| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       






mardi 9 juillet 2002

Pourquoi cette rage ?

par Micheline Carrier






Écrits d'Élaine Audet



Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


La 42e Assemblée Générale annuelle de l’Association des femmes autochtones du Canada (AFAC) rassemble jeunes et aînées
Les luttes menées à l’échelle locale sont liées et s’inscrivent dans un contexte global
À la mémoire de Marie Trintignant
L’économie du don, la théorie et les pratiques - Appel de textes
20e anniversaire de la Marche des femmes contre la pauvreté "Du pain et des roses" : des retrouvailles émouvantes et stimulantes
La présence des femmes sur Internet
"Lockout au Journal de Montréal. Enjeux d’un conflit de travail", chez M éditeur
Les garderies commerciales : la réponse du XX1e siècle ?
Grande manifestation contre l’austérité, samedi le 29 novembre à Montréal et Québec
Services sexuels pour les handicapés : la pitié dangereuse
Vatican VS mafia - Qui lave les péchés du monde ?
Résister et construire des alternatives au modèle patriarcal, capitaliste, raciste, lesbophobe et colonial
Obama ou le "Dream" de Martin Luther King ?
La dictature du regard
De petits pas contre la faim - Où déposer vos dons
Le féminin à géométrie variable - Être nommée pour exister !
Shéhérazade, une filiation possible pour les femmes militantes ou artistes contemporaines
La médaille du Barreau de Montréal 2012 décernée à Me Christiane Pelchat, artisane d’un monde meilleur
La CHI - Un humour dégradant et complice de l’injustice sociale
Grève étudiante - Des féministes de l’Université Laval s’indignent de la violence policière
Grève étudiante – "Allô la police !"
Témoignage - Mon chemin vers le bonheur
Des survivantes de tortures et de mauvais traitements exhortent le Canada à aider à mettre fin aux violations des droits de la personne aux Philippines
Discrimination sexiste dans l’industrie de la construction : mémoire
Aides domestiques – Le Conseil du patronat du Québec prend encore une fois position contre l’égalité des femmes
Québec - Une menace plane sur l’autonomie des organismes communautaires
Les femmes demandent réparation
Offrez des livres des éditions Sisyphe pour Noël 2010 - Deux forfaits à prix modique
Abolition de la Commission de l’équité salariale : un recul inacceptable pour les femmes !
Les crimes haineux déclarés par la police au Canada
Les organismes communautaires dénoncent les conséquences des actions gouvernementales
Les femmes immigrées et "racisées" font les frais d’une fragmentation du mouvement communautaire et d’un manque de ressources
Le réenchantement du monde par les médias
Dramaturgie de contes de fées dans les relations internationales
Équité salariale - la moitié des entreprises ne suivent pas la loi
Le scandale du financement des écoles privées
L’utérus national
Québec - Il y a 25 ans, Denis Lortie tirait sur des employés de l’Assemblée nationale
Mouvement de libération des femmes : 1970-2010
Éliminer la pauvreté : il faut faire plus ... et mieux
La Grande Déclaration Jeunesse de Québec
Nouveau-Brunswick - Aux personnes qui pensent que les femmes ont atteint l’égalité
Équité salariale - Radio-Canada à pas de tortue
Radio-Canada et les femmes journalistes - Avancez par en arrière, Mesdames
Quand le sexe prit le pouvoir
Pour le respect des droits et libertés des travailleuses et travailleurs (im)migrant-es au Québec et au Canada
Les nouvelles chaussures du ségrégationnisme
Aides familiales, travailleurs agricoles, et autres travailleurs (im)migrant-es à statut précaire : quels droits ? Quelles responsabilités gouvernementales ?
La pauvreté a des effets dévastateurs sur la santé des enfants
Arrière-pensées des discours sur la "victimisation"
Marchons le 7 septembre pour appuyer la Déclaration des Nations-Unies sur les droits des peuples
En Congrès, l’AFEAS réclame une loi pour protéger les droits collectifs acquis et l’égalité entre les sexes
Syndrome d’aliénation parentale ou SAP, une théorie contestée
Tuerie de Virginia Tech - La célébrité au bout du fusil
Dignes dingues dons
Luttes de classes et pauvreté plus tabous que le racisme. Entrevue avec Toni Morrison
Crime et pauvreté à l’ère du libéralisme
Sortir d’un gang criminel et reprendre goût à la vie
Printemps
Réaction du Comité des femmes des communautés culturelles de la FFQ sur les accommodements raisonnables
Rencontre laïque internationale le 10 février
Toutes les Montréalaises devraient disposer d’un logement de qualité, sécuritaire et abordable
Un goût de lendemain de veille
Lulu love Lili ou histoire d’L
Association étonnante d’une psychologue aux ateliers "Initiative vraie Beauté" de Dove
La Commission de l’équité salariale refuse la demande du gouvernement d’étaler le paiement
Devons-nous nuancer notre critique de l’islam ?
La menace de tuer Redeker, un test pour l’état de notre démocratie
Point de rupture
L’R des centres de femmes du Québec à la recherche d’une travailleuse polyvalente
J’ai rencontré le quinquagénie
Le calendrier girl power 2007 s’inscrit dans le phénomène de l’hypersexualisation de la société
Jeux olympiques 2006 - J’ai perdu mes eaux limpides !!!
Déménagement du casino : une hausse du crime est prévisible
Ressources pour les femmes
Le gouvernement Harper veut museler les groupes de femmes
Dérives des banlieues : les filles, premières victimes
Les Misérables du XXIe siècle
Attention à la boîte de pandore de l’eugénisme scientifique
La France et le Québec, deux définitions divergentes de la laïcité dans l’espace public
Tout le monde en parle, de la peste raciste
Le mouvement étudiant et le renouvellement du projet social québécois
La longue marche des femmes vers l’égalité dans les métiers non traditionnels
Libre : la loi du genre
La Loi sur les normes de travail interdisant le harcèlement psychologique est en vigueur au Québec
Un couvre-feu pour les jeunes afin de réduire le vandalisme ?
Femmes, migration et frontières
L’amour a-t-il changé ?
Pauvreté : bouc émissaire
La Cour supérieure du Québec rend un important jugement sur l’équité salariale
Le totalitarisme "politically correct". Mythe ou réalité ? - Le milieu universitaire et la droite
Le totalitarisme "politically correct". Mythe ou réalité ? - Culture occidentale et analyse féministe
La chasse au "politically correct"
S’unir pour être rebelles - Rassemblement de jeunes féministes
La féminisation linguistique : nommer notre présence au monde
Équité salariale et dérives masculinistes
La malbouffe n’est pas toujours un choix personnel
Appel pour un Québec d’abord solidaire !
Les derniers titres de Sisyphe en permanence sur votre site
Radio France Outre-Mer attise le feu
La Charte mondiale des femmes pour l’humanité
Privatiser les services de santé, un pis-aller
Une justice à géométrie variable
Quand l’industrie de la charité imite les « grandes »







Dans un autobus, quatre petits soldats - ils portent le costume des cadets - chahutent, déchirent du papier, agacent un homme handicapé qui vient de monter. Ils ont fait la sourde oreille aux protestations qui s’élevaient autour d’eux. Des hommes ont dit : « Ramassez ces papiers. On ne veut pas de l’armée ici. »

La colère monte en moi. J’essaie de rejoindre celui qui semble le chef et qui me tourne le dos. Le mouvement de l’autobus contribue à donner l’impression que je lui lance un coup de pied dans les jambes.

Il est furieux. Il se tourne vers moi - l’homme handicapé vient de se lever pour échapper aux sarcasmes - et il me dit : « Toi, espèce d’étrangère, je vais le dire à mon père ! » Je me retiens de lui dire que son père devrait commencer par l’éduquer au respect d’autrui. Je dis plutôt que l’intimidation et le terrorisme ne sont pas tolérés dans les transports en commun. Ils répètent : « Toi, l’étrangère, mêle-toi de tes affaires. » Le mot étrangère est censé être une grave insulte.

En réalité, les garçons cherchent à faire dévier la querelle sur les quelques personnes de couleur qui sont près de moi. Ces dernières ne réagissent pas.

Les hommes qui protestaient tout à l’heure contre les papiers déchirés et le costume militaire ne disent plus un mot : la querelle a pris une tournure raciste et de classe sexuelle. Ces hommes se sentent plus solidaires de ces jeunes garçons que de la femme qui réclame leur respect. Ce sont d’autres femmes, sous la volée de menaces et de termes méprisants, qui remettent à sa place les jeunes blancs-becs.

Les quatre garçons descendent au même arrêt que moi et profèrent des menaces à mon endroit. Je leur dis qu’ils ne me font pas peur et j’essaie de discuter. Celui qui semble le chef dit : « On connaissait cet homme, tu n’avais pas d’affaires à te mêler de ça. »

Moi : « Que vous le connaissiez ou non, vous n’avez pas à déranger les autres, qui que ce soit, dans les autobus. » Le ton monte. Le plus petit - c’est risible, il doit avoir à peine 9 ans - dit aux trois autres : « On l’attaque ? », et les insultes à caractère sexuel de fuser. La misogynie n’a pas d’âge et, c’est bien connu, elle est de la même famille que le racisme.

Irritée de cette tentative d’intimidation et de la tournure typiquement mâle que prend l’événement, je leur dis : « Si vous attaquez, je vais me défendre. Vous aurez mon pied quelque part. » Les insanités augmentent. De toute évidence, on ne pensait pas au même endroit où mettre le pied... Ils ont tout de suite pensé à leur pénis. L’un d’eux, du haut de ses onze ou douze ans, descend sa fermeture éclair et dit : « Veux-tu voir, hein ? »

J’aurais ri si cet incident ne faisait référence à une triste réalité. La relève des machos, qui utilisent l’arme sexuelle pour tenter d’intimider les autres, existe bel et bien. À douze ans, on associe déjà le pénis à une arme. Aux hommes, ils n’ont pas répondu dans l’autobus. Aux femmes, ils ont servi le mépris sexuel pour bien marquer que, tout jeunes qu’ils soient, ils n’en sont pas moins de la classe sexuelle dominante. Je frissonne à l’idée qu’on puisse retrouver, dans quelques années ces enfants, devenus jeunes hommes, un fusil en main.

L’exemple des aînés

Pourtant, je ne devrais pas me surprendre du comportement de ces jeunes. Ils imitent leurs aînés. Je n’ai qu’à songer à ce dont j’ai été témoin au cours des récents dix jours.

Il y a eu d’abord cette femme de couleur, contre qui le chauffeur d’autobus a crié, sans raison, alléguant qu’elle était en deçà de la ligne blanche. Elle n’était pas la seule, j’y étais aussi. J’ai prié la femme de passer devant moi et j’ai regardé le chauffeur d’un air qui signifiait que je ne tolérerais pas qu’il me crie à la tête. Il ne l’a pas fait : je suis une femme blanche !

Autre incident, impliquant encore un chauffeur d’autobus qui a manifesté une violence verbale extrême à l’égard d’un homme âgé, sous un prétexte que j’ignore, mais de toute façon injustifiable. Le même chauffeur a fumé sa pipe pendant les vingt minutes du trajet.

À une autre occasion, c’est moi qui ai été prise à partie dans le métro. Je suis parfois distraite et il m’arrive de me tromper de direction. Cette fois, au terminus Henri-Bourassa, je me suis précipitée dans le métro qui venait d’arriver au lieu de monter dans celui qui partait. Perdue dans mes pensées, je n’ai même pas constaté que j’étais seule dans la voiture. Un cri de colère, presque de rage, m’a tirée de ma torpeur. J’ai dit au conducteur : « Mais ne criez pas tant ». Lui de plus belle : « Il faut crier pour les sourdes », et il se dirigeait vers moi. Je me suis engouffrée vivement dans le métro sur son départ.

D’où vient cette haine féroce, cette rage ? Comment croire qu’on a vraiment changé collectivement au Québec ? Mépris des personnes handicapées, des femmes, des gens d’origine étrangère, de la clientèle en général. Pourquoi cela ? Les campagnes de sensibilisation et les nombreux débats n’auraient-ils rien donné ?

Les événements rapportés dans ce texte se sont produits à la fin des années 1980 à Montréal, au Québec. Plus précisément deux ans avant le meurtre, par un jeune homme misogyne et frustré, de 14 jeunes filles à l’École polytechnique de Montréal.

Depuis, avons-nous vraiment fait des progrès sur la voie du civisme, de la tolérance et du respect des différences ?


Montréal, 1987


Partagez cette page.
Share


Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer ce texte   Nous suivre sur Twitter   Nous suivre sur Facebook
   Commenter cet article plus bas.

Micheline Carrier
Sisyphe

Micheline Carrier est éditrice du site Sisyphe.org et des éditions Sisyphe avec Élaine Audet.



    Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

© SISYPHE 2002-2002
http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Retour à la page d'accueil |Admin