| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       






mercredi 25 octobre 2006

Devons-nous nuancer notre critique de l’islam ?

par Évariste, ReSPUBLICA






Écrits d'Élaine Audet



Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


La 42e Assemblée Générale annuelle de l’Association des femmes autochtones du Canada (AFAC) rassemble jeunes et aînées
Les luttes menées à l’échelle locale sont liées et s’inscrivent dans un contexte global
À la mémoire de Marie Trintignant
L’économie du don, la théorie et les pratiques - Appel de textes
20e anniversaire de la Marche des femmes contre la pauvreté "Du pain et des roses" : des retrouvailles émouvantes et stimulantes
La présence des femmes sur Internet
"Lockout au Journal de Montréal. Enjeux d’un conflit de travail", chez M éditeur
Les garderies commerciales : la réponse du XX1e siècle ?
Grande manifestation contre l’austérité, samedi le 29 novembre à Montréal et Québec
Services sexuels pour les handicapés : la pitié dangereuse
Vatican VS mafia - Qui lave les péchés du monde ?
Résister et construire des alternatives au modèle patriarcal, capitaliste, raciste, lesbophobe et colonial
Obama ou le "Dream" de Martin Luther King ?
La dictature du regard
De petits pas contre la faim - Où déposer vos dons
Le féminin à géométrie variable - Être nommée pour exister !
Shéhérazade, une filiation possible pour les femmes militantes ou artistes contemporaines
La médaille du Barreau de Montréal 2012 décernée à Me Christiane Pelchat, artisane d’un monde meilleur
La CHI - Un humour dégradant et complice de l’injustice sociale
Grève étudiante - Des féministes de l’Université Laval s’indignent de la violence policière
Grève étudiante – "Allô la police !"
Témoignage - Mon chemin vers le bonheur
Des survivantes de tortures et de mauvais traitements exhortent le Canada à aider à mettre fin aux violations des droits de la personne aux Philippines
Discrimination sexiste dans l’industrie de la construction : mémoire
Aides domestiques – Le Conseil du patronat du Québec prend encore une fois position contre l’égalité des femmes
Québec - Une menace plane sur l’autonomie des organismes communautaires
Les femmes demandent réparation
Offrez des livres des éditions Sisyphe pour Noël 2010 - Deux forfaits à prix modique
Abolition de la Commission de l’équité salariale : un recul inacceptable pour les femmes !
Les crimes haineux déclarés par la police au Canada
Les organismes communautaires dénoncent les conséquences des actions gouvernementales
Les femmes immigrées et "racisées" font les frais d’une fragmentation du mouvement communautaire et d’un manque de ressources
Le réenchantement du monde par les médias
Dramaturgie de contes de fées dans les relations internationales
Équité salariale - la moitié des entreprises ne suivent pas la loi
Le scandale du financement des écoles privées
L’utérus national
Québec - Il y a 25 ans, Denis Lortie tirait sur des employés de l’Assemblée nationale
Mouvement de libération des femmes : 1970-2010
Éliminer la pauvreté : il faut faire plus ... et mieux
La Grande Déclaration Jeunesse de Québec
Nouveau-Brunswick - Aux personnes qui pensent que les femmes ont atteint l’égalité
Équité salariale - Radio-Canada à pas de tortue
Radio-Canada et les femmes journalistes - Avancez par en arrière, Mesdames
Quand le sexe prit le pouvoir
Pour le respect des droits et libertés des travailleuses et travailleurs (im)migrant-es au Québec et au Canada
Les nouvelles chaussures du ségrégationnisme
Aides familiales, travailleurs agricoles, et autres travailleurs (im)migrant-es à statut précaire : quels droits ? Quelles responsabilités gouvernementales ?
La pauvreté a des effets dévastateurs sur la santé des enfants
Arrière-pensées des discours sur la "victimisation"
Marchons le 7 septembre pour appuyer la Déclaration des Nations-Unies sur les droits des peuples
En Congrès, l’AFEAS réclame une loi pour protéger les droits collectifs acquis et l’égalité entre les sexes
Syndrome d’aliénation parentale ou SAP, une théorie contestée
Tuerie de Virginia Tech - La célébrité au bout du fusil
Dignes dingues dons
Luttes de classes et pauvreté plus tabous que le racisme. Entrevue avec Toni Morrison
Crime et pauvreté à l’ère du libéralisme
Sortir d’un gang criminel et reprendre goût à la vie
Printemps
Réaction du Comité des femmes des communautés culturelles de la FFQ sur les accommodements raisonnables
Rencontre laïque internationale le 10 février
Toutes les Montréalaises devraient disposer d’un logement de qualité, sécuritaire et abordable
Un goût de lendemain de veille
Lulu love Lili ou histoire d’L
Association étonnante d’une psychologue aux ateliers "Initiative vraie Beauté" de Dove
La Commission de l’équité salariale refuse la demande du gouvernement d’étaler le paiement
La menace de tuer Redeker, un test pour l’état de notre démocratie
Point de rupture
L’R des centres de femmes du Québec à la recherche d’une travailleuse polyvalente
J’ai rencontré le quinquagénie
Le calendrier girl power 2007 s’inscrit dans le phénomène de l’hypersexualisation de la société
Jeux olympiques 2006 - J’ai perdu mes eaux limpides !!!
Déménagement du casino : une hausse du crime est prévisible
Ressources pour les femmes
Le gouvernement Harper veut museler les groupes de femmes
Dérives des banlieues : les filles, premières victimes
Les Misérables du XXIe siècle
Attention à la boîte de pandore de l’eugénisme scientifique
La France et le Québec, deux définitions divergentes de la laïcité dans l’espace public
Tout le monde en parle, de la peste raciste
Le mouvement étudiant et le renouvellement du projet social québécois
La longue marche des femmes vers l’égalité dans les métiers non traditionnels
Libre : la loi du genre
La Loi sur les normes de travail interdisant le harcèlement psychologique est en vigueur au Québec
Un couvre-feu pour les jeunes afin de réduire le vandalisme ?
Femmes, migration et frontières
L’amour a-t-il changé ?
Pauvreté : bouc émissaire
La Cour supérieure du Québec rend un important jugement sur l’équité salariale
Le totalitarisme "politically correct". Mythe ou réalité ? - Le milieu universitaire et la droite
Le totalitarisme "politically correct". Mythe ou réalité ? - Culture occidentale et analyse féministe
La chasse au "politically correct"
S’unir pour être rebelles - Rassemblement de jeunes féministes
La féminisation linguistique : nommer notre présence au monde
Équité salariale et dérives masculinistes
La malbouffe n’est pas toujours un choix personnel
Appel pour un Québec d’abord solidaire !
Les derniers titres de Sisyphe en permanence sur votre site
Radio France Outre-Mer attise le feu
La Charte mondiale des femmes pour l’humanité
Pourquoi cette rage ?
Privatiser les services de santé, un pis-aller
Une justice à géométrie variable
Quand l’industrie de la charité imite les « grandes »







Robert Redeker vit toujours cloîtré, sous haute protection, coupé des siens, dans l’incapacité d’exercer son métier. Cela dure depuis plusieurs semaines, et c’est déjà un premier scandale, qui justifie, entre autres, de continuer à signer la pétition impulsée par Respublica !

La deuxième chose inacceptable est ce qui se passe sur certains plateaux de télévision, et ce qu’on lit sur certains sites. On entend régulièrement les hypocrites de service dire, la bouche en coeur, que toute condamnation à mort est condamnable. On n’imagine pas Boubakeur ou un représentant de l’UOIF venir dire que c’est mérité. Mais immédiatement après, on entend ces mêmes interlocuteurs nous dire par contre qu’il a gravement offensé les musulmans, que cela suffit, et qu’il doit présenter des excuses. Bref, le condamné à mort est coupable, et les complices des lanceurs de fatwas jouent les pleureuses et les victimes. C’est insupportable, mais c’est bien calculé.

L’objectif est clair, dans la continuité du scandale des caricatures : dissuader, intimider, tous ceux qui, comme Redeker, oseraient se laisser aller à critiquer le Coran, les textes sacrés et le prophète. Avec le précédent de Théo Van Gogh, assassiné en Hollande par un islamiste d’origine marocaine, et le sort de Robert Redeker, il va falloir être courageux pour continuer à revendiquer, et à pratiquer la libre critique de la religion musulmane, droit que nous revendiquons, comme celle de toutes les autres religions et de tous les dogmes.

Il n’est pas inutile de se rappeler comment, pendant des décennies, ceux que je préfère appeler les staliniens, plutôt que les communistes, ont su intimider l’ensemble du mouvement ouvrier, mais aussi toute la gauche, et toute la société, pour défendre leur modèle totalitaire.

Ils ont multiplié insultes, violences physiques et amalgames. Les troskystes ont été qualifiés d’hitlero-trotskystes, et assassinés dans le monde entier, et, selon les périodes, les socialistes et les anarchistes n’ont guère été ménagés.

Surtout, l’amalgame tombait immédiatement : si on critiquait, en France, le "seul parti qui défendait les travailleurs", on était obligatoirement des alliés du patronat buveur de sang, des relais objectifs de la droite, voire des agents de l’extrême-droite. Je ne parle pas des violences physiques dans les manifestations pour tous ceux que la direction du Parti communiste de l’époque qualifiait de "provocateurs".

Reconnaissons que ces méthodes ont longtemps fort bien marché, et que la réalité du stalinisme a longtemps été étouffée, au nom de la nécessité de ne pas désespérer Billancourt. Certains, même à l’extrême gauche trotskyste, en sont d’ailleurs encore à regretter le mur, comme s’ils étaient dorénavant orphelins.

Pour autant, il ne fallait pas céder sur le fond, ne pas reculer sur la dénonciation sans concession du stalinisme, et en même temps ne pas tomber dans une logique maccarthyste, visant à considérer tout militant du PCF comme un gardien du goulag en puissance, car il y avait, et il y a toujours bien sûr, des gens formidables et des militants exceptionnels au Parti communiste français.

Nous devons tirer les leçons de cette histoire pour aborder comment les laïques, en France, doivent faire face à l’offensive d’un nouveau totalitarisme, l’islamisme, dont les derniers épisodes sur les caricatures et Redeker, inenvisageables il y a encore cinq ans, montrent une détermination de plus en plus grande à intimider la société laïque.

Les islamistes, relayés par les communautaristes de gauche et d’extrême gauche, ont, depuis les années 1990, lancé la bataille des mots avec le terme islamophobie.

Cela a marché pendant près de quinze ans, jusqu’à ce que, sous diverses influences, dont la nôtre n’a pas été des moindres, il a été démontré l’imposture de l’amalgame au racisme. Les intégristes savent, sur ce sujet, et suite à la loi contre les signes religieux à l’école, qu’ils ont perdu, en France, la bataille de l’opinion, il suffit de se rappeler des sondages sur la loi du 15 mars 2004.

Quelle va être, aujourd’hui leur nouvelle stratégie ? D’abord, ils veulent maintenant amalgamer toute critique de l’islam à une provocation contre les musulmans, pour culpabiliser les libres penseurs. Certains laïques, en toute bonne foi, reprennent cette argumentation, pensant qu’on gagnera les musulmans modérés en épargnant de toute critique la religion pratiquée, et ses textes les plus violents. D’autres nous disent que si on critique l’islam sans critiquer de la même façon le catholicisme, on est un allié objectif de Bush et du Vatican, et des adeptes du "choc des civilisations". Les islamistes doivent bien rigoler dans leur barbe de cette auto-censure, qui ne fait que les encourager à gémir encore davantage à la persécution anti-musulmane, comme les staliniens savaient hier crier à l’anti-communisme primaire à la moindre évocation du goulag.

Ne nions pas qu’à l’extrême droite, des courants veulent mener la lutte contre l’islam au nom des valeurs chrétiennes, ou sur des bases racistes.

Notre collaboratrice Marie Perret, dans un numéro de Respublica, il y a quelques mois, répondait remarquablement à l’argumentation d’un lecteur qui expliquait qu’il allait voter Villiers pour lutter efficacement contre l’islamisme. Marie expliquait pourquoi le "choc des civilisations" était une impasse dans la lutte contre l’intégrisme, et que les ennemis de nos ennemis n’étaient pas forcément nos alliés. On peut être en désaccord avec Redeker, le trouver complaisant avec la religion catholique, et constater malgré tout que ce n’est plus au nom de Dieu qu’on tue sur terre, au vingt-et-unième siècle, mais au nom d’Allah. Cela n’empêche pas, par-ci par-là, notamment en Pologne, les intégristes catholiques de sévir encore, notamment contre les femmes et les homosexuels, et un maire UMP de vouloir ériger une statue de 10 mètres de haut de Wojtyla à Ploermel, en Bretagne.

Redeker ne dit pas pour autant, contrairement à l’extrême droite raciste, que tous les musulmans sont des assassins et des terroristes en puissance, mais il ne fait pas la nuance entre l’islam et l’islamisme, ce que certains lui reprochent. Pourtant, il ne fait que reprendre les propos de la militante féministe hollandaise Aayan Hirsi Ali, condamnée à mort par les islamistes, ceux de l’écrivaine bengalaise Tasmima Nasreen, victime d’une fatwa en 1994, ou de bien d’autres qui disent que le ver est dans le fruit, et que ce sont certains fondements de l’islam qui sont responsables de la situation, notamment des sourates et versets incompatibles avec les règles démocratiques, la laïcité et l’égalité hommes-femmes. C’est un vrai débat, qu’alimentent en France Pascal Hilout et nombre de musulmans laïques ou de maghrébins athées.

Reprenons la comparaison avec le stalinisme. Longtemps, les trotskystes ont raconté que les fondations étaient bonnes, mais que Staline avait tout gâché. Selon eux, si le prophète (pas Mahomet, Léon) avait gagné, la nature de l’URSS n’aurait pas été la même.

D’autres militants, et pas seulement les anarchistes, estiment que là aussi, le ver était dans le fruit, notamment par la théorie du parti de l’avant-garde. Pour eux, ce n’était pas un hasard si, à chaque fois qu’un parti communiste prenait le pouvoir dans le monde, les traditions démocratiques, la liberté d’expression, la pluralité politique, que certains jugent peut-être encore comme des valeurs bourgeoises, n’étaient pas au rendez-vous. On peut quand même aujourd’hui faire la même comparaison ! Quand les islamistes sont au pouvoir, ce sont des théocraties religieuses, et il n’y a pas de droit à d’autres religions, et encore moins à l’athéisme. Quant à la condition des femmes, elle fait la fortune des marchands d’étoffe !

A Respublica, nous ne serons jamais de ces laïques frileux qui tremblent devant toute critique de l’islam (et se rattrapent contre le Vatican), qui n’apportent qu’un soutien du bout des lèvres au journal Charlie Hebdo, aux dessinateurs danois ou à Robert Redeker, et qui sont, comme Sarkozy, prêts à "toiletter" nos lois laïques et nos principes républicains pour qu’ils s’adaptent à l’islam, fer de lance de la nouvelle offensive cléricale.

C’est en se battant bec et ongles pour le maintien de cette liberté d’expression que le pays des Lumières aidera au mieux, en France et dans le monde, tous les citoyens, croyants, agnostiques ou athées, épris de liberté de conscience, à s’émanciper de l’emprise de l’islam politique.

Source : Respublica, le 25 octobre 2006. Merci à l’auteur d’autoriser la publication de cet article sur Sisyphe.

Mis en ligne sur Sisyphe, le 25 octobre 2006


Partagez cette page.
Share


Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer ce texte   Nous suivre sur Twitter   Nous suivre sur Facebook
   Commenter cet article plus bas.

Évariste, ReSPUBLICA



Plan-Liens Forum

  • > nuançons nos critiques
    (1/1) 5 janvier 2007 , par





  • > nuançons nos critiques
    5 janvier 2007 , par   [retour au début des forums]

    Je voudrai juste dire qu’il est plus facile et légitime de critiquer une religion par exemple quand on est partie prenante que de l’extérieur (à propos de des critiques de femmes issues de pays musulmans)
    Toute critique extrême de l’extérieur dans le contexte actuel (il y a même des gens pour affirmer sérieusement que contrairement à l’islam le catholicisme a toujours été tolérant !!!!!)me mets un peu mal à l’aise....


        Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

    © SISYPHE 2002-2006
    http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Retour à la page d'accueil |Admin