| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       






lundi 2 avril 2007

Crime et pauvreté à l’ère du libéralisme

par Jean-Marie Fecteau, professeur et chercheur






Écrits d'Élaine Audet



Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


La 42e Assemblée Générale annuelle de l’Association des femmes autochtones du Canada (AFAC) rassemble jeunes et aînées
Les luttes menées à l’échelle locale sont liées et s’inscrivent dans un contexte global
À la mémoire de Marie Trintignant
L’économie du don, la théorie et les pratiques - Appel de textes
20e anniversaire de la Marche des femmes contre la pauvreté "Du pain et des roses" : des retrouvailles émouvantes et stimulantes
La présence des femmes sur Internet
"Lockout au Journal de Montréal. Enjeux d’un conflit de travail", chez M éditeur
Les garderies commerciales : la réponse du XX1e siècle ?
Grande manifestation contre l’austérité, samedi le 29 novembre à Montréal et Québec
Services sexuels pour les handicapés : la pitié dangereuse
Vatican VS mafia - Qui lave les péchés du monde ?
Résister et construire des alternatives au modèle patriarcal, capitaliste, raciste, lesbophobe et colonial
Obama ou le "Dream" de Martin Luther King ?
La dictature du regard
De petits pas contre la faim - Où déposer vos dons
Le féminin à géométrie variable - Être nommée pour exister !
Shéhérazade, une filiation possible pour les femmes militantes ou artistes contemporaines
La médaille du Barreau de Montréal 2012 décernée à Me Christiane Pelchat, artisane d’un monde meilleur
La CHI - Un humour dégradant et complice de l’injustice sociale
Grève étudiante - Des féministes de l’Université Laval s’indignent de la violence policière
Grève étudiante – "Allô la police !"
Témoignage - Mon chemin vers le bonheur
Des survivantes de tortures et de mauvais traitements exhortent le Canada à aider à mettre fin aux violations des droits de la personne aux Philippines
Discrimination sexiste dans l’industrie de la construction : mémoire
Aides domestiques – Le Conseil du patronat du Québec prend encore une fois position contre l’égalité des femmes
Québec - Une menace plane sur l’autonomie des organismes communautaires
Les femmes demandent réparation
Offrez des livres des éditions Sisyphe pour Noël 2010 - Deux forfaits à prix modique
Abolition de la Commission de l’équité salariale : un recul inacceptable pour les femmes !
Les crimes haineux déclarés par la police au Canada
Les organismes communautaires dénoncent les conséquences des actions gouvernementales
Les femmes immigrées et "racisées" font les frais d’une fragmentation du mouvement communautaire et d’un manque de ressources
Le réenchantement du monde par les médias
Dramaturgie de contes de fées dans les relations internationales
Équité salariale - la moitié des entreprises ne suivent pas la loi
Le scandale du financement des écoles privées
L’utérus national
Québec - Il y a 25 ans, Denis Lortie tirait sur des employés de l’Assemblée nationale
Mouvement de libération des femmes : 1970-2010
Éliminer la pauvreté : il faut faire plus ... et mieux
La Grande Déclaration Jeunesse de Québec
Nouveau-Brunswick - Aux personnes qui pensent que les femmes ont atteint l’égalité
Équité salariale - Radio-Canada à pas de tortue
Radio-Canada et les femmes journalistes - Avancez par en arrière, Mesdames
Quand le sexe prit le pouvoir
Pour le respect des droits et libertés des travailleuses et travailleurs (im)migrant-es au Québec et au Canada
Les nouvelles chaussures du ségrégationnisme
Aides familiales, travailleurs agricoles, et autres travailleurs (im)migrant-es à statut précaire : quels droits ? Quelles responsabilités gouvernementales ?
La pauvreté a des effets dévastateurs sur la santé des enfants
Arrière-pensées des discours sur la "victimisation"
Marchons le 7 septembre pour appuyer la Déclaration des Nations-Unies sur les droits des peuples
En Congrès, l’AFEAS réclame une loi pour protéger les droits collectifs acquis et l’égalité entre les sexes
Syndrome d’aliénation parentale ou SAP, une théorie contestée
Tuerie de Virginia Tech - La célébrité au bout du fusil
Dignes dingues dons
Luttes de classes et pauvreté plus tabous que le racisme. Entrevue avec Toni Morrison
Sortir d’un gang criminel et reprendre goût à la vie
Printemps
Réaction du Comité des femmes des communautés culturelles de la FFQ sur les accommodements raisonnables
Rencontre laïque internationale le 10 février
Toutes les Montréalaises devraient disposer d’un logement de qualité, sécuritaire et abordable
Un goût de lendemain de veille
Lulu love Lili ou histoire d’L
Association étonnante d’une psychologue aux ateliers "Initiative vraie Beauté" de Dove
La Commission de l’équité salariale refuse la demande du gouvernement d’étaler le paiement
Devons-nous nuancer notre critique de l’islam ?
La menace de tuer Redeker, un test pour l’état de notre démocratie
Point de rupture
L’R des centres de femmes du Québec à la recherche d’une travailleuse polyvalente
J’ai rencontré le quinquagénie
Le calendrier girl power 2007 s’inscrit dans le phénomène de l’hypersexualisation de la société
Jeux olympiques 2006 - J’ai perdu mes eaux limpides !!!
Déménagement du casino : une hausse du crime est prévisible
Ressources pour les femmes
Le gouvernement Harper veut museler les groupes de femmes
Dérives des banlieues : les filles, premières victimes
Les Misérables du XXIe siècle
Attention à la boîte de pandore de l’eugénisme scientifique
La France et le Québec, deux définitions divergentes de la laïcité dans l’espace public
Tout le monde en parle, de la peste raciste
Le mouvement étudiant et le renouvellement du projet social québécois
La longue marche des femmes vers l’égalité dans les métiers non traditionnels
Libre : la loi du genre
La Loi sur les normes de travail interdisant le harcèlement psychologique est en vigueur au Québec
Un couvre-feu pour les jeunes afin de réduire le vandalisme ?
Femmes, migration et frontières
L’amour a-t-il changé ?
Pauvreté : bouc émissaire
La Cour supérieure du Québec rend un important jugement sur l’équité salariale
Le totalitarisme "politically correct". Mythe ou réalité ? - Le milieu universitaire et la droite
Le totalitarisme "politically correct". Mythe ou réalité ? - Culture occidentale et analyse féministe
La chasse au "politically correct"
S’unir pour être rebelles - Rassemblement de jeunes féministes
La féminisation linguistique : nommer notre présence au monde
Équité salariale et dérives masculinistes
La malbouffe n’est pas toujours un choix personnel
Appel pour un Québec d’abord solidaire !
Les derniers titres de Sisyphe en permanence sur votre site
Radio France Outre-Mer attise le feu
La Charte mondiale des femmes pour l’humanité
Pourquoi cette rage ?
Privatiser les services de santé, un pis-aller
Une justice à géométrie variable
Quand l’industrie de la charité imite les « grandes »







Comment une société tient-elle ensemble ? Comment est-il possible de penser un savoir-vivre (et un vouloir-vivre) collectif se déclinant selon les règles de la démocratie et du libre marché ? Question fondamentale qui hante les sociétés, à partir de ce moment où on a renoncé à faire de Dieu l’explication première et dernière de l’univers, où on a voulu inventer un monde fondé sur la liberté et le respect de l’intégrité des hommes et des femmes qui le composaient.

En somme, il s’agit de faire sens de ce basculement radical du monde depuis maintenant deux siècles et de saisir les enjeux collectifs fondamentaux qui se sont déployés à partir de l’idée simple d’une liberté humaine vécue dans l’égalité. C’est un tel questionnement fondamental qui est à la source des recherches menées au Centre d’histoire des régulations sociales (www.unites.uqam.ca/chrs/) sur la mise en place du réseau de prise en charge du crime et de la pauvreté au Québec, depuis le milieu du XIXe siècle.

Une immense aspiration au bonheur

Dans cette entreprise, il nous fallait comprendre des enjeux qui sous-tendent les formes de régulation sociale mises en place à l’ère libérale et qui, à partir du plus profond du XIXe siècle, accouchent du monde actuel. La stratégie privilégiée pour ce faire implique de ramener ce libéralisme, triomphant au XIXe siècle, à ce qu’il était vraiment : une version limitée, mise au service des possédants, d’une immense aspiration au bonheur issue de l’écroulement brutal du monde ancien.

Ce libéralisme, malgré les parentés étymologiques, n’a nullement le monopole, même à l’époque de son apogée, des diverses solutions envisagées pour assurer un lien social qui soit fondé sur la liberté. Il n’est qu’une version étriquée, en mode mineur, de l’aspiration à la liberté, version soigneusement expurgée de sa dimension collective, des espoirs des dominés, et timidement ramenée au « réalisme » des possédants, puis vite coulée dans le ciment des institutions de régulation et de répression, dans le cadre rigide du droit bourgeois qui en constituera le rempart le plus solide.

Hypothèque close sur l’avenir, qui ouvrira néanmoins à l’Église québécoise un large espace d’action où elle pourra déployer sa puissance, tout en dénonçant ce même libéralisme, pourtant condition première de son expansion possible...

Car, au Québec plus qu’ailleurs peut-être, derrière l’appareil de l’Église s’est toujours profilée l’injonction libérale du libre marché et de l’État minimal. Nulle part ne peut-on saisir ce modèle contradictoire de société qu’en confrontant le discours libéral, même récupéré et filtré par le rigorisme religieux, à ses pires hantises : le crime et la pauvreté. Le crime, ce constant refus du jeu social gravé dans les codes ; la pauvreté, spectacle permanent des inégalités qui révèle l’hypocrisie des discours sur le progrès des peuples.

Que faire de la marge criminelle ?

C’est en étudiant les modes de prise en charge de ces problèmes sociaux fondamentaux, qui transcendent, en suivant leurs lignes de force, les césures fondamentales exprimées par les rapports de classe et de genre, que l’on peut le mieux, je crois, saisir les limites et les culs-de-sac de cette vision du monde, de cet univers institutionnel, de cette échelle de valeurs que constituent le libéralisme bourgeois et ses versions ultérieures.

Ainsi en est-il du crime. Au XIXe siècle, on lui invente la prison comme horizon. D’abord conçue comme instrument de la rémission du criminel (comme si en confinant dans l’espace raréfié de la prison, on pouvait enseigner les jeux et les enjeux de la liberté !), cette dernière est vite devenue le simple non-lieu, le temps mort et l’absence absolue d’une liberté vécue comme horizon inatteignable.

Source de toutes les peurs sociales et en même temps manifestation du chaos d’un quotidien souvent insupportable, le crime exprime l’aporie fondamentale de la liberté imaginée par ces « libéraux » dont certains encore aujourd’hui se réclament : une liberté dont les limites dont définies par la volonté des dominants, et où l’infraction est autant témoignage du réel intolérable que du refus de le vivre comme tel.

À partir de ce moment, les sociétés libérales, même à l’ère des États providence, ne sauront que faire de leurs marges criminelles, ballottées entre les pulsions hystériques de la « tolérance zéro » comme des mille guerres aux déviants et les moments utopiques de l’amendement recherché des criminels. Les sociétés carburant à la liberté bourgeoise avaient rêvé de repousser à leurs confins ultimes le résidu social constitué par les criminels. Elles se sont retrouvées toutes entières investies par les pratiques, individuelles et collectives, d’infraction.

Figure d’un échec

Ainsi en est-il, aussi, de la pauvreté. Comment imaginer qu’une société fondée sur la liberté d’entreprise, ouverte aux mille initiatives et inventions des citoyens, puisse déboucher sur des sociétés inégalitaires, où liberté du riche et liberté du pauvre se traduisent, pour l’un, en droit d’exploiter et, pour l’autre, en volonté de survivre ?

La pauvreté, même reprochée constamment à l’individu et ramenée à ses tares personnelles, est l’image vivante de l’échec persistant et récurrent du libéralisme bourgeois à inventer une société meilleure. C’est pourquoi la place du pauvre dans l’économie de ces sociétés, comme dans le discours savant, est l’enjeu d’une lutte féroce de définition et de classement. Car dès le moment où la pauvreté est définie comme problème collectif, elle ouvre un espace politique sans fin où risque de s’étioler l’éthique libérale de la responsabilité personnelle.

Ainsi se découvre une deuxième aporie du libéralisme triomphant : celle où chaque mesure d’aide se heurte à la hantise de la déresponsabilisation, où chaque politique apparaît comme incitation à ne pas jouer le jeu social, mais où, dans le même mouvement, la responsabilité du pauvre pour ce qui lui arrive est toujours indexée sur la solidarité collective.

On aura compris peut-être qu’une telle histoire, malgré ses incursions dans un passé lointain, est terriblement actuelle. Non pas que les leçons du passé, comme une fausse sagesse le proclame trop souvent, soient garantes d’un avenir réussi. Mais le rythme historique saccadé qui a vu s’écrouler le rêve libéral d’une pauvreté disparue, du crime muselé, d’une humanité tirée vers l’avenir radieux promis par le progrès constant, cette histoire d’une promesse volée par les dominants, mérite d’être reconstruite et racontée. Car c’est elle qui a accouché du monde actuel.

N’en déplaise aux nostalgiques d’un certain libéralisme, il arrive que de très vieilles (mauvaises) idées empêchent l’émergence de projets novateurs et libérateurs, riches en devenir. En ce sens, l’histoire est là autant pour nous libérer du passé que pour le prospecter.

Publication sur Sisyphe autorisée par l’auteur.

Publié également dans Le Devoir, 11 mai 2004

Mis en ligne sur Sisyphe le 11 mai 2004


Partagez cette page.
Share


Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer ce texte   Nous suivre sur Twitter   Nous suivre sur Facebook
   Commenter cet article plus bas.

Jean-Marie Fecteau, professeur et chercheur

Professeur au Département d’histoire de l’UQAM et directeur du Centre d’histoire des régulations sociales, chercheur au Centre de recherche sur les innovations sociales (CRISES)



Plan-Liens Forum

  • > Crime et pauvreté à l’ère du libéralisme
    (1/1) 19 septembre 2004 , par





  • > Crime et pauvreté à l’ère du libéralisme
    19 septembre 2004 , par   [retour au début des forums]

    La solution est simple.
    Enlever l’argent de notre vie.
    L’argent crée l’inégalité,le crime tel que le vol,la prostitution,le stress,les enlèvements d’enfants,la pauvreté,les pots de vins,etc..
    Et je sais comment on peut y arriver pour enlever l’argent.
    Si vous lisez "Le plan B un projet fin ou fou ! de l’édition du bien public,vous comprendrez tout.Merci.


        Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

    © SISYPHE 2002-2007
    http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Retour à la page d'accueil |Admin