| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       






mardi 20 août 2013

La dictature du regard

par Sabine Aussenac, écrivaine, poète et journaliste






Écrits d'Élaine Audet



Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


La 42e Assemblée Générale annuelle de l’Association des femmes autochtones du Canada (AFAC) rassemble jeunes et aînées
Les luttes menées à l’échelle locale sont liées et s’inscrivent dans un contexte global
À la mémoire de Marie Trintignant
L’économie du don, la théorie et les pratiques - Appel de textes
20e anniversaire de la Marche des femmes contre la pauvreté "Du pain et des roses" : des retrouvailles émouvantes et stimulantes
La présence des femmes sur Internet
"Lockout au Journal de Montréal. Enjeux d’un conflit de travail", chez M éditeur
Les garderies commerciales : la réponse du XX1e siècle ?
Grande manifestation contre l’austérité, samedi le 29 novembre à Montréal et Québec
Services sexuels pour les handicapés : la pitié dangereuse
Vatican VS mafia - Qui lave les péchés du monde ?
Résister et construire des alternatives au modèle patriarcal, capitaliste, raciste, lesbophobe et colonial
Obama ou le "Dream" de Martin Luther King ?
De petits pas contre la faim - Où déposer vos dons
Le féminin à géométrie variable - Être nommée pour exister !
Shéhérazade, une filiation possible pour les femmes militantes ou artistes contemporaines
La médaille du Barreau de Montréal 2012 décernée à Me Christiane Pelchat, artisane d’un monde meilleur
La CHI - Un humour dégradant et complice de l’injustice sociale
Grève étudiante - Des féministes de l’Université Laval s’indignent de la violence policière
Grève étudiante – "Allô la police !"
Témoignage - Mon chemin vers le bonheur
Des survivantes de tortures et de mauvais traitements exhortent le Canada à aider à mettre fin aux violations des droits de la personne aux Philippines
Discrimination sexiste dans l’industrie de la construction : mémoire
Aides domestiques – Le Conseil du patronat du Québec prend encore une fois position contre l’égalité des femmes
Québec - Une menace plane sur l’autonomie des organismes communautaires
Les femmes demandent réparation
Offrez des livres des éditions Sisyphe pour Noël 2010 - Deux forfaits à prix modique
Abolition de la Commission de l’équité salariale : un recul inacceptable pour les femmes !
Les crimes haineux déclarés par la police au Canada
Les organismes communautaires dénoncent les conséquences des actions gouvernementales
Les femmes immigrées et "racisées" font les frais d’une fragmentation du mouvement communautaire et d’un manque de ressources
Le réenchantement du monde par les médias
Dramaturgie de contes de fées dans les relations internationales
Équité salariale - la moitié des entreprises ne suivent pas la loi
Le scandale du financement des écoles privées
L’utérus national
Québec - Il y a 25 ans, Denis Lortie tirait sur des employés de l’Assemblée nationale
Mouvement de libération des femmes : 1970-2010
Éliminer la pauvreté : il faut faire plus ... et mieux
La Grande Déclaration Jeunesse de Québec
Nouveau-Brunswick - Aux personnes qui pensent que les femmes ont atteint l’égalité
Équité salariale - Radio-Canada à pas de tortue
Radio-Canada et les femmes journalistes - Avancez par en arrière, Mesdames
Quand le sexe prit le pouvoir
Pour le respect des droits et libertés des travailleuses et travailleurs (im)migrant-es au Québec et au Canada
Les nouvelles chaussures du ségrégationnisme
Aides familiales, travailleurs agricoles, et autres travailleurs (im)migrant-es à statut précaire : quels droits ? Quelles responsabilités gouvernementales ?
La pauvreté a des effets dévastateurs sur la santé des enfants
Arrière-pensées des discours sur la "victimisation"
Marchons le 7 septembre pour appuyer la Déclaration des Nations-Unies sur les droits des peuples
En Congrès, l’AFEAS réclame une loi pour protéger les droits collectifs acquis et l’égalité entre les sexes
Syndrome d’aliénation parentale ou SAP, une théorie contestée
Tuerie de Virginia Tech - La célébrité au bout du fusil
Dignes dingues dons
Luttes de classes et pauvreté plus tabous que le racisme. Entrevue avec Toni Morrison
Crime et pauvreté à l’ère du libéralisme
Sortir d’un gang criminel et reprendre goût à la vie
Printemps
Réaction du Comité des femmes des communautés culturelles de la FFQ sur les accommodements raisonnables
Rencontre laïque internationale le 10 février
Toutes les Montréalaises devraient disposer d’un logement de qualité, sécuritaire et abordable
Un goût de lendemain de veille
Lulu love Lili ou histoire d’L
Association étonnante d’une psychologue aux ateliers "Initiative vraie Beauté" de Dove
La Commission de l’équité salariale refuse la demande du gouvernement d’étaler le paiement
Devons-nous nuancer notre critique de l’islam ?
La menace de tuer Redeker, un test pour l’état de notre démocratie
Point de rupture
L’R des centres de femmes du Québec à la recherche d’une travailleuse polyvalente
J’ai rencontré le quinquagénie
Le calendrier girl power 2007 s’inscrit dans le phénomène de l’hypersexualisation de la société
Jeux olympiques 2006 - J’ai perdu mes eaux limpides !!!
Déménagement du casino : une hausse du crime est prévisible
Ressources pour les femmes
Le gouvernement Harper veut museler les groupes de femmes
Dérives des banlieues : les filles, premières victimes
Les Misérables du XXIe siècle
Attention à la boîte de pandore de l’eugénisme scientifique
La France et le Québec, deux définitions divergentes de la laïcité dans l’espace public
Tout le monde en parle, de la peste raciste
Le mouvement étudiant et le renouvellement du projet social québécois
La longue marche des femmes vers l’égalité dans les métiers non traditionnels
Libre : la loi du genre
La Loi sur les normes de travail interdisant le harcèlement psychologique est en vigueur au Québec
Un couvre-feu pour les jeunes afin de réduire le vandalisme ?
Femmes, migration et frontières
L’amour a-t-il changé ?
Pauvreté : bouc émissaire
La Cour supérieure du Québec rend un important jugement sur l’équité salariale
Le totalitarisme "politically correct". Mythe ou réalité ? - Le milieu universitaire et la droite
Le totalitarisme "politically correct". Mythe ou réalité ? - Culture occidentale et analyse féministe
La chasse au "politically correct"
S’unir pour être rebelles - Rassemblement de jeunes féministes
La féminisation linguistique : nommer notre présence au monde
Équité salariale et dérives masculinistes
La malbouffe n’est pas toujours un choix personnel
Appel pour un Québec d’abord solidaire !
Les derniers titres de Sisyphe en permanence sur votre site
Radio France Outre-Mer attise le feu
La Charte mondiale des femmes pour l’humanité
Pourquoi cette rage ?
Privatiser les services de santé, un pis-aller
Une justice à géométrie variable
Quand l’industrie de la charité imite les « grandes »







Chaque été, c’est la même chose. La dictature de l’eau. Ils sont là, tous les plans d’eau, les piscines publiques, les piscines d’amis, et puis les lacs, rivières, mers, océans…Ils nous attendent, offrant qui leur immensité bleutée, qui leur surface azuréenne, et nous tendent leurs eaux ailées, promesses de bien-être, de détente, de festivités estivales diverses.

Et les voilà partis, en famille ou entre amis, ou célibataires en goguette, l’œil rivé vers la ligne bleue des vacances, prêts à tout pour ce premier plongeon annonciateur de liberté et de farniente.

Et elles sont là, autour des bassins et sur le sable, les créatures de l’été : alanguies, nonchalantes, bronzées dès les premiers bourgeons et fuselées dans leurs bikinis fluos qui mettent, cette année, leurs ambres ou caramels encore plus en valeur. Ce ne sont que cuisses dorées et seins affleurant au-dessus du paréo négligemment drapé, et regards de biches en attente joyeuse et mutine du prédateur de l’été…

Nous voilà aussi : obligées par je ne sais quel codex familial ou amical de nous plier à ce pensum aquatique, malgré notre aversion profonde pour, dans n’importe quel ordre, l’eau, les créatures, et notre propre corps. Que nous dissimulons le mieux possible sous d’amples « robes de plage » (ah, que ne sommes-nous musulmanes, nous aurions droit au burkini…), que nous n’osons dévoiler, au vu des moult bourrelets disgracieux qui le parsèment, ce corps que nous maltraitons depuis l’enfance, et qui nous le rend bien.

Cette confrontation annuelle est une épreuve, un duel, un corps à corps insupportable et épuisant. Sans arrêt nous les voyons, admirons, envions, ces créatures dotées d’appâts parfaits, de charmes extérieurs indéniablement supérieurs aux nôtres, et le pire, c’est que même à vingt ans, nous ne leur ressemblions pas…Chaque été, il recommence, notre long chemin de croix à travers cette galerie de miroirs déformants inversés, dans laquelle nous nous confrontons invariablement à ce que nous aurions aimé être, mais ne serons jamais.

Il faut aussi nager. Les autres courent vers la grande bleue d’un pas agile, le fessier relevé et les seins fiers tels les héroïnes d’Alerte à Malibu, quand nous quittons maladroitement nos vêtements-armures pour ce maillot une pièce terne et peu seyant avant de trébucher maladroitement sur quelques seaux ou serviettes et de tâter l’ennemi du bout d’un orteil hostile et inquiet. De toutes manières, notre premier mari nous l’a souvent répété, nous nageons comme une machine à coudre. Et depuis quelques années, la cystite s’annonce aussi en partenaire systématique de nos après-midi de piscine, point d’orgue apocalyptique de ces baignades obligataires et haïes, telle une farce vengeresse de notre corps fatigué par cette répétition annuelle…

Pourtant, nous aimons l’eau. Nous adorerions avoir ce genre de moyens qui permettent de se faire dorloter en thalasso, et nous nous souvenons avec émotion de l’eau claire des rivières de l’enfance, quand entre cousins nous sautions de pierre en pierre moussue au-dessus des eaux chantantes et sauvages de notre païs : l’anguille se faufilait entre les hautes herbes, les libellules arpentaient les reflets, de grandes fougères cachaient ce repli où nos oncles laissaient refroidir le rosé, et nous, nos « méduses » aux pieds, batifolions dans l’eau glacée.

D’autres souvenirs reviennent, ce parfum d’Ambre solaire, les maillots au crochet fabriqués par mamie, les cigales de l’enfance et les odeurs du port, lors de rares escapades méditerranéennes. Et puis la découverte de l’océan en majesté, des plages landaises au sable infini, quelques expériences de naturisme, seule avec un mari qui hélas ne savait complimenter la jeune femme pourtant belle qui arpentait les dunes à ses côtés (j’avais enfin perdu les kilos de l’enfance et pas encore pris ceux des grossesses…). J’ai encore en mémoire la douceur du sable sur mon corps nu, les lames fraîches se brisant sur nos rires, et le cri des mouettes, témoins solitaires de nos amours presqu’enfantines, que je vivais en quasi inconscience, encore toute à mes rêves adolescents…

Mais les phrases assassines sont là, celles du père et des compagnons, les contempteurs de mon corps, les briseurs de rêves et d’espérances. Et les kilos-souffrance ont peu à peu construit cette barrière entre la vie et moi, me privant des splendeurs de l’été et des joies simples de ces mois où l’air respire le monoï ou la mirabelle.

Chaque année, à une époque, je fantasmais cet été parfait où je surprendrais mes proches en arrivant chez eux avec un corps remodelé et neuf, arborant des tenues moulantes et un look sexy ; je me rêvais sirène et Belle de plage, ondoyant entre lagune et océan, devenue créature.

L’âge venu, ce dernier rêve s’est enfui, avec tant d’autres, et j’ai fait le deuil de l’été.

Alors assisse en cette journée de bruine devant un clavier de fortune, lovée entre les murs de pierre d’une maison où les constellations familiales ont fait de moi la tante étrange et la grosse de service, je me rêve déjà en automne, quand je reviendrai, vêtue de lainages, pour humer un air de sous-bois et faire un bras d’honneur à la piscine aux eaux dormantes.

Et un jour, un jour peut-être, quand je serai grande et écrivaine, j’aurai assez de sous pour m’envoler vers d’exotiques lagunes ou vers Big Sur. Et là-bas, un bel américain me dira qu’il m’aime. Malgré les kilos de ce corps aux longues histoires, malgré mes maladresses, malgré mes tristesses.

Non ?

Mis en ligne sur Sisyphe, le 20 août 2013


Partagez cette page.
Share


Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer ce texte   Nous suivre sur Twitter   Nous suivre sur Facebook
   Commenter cet article plus bas.

Sabine Aussenac, écrivaine, poète et journaliste



Plan-Liens Forum

  • La dictature du regard
    (1/1) 23 août 2013 , par Crab2 Crab





  • La dictature du regard
    23 août 2013 , par Crab2 Crab   [retour au début des forums]

    Dans ma vie, j’ai fait du naturisme : ( gros, maigres ou entre-les-deux ) à peine nu, plus personne ni pense et j’ajouterais ni ne le remarque - essayez, et vous vous sentirez mieux - bien cordialement


        Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

    © SISYPHE 2002-2013
    http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Retour à la page d'accueil |Admin