| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       






vendredi 8 mai 2009

Québec - Il y a 25 ans, Denis Lortie tirait sur des employés de l’Assemblée nationale

par Richard Poulin et Yanick Dulong






Écrits d'Élaine Audet



Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


La 42e Assemblée Générale annuelle de l’Association des femmes autochtones du Canada (AFAC) rassemble jeunes et aînées
Les luttes menées à l’échelle locale sont liées et s’inscrivent dans un contexte global
À la mémoire de Marie Trintignant
L’économie du don, la théorie et les pratiques - Appel de textes
20e anniversaire de la Marche des femmes contre la pauvreté "Du pain et des roses" : des retrouvailles émouvantes et stimulantes
La présence des femmes sur Internet
"Lockout au Journal de Montréal. Enjeux d’un conflit de travail", chez M éditeur
Les garderies commerciales : la réponse du XX1e siècle ?
Grande manifestation contre l’austérité, samedi le 29 novembre à Montréal et Québec
Services sexuels pour les handicapés : la pitié dangereuse
Vatican VS mafia - Qui lave les péchés du monde ?
Résister et construire des alternatives au modèle patriarcal, capitaliste, raciste, lesbophobe et colonial
Obama ou le "Dream" de Martin Luther King ?
La dictature du regard
De petits pas contre la faim - Où déposer vos dons
Le féminin à géométrie variable - Être nommée pour exister !
Shéhérazade, une filiation possible pour les femmes militantes ou artistes contemporaines
La médaille du Barreau de Montréal 2012 décernée à Me Christiane Pelchat, artisane d’un monde meilleur
La CHI - Un humour dégradant et complice de l’injustice sociale
Grève étudiante - Des féministes de l’Université Laval s’indignent de la violence policière
Grève étudiante – "Allô la police !"
Témoignage - Mon chemin vers le bonheur
Des survivantes de tortures et de mauvais traitements exhortent le Canada à aider à mettre fin aux violations des droits de la personne aux Philippines
Discrimination sexiste dans l’industrie de la construction : mémoire
Aides domestiques – Le Conseil du patronat du Québec prend encore une fois position contre l’égalité des femmes
Québec - Une menace plane sur l’autonomie des organismes communautaires
Les femmes demandent réparation
Offrez des livres des éditions Sisyphe pour Noël 2010 - Deux forfaits à prix modique
Abolition de la Commission de l’équité salariale : un recul inacceptable pour les femmes !
Les crimes haineux déclarés par la police au Canada
Les organismes communautaires dénoncent les conséquences des actions gouvernementales
Les femmes immigrées et "racisées" font les frais d’une fragmentation du mouvement communautaire et d’un manque de ressources
Le réenchantement du monde par les médias
Dramaturgie de contes de fées dans les relations internationales
Équité salariale - la moitié des entreprises ne suivent pas la loi
Le scandale du financement des écoles privées
L’utérus national
Mouvement de libération des femmes : 1970-2010
Éliminer la pauvreté : il faut faire plus ... et mieux
La Grande Déclaration Jeunesse de Québec
Nouveau-Brunswick - Aux personnes qui pensent que les femmes ont atteint l’égalité
Équité salariale - Radio-Canada à pas de tortue
Radio-Canada et les femmes journalistes - Avancez par en arrière, Mesdames
Quand le sexe prit le pouvoir
Pour le respect des droits et libertés des travailleuses et travailleurs (im)migrant-es au Québec et au Canada
Les nouvelles chaussures du ségrégationnisme
Aides familiales, travailleurs agricoles, et autres travailleurs (im)migrant-es à statut précaire : quels droits ? Quelles responsabilités gouvernementales ?
La pauvreté a des effets dévastateurs sur la santé des enfants
Arrière-pensées des discours sur la "victimisation"
Marchons le 7 septembre pour appuyer la Déclaration des Nations-Unies sur les droits des peuples
En Congrès, l’AFEAS réclame une loi pour protéger les droits collectifs acquis et l’égalité entre les sexes
Syndrome d’aliénation parentale ou SAP, une théorie contestée
Tuerie de Virginia Tech - La célébrité au bout du fusil
Dignes dingues dons
Luttes de classes et pauvreté plus tabous que le racisme. Entrevue avec Toni Morrison
Crime et pauvreté à l’ère du libéralisme
Sortir d’un gang criminel et reprendre goût à la vie
Printemps
Réaction du Comité des femmes des communautés culturelles de la FFQ sur les accommodements raisonnables
Rencontre laïque internationale le 10 février
Toutes les Montréalaises devraient disposer d’un logement de qualité, sécuritaire et abordable
Un goût de lendemain de veille
Lulu love Lili ou histoire d’L
Association étonnante d’une psychologue aux ateliers "Initiative vraie Beauté" de Dove
La Commission de l’équité salariale refuse la demande du gouvernement d’étaler le paiement
Devons-nous nuancer notre critique de l’islam ?
La menace de tuer Redeker, un test pour l’état de notre démocratie
Point de rupture
L’R des centres de femmes du Québec à la recherche d’une travailleuse polyvalente
J’ai rencontré le quinquagénie
Le calendrier girl power 2007 s’inscrit dans le phénomène de l’hypersexualisation de la société
Jeux olympiques 2006 - J’ai perdu mes eaux limpides !!!
Déménagement du casino : une hausse du crime est prévisible
Ressources pour les femmes
Le gouvernement Harper veut museler les groupes de femmes
Dérives des banlieues : les filles, premières victimes
Les Misérables du XXIe siècle
Attention à la boîte de pandore de l’eugénisme scientifique
La France et le Québec, deux définitions divergentes de la laïcité dans l’espace public
Tout le monde en parle, de la peste raciste
Le mouvement étudiant et le renouvellement du projet social québécois
La longue marche des femmes vers l’égalité dans les métiers non traditionnels
Libre : la loi du genre
La Loi sur les normes de travail interdisant le harcèlement psychologique est en vigueur au Québec
Un couvre-feu pour les jeunes afin de réduire le vandalisme ?
Femmes, migration et frontières
L’amour a-t-il changé ?
Pauvreté : bouc émissaire
La Cour supérieure du Québec rend un important jugement sur l’équité salariale
Le totalitarisme "politically correct". Mythe ou réalité ? - Le milieu universitaire et la droite
Le totalitarisme "politically correct". Mythe ou réalité ? - Culture occidentale et analyse féministe
La chasse au "politically correct"
S’unir pour être rebelles - Rassemblement de jeunes féministes
La féminisation linguistique : nommer notre présence au monde
Équité salariale et dérives masculinistes
La malbouffe n’est pas toujours un choix personnel
Appel pour un Québec d’abord solidaire !
Les derniers titres de Sisyphe en permanence sur votre site
Radio France Outre-Mer attise le feu
La Charte mondiale des femmes pour l’humanité
Pourquoi cette rage ?
Privatiser les services de santé, un pis-aller
Une justice à géométrie variable
Quand l’industrie de la charité imite les « grandes »







Il y a 25 ans, Denis Lortie, qui n’était pas "un tueur fou" selon le cliché médiatique que Marc Laurendeau a à nouveau employé à Radio-Canada, ce matin, se présentait à l’Assemblée nationale du Québec dans l’intention de tuer le premier ministre et les député-es.

Le matin du 8 mai 1984, Denis Lortie se présente à l’Assemblée nationale, vêtu d’une tenue de commando et armé d’une mitraillette et de grenades. Son but reste néanmoins d’anéantir le Gouvernement du Québec, dirigé à l’époque par le Parti québécois, un parti souverainiste. Lortie estime que ce gouvernement constitue la cause de tous les maux des francophones, victimes des préjugés et discriminations de la part des anglophones canadiens.

Lorsqu’il pénètre dans le Salon bleu, lieu des travaux parlementaires, les membres de l’Assemblée nationale n’y sont pas. Lortie est arrivé trop tôt, ce qui ne manque pas de l’enrager. Il prend alors place dans le fauteuil réservé au président de l’Assemblée nationale et se met à tirer dans toutes les directions. Le tireur ne cesse de se plaindre d’être arrivé en avance et se met à paniquer au point de jeter sa prothèse dentaire sur le sol. Il tire ensuite une rafale de balles sur les bancs réservés à la députation, en particulier celui du Premier ministre René Lévesque.

L’entrée du Sergent d’armes, René Jalbert, interrompt la scène. L’homme s’approche doucement de Lortie, s’identifie et commence à discuter avec lui. Vouant un profond respect aux militaires de grade supérieur, Lortie accepte de dialoguer avec Jalbert. Ce dernier le convainc de libérer les otages prisonniers dans la salle. Au début de l’après-midi, Lortie finit par se rendre aux autorités. La fusillade à l’Assemblée nationale du Québec a fait 3 morts et 13 blessés, mais aucun député ne figurait parmi les victimes. Lortie a fait feu sur des personnes d’origine sociale plutôt modeste, des messagers et des pages affairés à préparer la salle avant la reprise des travaux parlementaires.

Denis Lortie s’élève au rang de « justicier » en affirmant son intention de libérer tous les Québécois du joug du gouvernement. La quête du pouvoir transparaît dans ses faits et gestes.

D’abord, le geste d’occuper le siège destiné au président de l’Assemblée et, ensuite, cette remarque adressée à la secrétaire du Sergent d’armes,
Jalbert : « Si vous rencontrez des gardes sur votre chemin, dites-leur que Denis vous autorise à passer » (Fournier, 1996 : 38). Cette recherche de pouvoir s’inscrit dans les scénarios valorisés et attendus de la masculinité et de la virilité au sein de la société patriarcale. Aucune femme ne pose des gestes comme ceux de Lortie.

Le lieu de la tuerie rend l’incident encore plus troublant, car le geste est posé dans un milieu où l’on tente de résoudre les différends par le dialogue et la négociation pacifique, et non par la violence.

En France, Richard Durn a ouvert le feu sur des membres d’une assemblée municipale à l’Hôtel de Ville de Nanterre en 2002. Le tueur n’acceptait pas que l’on ait refusé sa demande d’un logement social. Ce qui frappe le plus dans l’événement, c’est que le tueur, un militant, s’est attaqué à des élus de la gauche, des personnes aux allégeances politiques similaires aux siennes (Guilloteau, 2002).

La dynamique sociale, politique et masculine, domine également dans les meurtres de masse en milieu de travail. Dans ce type de tuerie, on trouve très peu de victimes parmi les femmes ou les enfants. Les meurtres en milieu de travail ont souvent lieu dans des zones industrielles, tels
des usines, des centres postaux ou des chantiers de construction où des hommes constituent la majeure partie des employés et des superviseurs.
On constate que 17% des tueurs masculins ont ciblé des gens de ce milieu tandis qu’une seule femme s’en est prise à ses superviseurs et collègues
de travail (...)

***

Quand un tueur s’attaque aux personnes qui représentent les institutions politiques, la misogynie sexiste n’est jamais loin : « Vous voulez avoir la libération de la femme, vous l’avez : payez pour ! », a vociféré Denis Lortie à l’une de ses otages à l’Assemblée nationale du Québec
(Fournier, 1996 : 32).

La violence du meurtrier en série et de masse constitue une mise en valeur de soi-même, une manifestation de sa puissance égotique. Certains tueurs déclarent être de simples instruments de forces supérieures qui leur ordonnent de lutter contre les « fléaux sociaux » qu’ils associent aux
prostituées, aux homosexuels, aux féministes ou encore aux groupes ethniques et aux minorités nationales. Ils s’attaquent à des individus de ces groupes pour les remettre à leur place, pour leur montrer qui doit régner, qui doit se soumettre. Le choix de leurs victimes n’est donc pas aléatoire.

La violence des tueurs en série et de masse s’exerce [principalement] à l’encontre des êtres dominés, des groupes sociaux discriminés, particulièrement dans les moments où ceux-ci contestent les différentes formes de domination, qu’elles soient interpersonnelles1 ou collectives. Cette violence constitue la marque d’une volonté de domination ultime.

Les discours qui installent la violence du côté de la seule psychologie des criminels et qui, par le fait même, délaissent leurs victimes n’ont pas à
s’intéresser aux significations sociales, politiques, sexuelles et racistes des violences. En outre, ils transforment les coupables en victimes d’une
enfance malheureuse, d’une mère dominatrice, etc. Enfin, ils refusent de nommer cette violence qui est masculine ; de ce fait, ils l’occultent.
Qu’elle soit dirigée explicitement contre les femmes et les êtres féminisés ou non, une telle violence représente fondamentalement une expression de la virilité.

Autres exemples et analyses dans le livre Les meurtres en série et de masse, dynamique sociale et politique.

- Extraits du livre de Richard Poulin et Yanick Dulong, Les meurtres en série et de masse, dynamique sociale et politique, Montréal, 2009, Sisyphe, coll. Contrepoint, format 10 cm x 15 cm, 128 p. ISBN : 9782923456126. Prix en librairie : 12$. Par la poste : ajouter 2$ pour frais d’expédition. Les éditions Sisyphe, 4005, rue des Érables, Montréal, Québec, H2K 3V7, 514-374-5846 - sisyphe@globetrotter.net

  • Nous expédions le livre seulement sur réception du paiement par chèque ou mandat.

    Mis en ligne sur Sisyphe, le 8 mai 2009


  • Partagez cette page.
    Share


    Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer ce texte   Nous suivre sur Twitter   Nous suivre sur Facebook
       Commenter cet article plus bas.

    Richard Poulin et Yanick Dulong



        Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

    © SISYPHE 2002-2009
    http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Retour à la page d'accueil |Admin