| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       






jeudi 13 mars 2014

Vatican VS mafia - Qui lave les péchés du monde ?

par Sylvie Bergeron, auteure, éditrice, coach, conférencière






Écrits d'Élaine Audet



Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


Les luttes menées à l’échelle locale sont liées et s’inscrivent dans un contexte global
À la mémoire de Marie Trintignant
L’économie du don, la théorie et les pratiques - Appel de textes
20e anniversaire de la Marche des femmes contre la pauvreté "Du pain et des roses" : des retrouvailles émouvantes et stimulantes
La présence des femmes sur Internet
"Lockout au Journal de Montréal. Enjeux d’un conflit de travail", chez M éditeur
Les garderies commerciales : la réponse du XX1e siècle ?
Grande manifestation contre l’austérité, samedi le 29 novembre à Montréal et Québec
Services sexuels pour les handicapés : la pitié dangereuse
Résister et construire des alternatives au modèle patriarcal, capitaliste, raciste, lesbophobe et colonial
Obama ou le "Dream" de Martin Luther King ?
La dictature du regard
De petits pas contre la faim - Où déposer vos dons
Le féminin à géométrie variable - Être nommée pour exister !
Shéhérazade, une filiation possible pour les femmes militantes ou artistes contemporaines
La médaille du Barreau de Montréal 2012 décernée à Me Christiane Pelchat, artisane d’un monde meilleur
La CHI - Un humour dégradant et complice de l’injustice sociale
Grève étudiante - Des féministes de l’Université Laval s’indignent de la violence policière
Grève étudiante – "Allô la police !"
Témoignage - Mon chemin vers le bonheur
Des survivantes de tortures et de mauvais traitements exhortent le Canada à aider à mettre fin aux violations des droits de la personne aux Philippines
Discrimination sexiste dans l’industrie de la construction : mémoire
Aides domestiques – Le Conseil du patronat du Québec prend encore une fois position contre l’égalité des femmes
Québec - Une menace plane sur l’autonomie des organismes communautaires
Les femmes demandent réparation
Offrez des livres des éditions Sisyphe pour Noël 2010 - Deux forfaits à prix modique
Abolition de la Commission de l’équité salariale : un recul inacceptable pour les femmes !
Les crimes haineux déclarés par la police au Canada
Les organismes communautaires dénoncent les conséquences des actions gouvernementales
Les femmes immigrées et "racisées" font les frais d’une fragmentation du mouvement communautaire et d’un manque de ressources
Le réenchantement du monde par les médias
Dramaturgie de contes de fées dans les relations internationales
Équité salariale - la moitié des entreprises ne suivent pas la loi
Le scandale du financement des écoles privées
L’utérus national
Québec - Il y a 25 ans, Denis Lortie tirait sur des employés de l’Assemblée nationale
Mouvement de libération des femmes : 1970-2010
Éliminer la pauvreté : il faut faire plus ... et mieux
La Grande Déclaration Jeunesse de Québec
Nouveau-Brunswick - Aux personnes qui pensent que les femmes ont atteint l’égalité
Équité salariale - Radio-Canada à pas de tortue
Radio-Canada et les femmes journalistes - Avancez par en arrière, Mesdames
Quand le sexe prit le pouvoir
Pour le respect des droits et libertés des travailleuses et travailleurs (im)migrant-es au Québec et au Canada
Les nouvelles chaussures du ségrégationnisme
Aides familiales, travailleurs agricoles, et autres travailleurs (im)migrant-es à statut précaire : quels droits ? Quelles responsabilités gouvernementales ?
La pauvreté a des effets dévastateurs sur la santé des enfants
Arrière-pensées des discours sur la "victimisation"
Marchons le 7 septembre pour appuyer la Déclaration des Nations-Unies sur les droits des peuples
En Congrès, l’AFEAS réclame une loi pour protéger les droits collectifs acquis et l’égalité entre les sexes
Syndrome d’aliénation parentale ou SAP, une théorie contestée
Tuerie de Virginia Tech - La célébrité au bout du fusil
Dignes dingues dons
Luttes de classes et pauvreté plus tabous que le racisme. Entrevue avec Toni Morrison
Crime et pauvreté à l’ère du libéralisme
Sortir d’un gang criminel et reprendre goût à la vie
Printemps
Réaction du Comité des femmes des communautés culturelles de la FFQ sur les accommodements raisonnables
Rencontre laïque internationale le 10 février
Toutes les Montréalaises devraient disposer d’un logement de qualité, sécuritaire et abordable
Un goût de lendemain de veille
Lulu love Lili ou histoire d’L
Association étonnante d’une psychologue aux ateliers "Initiative vraie Beauté" de Dove
La Commission de l’équité salariale refuse la demande du gouvernement d’étaler le paiement
Devons-nous nuancer notre critique de l’islam ?
La menace de tuer Redeker, un test pour l’état de notre démocratie
Point de rupture
L’R des centres de femmes du Québec à la recherche d’une travailleuse polyvalente
J’ai rencontré le quinquagénie
Le calendrier girl power 2007 s’inscrit dans le phénomène de l’hypersexualisation de la société
Jeux olympiques 2006 - J’ai perdu mes eaux limpides !!!
Déménagement du casino : une hausse du crime est prévisible
Ressources pour les femmes
Le gouvernement Harper veut museler les groupes de femmes
Dérives des banlieues : les filles, premières victimes
Les Misérables du XXIe siècle
Attention à la boîte de pandore de l’eugénisme scientifique
La France et le Québec, deux définitions divergentes de la laïcité dans l’espace public
Tout le monde en parle, de la peste raciste
Le mouvement étudiant et le renouvellement du projet social québécois
La longue marche des femmes vers l’égalité dans les métiers non traditionnels
Libre : la loi du genre
La Loi sur les normes de travail interdisant le harcèlement psychologique est en vigueur au Québec
Un couvre-feu pour les jeunes afin de réduire le vandalisme ?
Femmes, migration et frontières
L’amour a-t-il changé ?
Pauvreté : bouc émissaire
La Cour supérieure du Québec rend un important jugement sur l’équité salariale
Le totalitarisme "politically correct". Mythe ou réalité ? - Le milieu universitaire et la droite
Le totalitarisme "politically correct". Mythe ou réalité ? - Culture occidentale et analyse féministe
La chasse au "politically correct"
S’unir pour être rebelles - Rassemblement de jeunes féministes
La féminisation linguistique : nommer notre présence au monde
Équité salariale et dérives masculinistes
La malbouffe n’est pas toujours un choix personnel
Appel pour un Québec d’abord solidaire !
Les derniers titres de Sisyphe en permanence sur votre site
Radio France Outre-Mer attise le feu
La Charte mondiale des femmes pour l’humanité
Pourquoi cette rage ?
Privatiser les services de santé, un pis-aller
Une justice à géométrie variable
Quand l’industrie de la charité imite les « grandes »







Le pape François 1er détonne et étonne. Il exhorte la mafia à une conversion de sa « mauvaise foi ». Pourtant, à leurs propres yeux « Les ’ndranghestiti sont pieux », relate cet article du Figaro, « Quand le pape défie la mafia » (1). Irritée, la mafia se sent injustement traitée car, lorsqu’elle tue, cela est juste et bon : personne n’a le droit de violer les règles de la ’Ndrangheta.

En s’attaquant à sa foi, François 1er veut diminuer le prestige de la mafia calabraise fondé sur l’image dévote des familles criminelles. Soigner cette image pieuse dans les villages est de prime importance pour maintenir son pouvoir sur les clans. Rien n’est plus percutant que de s’offrir une virginité instantanée, en pèlerinage à la vue de tous vers la Madone de la Montagne. Des milliers de personnes présentes peuvent alors témoigner de la ferveur religieuse des familles mafieuses qui se font un point d’honneur de porter le saint patron sur leurs épaules.

Cette mise en scène du parfait paroissien repose sur l’expression de l’idolâtrie et peut prendre vie seulement parce que la cérémonie-spectacle a été grassement payée par les principaux intéressés ; l’Église se le fait d’ailleurs reprocher. Ainsi la ’Ndrangheta chérit sa réputation pour garder le haut du pavé sur la bourgade. Être respecté par le village est au cœur du contrôle social qu’exerce la mafia dans ses affiliations : lorsque nous sommes du même sang, nous sommes redevables. C’est ainsi que de nombreuses familles à travers le monde, sans être criminelles, rendent service à la mafia sur le terrain parce qu’elles sont liées par le sang et que ce sang peut s’expurger : la Madonna lavera tous les crimes et les complices de ces crimes.

Lorsque François 1er invite la mafia à assainir ses mœurs devant Dieu, il écorche durement sa domination en expédiant ni plus ni moins son prestige hors des murs de l’Église. Cette humiliation portée aux familles mafieuses, elles ne la digèrent pas.

Le souverain pontife risque-t-il sa vie lorsqu’il décide de s’attaquer ainsi à l’intégrité des croyants ’ndranghetiti ? Dans le très détaillé livre Gomorra (2) de l’écrivain et journaliste Roberto Saviano, il décrit les parrains les plus charismatiques comme des martyrs qui voient leurs actions à l’image d’un chemin de croix. Ce statut, à l’instar des kamikazes, leur octroie la récompense d’implorer la Madonna afin qu’elle protège leur cavale. La Vierge pure les lavera quoi qu’ils fassent.

Saviano relate l’histoire d’un courageux prêtre de village qui a lui aussi tenté de purifier le cœur des mafieux. Pour Don Pépino, « la Camorra » est une famille organisée à des fins criminelles qui punit la trahison et la conversion à l’honnêteté. La Camorra prend tous les moyens pour consolider l’idée de cette « famille » en instrumentalisant les sacrements de l’Église. Don Pépino a voulu signifier aux gens du village la démarcation entre la réelle communion et le rôle du parrain. Il a cherché à distinguer nettement les pactes et alliances des clans, des symboles religieux. Personne n’avait jamais osé refuser le baptême ou le mariage d’une fille appartenant à une famille mafieuse. Malheureusement, il fut impossible pour ces parrains d’admettre qu’ils n’étaient pas de bons chrétiens. Don Pépino fut assassiné...

Saviano poursuit : « Une famille qui conduit ses affaires dans l’intérêt de ses affiliés estime qu’elle poursuit et garantit le bien de l’organisation au sens chrétien du terme. La nécessité de tuer est vue comme une transgression licite. » Lorsque Accurso estime qu’il a protégé le Québec contre la concurrence extérieure, il croit réellement ce qu’il dit. Et la Madonna le lave de toutes les formes de crimes commandées pour parvenir à contrôler le marché québécois. Le sentiment de faire le mal pour le bien du clan mafieux fait de lui un être pieux, un bon chrétien. Ainsi tous les parrains aiment croire qu’ils se sont sacrifiés pour un monde meilleur.

Mais comment le pape François 1er pourra-t-il humilier nos parrains dans un pays dont le lustre religieux n’a plus d’impact sur la conscience ? Surtout, ne pas sous-estimer le pape : il s’attaque aussi aux banques, au blanchiment d’argent, au pouvoir temporel. Le souverain pontife révolutionne : « Que diriez-vous d’une Église qui n’aurait pas de banque ? », rapporte Le Figaro. François 1er cherche à pousser des pouvoirs sales vers le précipice. Or le pouvoir est le seul enjeu qui intéresse réellement la mafia. La Camorra peut emprunter à des taux très bas avec ses capitaux illégaux, d’où son monopole. Saviano écrit : « Mieux vaut la certitude d’être en situation de monopole que l’incertitude du marché ». Autrement, les mafieux recourent à la violence et à l’intimidation. « Ces stratagèmes rendent impossible la distribution de produits qui ne sont pas soutenus » par la mafia.

Qui a tué Pépino ? La mafia italienne craignait le prêtre plus que la puissance armée de clans rivaux, mais oserait-on tuer le pape ? « Le pouvoir de la Camorra, nous dit encore Saviano, est complexe et bestial ». Que peut l’Église devant une bête ? Que peut le pape devant la détresse de l’humiliation mafieuse qui peut se retourner contre lui ? Le journaliste plante une florissante énumération de philosophies mafieuses : « Si tu ne fais peur à personne... tu n’es pas à la hauteur ». Ou bien : « Sur le marché, tout ce qui rompt les liens politiques et sociaux, tout ce qui encourage une consommation massive et une accumulation exponentielle du pouvoir l’emporte ». Ou celle-ci : « Les armes expriment la répartition des capitaux et des territoires ». Et la plus révélatrice des forces imparties dans notre société : « Dans sa grande sagesse, le pouvoir dispose d’une patience que souvent même les entrepreneurs les plus doués n’ont pas. » En d’autres termes, le clan ne dort jamais, le fonctionnaire, la plupart du temps.

Au Québec, la ’Ndrangheta peut travailler tranquille. Tout le monde dort. Même la Commission Charbonneau n’étanchera pas la soif de pouvoir qui garde en éveil les parrains canadiens.

Qu’on se le dise, le béton, les chantiers appartiennent à des gens pieux, de bons chrétiens qui travaillent pour le bien mais de leurs seules familles. C’est important de croire à la Madonna parce qu’elle seule peut laver leur conscience souillée par la détresse de la survie qui les pousse à la violence, au court terme, au crime, pour éviter à tout prix d’être sans pouvoir, donc humiliés. Oui, le pape touche, blesse, fait peur comme Don Pépino l’a fait avant lui. Mais la bête ’Ndrangheta mord et tue parce qu’elle peut compter sur la Vierge pour blanchir son âme. La mafia n’a cure de sa Sainteté papale. Seule la Vierge a toujours été garante d’un accès instantané à la pureté de l’homme. Sans ce raccourci, l’homme est simplement un criminel. Si le pape François 1er mourait, la Vierge laverait ce péché.

Notes

1. Le Figaro, 14 février 2014.
2. Gomorra. Dans l’empire de la Camorra, de Roberto Saviano et Matteo Garrone, Gallimard, octobre 2007.

Merci à l’auteure de nous avoir proposé son article publié d’abord dans le Huffington Post Québec.

Mis en ligne sur Sisyphe, le 2 mars 2014


Partagez cette page.
Share


Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer ce texte   Nous suivre sur Twitter   Nous suivre sur Facebook
   Commenter cet article plus bas.

Sylvie Bergeron, auteure, éditrice, coach, conférencière



    Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

© SISYPHE 2002-2014
http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Retour à la page d'accueil |Admin