| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       






jeudi 5 mai 2011

Discrimination sexiste dans l’industrie de la construction : mémoire

par le Comité ad hoc pour la défense des droits des femmes dans la construction






Écrits d'Élaine Audet



Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


Les luttes menées à l’échelle locale sont liées et s’inscrivent dans un contexte global
À la mémoire de Marie Trintignant
L’économie du don, la théorie et les pratiques - Appel de textes
20e anniversaire de la Marche des femmes contre la pauvreté "Du pain et des roses" : des retrouvailles émouvantes et stimulantes
La présence des femmes sur Internet
"Lockout au Journal de Montréal. Enjeux d’un conflit de travail", chez M éditeur
Les garderies commerciales : la réponse du XX1e siècle ?
Grande manifestation contre l’austérité, samedi le 29 novembre à Montréal et Québec
Services sexuels pour les handicapés : la pitié dangereuse
Vatican VS mafia - Qui lave les péchés du monde ?
Résister et construire des alternatives au modèle patriarcal, capitaliste, raciste, lesbophobe et colonial
Obama ou le "Dream" de Martin Luther King ?
La dictature du regard
De petits pas contre la faim - Où déposer vos dons
Le féminin à géométrie variable - Être nommée pour exister !
Shéhérazade, une filiation possible pour les femmes militantes ou artistes contemporaines
La médaille du Barreau de Montréal 2012 décernée à Me Christiane Pelchat, artisane d’un monde meilleur
La CHI - Un humour dégradant et complice de l’injustice sociale
Grève étudiante - Des féministes de l’Université Laval s’indignent de la violence policière
Grève étudiante – "Allô la police !"
Témoignage - Mon chemin vers le bonheur
Des survivantes de tortures et de mauvais traitements exhortent le Canada à aider à mettre fin aux violations des droits de la personne aux Philippines
Aides domestiques – Le Conseil du patronat du Québec prend encore une fois position contre l’égalité des femmes
Québec - Une menace plane sur l’autonomie des organismes communautaires
Les femmes demandent réparation
Offrez des livres des éditions Sisyphe pour Noël 2010 - Deux forfaits à prix modique
Abolition de la Commission de l’équité salariale : un recul inacceptable pour les femmes !
Les crimes haineux déclarés par la police au Canada
Les organismes communautaires dénoncent les conséquences des actions gouvernementales
Les femmes immigrées et "racisées" font les frais d’une fragmentation du mouvement communautaire et d’un manque de ressources
Le réenchantement du monde par les médias
Dramaturgie de contes de fées dans les relations internationales
Équité salariale - la moitié des entreprises ne suivent pas la loi
Le scandale du financement des écoles privées
L’utérus national
Québec - Il y a 25 ans, Denis Lortie tirait sur des employés de l’Assemblée nationale
Mouvement de libération des femmes : 1970-2010
Éliminer la pauvreté : il faut faire plus ... et mieux
La Grande Déclaration Jeunesse de Québec
Nouveau-Brunswick - Aux personnes qui pensent que les femmes ont atteint l’égalité
Équité salariale - Radio-Canada à pas de tortue
Radio-Canada et les femmes journalistes - Avancez par en arrière, Mesdames
Quand le sexe prit le pouvoir
Pour le respect des droits et libertés des travailleuses et travailleurs (im)migrant-es au Québec et au Canada
Les nouvelles chaussures du ségrégationnisme
Aides familiales, travailleurs agricoles, et autres travailleurs (im)migrant-es à statut précaire : quels droits ? Quelles responsabilités gouvernementales ?
La pauvreté a des effets dévastateurs sur la santé des enfants
Arrière-pensées des discours sur la "victimisation"
Marchons le 7 septembre pour appuyer la Déclaration des Nations-Unies sur les droits des peuples
En Congrès, l’AFEAS réclame une loi pour protéger les droits collectifs acquis et l’égalité entre les sexes
Syndrome d’aliénation parentale ou SAP, une théorie contestée
Tuerie de Virginia Tech - La célébrité au bout du fusil
Dignes dingues dons
Luttes de classes et pauvreté plus tabous que le racisme. Entrevue avec Toni Morrison
Crime et pauvreté à l’ère du libéralisme
Sortir d’un gang criminel et reprendre goût à la vie
Printemps
Réaction du Comité des femmes des communautés culturelles de la FFQ sur les accommodements raisonnables
Rencontre laïque internationale le 10 février
Toutes les Montréalaises devraient disposer d’un logement de qualité, sécuritaire et abordable
Un goût de lendemain de veille
Lulu love Lili ou histoire d’L
Association étonnante d’une psychologue aux ateliers "Initiative vraie Beauté" de Dove
La Commission de l’équité salariale refuse la demande du gouvernement d’étaler le paiement
Devons-nous nuancer notre critique de l’islam ?
La menace de tuer Redeker, un test pour l’état de notre démocratie
Point de rupture
L’R des centres de femmes du Québec à la recherche d’une travailleuse polyvalente
J’ai rencontré le quinquagénie
Le calendrier girl power 2007 s’inscrit dans le phénomène de l’hypersexualisation de la société
Jeux olympiques 2006 - J’ai perdu mes eaux limpides !!!
Déménagement du casino : une hausse du crime est prévisible
Ressources pour les femmes
Le gouvernement Harper veut museler les groupes de femmes
Dérives des banlieues : les filles, premières victimes
Les Misérables du XXIe siècle
Attention à la boîte de pandore de l’eugénisme scientifique
La France et le Québec, deux définitions divergentes de la laïcité dans l’espace public
Tout le monde en parle, de la peste raciste
Le mouvement étudiant et le renouvellement du projet social québécois
La longue marche des femmes vers l’égalité dans les métiers non traditionnels
Libre : la loi du genre
La Loi sur les normes de travail interdisant le harcèlement psychologique est en vigueur au Québec
Un couvre-feu pour les jeunes afin de réduire le vandalisme ?
Femmes, migration et frontières
L’amour a-t-il changé ?
Pauvreté : bouc émissaire
La Cour supérieure du Québec rend un important jugement sur l’équité salariale
Le totalitarisme "politically correct". Mythe ou réalité ? - Le milieu universitaire et la droite
Le totalitarisme "politically correct". Mythe ou réalité ? - Culture occidentale et analyse féministe
La chasse au "politically correct"
S’unir pour être rebelles - Rassemblement de jeunes féministes
La féminisation linguistique : nommer notre présence au monde
Équité salariale et dérives masculinistes
La malbouffe n’est pas toujours un choix personnel
Appel pour un Québec d’abord solidaire !
Les derniers titres de Sisyphe en permanence sur votre site
Radio France Outre-Mer attise le feu
La Charte mondiale des femmes pour l’humanité
Pourquoi cette rage ?
Privatiser les services de santé, un pis-aller
Une justice à géométrie variable
Quand l’industrie de la charité imite les « grandes »







Nous avions déjà présenté sur Sisyphe, en 2004, l’expérience d’une menuisière qui dénonçait l’inégalité hommes-femmes dans l’industrie de la construction et proposait des pistes de solution. Depuis, nous avons reçu de nouveaux documents, montrant qu’aucune suite n’est donnée aux différents projets soumis par des travailleuses pour améliorer leur condition. Même si, nous dit-on, la Commission de la construction du Québec (CCQ) a déjà reçu un montant de 4,7 millions de dollars à cette fin. Pour ces femmes déterminées et persévérantes, il s’agit de mettre sur pied des projets concrets permettant aux femmes d’accéder et d’acquérir les heures nécessaires pour obtenir la carte de compétence du plus haut échelon dans chacun des métiers et pouvoir évoluer enfin sur leur lieu de travail dans un climat respectueux à l’égard des femmes.

Nous publions, ci-dessous, le document soumis, le 4 février 2011, par le Comité ad hoc pour la défense des droits des femmes dans les métiers et occupations de la construction dans le cadre de la consultation de la Commission des relations avec les citoyens, intitulé « Vers un deuxième plan d’action gouvernemental pour l’égalité entre les femmes et les hommes ». On y dévoile la situation inquiétante des travailleuses de cette industrie au Québec et le peu d’efforts consacré à la lutte contre la discrimination sexiste dans ce domaine, où les hommes sont encore largement majoritaires et y défendent jalousement leurs privilèges. Comme on le verra ci-dessous, la nomination de Diane Lemieux, ancienne présidente du Conseil du statut de la femme (CSF), à la présidence de la CCQ suscite beaucoup d’espoir chez les travailleuses de la construction.

Élaine Audet


Communiqué du Comité ad hoc pour la défense des droits des femmes dans les métiers et occupations de la construction

Dans le cadre de la consultation de la Commission des relations avec les citoyens sur le document intitulé « Vers un deuxième plan d’action gouvernemental pour l’égalité entre les femmes et les hommes », le Comité ad hoc pour la défense des droits des femmes dans les métiers et occupations de la construction a dévoilé la situation inquiétante des travailleuses de cette industrie au Québec dans son mémoire présenté le 4 février 2011. La responsable du Comité, Sylvie Déraspe, déplore que « le Québec a la pire moyenne de présence des femmes dans les métiers et occupations dans cette industrie de toutes les provinces au Canada, selon les propres statistiques de la Commission de la construction du Québec (CCQ) ». Le taux de présence des femmes dans l’industrie de la construction se situe à 1,2 % tandis que la moyenne nationale se situe à 3 % et le taux de présence en Alberta se situe à 6 %.

Mme Déraspe, qui a plus de 27 ans d’expérience comme travailleuse, entrepreneure, formatrice et militante pour la place des femmes dans cette industrie, affirme que les femmes font encore face à des situations de discrimination directe à l’embauche, à des milieux hostiles et à d’énormes problèmes de maintien en emploi. Enfin, sans surprise, le taux d’abandon des femmes formées se situe à 62 % comparativement à 36 % pour les hommes. Madame Déraspe souligne que « non seulement la situation est-elle inquiétante, mais de plus, elle ne s’améliore pas ». En effet, toujours selon les documents de la CCQ, les femmes ont déjà eu un taux de présence plus élevé qui a reculé au cours des dernières années.

Jennifer Beeman, coordonnatrice du dossier Femmes dans la construction au Conseil d’intervention pour l’accès des femmes au travail (CIAFT), souligne que la CCQ avait un programme d’accès à l’égalité pour les femmes de 1996 à 2006 avec une cible de 2 % de femmes dans l’industrie. « Non seulement le programme n’a pas atteint sa cible qui était très modeste, cinq ans après la fin du programme, la CCQ n’a toujours pas fait le bilan de ce programme ni formulé des recommandations par rapport à l’amélioration de la situation des femmes ».

Selon Mme Déraspe, « C’est dommage, car plusieurs femmes sont formées et diplômées et ne réussissent pas à intégrer l’industrie de la construction. »

Par ailleurs, le Comité ad hoc pour la défense des droits des travailleuses de l’industrie de la construction et le CIAFT accueillent avec beaucoup d’ouverture l’arrivée de Madame Diane Lemieux à la présidence de la CCQ. « Sa nomination montre une réelle volonté politique que plusieurs choses changent dans cette industrie » note Mme Beeman.

- Source : "Femmes dans la construction : un important mémoire déposé aujourd’hui", NetFemmes, le 4 février 2011.

______________________

Extrait du mémoire « Les femmes dans l’industrie de la construction », présenté le 4 février 2011 à l’Assemblée nationale du Québec

Les métiers de la construction présentent des conditions fortement avantageuses pour les femmes, puisque les salaires sont attrayants et conventionnés, les corps d’emploi régis, la santé des travailleuses est couverte par la Commission de la santé et de la sécurité au travail. De plus, les 26 corps d’emploi nécessitent peu d’études et sont suffisamment diversifiés pour intéresser nombre de travailleuses potentielles, étudiantes ou sans emploi.

Encore aujourd’hui cependant, ces métiers font l’objet de stéréotypes et de préjugés tenaces. L’un de ces préjugés les plus ancrés est que ces métiers exigent beaucoup de force physique. Il existe toutefois maintenant des outils pour remédier à ce qui pourrait être un problème pour plusieurs, incluant des hommes plus menus. Par ailleurs, le sexe faible n’est pas aussi faible qu’on pourrait le croire : 20% des femmes sont plus fortes que 50 % des hommes. Le non-traditionnel ne veut pas non plus nécessairement dire « difficile physiquement ». Un grand nombre d’emplois non traditionnellement féminins
ne demandent qu’une force physique légère ou moyenne. C’est le cas notamment des opérateurs de machinerie lourde. En outre, plusieurs emplois traditionnellement féminins demandent plus de force physique que les métiers traditionnellement masculins.

Une étude démontre qu’une couturière peut soulever jusqu’à 3 500 kg de vêtements par jour avec ses bras et l’équivalent de 29 000 kg avec ses jambes pour l’actionnement de la pédale de la machine à coudre. Au sein des Forces armées canadiennes, on a remarqué que les femmes mécaniciennes de chars d’assaut ont fait preuve d’astuce et développé des techniques intéressantes pour venir à bout de certaines tâches. Parfois, elles ne font qu’utiliser les outils habituellement prévus pour l’exécution d’une tâche ou encore elles utilisent d’autres outils et s’acquittent très bien de leur travail. De fait, selon la Commission de la santé et de la sécurité du travail (CSST), on se blesse dans tous les domaines, traditionnels ou non. Les aides-infirmières se blessent plus fréquemment que les soudeuses et les mécaniciennes. (…) L’expérience acquise au fil des ans permet de trouver des trucs, des méthodes et de nouveaux outils pour arriver à travailler plus facilement.

Plusieurs travailleuses disent avoir développé des méthodes de travail
différentes de celles de leurs collègues. D’ailleurs, ceux-ci adoptent régulièrement ces innovations par la suite.

La main-d’oeuvre féminine aime le travail bien fait et s’impose personnellement des normes de qualité. Les femmes sont plutôt rigoureuses, minutieuses et exigeantes envers elles-mêmes, se donnant personnellement des défis souvent plus élevés qu’on leur demande, notamment dans les métiers non-traditionnels où elles doivent « faire leurs preuves ». La diversification des milieux de travail remet en question les pratiques
habituelles et instaurent une synergie améliorant les possibilités d’innovation.

Pourtant, alors que les corps d’emploi à prédominance masculine ont, telle la médecine, été investis avec succès par plus de la moitié de femmes, celles-ci ne constituaient à peine que 1,2 % de la main-d’oeuvre de la construction au Québec en 2008. C’est la plus faible part des femmes dans l’industrie de la construction au Canada, soit trois fois moins que la moyenne nationale de 3 %. En Alberta, par exemple, les femmes constituent près de 6 % de la main-d’oeuvre de ce secteur et 4 % à l’Île-du-Prince-Édouard.

Source :
. Sylvie Déraspe, responsable du Comité ad hoc pour la défense des droits des femmes dans la construction : Cellulaire : 514.791.6426.
. Jennifer Beeman, pour le CIAFT : bureau 514.954.0220, poste 1704. Cellulaire : 438.321.5988.

- Lire en pdf le mémoire intégral, présenté par le Comité ad hoc pour la défense des droits des femmes dans les métiers et occupations de la construction. On peut voir et lire l’audition sur le site de l’Assemblée nationale à cette page.

PDF - 115.9 ko

Mis en ligne sur Sisyphe, le 17 avril 2011.


Partagez cette page.
Share


Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer ce texte   Nous suivre sur Twitter   Nous suivre sur Facebook
   Commenter cet article plus bas.

le Comité ad hoc pour la défense des droits des femmes dans la construction



Plan-Liens Forum

  • Discrimination sexiste dans l’industrie de la construction : mémoire
    (1/1) 22 avril 2011 , par Internaute





  • Discrimination sexiste dans l’industrie de la construction : mémoire
    22 avril 2011 , par Internaute   [retour au début des forums]

    J’aimerais ajouter un autre aspect important de l’accès à l`emploi et non le moindre. C’est l`absence totale de programme d’intégration dans les hôpitaux et les différents ministères. Les hôpitaux, en maintenant la carte de compagnon sans offrir l’option de formation compagnon-apprenti, bloquent l`intégration des femmes, puisque elles ont du mal à obtenir les heures nécessaires pour se qualifier.


        Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

    © SISYPHE 2002-2011
    http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Retour à la page d'accueil |Admin