| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       






mardi 27 octobre 2009


Médias et visions du monde
Dramaturgie de contes de fées dans les relations internationales

par Hassina Mechaï, journaliste






Écrits d'Élaine Audet



Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


La 42e Assemblée Générale annuelle de l’Association des femmes autochtones du Canada (AFAC) rassemble jeunes et aînées
Les luttes menées à l’échelle locale sont liées et s’inscrivent dans un contexte global
À la mémoire de Marie Trintignant
L’économie du don, la théorie et les pratiques - Appel de textes
20e anniversaire de la Marche des femmes contre la pauvreté "Du pain et des roses" : des retrouvailles émouvantes et stimulantes
La présence des femmes sur Internet
"Lockout au Journal de Montréal. Enjeux d’un conflit de travail", chez M éditeur
Les garderies commerciales : la réponse du XX1e siècle ?
Grande manifestation contre l’austérité, samedi le 29 novembre à Montréal et Québec
Services sexuels pour les handicapés : la pitié dangereuse
Vatican VS mafia - Qui lave les péchés du monde ?
Résister et construire des alternatives au modèle patriarcal, capitaliste, raciste, lesbophobe et colonial
Obama ou le "Dream" de Martin Luther King ?
La dictature du regard
De petits pas contre la faim - Où déposer vos dons
Le féminin à géométrie variable - Être nommée pour exister !
Shéhérazade, une filiation possible pour les femmes militantes ou artistes contemporaines
La médaille du Barreau de Montréal 2012 décernée à Me Christiane Pelchat, artisane d’un monde meilleur
La CHI - Un humour dégradant et complice de l’injustice sociale
Grève étudiante - Des féministes de l’Université Laval s’indignent de la violence policière
Grève étudiante – "Allô la police !"
Témoignage - Mon chemin vers le bonheur
Des survivantes de tortures et de mauvais traitements exhortent le Canada à aider à mettre fin aux violations des droits de la personne aux Philippines
Discrimination sexiste dans l’industrie de la construction : mémoire
Aides domestiques – Le Conseil du patronat du Québec prend encore une fois position contre l’égalité des femmes
Québec - Une menace plane sur l’autonomie des organismes communautaires
Les femmes demandent réparation
Offrez des livres des éditions Sisyphe pour Noël 2010 - Deux forfaits à prix modique
Abolition de la Commission de l’équité salariale : un recul inacceptable pour les femmes !
Les crimes haineux déclarés par la police au Canada
Les organismes communautaires dénoncent les conséquences des actions gouvernementales
Les femmes immigrées et "racisées" font les frais d’une fragmentation du mouvement communautaire et d’un manque de ressources
Le réenchantement du monde par les médias
Équité salariale - la moitié des entreprises ne suivent pas la loi
Le scandale du financement des écoles privées
L’utérus national
Québec - Il y a 25 ans, Denis Lortie tirait sur des employés de l’Assemblée nationale
Mouvement de libération des femmes : 1970-2010
Éliminer la pauvreté : il faut faire plus ... et mieux
La Grande Déclaration Jeunesse de Québec
Nouveau-Brunswick - Aux personnes qui pensent que les femmes ont atteint l’égalité
Équité salariale - Radio-Canada à pas de tortue
Radio-Canada et les femmes journalistes - Avancez par en arrière, Mesdames
Quand le sexe prit le pouvoir
Pour le respect des droits et libertés des travailleuses et travailleurs (im)migrant-es au Québec et au Canada
Les nouvelles chaussures du ségrégationnisme
Aides familiales, travailleurs agricoles, et autres travailleurs (im)migrant-es à statut précaire : quels droits ? Quelles responsabilités gouvernementales ?
La pauvreté a des effets dévastateurs sur la santé des enfants
Arrière-pensées des discours sur la "victimisation"
Marchons le 7 septembre pour appuyer la Déclaration des Nations-Unies sur les droits des peuples
En Congrès, l’AFEAS réclame une loi pour protéger les droits collectifs acquis et l’égalité entre les sexes
Syndrome d’aliénation parentale ou SAP, une théorie contestée
Tuerie de Virginia Tech - La célébrité au bout du fusil
Dignes dingues dons
Luttes de classes et pauvreté plus tabous que le racisme. Entrevue avec Toni Morrison
Crime et pauvreté à l’ère du libéralisme
Sortir d’un gang criminel et reprendre goût à la vie
Printemps
Réaction du Comité des femmes des communautés culturelles de la FFQ sur les accommodements raisonnables
Rencontre laïque internationale le 10 février
Toutes les Montréalaises devraient disposer d’un logement de qualité, sécuritaire et abordable
Un goût de lendemain de veille
Lulu love Lili ou histoire d’L
Association étonnante d’une psychologue aux ateliers "Initiative vraie Beauté" de Dove
La Commission de l’équité salariale refuse la demande du gouvernement d’étaler le paiement
Devons-nous nuancer notre critique de l’islam ?
La menace de tuer Redeker, un test pour l’état de notre démocratie
Point de rupture
L’R des centres de femmes du Québec à la recherche d’une travailleuse polyvalente
J’ai rencontré le quinquagénie
Le calendrier girl power 2007 s’inscrit dans le phénomène de l’hypersexualisation de la société
Jeux olympiques 2006 - J’ai perdu mes eaux limpides !!!
Déménagement du casino : une hausse du crime est prévisible
Ressources pour les femmes
Le gouvernement Harper veut museler les groupes de femmes
Dérives des banlieues : les filles, premières victimes
Les Misérables du XXIe siècle
Attention à la boîte de pandore de l’eugénisme scientifique
La France et le Québec, deux définitions divergentes de la laïcité dans l’espace public
Tout le monde en parle, de la peste raciste
Le mouvement étudiant et le renouvellement du projet social québécois
La longue marche des femmes vers l’égalité dans les métiers non traditionnels
Libre : la loi du genre
La Loi sur les normes de travail interdisant le harcèlement psychologique est en vigueur au Québec
Un couvre-feu pour les jeunes afin de réduire le vandalisme ?
Femmes, migration et frontières
L’amour a-t-il changé ?
Pauvreté : bouc émissaire
La Cour supérieure du Québec rend un important jugement sur l’équité salariale
Le totalitarisme "politically correct". Mythe ou réalité ? - Le milieu universitaire et la droite
Le totalitarisme "politically correct". Mythe ou réalité ? - Culture occidentale et analyse féministe
La chasse au "politically correct"
S’unir pour être rebelles - Rassemblement de jeunes féministes
La féminisation linguistique : nommer notre présence au monde
Équité salariale et dérives masculinistes
La malbouffe n’est pas toujours un choix personnel
Appel pour un Québec d’abord solidaire !
Les derniers titres de Sisyphe en permanence sur votre site
Radio France Outre-Mer attise le feu
La Charte mondiale des femmes pour l’humanité
Pourquoi cette rage ?
Privatiser les services de santé, un pis-aller
Une justice à géométrie variable
Quand l’industrie de la charité imite les « grandes »







Mieux que n’importe quel domaine, les relations internationales telles qu’elles sont dites par les médias sont le lieu privilégié du "réenchantement " du monde (voir l’article « Le réenchantement du monde par les médias »). Pascal Boniface avait d’ailleurs appelé "la disneyllisation" du monde cette tendance médiatique à raconter les relations internationales comme une histoire, une mythologie fantastique et irréelle.

On retrouve deux archétypes dans la narration médiatique des relations internationales : le manichéisme et le happy end.

Le manichéisme enchanté des relations internationales

Le manichéisme médiatique frénétique suppose qu’en matière de relations internationales, tout se résume souvent à une lutte entre un principe du Bien et un principe du Mal. La coupure morale entre les protagonistes est nette, tranchée, nulle ombre grise ne vient assombrir d’un doute salutaire ce manichéisme obtus. Souvent même le camp du Mal ne se définit que par son opposition frontale au camp dit du Bien.

Deux figures mythologiques du Mal traversent inconsciemment la narration médiatique des relations internationales : celle de l’Ogre et celle du demonus ex machina. L’ogre est cette figure légendaire qui se nourrissait exclusivement de chair humaine fraîche. À la fois excessivement humain et monstrueusement animal, il dévorait de préférence les enfants, voire ses propres enfants, à l’instar de Chronos engloutissant ses fils par la tête (voir le tableau saisissant de Goya).

Dans les relations internationales, cette figure de l’Ogre est sans cesse revivifiée au travers de figures du Mal : Napoléon, Hitler, Staline, plus récemment Ceaucescu, Saddam Hussein, Kim Jong-Il sont tous autant d’avatars médiatiques de l’Ogre sanguinaire. Pourtant cette figure médiatique inconsciente de L’Ogre, en mythifiant la figure du Mal, mystifie dans le même mouvement la réalité des relations internationales. Le monde devient le lieu où le Mal absolu peut agir ; il s’agit alors seulement de l’empêcher. On ne s’interroge donc pas sur le Mal, on ne discute pas avec lui, on le combat tout simplement.

Le manichéisme des relations internationales est dans une dialectique enchantée rythmée entre l’Eros et le Thanatos originels. Celui qui maîtrise cette dialectique décide ainsi du Mal pour n’avoir pas à décider du Bien de façon objective. En d’autres termes, on devient le Bien seulement par dénonciation du Mal...et plus le Mal est dénoncé absolument, plus on devient le Bien absolu.

Pourtant, la réalité des relations internationales montre que cette figure de l’Ogre est modulable et non pas figée. Par exemple, longtemps, Saddam Hussein a été le protégé des États-unis et de l’Occident en général, lesquels voyaient en lui l’ennemi aisément maniable d’une Iran honnie. Il apparaissait alors dans la presse occidentale comme un dirigeant fréquentable, laïc et progressiste. Une fois la sanglante guerre Iran-Irak terminée, le Raïs irakien s’est cru autorisé à se récompenser par l’invasion du Koweit. Il devint alors "l’homme malade" à abattre du Moyen-Orient, les médias le représentant en monstre se repaissant du sang de son peuple.

La seconde figure médiatique des relations internationales est celle du demonus ex machina. Classiquement, le deus ex machina est ce dieu ou homme qui intervenait dans les mythes antiques pour résoudre une situation bloquée. Son intervention était donc essentiellement bénéfique. À l’inverse, le demonus ex machina, s’il intervient par surprise et de façon tout autant fantastique, le fait pour un but funeste et envenime la situation. Oussama Ben Laden est l’exemple le plus intéressant de demonus. Les médias en ont ainsi fait l’ennemi insaisissable, volatile, frappant tous les coins de la planète. Et il est devenu une figure médiatique fantastique du fait même de son insaisissabilité.

Donc, la transcription médiatique de la scène internationale en fait une lutte eschatologique entre des forces obscures et lumineuses, tout comme le mythe fait du monde un lieu d’affrontement entre le Bien et le Mal. Pourtant les relations internationales sont amorales, par essence. L’enjeu n’est pas celui de l’éthique mais de la puissance. On prête ainsi à Roosevelt tout autant qu’à "dear" Henry Kissinger, dans un réalisme clair, cette fameuse phrase à propos d’un quelconque dictateur sud-américain : "He may be a son of bitch but he’s our son of bitch". Or, cette narration "réenchantée" nous plonge dans les affres irrationnelles de l’enfance toute peuplée de monstres. Encore une fois, ce fantastique médiatiquement porté n’a rien à faire dans les relations internationales qui sont avant tout un jeu de forces humaines et doivent s’entendre comme tel si l’on veut mieux en comprendre les enjeux.

La happy end

Le second archétype de narration médiatique est le happy end et découle naturellement de l’idée du manichéisme. Les médias copient de plus en plus cette dramaturgie de conte de fée qui pose qu’à la fin de l’histoire, après une lutte acharnée entre le Bien et le Mal, on aboutira le plus souvent possible à une fin heureuse. En cela, ce sont les médias américains qui sont les plus marqués par ce tropisme béat.

Karl Rove, fin stratège de Bush, avait théorisé cela sous le nom de "stratégie de Schéhérazade", expliquant qu’il fallait sans cesse scénariser en amont les relations internationales de telle façon que les médias finissent toujours par développer des histoires courtes, où le Bien et le Mal sont clairement définis et où le Bien l’emporte le plus souvent à la fin. Ces histoires médiatiquement portées doivent, selon Rove, constamment s’enchaîner, nous emportant tous dans un tourbillon narratif sans fin. La seconde guerre du Golfe, à cet égard, a présenté un classique exemple de cette stratégie. Un Ogre, des armes, l’intervention des "Bons" contre "the evil guy", une guerre et la chute du sanguinaire Nabuchadonosor irakien. Les caméras se retirent alors d’une Irak ensanglantée mais libérée, écrasée, fragmentée par l’occupation mais heureuse...end of the story, end of history.

Pour maîtriser la narration du monde, il suffit de vendre à des médias trop heureux de cette aubaine la meilleure histoire (story et tale) afin de façonner au mieux l’Histoire humaine.

Dès lors, avec cette tendance au manichéisme et à la dramaturgie de conte de fées, nous passons de l’histoire dynamique et maîtrisable au mythe figé et irrémédiable.

Peut-être ne faut-il pas s’étonner que beaucoup succombent à diverses théories de conspiration tant les faits rapportés par les médias présentent eux-mêmes toutes les caractéristiques narratives de la fable et du mythe. Quand la vérité médiatique devient trop fabriquée, trop artificielle, on ne peut que chercher ailleurs ce que les médias n’apportent plus : une compréhension du monde.

- Lire le premier article de cette série : « Le réenchantement du monde par les médias ».

Mis en ligne sur Sisyphe, le 23 octobre 2009


Partagez cette page.
Share


Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer ce texte   Nous suivre sur Twitter   Nous suivre sur Facebook
   Commenter cet article plus bas.

Hassina Mechaï, journaliste

L’auteure a une formation en droit et en relations internationales. Elle habite Paris et écrit principalement sur l’actualité internationale, la politique nationale et les médias.



    Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

© SISYPHE 2002-2009
http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Retour à la page d'accueil |Admin