| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       






mardi 15 juillet 2008

Nouveau-Brunswick - Aux personnes qui pensent que les femmes ont atteint l’égalité

par Rosella Melanson






Écrits d'Élaine Audet



Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


La 42e Assemblée Générale annuelle de l’Association des femmes autochtones du Canada (AFAC) rassemble jeunes et aînées
Les luttes menées à l’échelle locale sont liées et s’inscrivent dans un contexte global
À la mémoire de Marie Trintignant
L’économie du don, la théorie et les pratiques - Appel de textes
20e anniversaire de la Marche des femmes contre la pauvreté "Du pain et des roses" : des retrouvailles émouvantes et stimulantes
La présence des femmes sur Internet
"Lockout au Journal de Montréal. Enjeux d’un conflit de travail", chez M éditeur
Les garderies commerciales : la réponse du XX1e siècle ?
Grande manifestation contre l’austérité, samedi le 29 novembre à Montréal et Québec
Services sexuels pour les handicapés : la pitié dangereuse
Vatican VS mafia - Qui lave les péchés du monde ?
Résister et construire des alternatives au modèle patriarcal, capitaliste, raciste, lesbophobe et colonial
Obama ou le "Dream" de Martin Luther King ?
La dictature du regard
De petits pas contre la faim - Où déposer vos dons
Le féminin à géométrie variable - Être nommée pour exister !
Shéhérazade, une filiation possible pour les femmes militantes ou artistes contemporaines
La médaille du Barreau de Montréal 2012 décernée à Me Christiane Pelchat, artisane d’un monde meilleur
La CHI - Un humour dégradant et complice de l’injustice sociale
Grève étudiante - Des féministes de l’Université Laval s’indignent de la violence policière
Grève étudiante – "Allô la police !"
Témoignage - Mon chemin vers le bonheur
Des survivantes de tortures et de mauvais traitements exhortent le Canada à aider à mettre fin aux violations des droits de la personne aux Philippines
Discrimination sexiste dans l’industrie de la construction : mémoire
Aides domestiques – Le Conseil du patronat du Québec prend encore une fois position contre l’égalité des femmes
Québec - Une menace plane sur l’autonomie des organismes communautaires
Les femmes demandent réparation
Offrez des livres des éditions Sisyphe pour Noël 2010 - Deux forfaits à prix modique
Abolition de la Commission de l’équité salariale : un recul inacceptable pour les femmes !
Les crimes haineux déclarés par la police au Canada
Les organismes communautaires dénoncent les conséquences des actions gouvernementales
Les femmes immigrées et "racisées" font les frais d’une fragmentation du mouvement communautaire et d’un manque de ressources
Le réenchantement du monde par les médias
Dramaturgie de contes de fées dans les relations internationales
Équité salariale - la moitié des entreprises ne suivent pas la loi
Le scandale du financement des écoles privées
L’utérus national
Québec - Il y a 25 ans, Denis Lortie tirait sur des employés de l’Assemblée nationale
Mouvement de libération des femmes : 1970-2010
Éliminer la pauvreté : il faut faire plus ... et mieux
La Grande Déclaration Jeunesse de Québec
Équité salariale - Radio-Canada à pas de tortue
Radio-Canada et les femmes journalistes - Avancez par en arrière, Mesdames
Quand le sexe prit le pouvoir
Pour le respect des droits et libertés des travailleuses et travailleurs (im)migrant-es au Québec et au Canada
Les nouvelles chaussures du ségrégationnisme
Aides familiales, travailleurs agricoles, et autres travailleurs (im)migrant-es à statut précaire : quels droits ? Quelles responsabilités gouvernementales ?
La pauvreté a des effets dévastateurs sur la santé des enfants
Arrière-pensées des discours sur la "victimisation"
Marchons le 7 septembre pour appuyer la Déclaration des Nations-Unies sur les droits des peuples
En Congrès, l’AFEAS réclame une loi pour protéger les droits collectifs acquis et l’égalité entre les sexes
Syndrome d’aliénation parentale ou SAP, une théorie contestée
Tuerie de Virginia Tech - La célébrité au bout du fusil
Dignes dingues dons
Luttes de classes et pauvreté plus tabous que le racisme. Entrevue avec Toni Morrison
Crime et pauvreté à l’ère du libéralisme
Sortir d’un gang criminel et reprendre goût à la vie
Printemps
Réaction du Comité des femmes des communautés culturelles de la FFQ sur les accommodements raisonnables
Rencontre laïque internationale le 10 février
Toutes les Montréalaises devraient disposer d’un logement de qualité, sécuritaire et abordable
Un goût de lendemain de veille
Lulu love Lili ou histoire d’L
Association étonnante d’une psychologue aux ateliers "Initiative vraie Beauté" de Dove
La Commission de l’équité salariale refuse la demande du gouvernement d’étaler le paiement
Devons-nous nuancer notre critique de l’islam ?
La menace de tuer Redeker, un test pour l’état de notre démocratie
Point de rupture
L’R des centres de femmes du Québec à la recherche d’une travailleuse polyvalente
J’ai rencontré le quinquagénie
Le calendrier girl power 2007 s’inscrit dans le phénomène de l’hypersexualisation de la société
Jeux olympiques 2006 - J’ai perdu mes eaux limpides !!!
Déménagement du casino : une hausse du crime est prévisible
Ressources pour les femmes
Le gouvernement Harper veut museler les groupes de femmes
Dérives des banlieues : les filles, premières victimes
Les Misérables du XXIe siècle
Attention à la boîte de pandore de l’eugénisme scientifique
La France et le Québec, deux définitions divergentes de la laïcité dans l’espace public
Tout le monde en parle, de la peste raciste
Le mouvement étudiant et le renouvellement du projet social québécois
La longue marche des femmes vers l’égalité dans les métiers non traditionnels
Libre : la loi du genre
La Loi sur les normes de travail interdisant le harcèlement psychologique est en vigueur au Québec
Un couvre-feu pour les jeunes afin de réduire le vandalisme ?
Femmes, migration et frontières
L’amour a-t-il changé ?
Pauvreté : bouc émissaire
La Cour supérieure du Québec rend un important jugement sur l’équité salariale
Le totalitarisme "politically correct". Mythe ou réalité ? - Le milieu universitaire et la droite
Le totalitarisme "politically correct". Mythe ou réalité ? - Culture occidentale et analyse féministe
La chasse au "politically correct"
S’unir pour être rebelles - Rassemblement de jeunes féministes
La féminisation linguistique : nommer notre présence au monde
Équité salariale et dérives masculinistes
La malbouffe n’est pas toujours un choix personnel
Appel pour un Québec d’abord solidaire !
Les derniers titres de Sisyphe en permanence sur votre site
Radio France Outre-Mer attise le feu
La Charte mondiale des femmes pour l’humanité
Pourquoi cette rage ?
Privatiser les services de santé, un pis-aller
Une justice à géométrie variable
Quand l’industrie de la charité imite les « grandes »







Aux personnes qui pensent que les femmes ont atteint l’égalité

La violence

  • 5 femmes meurent sous les coups d’un partenaire intime à chaque mois au Canada, et près d’une Canadienne sur 10 dit avoir été agressée par son conjoint au cours des 5 années précédentes.
  • 879 femmes ont rapporté à la police du N.-B. en 2004 qu’elles avaient été victimes d’une agression criminelle par un partenaire intime.
  • Depuis 1974, près de 90 femmes au N.-B., ainsi que quelques victimes apparentées (enfants, mère, ami), ont été tuées par le partenaire ou ancien partenaire de la femme.
  • On a rapporté à la police 499 incidents d’agressions sexuelles au N.-B. en 2006, ce qui donne un taux légèrement inférieur à la moyenne nationale (agressions contre les hommes, les femmes, les enfants et les adultes).
  • 38% des adultes condamnés pour agression sexuelle au N.-B. ont écopé d’une peine conditionnelle (16% au Canada), comparativement à 10% des personnes condamnés pour d’autres infractions contre la personne.
  • Les femmes représentent 84% des victimes et les hommes 91% des accusés dans les causes d’agression sexuelle au Canada.
  • Seulement 8% des Canadiens qui disent avoir été agressé sexuellement au courant de l’année précédente l’avaient rapporté à la police.

    Le travail

  • En moyenne, les femmes gagnent 13% de moins que les hommes, les emplois traditionnellement féminins où elles sont toujours nombreuses sont, sans exception, peu ou mal rémunérés, et les femmes sont presque absentes à certains niveaux de responsabilité et dans certains métiers et professions.
  • Les femmes diplômées d’une université du N.-B. en 1999 et travaillant à plein temps 5 ans plus tard (2004) gagnaient en moyenne 18% de moins que les hommes ayant gradués avec elles.
  • Les femmes diplômées d’un collège communautaire du N.-B. en 2006 et travaillant à plein temps 1 an plus tard gagnaient 20% de moins que les hommes ayant gradués avec elles.

    Les familles

  • 73% des Néo-brunswickoises dont le plus jeune enfant a moins de 6 ans occupent un emploi à temps plein ou à temps partiel (et 55% des mères seules avec enfant d’âge préscolaire, en 2006). Cependant peu d’entre elles (moins de 20%) peuvent trouver une place dans un service de garde agréé pour leur enfant.
  • Au moins 35% des travailleuses enceintes ne peuvent pas bénéficier du programme fédéral de prestations de maternité et de congé parental.
  • L’augmentation importante du nombre de familles ayant une mère sur le marché du travail n’a pas modifié de façon dramatique la division du travail non rémunéré à la maison. Les femmes font encore la plupart des travaux ménagers et ont tendance à se sentir plus stressées par le manque de temps que les hommes. Une enquête de 2005 sur l’emploi du temps révèle que les Néo-brunswickoises de 15 ans et plus consacrent en moyenne 4,2 h/jour au travail non rémunéré à la maison, versus 2,5 h/jr pour les Néo-brunswickois.
  • Seulement 52% des Canadiennes en couple ayant des enfants et travaillant de longues heures se disaient satisfaites de leur conciliation travail-vie en 2005, versus 71% de leurs homologues masculins.

    La société

    Les femmes comptent pour seulement :

  • 13% des membres de l’Assemblée législative du N.-B., le taux le plus bas depuis 1987 ;
  • 12% des maires et 26% des conseillers municipaux ; 19% des juges en poste nommés par la province ; et
  • 28% des membres des conseils et commissions nommés par le gouvernement, une légère diminution depuis 1996 (30%). Elles forment de 15 à 53% des régies régionales de la santé.

    Les politiques n’étant pas tenues d’intégrer une analyse selon le sexe, les services sont souvent inégaux :

  • l’aide juridique en matière civile est surtout absente,
  • les programmes offerts aux femmes toxicomanes ou en prison sont pauvres en comparaison aux services offerts aux hommes, et
  • des décisions sont prises et des programmes élaborés sans bénéfice de données selon le sexe et sans analyse des besoins spécifiques des femmes.
    ***

    Aux personnes qui pensent que le sort des femmes ne s’est pas amélioré

  • Alors que près de 30% des femmes au N.-B. étaient sur le marché du travail dans les années 1970, 60% le sont en 2007.
  • Alors qu’il y a 25 ans, presque la moitié des femmes seules âgées vivaient sous le seuil de la pauvreté au N.-B., moins de l’une d’entre elles sur dix sont dans cette situation en 2005. Alors qu’il y a 10 ans, environ six sur dix des mères seules vivaient sous le seuil de la pauvreté au N.-B., près de quatre sur dix sont dans cette situation aujourd’hui.
  • Le taux de grossesse chez les adolescentes, qui en 1974 était de 63,9 filles enceintes sur 1 000 femmes âgées de 15 à 19 ans, n’est plus que 24,2 filles enceintes sur 1 000 en 2004.
  • 1971 : la discrimination fondée sur le sexe est enfin interdite dans une loi provinciale (Code sur les droits de l’homme).
  • Jusqu’en 1967, au N.-B., une femme qui travaillait et qui se mariait perdait son emploi au gouvernement provincial et chez nombre d’autres employeurs : seules les femmes séparées, divorcées ou épouses d’un homme incapable de travailler pouvaient détenir un poste permanent.
  • Ce n’est que depuis 40 ans (1965) que le salaire minimum est le même pour les femmes et les hommes, au N.-B., un fait qui contribue encore aux échelles salariales des emplois traditionnellement féminins.
  • En 1982, des rires et des farces ont retenti à la Chambre des Communes lorsque le sujet des femmes battues - sujet assez nouveau pour cette institution et ce temps - y fut soulevé. Dans les années 1980, la police du N.-B. commence à traiter de la violence contre l’épouse comme les autres cas semblables de voies de fait.
  • Année faste, c’est aussi en 1980 que les femmes au N.-B. ont pour la première fois droit à la garde des enfants et que la pension alimentaire doit être payée même si la femme a commis l’adultère.
  • Il a fallu une loi provinciale en 1906 pour que les femmes puissent exercer la profession d’avocat, parce qu’on prétendait que les femmes, n’étant pas des personnes, ne pouvaient pas être admises. En 2007, 52% des étudiants en droit au N.-B. sont des femmes.
  • La première femme acceptée en formation pour la profession d’institutrice au N.-B. (en 1849) devait porter un voile, arriver 10 minutes avant le début des cours, s’asseoir à l’arrière, se retirer 5 minutes avant la fin des cours et ne parler à personne. Les femmes domineront bientôt la profession et en 1920, les enseignantes reçoivent enfin le même salaire que les enseignants au N.-B.
  • En 1981, une femme autochtone du N.-B., Sandra Lovelace, gagne sa requête aux Nations Unies et fait abolir la section de la Loi sur les Indiens de 1869, qui retirait le statut d’Indien à une femme autochtone qui épousait un homme non autochtone.
  • 1981 : la loi au N.-B. stipule que les biens matrimoniaux doivent être divisés à part égale en cas de séparation ou de décès, une révolution importante par rapport à ce qui se faisait auparavant. Cependant un tel partage n’est toujours pas garanti aux femmes autochtones vivant en réserve.
  • Ce n’est qu’en 1985 que le N.-B. abolit certains concepts sexistes qui prévalaient en droit familial, surtout le fait que le couple devenait un, l’homme : la femme mariée perdait en partie sa personnalité juridique et le droit de choisir son domicile. Le mari était protégé contre la perte des services de sa femme, et il pouvait poursuivre celui qui la séduisait, l’hébergeait illicitement ou avait une "conversation criminelle" avec elle (relations intimes).

    Rosella Melanson,
    Directrice générale, Conseil consultatif sur la condition de la femme au Nouveau-Brunswick
    Téléphone : 506-444-4101 ; 1 800 332-3087 ; télécopieur : 506-444-4318
    236, rue King
    Fredericton (N.-B.), E3B 1E2
    Courriel : rosella.melanson@gnb.ca
    Site.

    - Abonnez-vous à NouvELLES/NB Women’s News. À chaque semaine, un courriel de nouvelles d’intérêt pour les femmes du N.-B. et du reste du Canada. Envoyez "ABONNER" dans le sujet du message à acswcccf@gnb.ca.

    Mis en ligne sur Sisyphe, le 12 juillet 2008


  • Partagez cette page.
    Share


    Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer ce texte   Nous suivre sur Twitter   Nous suivre sur Facebook
       Commenter cet article plus bas.

    Rosella Melanson

    L’auteure est Directrice générale du Conseil consultatif sur la condition de la femme au Nouveau-Brunswick.



        Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

    © SISYPHE 2002-2008
    http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Retour à la page d'accueil |Admin