| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       






samedi 28 avril 2012

Grève étudiante – "Allô la police !"
Témoignage d’une manifestante

par Marie-Andrée Boivin






Écrits d'Élaine Audet



Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


La 42e Assemblée Générale annuelle de l’Association des femmes autochtones du Canada (AFAC) rassemble jeunes et aînées
Les luttes menées à l’échelle locale sont liées et s’inscrivent dans un contexte global
À la mémoire de Marie Trintignant
L’économie du don, la théorie et les pratiques - Appel de textes
20e anniversaire de la Marche des femmes contre la pauvreté "Du pain et des roses" : des retrouvailles émouvantes et stimulantes
La présence des femmes sur Internet
"Lockout au Journal de Montréal. Enjeux d’un conflit de travail", chez M éditeur
Les garderies commerciales : la réponse du XX1e siècle ?
Grande manifestation contre l’austérité, samedi le 29 novembre à Montréal et Québec
Services sexuels pour les handicapés : la pitié dangereuse
Vatican VS mafia - Qui lave les péchés du monde ?
Résister et construire des alternatives au modèle patriarcal, capitaliste, raciste, lesbophobe et colonial
Obama ou le "Dream" de Martin Luther King ?
La dictature du regard
De petits pas contre la faim - Où déposer vos dons
Le féminin à géométrie variable - Être nommée pour exister !
Shéhérazade, une filiation possible pour les femmes militantes ou artistes contemporaines
La médaille du Barreau de Montréal 2012 décernée à Me Christiane Pelchat, artisane d’un monde meilleur
La CHI - Un humour dégradant et complice de l’injustice sociale
Grève étudiante - Des féministes de l’Université Laval s’indignent de la violence policière
Témoignage - Mon chemin vers le bonheur
Des survivantes de tortures et de mauvais traitements exhortent le Canada à aider à mettre fin aux violations des droits de la personne aux Philippines
Discrimination sexiste dans l’industrie de la construction : mémoire
Aides domestiques – Le Conseil du patronat du Québec prend encore une fois position contre l’égalité des femmes
Québec - Une menace plane sur l’autonomie des organismes communautaires
Les femmes demandent réparation
Offrez des livres des éditions Sisyphe pour Noël 2010 - Deux forfaits à prix modique
Abolition de la Commission de l’équité salariale : un recul inacceptable pour les femmes !
Les crimes haineux déclarés par la police au Canada
Les organismes communautaires dénoncent les conséquences des actions gouvernementales
Les femmes immigrées et "racisées" font les frais d’une fragmentation du mouvement communautaire et d’un manque de ressources
Le réenchantement du monde par les médias
Dramaturgie de contes de fées dans les relations internationales
Équité salariale - la moitié des entreprises ne suivent pas la loi
Le scandale du financement des écoles privées
L’utérus national
Québec - Il y a 25 ans, Denis Lortie tirait sur des employés de l’Assemblée nationale
Mouvement de libération des femmes : 1970-2010
Éliminer la pauvreté : il faut faire plus ... et mieux
La Grande Déclaration Jeunesse de Québec
Nouveau-Brunswick - Aux personnes qui pensent que les femmes ont atteint l’égalité
Équité salariale - Radio-Canada à pas de tortue
Radio-Canada et les femmes journalistes - Avancez par en arrière, Mesdames
Quand le sexe prit le pouvoir
Pour le respect des droits et libertés des travailleuses et travailleurs (im)migrant-es au Québec et au Canada
Les nouvelles chaussures du ségrégationnisme
Aides familiales, travailleurs agricoles, et autres travailleurs (im)migrant-es à statut précaire : quels droits ? Quelles responsabilités gouvernementales ?
La pauvreté a des effets dévastateurs sur la santé des enfants
Arrière-pensées des discours sur la "victimisation"
Marchons le 7 septembre pour appuyer la Déclaration des Nations-Unies sur les droits des peuples
En Congrès, l’AFEAS réclame une loi pour protéger les droits collectifs acquis et l’égalité entre les sexes
Syndrome d’aliénation parentale ou SAP, une théorie contestée
Tuerie de Virginia Tech - La célébrité au bout du fusil
Dignes dingues dons
Luttes de classes et pauvreté plus tabous que le racisme. Entrevue avec Toni Morrison
Crime et pauvreté à l’ère du libéralisme
Sortir d’un gang criminel et reprendre goût à la vie
Printemps
Réaction du Comité des femmes des communautés culturelles de la FFQ sur les accommodements raisonnables
Rencontre laïque internationale le 10 février
Toutes les Montréalaises devraient disposer d’un logement de qualité, sécuritaire et abordable
Un goût de lendemain de veille
Lulu love Lili ou histoire d’L
Association étonnante d’une psychologue aux ateliers "Initiative vraie Beauté" de Dove
La Commission de l’équité salariale refuse la demande du gouvernement d’étaler le paiement
Devons-nous nuancer notre critique de l’islam ?
La menace de tuer Redeker, un test pour l’état de notre démocratie
Point de rupture
L’R des centres de femmes du Québec à la recherche d’une travailleuse polyvalente
J’ai rencontré le quinquagénie
Le calendrier girl power 2007 s’inscrit dans le phénomène de l’hypersexualisation de la société
Jeux olympiques 2006 - J’ai perdu mes eaux limpides !!!
Déménagement du casino : une hausse du crime est prévisible
Ressources pour les femmes
Le gouvernement Harper veut museler les groupes de femmes
Dérives des banlieues : les filles, premières victimes
Les Misérables du XXIe siècle
Attention à la boîte de pandore de l’eugénisme scientifique
La France et le Québec, deux définitions divergentes de la laïcité dans l’espace public
Tout le monde en parle, de la peste raciste
Le mouvement étudiant et le renouvellement du projet social québécois
La longue marche des femmes vers l’égalité dans les métiers non traditionnels
Libre : la loi du genre
La Loi sur les normes de travail interdisant le harcèlement psychologique est en vigueur au Québec
Un couvre-feu pour les jeunes afin de réduire le vandalisme ?
Femmes, migration et frontières
L’amour a-t-il changé ?
Pauvreté : bouc émissaire
La Cour supérieure du Québec rend un important jugement sur l’équité salariale
Le totalitarisme "politically correct". Mythe ou réalité ? - Le milieu universitaire et la droite
Le totalitarisme "politically correct". Mythe ou réalité ? - Culture occidentale et analyse féministe
La chasse au "politically correct"
S’unir pour être rebelles - Rassemblement de jeunes féministes
La féminisation linguistique : nommer notre présence au monde
Équité salariale et dérives masculinistes
La malbouffe n’est pas toujours un choix personnel
Appel pour un Québec d’abord solidaire !
Les derniers titres de Sisyphe en permanence sur votre site
Radio France Outre-Mer attise le feu
La Charte mondiale des femmes pour l’humanité
Pourquoi cette rage ?
Privatiser les services de santé, un pis-aller
Une justice à géométrie variable
Quand l’industrie de la charité imite les « grandes »







La blague s’arrêtera ici.

Nous sommes dans une démocratie où la liberté de manifester prévaut sur le code de la sécurité routière.

Mais comment faire lorsqu’une centaine de manifestants se retrouvent encerclés par des policiers, sous prétexte d’entrave à la circulation, et ne peuvent rien faire d’autre qu’attendre, parqués comme des vaches au milieu de la chaussée, n’ayant rien d’autre à brouter que leur indignation et leur incompréhension, dans le froid, sachant très bien leur droits bafoués, mais ne pouvant pour autant agir : n’être plus libre de ses actions, momentanément.

Qui appelle-t-on lorsqu’on est victime d’un crime ? La police ! Et qui appelle-t-on lorsqu’on est victime de la police ?

L’absurdité est telle que, arrêtés pour avoir entravé la circulation, chose que nous n’aurions faite que pour quelques minutes maximum, cette arrestation aura entravé la circulation pour plus de deux heures, car nous étions encerclés en plein milieu de la Grande-Allée. Chapeau !

Mon constat : À Québec l’après-midi du 27 avril 2012, pour la manif féministe contre la hausse des droits de scolarité, il y a eu clairement un abus de pouvoir.

Nous étions 100-150 personnes environ, on s’est fait encercler après disons 20 minutes de marche, deux minutes sur la Grande-Allée et puis paf ! Nous n’étions pas nombreux, autant de gars que de filles, toutes générations confondues, donc facile de nous encercler.

Était-ce prémédité ? Pourquoi avoir mobilisé autant de policiers pour un petit événement ? Les policiers de Québec ont-ils fait excès de vanité face à leurs collègues de Montréal, voulant eux aussi de l’action ? Sincèrement, c’était lamentable.

Nous avons donc été contraints d’attendre debout dans le froid et l’indignation muette, pris un à un pour être emmenés plus loin, au panier à salade, se faire identifier (ça aura pris 2 heures pour identifier tout le monde), ensuite emmenés au poste à Limoilou, encore de l’attente car re-identification de chacun, un à la fois, dans des chars de police pour obtenir notre belle contravention. Encore là, aucune attention à nos besoins primaires : manger, avoir chaud, aller à la toilette, s’asseoir.

Y’a rien de plus pacifique qu’une manif à Québec, croyez-moi !!! Il y avait des personnes âgées et 2 aveugles, 3 filles du secondaire, une femme qui avait mal au genou et en attente d’une opération. Croyez-le ou non, cette femme a demandé au policiers d’être emmenée dans les premières pour pouvoir s’asseoir dans le bus-panier à salade et on le lui a refusé car la procédure décidée aura été celle-là : identifier les hommes en premier...

Finalement les policiers sont revenus à la raison (mouarf) et ont emmené la dame quelque temps après. BRAVOOOO !!! Même dans une manif féministe, ils discriminent les femmes et les hommes. La bêtise n’a pas de bornes...

Nous étions encerclés par les policiers, et avions autour de nous 3 cercles de bandes orange et jaune, et à mesure que le groupe diminuait à la faveur des identifications au panier à salade, un policier nous encerclait d’un nouvelle bande, pour rétrécir l’espace... Criminels, nous ? Dommage, pendant ce temps, les violeurs, les voleurs et autres couraient les rues...

Nous avons décidé de négocier avec le chef des opérations pour être libérés en échange d’un dispersement immédiat. Cela nous a été refusé.

Or, de belles choses : ce qui m’a beaucoup touchée, c’est que les manifestants qui ont réussi à s’échapper de la souricière sont restés autour du cordon de policiers pour nous appuyer, et même une fois au poste de police, en bas de la ville cette fois-ci, 3 ou 4 hres plus tard, ils étaient encore là avec de la bouffe, à attendre la fin de la comédie…

La Charte des droits et libertés reconnaît le droit de manifester et elle prévaut sur le code de la sécurité routière, au motif duquel on a procédé à notre arrestation. La cession de notre manifestation constituait donc un abus de pouvoir honteux et inexcusable.

La répression de la liberté d’expression ne devrait pas avoir lieu dans une démocratie. Je regrette, nous ne sommes plus dans une démocratie. C’est passé par moi, je suis témoin de ce qui est arrivé, c’était injuste.

J’ai tout filmé. Heureusement, on a encore le droit de filmer. Mais jusqu’à quand, que je me le demande maintenant.

Dans le panier à salade, une manifestante a essayé de discuter avec un policier, dénonçant encore une fois l’injustice dont nous étions victimes. Celui-ci a osé répondre, candidement, « mais je ne comprends pas, nous n’avons pas été mesquins avec vous ». Je vous laisse juger de la portée de ce genre de paroles en regard de la Charte.

Mercredi soir, j’étais dans la rue à Montréal, la marche était pacifique, nous étions 10 000 environ, nous avons été aspergés de gaz sans raison, sans autres raisons que par provocation et probablement avec le but de faire en sorte que le citoyen lambda tourne le dos à notre cause (qui est pourtant une cause collective), en permettant de biaiser encore une fois les grands titres des journaux. D’accord. Mais s’en prendre à 150 citoyens et citoyennes tranquilles, un après-midi à Québec ? On n’a pas eu peur de l’absurde, et du ridicule, ici !

Ceci étant dit, je suis fière de m’être battue pour les générations futures, pour une meilleure redistribution des richesses, et j’espère que ce(s) dérapage(s) fera(ront) avancer la cause. J’espère que personne ne se privera de manifester, car je le crois, les policiers et leurs alliés, le gouvernement actuel, font une campagne de peur. Ils préfèreraient le bruissement de nos pantoufles dans nos chaumières plutôt que le bruit de nos pas sur la chaussée. Mais ce ne seront pas eux qui choisiront où nous poserons nos pieds ! « La rue est à nous », notre avenir aussi, et nous l’écrivons collectivement, aujourd’hui.

« Féministes tant qu’il le faudra ! » Manifestons notre indignation collective tant qu’il le faudra !

Marie-Andrée Boivin, Montréal, momentanément à Québec…

- Aussi : Des féministes de l’Université Laval s’indignent de la violence policière


Partagez cette page.
Share


Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer ce texte   Nous suivre sur Twitter   Nous suivre sur Facebook
   Commenter cet article plus bas.

Marie-Andrée Boivin



Plan-Liens Forum

  • Grève étudiante – "Allô la police !"
    (1/2) 1er mai 2012 , par Internaute

  • Grève étudiante – "Allô la police !"
    (2/2) 29 avril 2012 , par Prof Karine





  • Grève étudiante – "Allô la police !"
    1er mai 2012 , par Internaute   [retour au début des forums]

    Je ne sais pas si ça peut vous aider : http://www.educaloi.qc.ca/loi/citoyens/323/.

    Peut-être qu’en réunissant les plaintes des 150 personnes présentes...

    Bon courage à vous tous et bravo pour votre engagement.

    Grève étudiante – "Allô la police !"
    29 avril 2012 , par Prof Karine   [retour au début des forums]

    Bonjour,

    Merci pour ce témoignage ; nous sommes environ le même nombre de personnes à avoir vécu sensiblement la même chose le mercredi 18 avril, à Gatineau. Près de 170 personnes marchaient pacifiquement et nous avons été encerclés par l’anti-émeute, sans avertissement, sans droit de nous disperser.

    Comme vous, nous avons été détenus plusieurs heures (au moins, il faisait beau...) dehors, sans eau, sans nourriture, sans toilette. Les policiers ont usé des mêmes tactiques d’intimidation, prise à parti, identification avec photo et détour au poste le plus loin possible de chez soi, tout ça pour une contravention d’entrave à la voie publique.

    Pendant notre détention illégale, la colère se faisait sentir, l’impuissance, surtout, devant cet abus de pouvoir contre lequel nous ne pouvions rien.

    La police et le gouvernement font tout pour intimider les manifestants et faire en sorte qu’ils ne veulent plus sortir. C’est triste à mourir.

    Je compatis.

    Karine P.
    Enseignante au collégial


        Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

    © SISYPHE 2002-2012
    http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Retour à la page d'accueil |Admin