristes ? Non, vient de répondre sans détour le Conseil d’État dans un arrêt qui, sans aucun doute, fera date.

L’affaire sur laquelle la haute juridiction a tranché tient en quelques mots : une Marocaine mariée à un Français et mère de trois enfants nés en France s’est vu refuser, en 2005, la nationalité française au motif qu’elle porte la burqa et que cela constituerait un « défaut d’assimilation ».

Saisi en appel, le jugement du Conseil d’État tient, également, en quelques mots, manifestement pesés au trébuchet : cette femme « a adopté, au nom d’une pratique radicale de sa religion, un comportement en société incompatible avec les valeurs essentielles de la communauté française et notamment le principe d’égalité des sexes ».

Voilà donc relancée la controverse sur la place des religions en général, et de l’islam en particulier, en France. Le débat sur le port du « voile » à l’école avait déjà soulevé la question il y a quelques années : la France doit-elle, avec tolérance et sagesse, accepter l’expression publique de l’identité religieuse et de la différence culturelle ?

Ou doit-elle, au contraire, marquer nettement les limites au-delà desquelles le principe de laïcité, fondement de la République, serait bafoué ? En adoptant la loi de 2004 interdisant le port de tout signe religieux ostensible dans les établissements scolaires, le Parlement avait clairement choisi la seconde réponse.

Dans son arrêt du 27 juin, le Conseil d’État adopte une position similaire. Nul doute qu’il va se voir reprocher, à nouveau, de stigmatiser une religion, l’islam. Et de ne pas mesurer le fossé qui le sépare de la réalité complexe de la société française. Le Conseil, il est vrai, s’en tient à une appréciation de principe : à ses yeux, la burqa est tout sauf un signe religieux banal, qui relèverait d’un simple choix privé ou de la liberté de conscience ; à ses yeux, c’est au contraire un symbole majeur pour les musulmans les plus militants et minoritaires, qui revendiquent une pratique extrême de leur religion. Un symbole de ségrégation entre les hommes et les femmes. Un symbole inacceptable du statut d’infériorité de la femme dans cette conception de l’islam. Comment lui donner tort ?

Source : Le Monde, Édito, le 11 juillet 2008.

- Lire aussi : "Une Marocaine en burqa se voit refuser la nationalité française", Le Monde, 11 juillet 2008.
- "Sous la burqa", Le Devoir, 16 juillet 2008.


Communiqué

REFUS DE NATURALISATION D’UNE MAROCAINE EN BURQA PAR LE CONSEIL D’ETAT :

Extrême soulagement de Ni Putes Ni Soumises

Le Mouvement Ni Putes Ni Soumises est soulagé par la décision du Conseil d’Etat qui a confirmé le 27 juin dernier un refus de naturalisation à une femme marocaine portant la burqa et adhérant à une secte radicale, le salafisme.

Par cette décision, le Conseil d’Etat, a placé la barre très haute, dans la lignée de la loi de 2004, réaffirmant la laïcité à l’école. En ce sens, il a rappelé que la Laïcité et l’égalité des sexes sont des valeurs essentielles de notre République, de notre Constitution. La République ne peut en aucun cas, cautionner un tel outil de soumission, et d’oppression envers les femmes.

Il est temps d’intégrer dans les faits les droits des femmes aux droits humains, non négociables. Ceux qui nous parlent du voile ou de la burqa comme un outil à l’émancipation, n’ont pas compris les dangers auxquels nous faisons face tous les jours.

Depuis plus de 15 ans, nous subissons des attaques en règle contre le droit des femmes et la Laïcité. Mais ce sont les brèches ouvertes par nos élus qui remettent en question la mixité dans les lieux publics comme les piscines ou les gymnases, ou en érigeant la virginité comme une qualité essentielle, qui nous mènent droit dans le mur !

Alors même que les pays européens qui ont favorisés les comportements les plus radicaux s’inspirent de notre modèle laïque, la France se doit de rester l’avant-garde du combat laïque seul rempart contre les dérives fanatiques dont les femmes sont les premières victimes.

Cette décision du Conseil d’Etat doit être un exemple pour tous ceux qui se revendiquent des valeurs de la République.

Site de NPNS.

N. B. « Pas d’égalité sans mixité et sans laïcité, tel était l’enjeu et l’objectif de l’appel pour "un nouveau combat féministe" initié par le mouvement « Ni Putes, Ni Soumises » en mars 2005 et soutenu par plus de 100 organisations et associations de terrain, ainsi que par des milliers de femmes et d’hommes à travers toute la France. Cet appel fait de la laïcité et de la mixité les pierres angulaires d’un pacte social, quand aujourd’hui certains essaient de les mettre à mal. »

COMMENTAIRE

Peut-être faudrait-il tenir un registre des femmes et des enfants victimes physiquement et psychologiquement du patriarcat intégriste religieux dans le monde, comme il existe au Québec une recension des femmes et des enfants tués par des hommes (conjoint, ami, parent, autres) depuis le drame de Polytechnique. Après tout, les violences commises contre les femmes par les intégristes religieux ne sont pas moins graves que les violences commises par des misogynes qui tuent des femmes, parce qu’ils ne peuvent les soumettre à leur diktat, dans des sociétés occidentales. Si nous sommes marqué-es au Québec par le drame de Polytechnique, d’autres sont marqué-es ailleurs par le fait que leurs amies, soeurs, mères ou autres parentes aient été emprisonnées, torturées, brûlées vives ou lapidées. On ne voit pas pourquoi les crimes sexistes ou misogynes seraient plus tolérables au sein de communautés d’origine non occidentale ou non chrétienne.

La création d’un tel registre serait un beau geste de solidarité féministe internationale qui rappellerait la mémoire de celles qui se battent pour des libertés qu’on peut juger élémentaires ici, mais qui sont le combat d’une vie ailleurs : se promener sans voile, se réunir, sortir sans être escortées par des hommes, participer à des manifestations, choisir ses partenaires amoureux et compagnons de vie, ses études et sa carrière, etc., etc. Ces femmes savent que le foulard islamique ou la burqa s’accompagne de la perte ou de la non-reconnaissance de droits et de libertés. C’est pourquoi certaines résistent et luttent au prix de leur vie. En Afghanistan, par exemple, plusieurs se sont suicidées pour échapper à un mariage imposé par leur famille. En Iran et en Irak, plusieurs sont en prison parce qu’elles ont manifesté dans la rue tête nue et pour les droits des femmes. Un vêtement innocent, la burqa ou le nikab ? Peut-être faut-il le demander à ces femmes. Micheline Carrier

Lire plusieurs articles

  • Rubrique Femmes du monde.
  • Rubrique Démocratie, laïcité, droits et religions.
  • Rubrique Femmes et religions.
  • Rubrique Voile ou foulard islamique.

    LIGUE DU DROIT INTERNATIONAL DES FEMMES
    Association 1901, créée par Simone de Beauvoir
    www.ldif.asso.fr

    Communiqué, le 12 juillet 2008

    Le Conseil d’Etat a su trancher et trouver les mots justes !

    La LDIF se félicite de la décision du Conseil d’Etat qui a refusé par un arrêt du 27 juin la nationalité française à une marocaine musulmane, habitant les Yvelines, parce qu’elle portait une burqa.

    Un élément essentiel de cet arrêt tient au fait qu’il identifie un excès ( une radicalité ») dans la pratique religieuse dès qu’elle se traduit par « un comportement en société incompatible avec les valeurs essentielles de la communauté française et notamment le principe d’égalité des sexes ».

    La formulation de cette décision représente une avancée considérable par rapport à l’affirmation classique de la laïcité qui évite toute interprétation des signes religieux. Enfin, comme le demandent les féministes depuis la première affaire du voile en 1989, le Conseil d’Etat, confronté à un cas extrême d’enfermement et de soumission à travers le voile, ose dire ce que cela signifie.

    Le voile n’est pas un signe religieux comme les autres. Il signifie la ségrégation entre les hommes et les femmes et un statut d’infériorité des femmes. Le fait que certaines d’entre elles le revendiquent ne change rien au sens de ce symbole.

    En filigrane, cet arrêt invite les religions, en l’occurrence la religion musulmane, mais les autres devraient aussi y réfléchir, à toiletter leurs textes et/ou leurs pratiques à la lumière de l’évolution des droits, et notamment du droit des femmes.

    Annie Sugier,
    Présidente de la LDIF

    Mis en ligne sur Sisyphe, le 14 juillet 2008


  • Partagez cette page.
    Share


    Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer ce texte   Nous suivre sur Twitter   Nous suivre sur Facebook
       Commenter cet article plus bas.

    Le Monde



    Plan-Liens Forum

  • La burqa, symbole
    (1/1) 15 juillet 2008 , par





  • La burqa, symbole
    15 juillet 2008 , par   [retour au début des forums]

    « La commissaire du gouvernement (chargée de donner un avis juridique), Emmanuelle Prada-Bordenave, a insisté sur les entretiens qu’a eus le couple avec les services sociaux et la police.

    « À trois reprises, Faiza M. se serait présentée « recouverte du vêtement des femmes de la péninsule arabique, longue robe tombant jusqu’aux pieds, voile masquant les cheveux, le front et le menton et une pièce de tissu masquant le visage et ne laissant voir les yeux que par une fente ». Le couple reconnaît « spontanément » son appartenance au salafisme. Ce courant de l’islam, qui prône une lecture littérale et rigoriste du Coran, s’inspire du mode de vie des premiers fidèles du prophète Mahomet. Faiza M. a affirmé qu’elle n’était pas voilée quand elle vivait au Maroc et a indiqué « qu’elle n’a adopté ce costume qu’après son arrivée en France, à la demande de son mari, et qu’elle le porte plus par habitude que par conviction ».

    « D’après ses propres déclarations, a souligné la commissaire du gouvernement, elle mène une vie presque recluse et retranchée de la société française. Elle n’a aucune idée sur la laïcité ou le droit de vote. Elle vit dans la soumission totale aux hommes de sa famille, mari, père et beau-père. » Faiza M. semble « trouver cela normal et l’idée même de contester cette soumission ne l’effleure même pas », a ajouté Mme Prada-Bordenave, estimant que ces déclarations sont « révélatrices de l’absence d’adhésion à certaines valeurs fondamentales de la société française ». (Le Monde)

    Si elle porte ce vêtement-prison par habitude, pourquoi ne pas se défaire de cette habitude pour obtenir sa nationalité ? La nationalité n’est-elle pas plus importante que le port de ce vêtement ?

    Et si son mari lui a demandé de le porter en France, alors qu’il ne lui demandait pas une telle chose au Maroc, est-ce pour imposer ici ses valeurs et son idéologie ? Il se servirait de sa femme, que tout le monde prendra en pitié, la pauvre, coïncée entre le mari et la loi française, pour véhiculer ses opinions et ses positions anti-laïcité et sexistes. C’est de la provocation.


        Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

    © SISYPHE 2002-2008
    http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Retour à la page d'accueil |Admin