| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       






samedi 6 juillet 2002

Privatiser les services de santé, un pis-aller

par Micheline Carrier






Écrits d'Élaine Audet



Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


La 42e Assemblée Générale annuelle de l’Association des femmes autochtones du Canada (AFAC) rassemble jeunes et aînées
Les luttes menées à l’échelle locale sont liées et s’inscrivent dans un contexte global
À la mémoire de Marie Trintignant
L’économie du don, la théorie et les pratiques - Appel de textes
20e anniversaire de la Marche des femmes contre la pauvreté "Du pain et des roses" : des retrouvailles émouvantes et stimulantes
La présence des femmes sur Internet
"Lockout au Journal de Montréal. Enjeux d’un conflit de travail", chez M éditeur
Les garderies commerciales : la réponse du XX1e siècle ?
Grande manifestation contre l’austérité, samedi le 29 novembre à Montréal et Québec
Services sexuels pour les handicapés : la pitié dangereuse
Vatican VS mafia - Qui lave les péchés du monde ?
Résister et construire des alternatives au modèle patriarcal, capitaliste, raciste, lesbophobe et colonial
Obama ou le "Dream" de Martin Luther King ?
La dictature du regard
De petits pas contre la faim - Où déposer vos dons
Le féminin à géométrie variable - Être nommée pour exister !
Shéhérazade, une filiation possible pour les femmes militantes ou artistes contemporaines
La médaille du Barreau de Montréal 2012 décernée à Me Christiane Pelchat, artisane d’un monde meilleur
La CHI - Un humour dégradant et complice de l’injustice sociale
Grève étudiante - Des féministes de l’Université Laval s’indignent de la violence policière
Grève étudiante – "Allô la police !"
Témoignage - Mon chemin vers le bonheur
Des survivantes de tortures et de mauvais traitements exhortent le Canada à aider à mettre fin aux violations des droits de la personne aux Philippines
Discrimination sexiste dans l’industrie de la construction : mémoire
Aides domestiques – Le Conseil du patronat du Québec prend encore une fois position contre l’égalité des femmes
Québec - Une menace plane sur l’autonomie des organismes communautaires
Les femmes demandent réparation
Offrez des livres des éditions Sisyphe pour Noël 2010 - Deux forfaits à prix modique
Abolition de la Commission de l’équité salariale : un recul inacceptable pour les femmes !
Les crimes haineux déclarés par la police au Canada
Les organismes communautaires dénoncent les conséquences des actions gouvernementales
Les femmes immigrées et "racisées" font les frais d’une fragmentation du mouvement communautaire et d’un manque de ressources
Le réenchantement du monde par les médias
Dramaturgie de contes de fées dans les relations internationales
Équité salariale - la moitié des entreprises ne suivent pas la loi
Le scandale du financement des écoles privées
L’utérus national
Québec - Il y a 25 ans, Denis Lortie tirait sur des employés de l’Assemblée nationale
Mouvement de libération des femmes : 1970-2010
Éliminer la pauvreté : il faut faire plus ... et mieux
La Grande Déclaration Jeunesse de Québec
Nouveau-Brunswick - Aux personnes qui pensent que les femmes ont atteint l’égalité
Équité salariale - Radio-Canada à pas de tortue
Radio-Canada et les femmes journalistes - Avancez par en arrière, Mesdames
Quand le sexe prit le pouvoir
Pour le respect des droits et libertés des travailleuses et travailleurs (im)migrant-es au Québec et au Canada
Les nouvelles chaussures du ségrégationnisme
Aides familiales, travailleurs agricoles, et autres travailleurs (im)migrant-es à statut précaire : quels droits ? Quelles responsabilités gouvernementales ?
La pauvreté a des effets dévastateurs sur la santé des enfants
Arrière-pensées des discours sur la "victimisation"
Marchons le 7 septembre pour appuyer la Déclaration des Nations-Unies sur les droits des peuples
En Congrès, l’AFEAS réclame une loi pour protéger les droits collectifs acquis et l’égalité entre les sexes
Syndrome d’aliénation parentale ou SAP, une théorie contestée
Tuerie de Virginia Tech - La célébrité au bout du fusil
Dignes dingues dons
Luttes de classes et pauvreté plus tabous que le racisme. Entrevue avec Toni Morrison
Crime et pauvreté à l’ère du libéralisme
Sortir d’un gang criminel et reprendre goût à la vie
Printemps
Réaction du Comité des femmes des communautés culturelles de la FFQ sur les accommodements raisonnables
Rencontre laïque internationale le 10 février
Toutes les Montréalaises devraient disposer d’un logement de qualité, sécuritaire et abordable
Un goût de lendemain de veille
Lulu love Lili ou histoire d’L
Association étonnante d’une psychologue aux ateliers "Initiative vraie Beauté" de Dove
La Commission de l’équité salariale refuse la demande du gouvernement d’étaler le paiement
Devons-nous nuancer notre critique de l’islam ?
La menace de tuer Redeker, un test pour l’état de notre démocratie
Point de rupture
L’R des centres de femmes du Québec à la recherche d’une travailleuse polyvalente
J’ai rencontré le quinquagénie
Le calendrier girl power 2007 s’inscrit dans le phénomène de l’hypersexualisation de la société
Jeux olympiques 2006 - J’ai perdu mes eaux limpides !!!
Déménagement du casino : une hausse du crime est prévisible
Ressources pour les femmes
Le gouvernement Harper veut museler les groupes de femmes
Dérives des banlieues : les filles, premières victimes
Les Misérables du XXIe siècle
Attention à la boîte de pandore de l’eugénisme scientifique
La France et le Québec, deux définitions divergentes de la laïcité dans l’espace public
Tout le monde en parle, de la peste raciste
Le mouvement étudiant et le renouvellement du projet social québécois
La longue marche des femmes vers l’égalité dans les métiers non traditionnels
Libre : la loi du genre
La Loi sur les normes de travail interdisant le harcèlement psychologique est en vigueur au Québec
Un couvre-feu pour les jeunes afin de réduire le vandalisme ?
Femmes, migration et frontières
L’amour a-t-il changé ?
Pauvreté : bouc émissaire
La Cour supérieure du Québec rend un important jugement sur l’équité salariale
Le totalitarisme "politically correct". Mythe ou réalité ? - Le milieu universitaire et la droite
Le totalitarisme "politically correct". Mythe ou réalité ? - Culture occidentale et analyse féministe
La chasse au "politically correct"
S’unir pour être rebelles - Rassemblement de jeunes féministes
La féminisation linguistique : nommer notre présence au monde
Équité salariale et dérives masculinistes
La malbouffe n’est pas toujours un choix personnel
Appel pour un Québec d’abord solidaire !
Les derniers titres de Sisyphe en permanence sur votre site
Radio France Outre-Mer attise le feu
La Charte mondiale des femmes pour l’humanité
Pourquoi cette rage ?
Une justice à géométrie variable
Quand l’industrie de la charité imite les « grandes »







La privatisation tout azimut des services de santé est une tentation d’individualistes bien nantis, qui peuvent se payer des assurances privées et souhaitent se dégager de toute responsabilité sociale collective. Il n’existe aucune preuve que ces services coûteraient moins cher s’ils étaient gérés par l’entreprise privée.

Les États-Unis, où c’est le cas, déboursent per capita davantage que le Canada pour la santé. De plus, entre 25 et 35 millions de personnes aux États-Unis n’ont pas accès à des services de santé parce qu’elles ne gagnent pas assez pour se payer une assurance, mais gagnent trop (le minimum) pour être admissibles au programme fédéral Medicaid.

Il y a quelque chose d’illogique dans cette idée que l’entreprise privée peut offrir, à quantité et qualité égales, des services de santé à moindre coût . Par nature, l’entreprise privée a pour objectif, légitime notons-le, de réaliser des profits au moindre coût. Lorsque ses profits fléchissent et que ses actionnaires en sont mécontents, elle réduit la main-d’œuvre, les salaires et les services.

Si elle agissait ainsi dans le domaine de la santé, elle éloignerait la compétence et l’expérience et se trouverait confrontée aux mêmes pénuries que le système de santé public actuel. Elle réclamerait alors plus d’argent de l’État pour attirer le personnel compétent et payer les salaires et primes diverses des gestionnaires : après tout, il faut rester concurrentiel et attirer les « meilleurs éléments ». C’est le leitmotive de l’industrie. On déplacerait donc simplement le problème, en transférant l’argent de modestes contribuables à des actionnaires et des gestionnaires.

L’État accèderait-il plus volontiers aux demandes de fonds de l’entreprise privée qu’il ne le fait aux demandes des hôpitaux et des CLSC ? Agirait-il comme il l’a fait dans le domaine de l’assurance-médicaments, en accordant des tarifs plus élevés aux compagnies pharmaceutiques, ainsi qu’aux pharmaciens et pharmaciennes ? Conséquences : les médicaments coûtent de plus en plus cher et l’État a plus que doublé les primes réclamées aux contribuables. L’État augmente donc les primes pour subventionner les profits de l’industrie pharmaceutique. Il joue le rôle de simple entremetteur pour le transit de l’argent des poches des contribuables à celles de l’industrie pharmaceutique.

Et l’explosion des coûts de santé ?

On invoque toujours le vieillissement de la population pour expliquer l’explosion des coûts de la santé. Comme on n’a pas le contrôle sur le fait de vieillir et que les citoyens et citoyennes âgés ont droit, comme tout le monde, aux services pour lesquels ils paient ou ils ont payés, il vaudrait mieux se soucier davantage de facteurs qu’on peut contrôler : le coût des médicaments, plus élevé au Québec qu’ailleurs au Canada, à cause d’une politique qui favorise l’industrie des médicaments d’origine ; le développement de haute technologie médicale, pas toujours utile ni supérieure aux traitements conventionnels ; et le mode de paiement des médecins, qui encourage la multiplication des actes médicaux.

C’est dans ces domaines que doivent se faire les choix. Or, nous ne semblons pas du tout engagés sur cette voie. Avons-nous besoin à Montréal de deux centres hospitaliers universitaires de luxe, un anglophone et un francophone, équipés tous les deux de la plus coûteuse technologie et qui auront la même vocation ? Ne devrions-nous pas reconnaître que les faveurs fiscales et autres subventions accordées à l’industrie de médicaments d’origine servent moins à la recherche et à la création d’emploi qu’à la promotion ?

Enfin, il y a les réformes inachevées. Un grand nombre de malades ne se retrouveraient pas à l’hôpital, ou y séjourneraient moins longtemps, si le gouvernement du Québec avait donné aux CLSC les sommes promises et nécessaires pour adapter leurs services au virage imposé. Le Québec alloue moins d’argent que l’Ontario aux services à domicile, et la moitié seulement de ce qu’y investit le Manitoba. Résultats : des gens entrent plus tôt en institution, ce qui entraîne des coûts additionnels. Comme il n’y a pas assez de places dans les Centres hospitaliers et de soins de longue durée (CHSLD), ces personnes se retrouvent dans les hôpitaux dont ils contribuent à alourdir les budgets et les déficits. Si on leur offrait des services à domicile appropriés, elles resteraient chez elles le plus longtemps possible et l’État ferait des économies à moyen et à long terme.

Quant à réviser le mode de paiement à l’acte des médecins, qui encourage la multiplication des actes, celui ou celle qui s’y frottera au Québec signera propablement son suicide politique. Loin d’envisager pareille mesure, on débloque périodiquement des fonds nouveaux dès qu’un groupe ou l’autre de médecins menace de faire une journée d’étude. On a même donné aux médecins, l’an dernier, les sommes (27 millions$) qu’ils n’ont pas dépensées dans le budget global alloué à leurs services. Ils ont donc reçu une augmentation six mois plus tôt que prévu, et le ministre de la Santé trouvait la chose juste et raisonnable. Ce montant aurait été plus utile dans des secteurs en souffrance, par exemple, la réhabilitation.

Reste la question des actes délégués et de la redéfinition du rôle des infirmières. Des infirmières accomplissent des actes médicaux pour lesquels les médecins sont payés, ce qui est une aberration. En Ontario, on a transféré certains actes médicaux aux infirmières qui sont habilitées, en autres, à faire certains diagnostics (on a créé une nouvelle classe d’infirmières cliniques, qui reçoivent une formation en conséquence). Au Québec, le Collège des médecins et l’Ordre des infirmières feraient des expériences pilotes en ce sens. Mais la résistance est forte au sein de la profession médicale.

Il y a, enfin, l’attitude méprisante du gouvernement fédéral qui accumule les surplus budgétaires à même l’argent des contribuables, mais qui ne retourne aux provinces qu’une fraction de ce qu’elles ont besoin pour la santé. L’État fédéral au Canada est devenu un ogre avide de tout ce qui est à sa portée. Malheureusement, la gestion des sommes qu’il recueille est plus que douteuse, comme l’opposition en fait régulièrement la preuve aux Communes.

Quand on aura examiné tous ces facteurs, on pourra ensuite envisager, si c’est nécessaire, de désassurer ceci ou cela. Quels malades seront jugés prioritaires ? Les grands cardiaques, les personnes atteintes du cancer ou du sida, et quels groupes d’âges ? Je ne voudrais pas avoir à trancher la question.

Les choix de société

Tout est affaire de choix de société. Une population se donne un gouvernement et le charge de recueillir des sommes (taxes et impôts) pour s’offrir des services collectifs. La santé et l’éducation sont estimés, au Québec, les deux priorités absolues en matière de services publics. On peut exiger du gouvernement ou bien qu’il réduise les impôts et les taxes presque à néant et accepter la réduction des services collectifs ; ou bien qu’il investisse dans la vie en favorisant la santé, l’éducation, l’environnement et la sécurité sociale, et accepter d’en payer le prix.

À ceux et à celles qui se scandalisent des coûts de la santé et de l’éducation, je demande : Pourquoi ne vous élevez-vous pas contre la distribution de subventions (des milliards par an) par l’État à des entreprises privées qui n’ont pas de compte à rendre à la population et dont plusieurs déménageront chez les voisins (pour toucher d’autres subventions) lorsque leurs actionnaires seront insatisfaits des rendements qu’ils réalisent ? Est-ce parce que le pouvoir de l’argent vous intimide ?

Soumettre la santé aux lois du marché revient à en faire une marchandise soumise aux caprices de la bourse. Est-ce bien ce que nous voulons ? La qualité des services n’y gagnerait certes pas et le travail des personnels de la santé (sauf certains médecins spécialistes, peut-être, considérés comme entrepreneurs privés) s’en trouverait dévalué. En quoi la société québécoise et canadienne serait-elle plus avancée ?

La privatisation tout azimut des services de santé est une tentation d’individualistes bien nantis, qui peuvent se payer des assurances privées et souhaitent se dégager de toute responsabilité sociale collective. Ceux-là réclament à corps et à cri des réductions d’impôts pour se payer encore plus de services. Peu importent les autres.


Partagez cette page.
Share


Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer ce texte   Nous suivre sur Twitter   Nous suivre sur Facebook
   Commenter cet article plus bas.

Micheline Carrier
Sisyphe

Micheline Carrier est éditrice du site Sisyphe.org et des éditions Sisyphe avec Élaine Audet.



    Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

© SISYPHE 2002-2002
http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Retour à la page d'accueil |Admin