| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       






mardi 1er novembre 2005

Les Misérables du XXIe siècle

par Lucie Poirier






Écrits d'Élaine Audet



Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


La 42e Assemblée Générale annuelle de l’Association des femmes autochtones du Canada (AFAC) rassemble jeunes et aînées
Les luttes menées à l’échelle locale sont liées et s’inscrivent dans un contexte global
À la mémoire de Marie Trintignant
L’économie du don, la théorie et les pratiques - Appel de textes
20e anniversaire de la Marche des femmes contre la pauvreté "Du pain et des roses" : des retrouvailles émouvantes et stimulantes
La présence des femmes sur Internet
"Lockout au Journal de Montréal. Enjeux d’un conflit de travail", chez M éditeur
Les garderies commerciales : la réponse du XX1e siècle ?
Grande manifestation contre l’austérité, samedi le 29 novembre à Montréal et Québec
Services sexuels pour les handicapés : la pitié dangereuse
Vatican VS mafia - Qui lave les péchés du monde ?
Résister et construire des alternatives au modèle patriarcal, capitaliste, raciste, lesbophobe et colonial
Obama ou le "Dream" de Martin Luther King ?
La dictature du regard
De petits pas contre la faim - Où déposer vos dons
Le féminin à géométrie variable - Être nommée pour exister !
Shéhérazade, une filiation possible pour les femmes militantes ou artistes contemporaines
La médaille du Barreau de Montréal 2012 décernée à Me Christiane Pelchat, artisane d’un monde meilleur
La CHI - Un humour dégradant et complice de l’injustice sociale
Grève étudiante - Des féministes de l’Université Laval s’indignent de la violence policière
Grève étudiante – "Allô la police !"
Témoignage - Mon chemin vers le bonheur
Des survivantes de tortures et de mauvais traitements exhortent le Canada à aider à mettre fin aux violations des droits de la personne aux Philippines
Discrimination sexiste dans l’industrie de la construction : mémoire
Aides domestiques – Le Conseil du patronat du Québec prend encore une fois position contre l’égalité des femmes
Québec - Une menace plane sur l’autonomie des organismes communautaires
Les femmes demandent réparation
Offrez des livres des éditions Sisyphe pour Noël 2010 - Deux forfaits à prix modique
Abolition de la Commission de l’équité salariale : un recul inacceptable pour les femmes !
Les crimes haineux déclarés par la police au Canada
Les organismes communautaires dénoncent les conséquences des actions gouvernementales
Les femmes immigrées et "racisées" font les frais d’une fragmentation du mouvement communautaire et d’un manque de ressources
Le réenchantement du monde par les médias
Dramaturgie de contes de fées dans les relations internationales
Équité salariale - la moitié des entreprises ne suivent pas la loi
Le scandale du financement des écoles privées
L’utérus national
Québec - Il y a 25 ans, Denis Lortie tirait sur des employés de l’Assemblée nationale
Mouvement de libération des femmes : 1970-2010
Éliminer la pauvreté : il faut faire plus ... et mieux
La Grande Déclaration Jeunesse de Québec
Nouveau-Brunswick - Aux personnes qui pensent que les femmes ont atteint l’égalité
Équité salariale - Radio-Canada à pas de tortue
Radio-Canada et les femmes journalistes - Avancez par en arrière, Mesdames
Quand le sexe prit le pouvoir
Pour le respect des droits et libertés des travailleuses et travailleurs (im)migrant-es au Québec et au Canada
Les nouvelles chaussures du ségrégationnisme
Aides familiales, travailleurs agricoles, et autres travailleurs (im)migrant-es à statut précaire : quels droits ? Quelles responsabilités gouvernementales ?
La pauvreté a des effets dévastateurs sur la santé des enfants
Arrière-pensées des discours sur la "victimisation"
Marchons le 7 septembre pour appuyer la Déclaration des Nations-Unies sur les droits des peuples
En Congrès, l’AFEAS réclame une loi pour protéger les droits collectifs acquis et l’égalité entre les sexes
Syndrome d’aliénation parentale ou SAP, une théorie contestée
Tuerie de Virginia Tech - La célébrité au bout du fusil
Dignes dingues dons
Luttes de classes et pauvreté plus tabous que le racisme. Entrevue avec Toni Morrison
Crime et pauvreté à l’ère du libéralisme
Sortir d’un gang criminel et reprendre goût à la vie
Printemps
Réaction du Comité des femmes des communautés culturelles de la FFQ sur les accommodements raisonnables
Rencontre laïque internationale le 10 février
Toutes les Montréalaises devraient disposer d’un logement de qualité, sécuritaire et abordable
Un goût de lendemain de veille
Lulu love Lili ou histoire d’L
Association étonnante d’une psychologue aux ateliers "Initiative vraie Beauté" de Dove
La Commission de l’équité salariale refuse la demande du gouvernement d’étaler le paiement
Devons-nous nuancer notre critique de l’islam ?
La menace de tuer Redeker, un test pour l’état de notre démocratie
Point de rupture
L’R des centres de femmes du Québec à la recherche d’une travailleuse polyvalente
J’ai rencontré le quinquagénie
Le calendrier girl power 2007 s’inscrit dans le phénomène de l’hypersexualisation de la société
Jeux olympiques 2006 - J’ai perdu mes eaux limpides !!!
Déménagement du casino : une hausse du crime est prévisible
Ressources pour les femmes
Le gouvernement Harper veut museler les groupes de femmes
Dérives des banlieues : les filles, premières victimes
Attention à la boîte de pandore de l’eugénisme scientifique
La France et le Québec, deux définitions divergentes de la laïcité dans l’espace public
Tout le monde en parle, de la peste raciste
Le mouvement étudiant et le renouvellement du projet social québécois
La longue marche des femmes vers l’égalité dans les métiers non traditionnels
Libre : la loi du genre
La Loi sur les normes de travail interdisant le harcèlement psychologique est en vigueur au Québec
Un couvre-feu pour les jeunes afin de réduire le vandalisme ?
Femmes, migration et frontières
L’amour a-t-il changé ?
Pauvreté : bouc émissaire
La Cour supérieure du Québec rend un important jugement sur l’équité salariale
Le totalitarisme "politically correct". Mythe ou réalité ? - Le milieu universitaire et la droite
Le totalitarisme "politically correct". Mythe ou réalité ? - Culture occidentale et analyse féministe
La chasse au "politically correct"
S’unir pour être rebelles - Rassemblement de jeunes féministes
La féminisation linguistique : nommer notre présence au monde
Équité salariale et dérives masculinistes
La malbouffe n’est pas toujours un choix personnel
Appel pour un Québec d’abord solidaire !
Les derniers titres de Sisyphe en permanence sur votre site
Radio France Outre-Mer attise le feu
La Charte mondiale des femmes pour l’humanité
Pourquoi cette rage ?
Privatiser les services de santé, un pis-aller
Une justice à géométrie variable
Quand l’industrie de la charité imite les « grandes »







En 1862, l’écrivain Victor Hugo signait une œuvre dense et manifeste, Les Misérables, dans laquelle il mettait en évidence le clivage entre les puissants et les démunis en focussant sur l’accablement des victimes d’injustices. Tout comme le peintre Millet, ses personnages appartenaient à la lie du peuple, les travailleurs, les affligés, ceux de la base, ceux qui font vivre l’élite riche au sommet. Le temps passe mais les disparités persistent et notre ère qui s’ouvre sur des progrès techniques fulgurants échoue déjà dans l’amélioration des conditions de vie de celles et ceux qu’on peut appeler les Misérables du XXIe siècle.

Chaque jour à travers le monde, plus de 50,000 personnes meurent à cause de leur pauvreté. La majorité sont des femmes. Ces statistiques internationales nous concernent et nous rejoignent toujours plus.

Au Québec, 80% des gens gagnent moins de 30,000$ par an alors qu’un revenu annuel de 20,101$ représente le seuil de la pauvreté ; donc, beaucoup de gens sont pauvres et plusieurs même vivent sous le seuil de la pauvreté, qu’ils soient travailleurs ou assistés sociaux. Travailler ne garantit pas la sécurité financière, n’empêche pas d’être pauvre.

Toujours au Québec, 7,000 emplois sont disponibles pour 160,000 chercheurs d’emplois. Le gouvernement a diminué de 86$ millions le budget de l’aide sociale.

Pourtant, il finance allègrement festivals et émissions de télé. Ainsi, avec nos taxes et nos impôts, la série Les Bougons a été produite et diffusée par la société d’état confirmant, et même, augmentant les préjugés à l’égard des pauvres et des assistés sociaux présentés comme des fraudeurs, des malhonnêtes, des paresseux.

Cette décision d’influer sur la mentalité sociale par le financement d’un véhicule discriminatoire est contradictoire avec la déclaration de la ministre Michelle Courchesne (ministère de l’Emploi et de la Solidarité sociale) au moment de l’adoption du péjoratif projet de loi 57, alors qu’elle prétendait agir (!?) « pour lutter contre la pauvreté et l’exclusion sociale ».

Alors que l’on accuse les pauvres d’être des ignorants, des dilapidateurs qui gèrent mal leur budget, la production agricole mondiale pourrait nourrir 12 milliards d’humains pendant que plus d’un milliard de personnes souffrent de la faim, dont 170 millions d’enfants. Qui gère mal le budget ? Qui s’aplatit devant la puissance des banques, des compagnies pharmaceutiques, des pétrolières, des industries militaires ? Qui entretient des préjugées systémiques et des mesures répressives ?

(Suggestion de réponse : les gouvernements)

La misère des indigents, ailleurs dans le monde, et le désarroi des Québécois et des Québécoises se ressemblent de plus en plus pour aboutir à la quête et à l’errance.

Celles et ceux qui demandent l’accès à la justice, à l’alimentation, à la culture, au logement, à un revenu qui empêcherait l’inquiétude constante, la honte et la solitude liées à la pauvreté sont méprisé-es. Constamment, ils se démènent pour obtenir la précarité : habiter un logement insalubre est déjà un luxe comparativement à l’itinérance, manger des aliments donnés ou périmés est déjà un luxe comparativement à l’inanition.

La mère québécoise qui verrouille le frigo avec un cadenas pour que, la nuit, sa famille ne gruge pas les réserves du mois et l’enfant népalais affamé et enchaîné à son métier à tisser des tapis se ressemblent, ils vivent la même maudite misère, celle de la privation des biens essentiels.

Le gouvernement ne coupera plus les chèques d’aide sociale, il va les minimiser, les rendre conditionnels. Au lieu de pénalités, il y aura des critères. Longtemps, au Québec, les travailleurs francophones et bilingues employés par des anglophones unilingues étaient appelés « cheap labor ». Désormais, les pauvres, les sans-emplois, les assistés sociaux contraints par les programmes gouvernementaux de réinsertion sociale, de solidarité, d’alternative, etc., qui ne fonctionnent qu’avec 12% de résultats positifs (qui gère mal ?) et qu’on oblige à des tâches non rémunérées, parfois dangereuses, ou à tout le moins pénibles et humiliantes, peuvent être appelés « free labor ». La dignité aussi est maintenant un luxe.

Travailler sans être payés, sous la menace, c’est de l’esclavage. On n’ose pas le dire, bien sûr, un fait énorme doit pourtant être exprimé par un mot énorme. Pour la productivité et la rentabilité des corporations qui font vivre les riches, il faut des vieux, des malades, des pauvres et des « free labor », des esclaves, des miséreux ; la pauvreté est institutionnalisée, même au Québec, la misère augmente. Les droits au logement, à l’alimentation, à l’éducation, à la santé, à la liberté, aux besoins de base, sont de plus en plus en péril et ces réalités ne font ni la première page ni les cotes d’écoute.

Nous ne sommes pas à l’abri. Savez-vous qu’au Canada il y a eu plus d’esclaves par habitants qu’aux Etats-Unis ? (Cf. Trudel Le dictionnaire des esclaves). L’esclavage n’est pas une situation qui nous est étrangère, il fait partie de notre passé caché parce qu’il n’y a pas de quoi en être fier. Et il n’est pas exagéré ou alarmiste d’en parler maintenant et de le craindre pour l’avenir. Comme le déclarait le cinéaste Pierre Falardeau : « Les Québécois, on n’est pas habitués à dire des choses graves ». Que ce soit pour de la drogue, de l’alcool, ou un chèque, on peut facilement devenir soumis, dépendant et inquiet. Et c’est ça être esclave.

Certes les incohérences gouvernementales et les mensonges ministériels sont fréquents, ils ne doivent pas pour autant devenir banals ; ils doivent nourrir la protestation et la réclamation. Nous inciter à nous exprimer.

La plainte d’une seule personne équivaut au silence de 600 autres. Faire entendre une objection n’est pas vain. Écrire une revendication n’est pas inutile. Dans l’Histoire de l’humanité, l’homme de Neandertal était le plus robuste, le plus guerrier, et il pratiquait l’infanticide, pourtant, il a disparu au profit de l’homo-sapiens-sapiens qui avait plus de moyens de communications.

« Parler c’est vivre », a écrit Claude Halmos. Dans la misère, nous sommes accablés mais pas complètement démunis, il nous reste toujours les mots pour contredire ceux qui nous dédaignent, qui nous ignorent, pour faire savoir notre vécu et nos besoins. Pour répéter encore et encore de façon à conscientiser et à sensibiliser. Au contraire de Platon convaincu que le pouvoir ne peut appartenir au peuple car ce dernier est à la base, Socrate croyait qu’il doit revenir au peuple. Nous avons le pouvoir de notre parole à chaque fois que nous téléphonons à un ministre pour nous plaindre (ça se fait sans en être foudroyé-e), à chaque fois que nous signons une pétition, que nous allons en porter une, seul-e ou en « gang », à chaque fois que nous participons à une manifestation, à chaque fois que nous écrivons une lettre ouverte à un journal ou au site internet d’un poste de télé.

Parlez, téléphonez, écrivez, faites valoir vos droits (ils sont de plus en plus en voie de disparition), dites que vous voulez que l’on substitue à l’argument financier des idéaux humanistes, votre affirmation est votre première victoire. Et, puis, qui sait ce qui reste des traces que l’on laisse ?

* * *

Voici d’abord les coordonnées de la ministre rémunérée à même les fonds publics et qui ne propose rien pour aider véritablement les gens qui en ont besoin ; elle est à notre service, donc on peut lui faire savoir qu’elle ne remplit pas sa tâche.

Michelle Courchesne
Ministère de l’Emploi et de la Solidarité sociale
425, rue St-Amable, 4e étage
Québec (Québec), G1R 4Z1
Téléphone : 418-643-4810
Télécopieur : 418-643-2802
Courriel
Bureau de comté
538, rue Principale
Sainte-Dorothée
Laval (Québec), H7X 1C8
450-689-5516
Télécopieur : 450-689-7842

On pourra consulter les livres et les sites suivants :

Trudel, Marcel, L’esclavage au Canada Français, histoire et conditions de l’esclavage, Québec, PUL, 1960

Ce site est celui de Craig Kielburger qui, à 12 ans, a créé une organisation pour aider les enfants du monde, travailleurs ou prostitués : « the notion that children and young people themselves can be leaders of today in creating a more just, equitable and sustainable world. » Si les enfants agissent, les adultes aussi ont leur part à faire : http://www.freethechildren.org

Sur ce site on peut lire des informations sur l’exploitation des enfants-travailleurs :
voir ici.

On peut aussi lire l’ouvrage : Libérez les enfants ! Craig Kielburger avec la collaboration de Kevin Major ; traduit de l’anglais par Nicole Daignault, Montréal : Éditions Écosociété, 1999.

Mis en ligne sur Sisyphe, le 25 octobre 2005.


Partagez cette page.
Share


Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer ce texte   Nous suivre sur Twitter   Nous suivre sur Facebook
   Commenter cet article plus bas.

Lucie Poirier

Directrice-fondatrice des éditions Les Mots Bancs, spécialisées dans le livre-objet d’art à tirage limité, elle a publié, entre autres, son théâtre poétique Les Amoureux de l’Autre Monde. En 1992, elle a eu le Prix de la plus belle lettre d’amour avec Lettre à Benjamin. Maître ès arts, Lucie Poirier exprime ses convictions humanistes et pacifistes, ses idéaux érotiques et féministes, à travers ses œuvres poétiques et ses articles socio-politiques.



    Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

© SISYPHE 2002-2005
http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Retour à la page d'accueil |Admin