| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       






samedi 22 octobre 2005

Attention à la boîte de pandore de l’eugénisme scientifique

par Aziz S. Fall, politologue






Écrits d'Élaine Audet



Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


La 42e Assemblée Générale annuelle de l’Association des femmes autochtones du Canada (AFAC) rassemble jeunes et aînées
Les luttes menées à l’échelle locale sont liées et s’inscrivent dans un contexte global
À la mémoire de Marie Trintignant
L’économie du don, la théorie et les pratiques - Appel de textes
20e anniversaire de la Marche des femmes contre la pauvreté "Du pain et des roses" : des retrouvailles émouvantes et stimulantes
La présence des femmes sur Internet
"Lockout au Journal de Montréal. Enjeux d’un conflit de travail", chez M éditeur
Les garderies commerciales : la réponse du XX1e siècle ?
Grande manifestation contre l’austérité, samedi le 29 novembre à Montréal et Québec
Services sexuels pour les handicapés : la pitié dangereuse
Vatican VS mafia - Qui lave les péchés du monde ?
Résister et construire des alternatives au modèle patriarcal, capitaliste, raciste, lesbophobe et colonial
Obama ou le "Dream" de Martin Luther King ?
La dictature du regard
De petits pas contre la faim - Où déposer vos dons
Le féminin à géométrie variable - Être nommée pour exister !
Shéhérazade, une filiation possible pour les femmes militantes ou artistes contemporaines
La médaille du Barreau de Montréal 2012 décernée à Me Christiane Pelchat, artisane d’un monde meilleur
La CHI - Un humour dégradant et complice de l’injustice sociale
Grève étudiante - Des féministes de l’Université Laval s’indignent de la violence policière
Grève étudiante – "Allô la police !"
Témoignage - Mon chemin vers le bonheur
Des survivantes de tortures et de mauvais traitements exhortent le Canada à aider à mettre fin aux violations des droits de la personne aux Philippines
Discrimination sexiste dans l’industrie de la construction : mémoire
Aides domestiques – Le Conseil du patronat du Québec prend encore une fois position contre l’égalité des femmes
Québec - Une menace plane sur l’autonomie des organismes communautaires
Les femmes demandent réparation
Offrez des livres des éditions Sisyphe pour Noël 2010 - Deux forfaits à prix modique
Abolition de la Commission de l’équité salariale : un recul inacceptable pour les femmes !
Les crimes haineux déclarés par la police au Canada
Les organismes communautaires dénoncent les conséquences des actions gouvernementales
Les femmes immigrées et "racisées" font les frais d’une fragmentation du mouvement communautaire et d’un manque de ressources
Le réenchantement du monde par les médias
Dramaturgie de contes de fées dans les relations internationales
Équité salariale - la moitié des entreprises ne suivent pas la loi
Le scandale du financement des écoles privées
L’utérus national
Québec - Il y a 25 ans, Denis Lortie tirait sur des employés de l’Assemblée nationale
Mouvement de libération des femmes : 1970-2010
Éliminer la pauvreté : il faut faire plus ... et mieux
La Grande Déclaration Jeunesse de Québec
Nouveau-Brunswick - Aux personnes qui pensent que les femmes ont atteint l’égalité
Équité salariale - Radio-Canada à pas de tortue
Radio-Canada et les femmes journalistes - Avancez par en arrière, Mesdames
Quand le sexe prit le pouvoir
Pour le respect des droits et libertés des travailleuses et travailleurs (im)migrant-es au Québec et au Canada
Les nouvelles chaussures du ségrégationnisme
Aides familiales, travailleurs agricoles, et autres travailleurs (im)migrant-es à statut précaire : quels droits ? Quelles responsabilités gouvernementales ?
La pauvreté a des effets dévastateurs sur la santé des enfants
Arrière-pensées des discours sur la "victimisation"
Marchons le 7 septembre pour appuyer la Déclaration des Nations-Unies sur les droits des peuples
En Congrès, l’AFEAS réclame une loi pour protéger les droits collectifs acquis et l’égalité entre les sexes
Syndrome d’aliénation parentale ou SAP, une théorie contestée
Tuerie de Virginia Tech - La célébrité au bout du fusil
Dignes dingues dons
Luttes de classes et pauvreté plus tabous que le racisme. Entrevue avec Toni Morrison
Crime et pauvreté à l’ère du libéralisme
Sortir d’un gang criminel et reprendre goût à la vie
Printemps
Réaction du Comité des femmes des communautés culturelles de la FFQ sur les accommodements raisonnables
Rencontre laïque internationale le 10 février
Toutes les Montréalaises devraient disposer d’un logement de qualité, sécuritaire et abordable
Un goût de lendemain de veille
Lulu love Lili ou histoire d’L
Association étonnante d’une psychologue aux ateliers "Initiative vraie Beauté" de Dove
La Commission de l’équité salariale refuse la demande du gouvernement d’étaler le paiement
Devons-nous nuancer notre critique de l’islam ?
La menace de tuer Redeker, un test pour l’état de notre démocratie
Point de rupture
L’R des centres de femmes du Québec à la recherche d’une travailleuse polyvalente
J’ai rencontré le quinquagénie
Le calendrier girl power 2007 s’inscrit dans le phénomène de l’hypersexualisation de la société
Jeux olympiques 2006 - J’ai perdu mes eaux limpides !!!
Déménagement du casino : une hausse du crime est prévisible
Ressources pour les femmes
Le gouvernement Harper veut museler les groupes de femmes
Dérives des banlieues : les filles, premières victimes
Les Misérables du XXIe siècle
La France et le Québec, deux définitions divergentes de la laïcité dans l’espace public
Tout le monde en parle, de la peste raciste
Le mouvement étudiant et le renouvellement du projet social québécois
La longue marche des femmes vers l’égalité dans les métiers non traditionnels
Libre : la loi du genre
La Loi sur les normes de travail interdisant le harcèlement psychologique est en vigueur au Québec
Un couvre-feu pour les jeunes afin de réduire le vandalisme ?
Femmes, migration et frontières
L’amour a-t-il changé ?
Pauvreté : bouc émissaire
La Cour supérieure du Québec rend un important jugement sur l’équité salariale
Le totalitarisme "politically correct". Mythe ou réalité ? - Le milieu universitaire et la droite
Le totalitarisme "politically correct". Mythe ou réalité ? - Culture occidentale et analyse féministe
La chasse au "politically correct"
S’unir pour être rebelles - Rassemblement de jeunes féministes
La féminisation linguistique : nommer notre présence au monde
Équité salariale et dérives masculinistes
La malbouffe n’est pas toujours un choix personnel
Appel pour un Québec d’abord solidaire !
Les derniers titres de Sisyphe en permanence sur votre site
Radio France Outre-Mer attise le feu
La Charte mondiale des femmes pour l’humanité
Pourquoi cette rage ?
Privatiser les services de santé, un pis-aller
Une justice à géométrie variable
Quand l’industrie de la charité imite les « grandes »







Aziz S. Fall, un politologue d’origine sénégalaise vivant à Montréal, a vu ses propos censurés par Radio-Canada après avoir accordé une entrevue sur ce qu’il est convenu d’appeler "l’affaire Dr Mailloux". Le Dr Mailloux est ce psychiatre québécois qui a affirmé, à l’émission « Tout le monde en parle », à Radio-Canada, que les Autochtones et les Noirs ont une intelligence inférieure en raison de facteurs génétiques. Ces propos n’ont pas donné lieu à une interrogation critique des sources du Dr Mailloux, à l’émission même, par l’animateur ou d’autres personnes présentes. Depuis, TQS, la station de télévision où le Dr Mailloux commentait l’actualité, l’a congédié pour les propos racistes qu’il a tenus à Radio-Canada et qu’il a maintenus par la suite. L’animateur Guy A. Lepage et le réalisateur M. Clément, de l’émission Tout le mond en parle ont défendu cette émission en prétendant qu’elle avait lancé un débat sur le racisme.

Voici la lettre de M. Aziz S. Fall qu’on a pu lire ailleurs sur Internet dans les journaux alternatifs, mais dans aucun journal des grandes entreprises de presse.

« Oui, ils sont intellectuellement inférieurs, c’est prouvé », a déclaré le Doc Mailloux à propos des Noirs et des Amérindiens. « Les propos offensants, réducteurs et haineux doivent être discutés dix fois plutôt qu’une », dixit Clément et Lepage qui se disent fiers de la boîte de pandore ouverte par leur émission Tout le monde en parle sur le racisme latent au Québec.

A titre d’ancien activiste du réseau contre l’apartheid et enseignant universitaire, j’ai été sollicité par différentes associations noires et surtout trois équipes différentes de Radio-Canada pour réagir à ce qui défraye la chronique.

J’accepte, devant tant de bonne volonté affichée, de discuter avec elles de la controverse qui secoue le Québec sur l’eugénisme scientifique.

Je décline, parce qu’un tantinet voyeuse, l’offre d’une première équipe. Elle a l’intention de venir filmer mes enfants et moi, comme preuve de l’harmonie sociale entre Moirs et Blancs au Québec. Contacté ensuite par Monsieur Lespérance de l’équipe de Tout le monde en parle, je demande du temps pour exposer mon point de vue dans son émission.

J’apprends que Luc Mervil sera aussi invité. J’en suis enchanté, nous nous estimons, nos enfants ont grandi ensemble. J’insiste cependant pour que l’on discute surtout de la portée scientifique du débat et, on m’explique, après réunion de l’équipe, que dans ce cas le format de l’émission s’y prête peu.

Entre-temps, à 14 heures, je reçois le journaliste Sebastien Cloutier et sa camérawoman qui tournent un segment pour le Téléjournal (Radio-Canada) avec Alexandra Chaska et Dominique Poirier pour le magazine "Le Point". Je leur vulgarise mes arguments et l’équipe repart satisfaite.

Le soir, à l’heure dite, je m’installe devant la TV, appréhendant, comme à l’accoutumée, quel type de montage sera fait de mon entrevue. A mon désarroi, aucune allusion sur mon entrevue dans aucune des deux émissions. En lieu et place, deux réactions, somme toute interessantes, mais qui n’abordent pas le débat de fond. Je rappelle M. Cloutier qui se montre tout aussi surpris que moi. Voici donc en substance reformulée la teneur de mon entrevue qui reprend d’ailleurs des éléments de ma lettre précédemment envoyée à l’émission "Le Point" du 27 septembre. J’y soutenais que :

- L’origine monocentrique de l’humanité montre que l’homo sapiens anatomiquement moderne est noir et que, par sélection et adaptation, il va se diversifier en différents groupes humains à travers le monde. Cela est attesté autant par les fossiles que la biologie moléculaire (mitochondries de l’ADN et Haplotype 13 des Chromosomes).

- La race n’existe pas et les humains sont tous génotypiquement jumeaux. Seul leur phénotype, donc leur physiologie différente correspond à leur adaptation à l’environnement. Qu’il n’y a aucune hiérarchie possible là, malgré les [pour prouver le contraire] des Gobineau, de Coubertin, des nazis, du KKK, tenants de l’apartheid et autres suprémacistes eugénistes. L’eugénisme scientifique (inventé par Francis Galton le cousin de Darwin, auteur du livre L’intelligence héréditaire, précurseur des tests de quotient intellectuel) repose sur trois (3) croyances erronées : les gènes sont prépondérants ; les humains se distinguent les uns des autres dans leurs aptitudes par des disparités innées ; et les hiérarchies sociales de l’humanité découlent des 2 précédents postulats.

Des instituts et savants qui se sont évertués à nier l’origine africaine de l’humanité et l’unicité de la race humaine rivalisent toujours pour prouver ces faussetés. Seule l’espèce humaine existe et le terme race ne permet pas de la différencier. Au mieux caractérise-t-il seulement l’espèce tout entière. Alors qu’on achève de répertorier le génome humain, au niveau du génotype, les infinitésimales différences décelées, entre fréquences des allèles de certains marqueurs génétiques, ne permettent d’établir aucune forme de hiérarchie entre humains.

- Qu’une fois tous les groupes humains constitués, ils se sont autonomisés, c’est-à-dire qu’il n’y a plus d’autres groupes qui apparaissent en-dehors des métissages possibles et qu’aucune hiérarchie génétique ne peut être bâtie sur le cerveau, contrairement à ce que soutient l’eugénisme. L’évolution du cerveau continuerait néanmoins, selon certaines études, plus sérieuses que celles qui défrayent la chronique. Radio-Canada en faisait d’ailleurs état, citant l’équipe du Dr Bruce Lahn, de l’Université de Chicago. Elle observe deux gènes qui contrôlent la taille de l’organe chez l’humain. Comparant ces gènes chez l’humain moderne et chez un ancêtre de 37000 ans, elle déduit de nouvelles variations apparues il y a 5800 ans, et qui seraient maintenant présentes chez 30% des humains actuels. Ces variations tendraient à prouver que le cerveau s’adapte aux pressions sélectives dues aux comportements dits « culturels » chez l’humain.

« Les deux gènes seraient la variante microcéphale apparue lors de l’émergence de la musique, de l’art, des pratiques religieuses et des outils plus sophistiqués. L’autre, appelée variante ASPM, serait apparue au moment de l’émergence de l’agriculture et des villes, de même que des langues écrites. La question est maintenant de savoir, selon les chercheurs, si l’évolution génétique a causé l’évolution culturelle des humains ».

Ces intéressantes considérations, quoique parcellaires, ne permettent pourtant d’établir aucune hiérarchie entre humains, les variations se retrouvant dans tous les différents groupes humains sans exception dans l’échantillon dudit 30% des humains actuels.

- Que les mélanodermes, communément nommés Noirs, ont été les bâtisseurs des premières grandes civilisations humaines (Kmt, Égypte et Nubie) responsables principales, 2000 ans avant la Grèce, de la diffusion de la civilisation et du savoir.

- Que l’Histoire seule explique dans ses vicissitudes comment les civilisations perdurent, chancèlent, et comment les amnésies collectives suivent les apogées (c’est valable pour le Ghana, la Chine, la Grèce, Rome, l’Espagne et le Portugal qui furent toutes des grandes puissances).

- Que l’esclavage qui a décimé l’Afrique a emporté ses enfants les plus forts et compétents et que leur endogamie et les conditions politiques économiques et culturelles les confinent jusqu’à présent dans des professions ou des tâches (surtout les espace moins ségrégationnistes - art et sport) qui restreignent ou promeuvent ces aptitudes.

- Que la mondialisation néo-libérale et la division internationale du travail maintiennent l’essentiel des populations des pays de la périphérie en général et les pauvres des pays riches dans des situations socio-économiques défavorables pour leur développement et leur épanouissement.

- Que la mesure du quotient intellectuel pose deux équations insolvables. Qu’est-ce que l’intelligence ? Il n’y a aucune définition qui fasse consensus dans la communauté scientifique. L’intelligence est probablement multiple, compte tenu de la versatilité du cerveau. Qu’est-ce le quotient intellectuel et comment peut-il être déterminé universellement ? C’est une mesure non universelle, relative et aléatoire, basée sur un classement psychométrique articulé sur des axes logiques prédéfinis et mesurant un groupe cible par rapport à une norme prétendue. Ces agrégats statistiques, chiffrant l’aptitude à un mode de raisonnement, ne peuvent traduire tous les écueils socioculturels et psychologiques, et encore moins mesurer l’ouverture d’esprit, la créativité, ou les capacités intellectuelles.

Donc, on peut bâtir des grilles pouvant tendre à prouver l’infériorité d’un groupe. On pourrait ainsi illustrer que la promiscuité, l’endogamie et le travail du bûcheron distingueraient l’intelligence des habitants du Bas-du- Fleuve des autres québécois, ou autres inepties. En tous cas, pour en revenir à la fameuse étude controversée, à chaque fois où l’Amérique de la ségrégation explicite ou implicite leur a laissé une chance sociale, les Noirs ont prouvé leur égalité en étant des découvreurs et des scientifiques chevronnés, au même titre que tous les autres groupes humains.

- Que le racisme est un phénomène encore plus pervers lorsqu’une personnalité qui en a l’autorité vient exhiber des recherches (comme the Bell Curve..) qui, sous le prétexte de dire haut ce que nombre de gens racistes pensent, ramène en arrière l’humanité.

En 1977, l’UNESCO a décrété que la race n’existe pas, mais cela n’empêche nullement les cycliques résurgences du racisme scientifique. Ce débat de passion est pourtant un faux débat, mais il ne dispense pas du débat biopolitique et bioéthique sur l’eugénisme. L’émission "Tout le monde en parle" est une émission à vocation socioculturelle articulée sur la provocation et le sensationnalisme. Elle a invité un provocateur et obtenu ce qu’elle recherche. On ne peut lui en porter rigueur, c’est ce qui fait sa notoriété. C’est à elle-même d’assumer la boîte de pandore ouverte et de mener le débat serein qu’elle prétend permettre. Le médecin, quant à lui, est confronté à l’éthique bio-médicale s’il en a conscience. Peut-être que sa raison lui fera prendre conscience un jour, que son idéologie prétendûment scientifique est un mélange d’axiomes sur l’hérédité et de jugements de valeurs sans fondements.

Je m’interroge toutefois. Qui, à Radio-Canada, a pris la décision de ne pas faire entendre des points de vue comme le mien ? Ces propos n’ont-ils pas le mérite de relativiser les prétendues études scientifiques, calmer le jeu et ramener notre minimum d’harmonie sociale ? Le racisme explicite ou latent que je continuerai de combattre et que Radio-Canada dit combattre nous concerne tous. Il n’y a pas que les Amérindiens et les Noirs qui sont concernés, il y a les Juifs, les Arabes, les Chinois, et surtout tous les Québécois et Québécoises, (qui sortons à peine d’une longue nuit de complexes d’infériorité, comme nègre blanc et frog).

Voilà donc ce que je me suis évertué simplement à dire et qui, hélas, n’est pas passé. A défaut donc, je vous demande de le partager avec ceux qui vous sont chers.

Avec mes salutations reconnaissantes.

Aziz S. FALL
Politologue au GRILA

GRILA

Mis en ligne sur Sisyphe, le 14 octobre 2005.

Conférence d’Aziz S. Fall

Samedi 29 Octobre 2005, à 15h00 au local A-M050, Pavillon Hubert-Aquin de l’UQAM - 400 Ste-Cathérine Est. Métro Berri-UQAM. Entrée gratuite.


Partagez cette page.
Share


Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer ce texte   Nous suivre sur Twitter   Nous suivre sur Facebook
   Commenter cet article plus bas.

Aziz S. Fall, politologue

GRILA

L’auteur est politologue internationaliste d’origine sénégalaise et égyptienne. Il enseigne les relations internationales à l’université McGill et à l’UQAM. Il a été coordonnateur du réseau québécois contre l’apartheid. Il est membre fondateur du GRILA (groupe de recherche et d’initiative pour la libération de l’Afrique) pour lequel il coordonne depuis 7 ans, avec un collectif de 21 avocat-e-s ainsi que des personnalités et des organismes, la première campagne africaine contre l’impunité – « l’affaire Thomas Sankara ». L’affaire est pendante depuis 3 ans au comité des droits de l’Homme des Nations Unies. Co-Fondateur du mouvement des assises de la gauche (MAG) au Sénégal. Président de la fondation Aubin, Centre de recherche progressiste Ryerson. Auteur de plusieurs écrits spécialisés, dont la critique annotée des 200 points du NEPAD, il est une personne ressource régulièrement consultée par les médias, les cercles politiques et civiles et autres forces progressistes des formations sociales périphériques et du Centre.



Plan-Liens Forum

  • > Attention à la boîte de pandore de l’eugénisme scientifique
    (1/2) 17 mars 2008 , par

  • > Attention à la boîte de pandore de l’eugénisme scientifique
    (2/2) 30 mars 2007 , par





  • > Attention à la boîte de pandore de l’eugénisme scientifique
    17 mars 2008 , par   [retour au début des forums]
    Le Racisme « scientifique »

    Nouveau dossier sur le racisme scientifique et réfutation de la notion de "races humaines".

    Le Racisme « scientifique »

    Exposé thématique critique, historique et biologique, du racialisme
    Démontrer que les études racialistes (a) sont scientifiquement biaisées ; démontrer que le concept de races (b) ne s’applique pas à notre espèce, ne sont sans doute pas les meilleurs ni les plus faciles arguments contre les racismes. Nous avons pourtant fait le choix de nous attaquer objectivement à ces points relativement difficiles à faire intégrer, plutôt qu’en raisonnements éthiques et "moralineux" contre les racismes. La raison en est simple : il n’existe pas de bon argument contre les racismes pluriels. On ne lutte pas arguments objectivés à l’appui contre un sentiment souvent profondément engrammé et nourri de stupidité, de ressentiment, de haine, de préjugés et d’ignorance. Les idéologies et convictions racistes entraînent toujours discriminations, injustices, et ont abouti en crimes les plus graves, en génocides. Il faut par conséquent se défendre avec fermeté, notamment en légiférant, contre les actes racistes, l’incitation à la haine raciale, et contre toute forme de discrimination. Pour nous, il est clair que la lutte contre les racismes est des plus légitimes : c’est protéger l’autre et soi-même contre l’autre et soi-même, nous protéger contre nous-mêmes.
    Si les racismes peuvent sans doute s’expliquer, jamais ils ne peuvent être justifiés ni argumentés : ils ne sont pas plus rationnels que ne le sont les aspirations et idéaux de justice sociale, d’égalité, d’équité, de solidarité, de liberté. Tous sont modulés par le vécu et l’effort ; mais ce sont avant tout des choix personnels que l’on fait durant sa vie. On se limitera, dans cette page ni philosophique ni éthique, à l’incursion d’une certaine forme de racisme dans les sciences ; car après avoir utilisé durant des décennies les arguments tirés de la Bible - en un temps où elle dominait les esprits -, les raci(ali)stes tentent depuis le XIXe siècle de se parer des vêtements de "la Science" pour continuer à faire vivre leur nauséabonde idéologie. Attitude et idéologie que les principes égalitaires ont voulu envoyer aux oubliettes de l’Histoire ; mais le racisme, lui, ne nous oublie pas... Nous allons démontrer que l’habit ne fait pas le moine, surtout lorsque ce sont de vieux tissus rapiécés et usés jusqu’à la corde : le concept de races humaines, de Quotient Intellectuel, de corrélation, etc. seront épluchés et déshabillés pour en observer la matière bien nue...

    Lire l’article ici :

    http://www.rationalisme.org/french/sciences_racisme_scientifique.htm

    Salutations

    > Attention à la boîte de pandore de l’eugénisme scientifique
    30 mars 2007 , par   [retour au début des forums]

    si la boite de pandore est une mythologie grecque, savez-vous réellement d’oû vienne cette science. Oui je parle d’une science pour les ignorants de l’histoire des croisades humaines. Pour une fois n’usont pas les mots et la passion, a force de vouloir absolument être et paraître premier de la terre, ne voyez vous pas que l’intelligence est universelle, ceux qui veulent vraiment connaitre la vérité n’ont qu’à utiliser la raison (discour du pape bénoit 16) nous ne sommes pas les animaux, noirs blancs chinois indiens ou autre. Le langage humain caractérise l’humain comme une lumière divine, maintenant si être étranger dans un pays, si être pauvre vous donne une intelligence débile de croire l’autre parce qu’il est chez toi est inférieurement intélligent, un simple rappel à tous ceux qui se disent plus grands plus forts, plus ceci ou cela jésus l’a été tout sauf un vantar, être supérieur c’est commencer à reconnaitre que je crois tout savoir mais finalement je ne sais rien bien qu’on soit docteur de formation


        Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

    © SISYPHE 2002-2005
    http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Retour à la page d'accueil |Admin