| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       






jeudi 29 janvier 2004

Pauvreté : bouc émissaire

par Stéphanie LeBlanc






Écrits d'Élaine Audet



Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


La 42e Assemblée Générale annuelle de l’Association des femmes autochtones du Canada (AFAC) rassemble jeunes et aînées
Les luttes menées à l’échelle locale sont liées et s’inscrivent dans un contexte global
À la mémoire de Marie Trintignant
L’économie du don, la théorie et les pratiques - Appel de textes
20e anniversaire de la Marche des femmes contre la pauvreté "Du pain et des roses" : des retrouvailles émouvantes et stimulantes
La présence des femmes sur Internet
"Lockout au Journal de Montréal. Enjeux d’un conflit de travail", chez M éditeur
Les garderies commerciales : la réponse du XX1e siècle ?
Grande manifestation contre l’austérité, samedi le 29 novembre à Montréal et Québec
Services sexuels pour les handicapés : la pitié dangereuse
Vatican VS mafia - Qui lave les péchés du monde ?
Résister et construire des alternatives au modèle patriarcal, capitaliste, raciste, lesbophobe et colonial
Obama ou le "Dream" de Martin Luther King ?
La dictature du regard
De petits pas contre la faim - Où déposer vos dons
Le féminin à géométrie variable - Être nommée pour exister !
Shéhérazade, une filiation possible pour les femmes militantes ou artistes contemporaines
La médaille du Barreau de Montréal 2012 décernée à Me Christiane Pelchat, artisane d’un monde meilleur
La CHI - Un humour dégradant et complice de l’injustice sociale
Grève étudiante - Des féministes de l’Université Laval s’indignent de la violence policière
Grève étudiante – "Allô la police !"
Témoignage - Mon chemin vers le bonheur
Des survivantes de tortures et de mauvais traitements exhortent le Canada à aider à mettre fin aux violations des droits de la personne aux Philippines
Discrimination sexiste dans l’industrie de la construction : mémoire
Aides domestiques – Le Conseil du patronat du Québec prend encore une fois position contre l’égalité des femmes
Québec - Une menace plane sur l’autonomie des organismes communautaires
Les femmes demandent réparation
Offrez des livres des éditions Sisyphe pour Noël 2010 - Deux forfaits à prix modique
Abolition de la Commission de l’équité salariale : un recul inacceptable pour les femmes !
Les crimes haineux déclarés par la police au Canada
Les organismes communautaires dénoncent les conséquences des actions gouvernementales
Les femmes immigrées et "racisées" font les frais d’une fragmentation du mouvement communautaire et d’un manque de ressources
Le réenchantement du monde par les médias
Dramaturgie de contes de fées dans les relations internationales
Équité salariale - la moitié des entreprises ne suivent pas la loi
Le scandale du financement des écoles privées
L’utérus national
Québec - Il y a 25 ans, Denis Lortie tirait sur des employés de l’Assemblée nationale
Mouvement de libération des femmes : 1970-2010
Éliminer la pauvreté : il faut faire plus ... et mieux
La Grande Déclaration Jeunesse de Québec
Nouveau-Brunswick - Aux personnes qui pensent que les femmes ont atteint l’égalité
Équité salariale - Radio-Canada à pas de tortue
Radio-Canada et les femmes journalistes - Avancez par en arrière, Mesdames
Quand le sexe prit le pouvoir
Pour le respect des droits et libertés des travailleuses et travailleurs (im)migrant-es au Québec et au Canada
Les nouvelles chaussures du ségrégationnisme
Aides familiales, travailleurs agricoles, et autres travailleurs (im)migrant-es à statut précaire : quels droits ? Quelles responsabilités gouvernementales ?
La pauvreté a des effets dévastateurs sur la santé des enfants
Arrière-pensées des discours sur la "victimisation"
Marchons le 7 septembre pour appuyer la Déclaration des Nations-Unies sur les droits des peuples
En Congrès, l’AFEAS réclame une loi pour protéger les droits collectifs acquis et l’égalité entre les sexes
Syndrome d’aliénation parentale ou SAP, une théorie contestée
Tuerie de Virginia Tech - La célébrité au bout du fusil
Dignes dingues dons
Luttes de classes et pauvreté plus tabous que le racisme. Entrevue avec Toni Morrison
Crime et pauvreté à l’ère du libéralisme
Sortir d’un gang criminel et reprendre goût à la vie
Printemps
Réaction du Comité des femmes des communautés culturelles de la FFQ sur les accommodements raisonnables
Rencontre laïque internationale le 10 février
Toutes les Montréalaises devraient disposer d’un logement de qualité, sécuritaire et abordable
Un goût de lendemain de veille
Lulu love Lili ou histoire d’L
Association étonnante d’une psychologue aux ateliers "Initiative vraie Beauté" de Dove
La Commission de l’équité salariale refuse la demande du gouvernement d’étaler le paiement
Devons-nous nuancer notre critique de l’islam ?
La menace de tuer Redeker, un test pour l’état de notre démocratie
Point de rupture
L’R des centres de femmes du Québec à la recherche d’une travailleuse polyvalente
J’ai rencontré le quinquagénie
Le calendrier girl power 2007 s’inscrit dans le phénomène de l’hypersexualisation de la société
Jeux olympiques 2006 - J’ai perdu mes eaux limpides !!!
Déménagement du casino : une hausse du crime est prévisible
Ressources pour les femmes
Le gouvernement Harper veut museler les groupes de femmes
Dérives des banlieues : les filles, premières victimes
Les Misérables du XXIe siècle
Attention à la boîte de pandore de l’eugénisme scientifique
La France et le Québec, deux définitions divergentes de la laïcité dans l’espace public
Tout le monde en parle, de la peste raciste
Le mouvement étudiant et le renouvellement du projet social québécois
La longue marche des femmes vers l’égalité dans les métiers non traditionnels
Libre : la loi du genre
La Loi sur les normes de travail interdisant le harcèlement psychologique est en vigueur au Québec
Un couvre-feu pour les jeunes afin de réduire le vandalisme ?
Femmes, migration et frontières
L’amour a-t-il changé ?
La Cour supérieure du Québec rend un important jugement sur l’équité salariale
Le totalitarisme "politically correct". Mythe ou réalité ? - Le milieu universitaire et la droite
Le totalitarisme "politically correct". Mythe ou réalité ? - Culture occidentale et analyse féministe
La chasse au "politically correct"
S’unir pour être rebelles - Rassemblement de jeunes féministes
La féminisation linguistique : nommer notre présence au monde
Équité salariale et dérives masculinistes
La malbouffe n’est pas toujours un choix personnel
Appel pour un Québec d’abord solidaire !
Les derniers titres de Sisyphe en permanence sur votre site
Radio France Outre-Mer attise le feu
La Charte mondiale des femmes pour l’humanité
Pourquoi cette rage ?
Privatiser les services de santé, un pis-aller
Une justice à géométrie variable
Quand l’industrie de la charité imite les « grandes »







On aura beau en changer la définition et en manipuler les chiffres, la pauvreté est en augmentation au Québec. Tout le monde a une opinion sur le sujet, ses causes et bien sûr les solutions... Pendant ce temps, les personnes démunies tentent de se forger une identité entre la compassion des uns et le mépris des autres.

Le problème avec notre société, c’est qu’elle véhicule l’idée de deux catégories de pauvres : les bons et les mauvais.

La catégorie des bons pauvres regroupe les personnes âgées, les handicapé-es, mentaux et physiques, les invalides et peut-être quelques mères monoparentales à condition qu’elles soient dans la misère noire (et encore), pour espérer susciter la moindre compassion. Les bons pauvres sont donc ceux-celles-qui-sont-pauvres-mais-ce-n’est-pas-de-leur-faute !

Les mauvais pauvres sont donc, selon la croyance, les assistés sociaux "aptes au travail", les itinérant-es, les personnes dépressives, les alcooliques, les jeunes, les toxicomanes, bref ceux-celles-qui-n’ont-qu’à-travailler-s’ils-veulent-s’en-sortir ! Ceux que l’on traite le plus souvent de "parasites", de "profiteur du système", ceux et celles pour qui l’on "paie des taxes". Ceux-là n’ont aucune chance d’inspirer autre chose que du mépris de la part de la population dite active.

La classe moyenne est celle qui supporte le plus lourd fardeau fiscal. Elle éprouve donc un grand sentiment de frustration et d’injustice. Selon une étude qu’a coréalisée Léo-Paul Lauzon, professeur d’économie à l’UQAM, la part d’impôt que payaient les particuliers en 1950, représentait 51% du total et celle des entreprises 49%. En 2002, les choses ont beaucoup changé et les particuliers se tapent desormais 77% du fardeau fiscal pendant que les entreprises s’en tirent avec un confortable 23% ! * C’est sans compter le congé fiscal de 10 ans dont bénéficient les investisseurs étrangers et les 40 compagnies québécoises qui ne paient pas d’impôt du tout.

Scandaleux, non ? Seulement voilà : la classe moyenne ignore tout cela ! Se mettre la classe "payeuse de taxe" à dos n’est jamais très judicieux pour les gouvernements quels qu’ils soient. Afin de se soustraire à la colère du peuple ils doivent donc trouver un endroit où diriger cette colère. Le bouc émissaire est tout trouvé : les assistés sociaux. Et on tombe dans le panneau ! "C’est à cause des assistés sociaux que vous payez beaucoup d’impôts, ce sont ces parasites que vous faites vivre avec vos taxes !" Et les payeurs de taxes continuent de croire dur comme fer que la vie serait tellement plus facile s’il n’y avait pas tous ces pauvres à entretenir...

À force de répéter un mensonge, celui-ci finit par être perçu comme une vérité. Le gouvernement a tout intérêt à empêcher l’émergence de la solidarité ou de la compassion que pourrait éprouver la classe moyenne envers la classe pauvre. Il donne donc une cible aux payeurs de taxes et s’assure du même coup que personne ne songera à défendre les démunis. Et les vrais profiteurs du système, riches et compagnies, se roulent par terre de rire !

L’un des aspects les plus révoltant de la pauvreté est cet acharnement à maintenir les pauvres dans la misère en les empêchant d’améliorer leurs conditions de vie, ne serait-ce que légèrement. La prestation de base d’aide sociale pour une personne seule se situe autour de 567$ par mois, somme très en-dessous du seuil de la pauvreté et ne permettant évidement pas de combler les besoins de base (nourriture, logement, chauffage, habillement). Et ce ne sont pas les récentes augmentations dans les frais de garde, de chauffage et de transport en commun ainsi que la suppression de l’aide au logement pour les plus démunis qui vont améliorer les choses.

Une personne sur l’aide sociale qui désire retourner aux études pour se sortir de la misère n’aura plus le droit à ses prestations. Elle devra obtenir une bourse ou contracter un emprunt au gouvernement, emprunt qu’elle devra rembourser quel que soit son revenu après ses études. C’est sans compter les frais de garde pour les mères étudiantes, le nombre de place dans les garderies à 7$ étant insuffisant et les listes d’attente interminables.

Une mère monoparentale sur l’aide sociale avec un enfant à charge n’a plus droit au surplus de 111$ dont elle bénéficiait auparavent. Si elle reçoit une pension alimentaire, elle verra sa prestation d’aide sociale amputée du montant de la pension (en effet, le gouvernement considère la pension alimentaire comme un revenu pour la mère et non un montant pour l’enfant !) Si elle se trouve un emplois au salaire minimum, les frais de garde et l’obligation de payer médicaments, lunettes, soins dentaires et compagnie font qu’il ne reste plus beaucoup d’argent au bout du compte !

C’est comme si les démunis étaient au fond de l’océan. Chaque fois que quelqu’un parvient à se sortir la tête de l’eau pour respirer, le gouvernement lui assène un grand coup de massue pour le faire couler de nouveau ! De plus, il n’existe aucun barème-plancher, seuil de faible revenu en dessous duquel aucune coupure sur les prestations d’aide sociale ne pourrait être permise parce qu’aucune loi ne reconnaît officiellement le droit à un revenu décent permettant de combler les besoins de base.

Lorsqu’on ne fait pas couler les assistés sociaux, on les exploite. On peut penser ici aux "parcours d’insertion obligatoire", qui obligent les jeunes assistés sociaux de 18 et 24 ans à se soumettre à des programmes d’employabilité s’ils ne veulent pas subir une coupure de 150$ sur leurs prestations d’aide sociale. Ces programmes d’employabilité, conçus officiellement pour que ces jeunes puissent réintégrer le marché du travail, servent davantage à fournir une main-d’oeuvre bon marché à des employeurs, soucieux de diminuer leurs coûts de production. Tout le monde y trouve son compte, à part les jeunes : les employeurs disposent d’employé-es parfaitement exploitables qui n’ont pas le choix d’être là, tout en économisant sur les salaires et le gouvernement « rentabilise » l’aide sociale et se donne le beau rôle du héros qui sauve les jeunes de la déchéance...

Durant ce temps, les jeunes en question se retrouvent devant des emplois temporaires qui ne leur conviennent pas et qui n’offrent aucune possibilité d’avancement De plus, l’obligation qu’ils ont de travailler coûte que coûte pour recevoir leur maigre pitance les rend vulnérables à toutes sortes d’abus de la part de leur employeur (mauvaises conditions de travails, harcèlement psychologique ou sexuel, etc.)

Les préjugés aux sujets des assistés sociaux, qui vivent soi-disant la belle vie à ne rien faire, datent probablement de l’époque où il était effectivement possible de survivre avec l’aide sociale. Par contre, depuis une vingtaine d’années, le coût de la vie a augmenté beaucoup plus rapidement que le montant des prestations, qui ne sont d’ailleurs jamais bonifiées en fonction du coût de la vie. Aujourd’hui, pour survivre avec d’aussi maigres prestations, il faut avoir recours aux banques alimentaires pour manger de la nourriture périmée dont les grandes chaînes d’alimentation ne veulent plus, loger dans des logements insalubres et renoncer à tout loisir et à toute distraction. Ce n’est plus, en admettant que ça l’ait jamais été, une partie de plaisir.

On n’arrivera jamais à créer une société solidaire si l’on s’épuise en chicaneries stériles et mesquines. Il est grand temps de remettre à jour notre perception des démuni-es et de renouer avec la solidarité afin de lutter ensemble contre un système qui fait de plus en plus d’exclu-es. Après tout, nous pourrions, nous aussi, être un jour parmi eux.

* l’autre’journal, décembre 2003- janvier 2004, n° 225, p. 6

Complément de Sisyphe

- Un rapport publié en novembre 2003 et intitulé « Honorer nos promesses, relever le défi d’éliminer la pauvreté des enfants et des familles » indique que le revenu de 25% des travailleurs et travailleuses est insuffisant our faire vivre une famille décemment. On peut télécharger le rapport de 12 pages à cette adresse : http://www.campaign2000.ca/fr/rap/index.html

- Certain-es estiment qu’un revenu minimum garanti ou un revenu de citoyenneté contribuerait, avec d’autres mesures, à corriger la situation.

Mis en ligne sur Sisyphe le 29 janvier 2004


Partagez cette page.
Share


Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer ce texte   Nous suivre sur Twitter   Nous suivre sur Facebook
   Commenter cet article plus bas.

Stéphanie LeBlanc



Plan-Liens Forum

  • > Pauvreté : bouc émissaire
    (1/2) 31 mars 2008 , par

  • > Pauvreté : bouc émissaire
    (2/2) 17 novembre 2004 , par





  • > Pauvreté : bouc émissaire
    31 mars 2008 , par   [retour au début des forums]

    je trouve que la pauvreté est VRAIMENT injuste et ca ne devrais meme aps exister. Tout le monde a droit a une belle vie, une belle amison et un bon travail. Personne ne devrait avoir droit a la maltraitation ou de vivre dans des boîtes de carton !!!!! Pensez y 2 minutes !!!
    en apssant, jai 12ans !

    > Pauvreté : bouc émissaire
    17 novembre 2004 , par   [retour au début des forums]

    Merci, Stephanie LeBlanc, pour cette mise au point sur l’aide sociale. Surtout, dans un moment critique comme en ce moment, où le gouv de Charest s’apprête à pénaliser deux personnes co-habitant avec des coupures de 100$ par mois. Quel gouvernement inhumain ! Dire qu’ils avaient promis de ne pas toucher aux prestations... Jean C., Quebec


        Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

    © SISYPHE 2002-2004
    http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Retour à la page d'accueil |Admin