| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       






samedi 5 mars 2005


6ème Grève mondiale des femmes le 8 mars 2005
"Les femmes ne doivent rien, c’est à elles que l’on doit"

par Selma James, coordonnatrice de la Grève mondiale 2005






Écrits d'Élaine Audet



Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


Brisons le stéréotype de la femme musulmane au Québec
Mossoul. L’heure des règlements de comptes
Argentine - Mourir parce que l’on est une femme : la triste réalité du féminicide, fléau qui endeuille le pays
Des Palestiniennes créent une banque de semences pour préserver leur héritage agricole
Misère, domination masculine et oppression : les réfugiées syriennes dans la tourmente
Toute notre solidarité avec les femmes et le peuple kurde - Appel à l’action
Pays arabes - La Dre Alyaa Gad enseigne la santé et la sexualité à une chaîne télé sur Youtube
Appel des femmes kurdes - La mentalité patriarcale de la complicité AKP-DAESH : figure la plus atroce du féminicide
Inde - Les Femmes en Noir, solidaires de la résistance collective à la guerre contre le corps des femmes
L’avortement sexo-sélectif au sein de la communauté indo-espagnole
Femmes, islam et autres ennuis
Les femmes de Turquie partent en guerre contre l’oppression
Teesta Setalvad, l’âme de la lutte pour la laïcité en Inde
Un viol, un assassinat de trop !
Brésil - “Clandestinas”, un documentaire qui brise le silence sur l’avortement clandestin
Bahreïn : des experts de l’ONU appellent à cesser la répression contre les militantes des droits de l’homme
Les femmes et la mission indienne Mars : une photo qui dit plus que 1000 mots
Les évangéliques brésiliens à l’assaut de la sexualité
Un génocide méconnu : 50 millions de femmes disparues en Inde
La Brigade rose, des femmes indiennes combattantes
52 personnalités féminines du monde réclament un TPI en République Démocratique du Congo
Brève histoire du mouvement féministe tunisien
L’ONU minimise les mutilations sexuelles féminines et maintient le tabou du rôle des religions
Le gouverneur de l’État de New York dépose une « Charte des droits » des femmes pour combattre la discrimination à leur égard
Démocratie sans État laïque ? Le "hold up" des printemps arabes
Acquittement de Pinar Selek annulé - Une décision jamais vue dans l’histoire mondiale du Droit
Honneur aux dissidents anti-fondamentalistes, Chevalier de la Barre d’aujourd’hui
Bosnie - Est-ce justice de ne pas tenir compte du viol en temps de guerre ?
Obama, Madonna et nous
Histoires minuscules des révolutions arabes - Rencontre à Lyon le 19 octobre 2012
À la rencontre d’Annie Sugier - Femmes voilées aux Jeux olympiques (ou Les femmes courent-elles moins vite que les Noirs ?)
Le retour des religions, synonyme du retour du bâton contre les femmes !
Le voile islamique, "symbole culturel" aux Jeux olympiques de Londres
Caroline Fourest paie-t-elle le prix du féminisme ou de sa lutte contre les intégrismes religieux ?
La Commission de la Condition de la femme de l’ONU recule devant les pays qui invoquent les traditions culturelles pour bafouer les droits des femmes
Ana Pak, féministe iranienne en exil : "S’unir dans la classe des femmes"
Pourquoi la question de la Palestine est un enjeu féministe
Le film "Circumstance - En secret" soutient les valeurs masculines
Le piège et l’impasse du féminisme islamique
Le féminisme n’est plus le mouvement révolutionnaire qu’il a été
Sisyphe.org aura 10 ans en 2012 : des changements en cours
Il bat deux femmes ou abat la dignité de toutes les femmes ?
Mettons fin au massacre des femmes – Mettons fin à la lapidation !
Au nom de la démocratie, ce que les laïques et les femmes ont à perdre en Tunisie
Polygamie et charia en Libye - Les femmes se révoltent contre la décision du CNT et s’adressent à l’ONU
Le rôle des femmes dans la contestation sociale en Israël
Affaire Shafia : "crime d’honneur" ou accident ? La Presse
L’intégrisme orthodoxe et la Serbie
Une éducation algérienne : de la révolution à la décennie noire - Conférence de Wassyla Tamzali à Lyon le 30 septembre
Les femmes qui débarrassent le Liban des bombes à fragmentation
Poste de contrôle israélien sur la route de la maternité : lieu de naissance ou de décès ?
Femmes courageuses - Les prix ne vont pas toujours à celles et ceux qui le méritent !
Le féminisme polonais n’est plus ridiculisé
La mobilisation d’un village palestinien force les autorités à amender les lois sur les crimes dits d’honneur
Marie-Andrée Bertrand - Développer, nourrir et enseigner la pensée critique dans une démarche créative
Libérez toutes les prisonnières politiques des prisons israéliennes
Donner aux femmes les moyens de se protéger contre les violences sexuelles lors de conflits armés
Haïti - État de la situation des femmes : pré et post-séisme 2010
Brésil - Les luttes des femmes pour l’égalité et la justice
La démocratie et l’égalité entre les femmes et les hommes
Italie - Mauvais jour pour le sultan Berlusconi : des millions de femmes réclament sa démission
Islam et intégrisme - La liberté de pensée a disparu sous le tapis de prière
Une Irano-Néerlandaise pendue en Iran
Le « viol correctif » en Afrique du Sud
Sud-Soudan - Les femmes ont juré qu’elles ne resteront pas des citoyennes de seconde classe
Que gagneront les Tunisiennes à la révolution dans leur pays ?
Prostitution, point de rencontre entre l’exploitation sexuelle et exploitation économique
La femme grillagée - Chanson
Haïti - La vie après le séisme
La lapidation, forme ultime du contrôle des femmes
Tunisiennes et citoyennes par-dessus tout
L’Iran élu membre de la Commission de la condition de la femme des Nations Unies
Algérie - Le lynchage des femmes de Hassi Messaoud se poursuit
J’ai mal à mon Algérie pour le sort qu’elle réserve à ses femmes
Hassi Messaoud - Halte à la “fatalité” de la terreur à l’encontre des femmes algériennes ! Quoi faire tout de suite
Le voile, symbole de l’instrumentalisation des droits des femmes pour un projet totalitaire
Trois mousquetaires au féminin : Susan B. Anthony, Elizabeth Cady Stanton et Matilda Joslyn Gage
Amnesty et les intégristes : une vieille histoire, l’exemple de l’Algérie
Lettre ouverte au Secrétaire général des Nations Unies concernant la scandaleuse situation lors de la 54ème Commission de la condition de la femme !
Islamisme - Rayhana et les autres
Tuées et lapidées partout dans le monde, les femmes sonnent la révolte
Une femme en colère. Lettre d’Alger aux Européens désabusés
Commémoration des massacres d’Algériens et d’Algériennes le 17 octobre 1961
Arabie saoudite - L’écrivaine contestataire Wajiha Al-Howeidar remet les hommes à leur place
Arabie saoudite - Appel contre le mariage d’une fillette de 10 ans
Appel au soutien contre la mise en place de la charia en France
Egypte - Obama et la prison des identités religieuses
Obama au Caire : une gifle aux femmes qui se battent contre le voile islamique
Un tribunal d’Arabie saoudite condamne une veuve de 75 ans au fouet et à la prison pour "crime de mixité"
Misogynie et géopolitique
Les femmes exigent un nouvel ordre mondial
MGF-excision : une banalisation de la santé des Africaines au Québec ?
Menaces de mort par un groupe de "talibans" contre des fillettes scolarisées au Pakistan
Participation des femmes libanaises à la vie politique : cinq raisons en faveur d’un quota
Shahrzad New, en anglais et en farsi
Une fillette de huit ans séparée de son mari doit craindre pour sa vie
Les femmes chinoises, les oubliées de la modernisation
Les femmes d’Okinawa aux militaires américains : "Cessez de nous violer et retournez chez vous."
7 avril, Journée mondiale contre les crimes d’honneur
Deux décennies de manifestations et d’espoir pour les Femmes en Noir
Quelle a été la situation des femmes en 2007 ?
Attaques à la bombe en Algérie - Appel de citoyens algériens aux organisations citoyennes, aux partis et aux syndicats progressistes
Qu’est-ce que la Résolution 1325 du Conseil de sécurité des Nations Unies ?
Crime d’honneur en Syrie : le gouvernement doit sauver la vie d’une jeune femme ou se faire complice d’un assassin
Le Réseau international de solidarité avec les femmes iraniennes appelle à l’aide
L’Agenda des femmes 2008 - La parole aux filles de 9 à 12 ans
Bhawani Rana, une femme qui se bat pour d’autres
Le pouvoir politique de l’amitié
L’ONU, alliée des femmes ?
De partout des femmes interpellent l’humanité
L’UNICEF demande un meilleur accès à la santé et à l’éducation pour les femmes afghanes
Un héritage scandaleux de l’ONU au Timor
Hidjab, soccer et manipulation
L’application de la charia en France
Une juge allemande s’inspire du Coran pour excuser un mari violent
Père et fils condamnés pour avoir battu une jeune femme au nom de traditions religieuses
Vandalisme chez une dirigeante musulmane canadienne qui critique le port du voile
Un père désespéré appelle à sauver la vie de sa fille
Le mariage forcé tue !
« Nous rejetons la mondialisation néo-libérale et patriarcale »
Au Brésil, 2000 femmes détruisent des pépinières d’eucalyptus et un laboratoire de recherche
Égalité ! Égalité ! Égalité ! ...
Le programme du Hamas : la Charia et la haine des femmes !
Le « féminicide » dans les républiques « maquiladoras »
Le Comité des droits de l’homme de l’ONU blâme sévèrement le Canada pour le traitement infligé aux femmes autochtones et aux détenues
Le message des femmes de la République de Guinée
La libération des femmes n’est pas un luxe réservé aux pays riches
Aung San Suu Kyi, 60 ans, toujours assignée à résidence
Le passé n’est pas un pays étranger
Ce code algérien de la famille vieux de 20 ans, ça suffit !
Assassinat d’une dirigeante syndicale en Colombie
La colère des femmes contre le viol dans le nord-est de l’Inde
La police du Soudan reçoit une formation sur l’aide aux victimes de violences sexuelles
Appel à la solidarité internationale pour le peuple haïtien
Des groupes de femmes demandent la démission de Miriam Tey, directrice de l’Institut de la Femme en Espagne
La directrice de l’Institut de la Femme édite un livre qui fait l’apologie du viol des femmes et des petites filles
En Iran, un texte de loi sur les droits des femmes soulève un tollé







6ème Grève mondiale des femmes le 8 mars 2005

« Les femmes ne doivent rien, c’est à elles que l’on doit »

Pour en finir avec la pauvreté et la guerre.
Investissez dans le bien-être pas dans la mort !
Un salaire permettant de vivre pour tout notre travail !
Équité salariale dans le marché mondial !

Depuis l’an 2000, à l’occasion de chaque Journée internationale des femmes, dans plus de 60 pays, des femmes organisent toutes sortes d’actions à la base, pour revendiquer que la société investisse dans le bien-être et non dans la mort, et que l’argent gaspillé dans la guerre soit plutôt consacré aux besoins de nos communautés. La Grève s’est développée et fortifiée au cours de ces cinq années, en particulier dans des pays du Sud, et des femmes, et de plus en plus d’hommes, organisent maintenant des actions tout au long de l’année. Nous avons observé comment lutter pour la justice avec d’autres au-delà des frontières nationales accroît le pouvoir de toutes et tous.

Lutter contre la pauvreté et la guerre

L’opposition à la guerre et la lutte contre la pauvreté sont inséparables. Le récent et terrible tsunami a tué près de 300 000 personnes, mais chaque jour plusieurs milliers de gens meurent de faim ou de maladies, du réchauffement de la planète et de la guerre : des catastrophes créées par des humains et régies par l’argent et le marché. Les gouvernements et leurs multinationales bien-aimées brassent beaucoup d’air lorsqu’ils parlent de mettre un terme à la pauvreté, mais ils ne mentionnent même pas qu’ils vont nous donner l’argent dont nous avons besoin. Les terreurs indissociables que sont la pauvreté et la guerre sont profitables et il n’est pas dans leur intérêt d’y mettre un terme. Il n’y a que nous, à commencer par les femmes, les soignantes, à livrer bataille tous les jours pour maintenir la vie, qui travaillons le plus et gagnons le moins, qui sommes en mesure d’engendrer cette transformation vitale. La Grève est notre façon de nous mobiliser pour y parvenir.

Nous ne demandons pas la charité, mais revendiquons ce qui nous est dû. Nous exigeons un salaire nous permettant de vivre pour tout le travail que nous effectuons. Et travailleuses et travailleurs salarié-es, nous avons droit aux mêmes salaires, que nous soyons hommes ou femmes, quel que soit notre pays, quel que soit notre âge, notre race ou notre religion, lorsque nous nous sommes salarié-es : nous exigeons l’équité salariale dans le marché mondial.

Voilà le programme de la Grève pour en finir avec la pauvreté de même qu’avec le sexisme et le racisme.

La Grève recherche toujours à rassembler les femmes (et les hommes) au-delà d’un grand nombre de divisions.

La Grève prend comme point de départ celles et ceux qui ne sont pas perçus comme travailleuses ou travailleurs : mères et autres soignantes/aidantes, activistes de la base, agricultrices et agriculteurs de subsistance, immigrant-es ou sur des fermes familiales, les personnes qui survivent de prestations d’invalidité, de chômage, de sécurité sociale, les enfants travailleurs, les immigrant-es avec ou sans papiers, travailleuses et travailleurs serviles, les travailleuses domestiques et de soins à domicile, les travailleuses de l’industrie du sexe, les détenu-es et ancien-nes détenu-es, refuzniks, étudiant-es, survivantes de viols et autres luttant pour obtenir justice, bénévoles dans la communauté et autres, quel que soit notre sexe, nationalité, religion, âge, préférence sexuelle...

Nos revendications pour l’équité salariale et pour un salaire, tout le travail que nous réalisons, renforcent toutes les travailleuses et travail-leurs, salarié-es ou non, en rendant visible notre contribution et notre capacité de nous unir.

Le soutien des hommes

Payday, un réseau multiracial d’hommes, coordonne l’appui et la participation des hommes au niveau mondial. Cette organisation a non seulement soutenu les actions de la Grève, mais a aussi fait campagne avec les femmes et les hommes qui refusent l’armée et le travail meurtrier et répressif des États-Unis au Royaume-Uni, d’Israël à l’Érythrée. Le "recrutement des pauvres" (l’enrôlement - principalement des personnes de couleur et des immigrant-es - dans l’armée américaine par nécessité économique) a permis aux États-Unis d’amorcer "une guerre sans fin". Par conséquent, ceux et celles qui refusent de tuer constituent une partie importante du mouvement pour mettre un terme à la guerre, mais aussi à la pauvreté. Payday s’apprête à lancer son film "Refusing to Kill »(Le refus de tuer) qui donne la parole aux femmes et aux hommes qui refusent d’agir comme bourreaux, violeurs et meurtriers pour le compte de l’armée.

La Révolution bolivarienne du Venezuela et la résistance au coup d’État franco-américain en Haïti sont des points de référence importants de la Grève. Tous deux sont majoritairement menés par des femmes, bien que cela ne soit pas souvent reconnu. La Grève s’apprête à lancer son troisième film sur le Venezuela*. L’extraordinaire expérience qui s’y déroule démontre bien que ce que les gens de la base veulent et revendiquent partout est réalisable.

Plusieurs d’entre nous ont été choqué-es d’apprendre que Bush et ses sbires génocidaires seront à la tête de la plus grande armée du monde pendant quatre ans de plus. Mais comme l’a dit Joe Hill, un grand combattant de la classe ouvrière, lorsqu’il fut victime d’un coup monté, accusé de meurtre par la police américaine et condamné à la peine de mort : "Ne vous lamentez pas, organisez-vous !"

Pouvoir aux soeurs et aux frères pour arrêter le monde et le changer !

Selma James
Grève mondiale des femmes, Coordination internationale

Traduction : Édith Rubinstein, Femmes en noir

*Les deux autres films ("Venezuela - A 21st Century revolution" et "The Bolivarian Revolution : Enter the Oil Workers !") sont disponibles en espagnol et sous-titrés en anglais, sur VHS et DVD. Contactez la Grève pour plus de renseignements.

Revendications de la Grève

- Paiement de tout le travail de soins en salaires, pensions, terres et autres ressources. Qu’y a-t-il de plus important que d’élever des enfants et de s’occuper des autres ? Investissez dans la vie et les soins aux gens, pas dans les budgets militaires et les prisons.
- Équité salariale pour tous, femmes et hommes, dans le marché mondial.
- Sécurité alimentaire pour toutes et tous, en commencant par les mères qui allaitent. Congés de maternité et pauses d’allaitement payés et autres prestations sociales. Cessez de nous punir d’être des femmes.
- Non paiement de la "dette du tiers monde". Les femmes ne doivent rien, c’est à elles que l’on doit.
- Accès à l’eau potable, aux soins médicaux, au logement, au transport et à l’éducation.
- Sources d’énergie et technologies non-polluantes qui réduisent notre temps de travail. Nous avons toutes besoin de fours, de réfrigérateurs, de machines à laver, d’ordinateurs et de temps libre !
- Asile et protection contre toute violence et persécution, y compris provenant de membres de la famille et de personnes en position d’autorité.
- Liberté de circulation. Les capitaux circulent librement. Pourquoi pas les gens ?

Coordination internationale :
Angleterre : Grève mondiale des femmes et Femmes de couleur de la Grève mondiale des femmes, Crossroads Women’s Centre, Londres, Angleterre
Courriel
Site Web

Et Payday, un réseau d’hommes :
Courriel
Site Web

- Extraits des Appels de la Grève des années précédentes


2000
LA PLUPART DU TRAVAIL FAIT PAR LES FEMMES N’EST NI RÉMUNÉRÉ, NI RECONNU, NI VALORISÉ

La Grève met en lumière l’énorme contribution des femmes à chaque société et à chaque économie. Ce sont les femmes qui font marcher le monde, qui élèvent et prennent soin de toute sa population. Pourtant, la plupart du travail que nous faisons n’est ni rémunéré, ni reconnu, ni valorisé. Cette absence de reconnaissance économique et sociale est une injustice sexiste fondamentale qui dévalorise les femmes et tout ce qu’elles font, notamment en maintenant nos salaires de 25 à 50% inférieurs à ceux des hommes. En fait, bien que quelques femmes aient pu accéder aux salaires élevés des gestionnaires, le fossé entre le salaire des femmes et celui des hommes ne cesse de s’élargir.

NOUS REVENDIQUONS UN MILLÉNAIRE QUI VALORISE LE TRAVAIL ET LA VIE DE TOUTES LES FEMMES.

Les femmes et les filles ont besoin et ont droit à une réduction de notre travail et à une reconnaissance financière de notre énorme contribution. Moins de travail, plus de temps, plus de ressources. La grève est le meilleur moyen de rendre visible la contribution, les besoins et les revendications des femmes, parce que quand les femmes s’arrêtent de travailler, tout s’arrête ! Ce n’est pas la première fois que les femmes font grève. En Islande en 1975, dans 24 pays durant la décennie d’activités de Temps libre pour les femmes (24 octobre 1985-1994), en Suisse en 1991 et au Mexique en 1999, ces actions ont permis de gagner une plus grande reconnaissance pour tout le travail, salarié et non salarié, que font les femmes et un meilleur rapport de forces pour gagner nos revendications : parité des salaires, allocations sociales, garderies, etc.

ON NE FAIT PAS LA GRÈVE POUR QUE QUELQUES FEMMES PUISSENT GRAVIR LES ÉCHELONS DE LA HIÉRARCHIE DU POUVOIR.
Nous en avons assez d’investir nos espoirs dans des femmes qui nous
demandent de les appuyer à gravir les échelons de la hiérarchie économique et politique en nous promettant de s’occuper de nos problèmes lorsqu’elles auront atteint une position de pouvoir. En fait, les femmes qui ont gravi l’échelle du pouvoir ont été utilisées contre nous pour masquer le mépris des gouvernements qui sacrifient nos vies aux besoins implacables du "marché mondial ". Tout comme les gens accusent partout les gouvernements de ne pas nous défendre contre l’avidité du big business, nous accusons les femmes en place dans les gouvernements de ne pas représenter les femmes. Le
mouvement des femmes apprend à distinguer entre les ambitions personnelles de quelques femmes et le chemin de la libération pour toutes les femmes et la transformation complète de la société.

NOUS DEVONS CHANGER LES PRIORITÉS DU MONDE

À l’aube de l’an 2000, de plus en plus de gens prennent conscience qu’une telle transformation est vitale : le monde ne peut plus fonctionner comme ça longtemps. Des guerres, des famines et des maladies à l’effet de serre et autres catastrophes écologiques, du racisme aux autres formes d’exploitation, la technologie la plus avancée n’a pas accru le bonheur et le bien-être pour la grande majorité d’entre nous et a souvent eu des conséquences désastreuses, comme en font foi la contestation du commerce des armes et des aliments génétiquement modifiés, de l’ALENA et de l’Organisation mondiale du commerce.

2001
Les revendications de la Grève constituent un cadre pour vous aider à
exprimer les besoins particuliers de votre situation. En exposant les
besoins des femmes de façon globale, elles permettent d’unir toutes celles qui participent à la Grève et insuffle un pouvoir international à chaque action locale. C’est pourquoi, nous espérons que quoi que vous ajoutiez ou mettiez en évidence, vous mentionnerez TOUTES les revendications.

Le tract pour la Grève 2000 a été traduit en 25 langues, un formidable
accomplissement rendu possible grâce à un appui recueilli partout dans le monde. Il est urgent que nous puissions traduire le nouveau tract. Veuillez contacter l’adresse à Londres si vous pouvez nous aider.

Il est particulièrement difficile de disséminer l’information dans les zones rurales. Si les femmes des villages et des villes de province font parvenir leurs nouvelles, les femmes qui habitent dans les grandes villes, (même dans d’autres pays) peuvent les transmettre par courrier électronique ou par télécopie. Ainsi, celles qui parmi nous habitent les villes peuvent aider celles d’entre nous qui sont dans les villages avec peu ou pas de ressources ou d’accès aux moyens de communication.

2002
Au niveau mondial ce sont nous, les femmes, qui assurons les soins à toute la société, créant les nouvelles vies, prenant soin et protégeant non seulement les gens, mais aussi toute la vie de la planète. Il n’est pas étonnant que nous ayons toujours été les activistes invisibles créant des mouvements contre la guerre et l’injustice.

La Grève mondiale des femmes est un mouvement de la base contre la
mondialisation des massacres et de l’exploitation, une extension du travail de soins que nous faisons. Dans plusieurs pays, nous avons organisé des actions de protestation hebdomadaires depuis que " la nouvelle guerre des États-Unis " a commencé. Parce que nous assurons les soins aux gens, nous donnons au mouvement une orientation permettant d’arrêter les génocides : nous exigeons que cessent les obscènes dépenses militaires. Ces ressources massives doivent être transférées dans les soins, l’alimentation, la santé
et les moyens d’apprendre et de s’éduquer. C’est la façon d’en finir avec les guerres et d’arrêter de glorifier ce militarisme macho indifférent au bien-être de chacun, un militarisme adopté aussi par certaines femmes comme moyen d’atteindre " l’égalité ". Il est catastrophique qu’une moitié de l’humanité soit éduquée pour prendre soin des gens et que l’autre moitié soit amené à penser qu’il y a "des choses plus importantes à faire". Contre cette situation, nous devons, femmes et les hommes, nous assurer que le bien-être soit la préoccupation centrale.

Qui peut nier que la production devrait viser les soins et le bien-être et non les tueries et le profit ? Pourtant plus de 800 milliards de $ sont
dépensés en armement chaque année - et encore plus d’argent est consacré dans les bombardements de pays comme l’Afghanistan où les gens souffrent de la faim et sont persécutés, et où l’on emprisonne quiconque osant s’y opposer. Le mouvement contre la mondialisation et contre la guerre dans lequel les femmes ont investi tant de travail et d’énergie, commence à peine à reconnaître que la perspective d’ " Investir dans les soins aux gens pas leur mort " est une perspective gagnante.

C’est pourquoi la revendication centrale de la Grève est :
Paiement pour le travail de soins sous forme de salaires, de pensions, de terres ou d’autres ressources. Qu’est-ce qui a plus de valeur que d’élever des enfants et de prendre soin des autres ? Il faut investir dans la vie et le bien-être, pas les budgets militaires ou les prisons.
Cette revendication établit le droit des femmes. Bien que nous fassions le travail fondamental dans chaque société, notre contribution n’est pas compté. Les autres revendications portent sur des besoins spécifiques, montrant comment cette première revendication fondamentale pourrait changer le monde.

Une grève est l’arme la plus puissante dont disposent les travailleurs et les femmes, qui font le 2/3 du travail mondial, sont celles qui travaillent le plus dur. Quand nous nous arrêtons, tout est perturbé. Vous verrez sur notre site Web (ou dans le rapport ci-joint, envoyé par la poste, pour celles et ceux qui n’ont pas accès au Web) comment des femmes et des filles dans plus de 60 pays ont fait des deux premières Grèves un succès en prenant un congé quelque temps de leur travail, salarié aussi bien que non salarié.

Les femmes en Ouganda ont marché pendant trois jours sans rien à manger pour pouvoir manifester et célébrer avec les femmes du monde entier. Aux Indes, 5000 femmes des villages ont marché jusqu’à la capitale régionale. Dans la capitale du Pérou, des employées domestiques ont rassemblé des organisations populaires et des syndicats ruraux et industriels, tandis que des femmes indigènes ont organisé un rassemblement dans les Andes. Des ménagères argentines ont organisé une manifestation avec une coalition d’organisations de femmes. En Espagne, des milliers se sont réunis sur une place centrale à Barcelone et un syndicat national a appelé à une grève pendant deux heures.

En Guyane, des femmes d’origine africaine, autochtone et indienne ont
manifesté contre les meurtres de femmes et d’enfants. En Irlande, des femmes ont organisé un piquet de grève devant le bureau des impôts pour exiger l’argent dû aux femmes. En Angleterre, des femmes ont marché vers le Parlement. Des femmes aux États-Unis ont lancé une Pétition internationale pour l’équité salariale et d’autres ont marché avec la campagne " Justice pour les concierges ".

2003
Plus les femmes réussissent à s’unir et à surmonter les divisions de races, d’ethnies, de nationalités et de langues qui nous séparent, plus les besoins des femmes ordinaires deviennent visibles et nos revendications contre les guerres et le commerce de l’armement qui épuisent nos ressources seront entendues.

Les États-Unis sont responsables de plus de la moitié des dépenses
militaires mondiales. C’est cette puissance militaire qui garantit la
suprématie économique des États-Unis. Elle impose le pétrole, principal polluant, comme principale source d’énergie. Avec ses alliés européens et israéliens, les États-Unis promeuvent et vendent des armes aux gouvernements du monde entier pour qu’ils se fassent la guerre et qu’ils protègent le pouvoir qu’ils exercent contre nous. C’est ainsi que 75 % du budget de l’Ouganda ou du Pakistan est englouti dans les dépenses militaires.

Au cours des derniers mois, la revendication centrale de la grève, le
recouvrement des budgets militaires a été reprise par toutes sortes de gens dans le Tiers Monde et les pays industrialisés. Tout ce monde convient que la simple menace de guerre est une attaque contre toutes les vies de la planète : les mères réclamant l’accès à l’eau potable, à la nourriture et aux allocations sociales, les vétérans qui, comme des millions d’autres, ont un besoin urgent de services de santé, les travailleuses et travailleurs salarié/és licencié/es sans moyens de subsistance ou tentant de survivre avec de bas salaires et des heures de travail trop longues, les personnes handicapées et les retraité/es privé/es d’un revenu respectant leur dignité, les enfants privés d’une éducation de base et les étudiant/es privé/es de
bourses, les sans-abri... toutes et tous rappellent les quelques 900
milliards de dollars dépensés mondialement pour les armes de destruction massive et veulent savoir.

POURQUOI L’ARMÉE EST-ELLE LA PRIORITÉ QUI FAIT QUE
CHACUNE ET CHACUN DE NOUS DEVONS NOUS PRIVER ?

Cette nouvelle contestation holistique s’oppose non seulement à la guerre, mais aussi à la réorientation de notre richesse et de nos ressources collectives pour financer la guerre. La priorité générale sur laquelle le monde s’accorde est de récupérer le budget militaire. Pour atteindre ce but, les gens élaborent de nouvelles méthodes d’organisation fondées sur la responsabilité de chaque secteur vis-à-vis des autres secteurs et rejettent l’ambition politique et les partis dont la priorité est leur propre pouvoir. Bien que les hommes soient plus visibles, ce sont les femmes qui constituent toujours le pilier de l’activisme contre la guerre.

Notre réseau de lutte est plus fort et plus vaste, nous liant aux réussites réalisées par les femmes dans le monde entier. Des femmes nigérianes se sont unies au-delà des différences ethniques pour occuper les bureaux de la Shell Oil qui a exploité, corrompu, pollué, tué et mutilé dans sa poursuite du profit. Elles ont réclamé une part de ces profits pour obtenir de la nourriture, des écoles, des services de santé, en somme pour pouvoir offrir des soins aux gens. De telles luttes pour la survie et le changement sont des points de référence pour le reste d’entre nous, nous permettant de reconnaître notre douleur dans l’expérience des autres, mais aussi de découvrir notre pouvoir politique dans leurs victoires.

Pour gagner notre indépendance, nous avons souvent dû " faire nos preuves " : nier nos besoins, adopter des valeurs macho, travailler plus dur que les hommes, taire notre travail de soins non rémunéré, passer moins de temps avec nos enfants et notre famille et même dénigrer nos mères (alors que les "experts " nous dénigrent). La Grève mondiale des femmes introduit la priorité d’Investir dans les soins aux gens pas leur mort dans chaque processus de changement.

Faire la grève pour revendiquer que les budgets militaires soient réorientés vers les soins est une stratégie qui ne pouvait venir que des femmes, les pourvoyeuses de soins, mais comme ces soins, cette stratégie est centrale à la survie de tout le monde : pour que la richesse sociale soit investie dans les soins plutôt que les tueries, pour que la vie et les soins soutenant la vie redeviennent la priorité de la société, pour que le travail de protection de la vie réalisé par les femmes soit enfin reconnu comme le travail de base de la société, à partager par tout le monde et pour que cesse le pétrole pour la guerre et la guerre pour le pétrole qui fait la guerre à tout le monde quotidiennement.

2004
La Grève a une histoire populaire qui commence en 1952 avec la parution d’un petit pamphlet intitulé "A Woman’s Place " (La place d’une femme) suivit par la parution en 1972 de "Le pouvoir des femmes et la subversion sociale", aujourd’hui un classique, et en 1973 de " Sexe, race et classe ". Ces 3 ouvrages ont démontré que le travail effectué par les femmes en contrepartie d’un salaire est un deuxième emploi, que le travail non rémunéré que nous effectuons à la maison et dans la communauté en produisant tous les travailleuses et travailleurs du monde ainsi que notre combat pour changer
le monde, étaient invisibles, mais pourtant central.

Depuis, nous avons fait campagne pour obtenir la reconnaissance et un salaire pour tout le travail non rémunéré que font les femmes et pour l’équité salariale - ces deux combats constituant des leviers contre la pauvreté, l’exploitation et toutes les formes de discrimination que subissent les femmes. Selon les Nations Unies, les femmes font les 2/3 du travail dans le monde : de l’allaitement à l’éducation des enfants, des soins administrés à ceux qui sont malades, aux personnes âgées ou handicapées à la culture, la préparation et la cuisson de la nourriture qui alimente les familles, les communautés et les continents (80% de la nourriture consommée en Afrique est cultivée par les femmes), le volontariat et le travail dans le secteur informel en tant que femmes de ménage, couturières, vendeuses de rue, travailleuses de l’industrie du sexe ainsi que le travail dans le secteur formel. Ici encore le travail des femmes consiste souvent à prendre soin des gens dans les hôpitaux et les écoles, comme domestiques, gardiennes d’enfants, assistantes personnelles ... ou
dans les " sweat-shops " - des emplois pour lesquels les hommes qui font un travail similaire sont aussi très mal payés. Cependant les femmes reçoivent les salaires les plus bas et de plus sont souvent confrontées au harcèlement sexuel et racial.

A Beijing en 1995, le réseau international "Les femmes comptent", que nous coordonnons, soutenu par plus de 1500 organisations, a remporté une décision importante des Nations-Unies. Les comptes nationaux doivent prendre en compte le temps passé par les femmes au cours de leur vie, à réaliser des travaux non rémunérés et doivent aussi déterminer la valeur créée par ce travail. Trinidad et Tobago et l’Espagne en on fait une loi ; d’autres pays ont entrepris des études sur l’emploi du temps et de plus en plus tiennent compte du travail non rémunéré dans les décisions des tribunaux et dans les politiques gouvernementales.

Au Venezuela, nous travaillons avec les femmes qui construisent une économie orientée vers le bien-être et qui ont remporté l’article 88 dans la Constitution. Cet article reconnaît le travail ménager comme une activité économique qui crée une valeur ajoutée et produit un bien-être social et un richesse, ce qui donne aux ménagères le droit à la sécurité sociale. La Grève a diffusé les nouvelles de ces victoires si importantes, soutenant le processus révolutionnaire dans lequel les femmes de la base sont les participantes les plus actives.

Nous exigeons aussi que soit reconnu la contribution des hommes qui
soutiennent activement notre combat parce qu’ils conviennent qu’INVESTIR DANS LE BIEN-ÊTRE ET PAS LA MORT est la priorité de tous les travailleuses et travailleurs et de toute l’humanité. Les hommes ne sont pas seulement redevables aux femmes pour leur survie quotidienne (de l’allaitement à la préparation des repas, des vêtements propres au soutien émotionnel), mais ils sont aussi dépendants des femmes qui accordent la priorité à la survie plutôt qu’aux valeurs du marché, des valeurs qui menacent aujourd’hui la survie du monde. Le site Internet de Payday, un réseau d’hommes,
www.refusingtokill.net constitue une contribution importante au mouvement contre la guerre et à la reconnaissance de tous celles et ceux qui risquent leur vie et leur liberté pour défendre la vie et la liberté de tout le monde.

On nous dit souvent que pour pouvoir gagner, nous devons nous unir, mais on nous parle rarement de la façon de le faire (sauf les partis politiques qui veulent nous diriger). Nous utilisons la Grève comme un cadre pour l’unité, une unité entre les secteurs de femmes, entre les femmes et les hommes, une unité à l’intérieur et entre les pays, parce qu’elle repose sur la reconnaissance et de l’enrichissement par chaque secteur du combat indépendant mené par les autres secteurs. La Grève n’est ni rattachée à un parti politique, ni séparatiste. Elle est ambitieuse pour le mouvement pour un changement, mais rejette l’ambition personnelle qui mine la responsabilité mutuelle.

Global Women’s Strike and Women of Colour in the Global Women’s
Strike

Site internet
Courriel

Mis en ligne sur Sisyphe, le 4 mars 2005.


Partagez cette page.
Share


Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer ce texte   Nous suivre sur Twitter   Nous suivre sur Facebook
   Commenter cet article plus bas.

Selma James, coordonnatrice de la Grève mondiale 2005



    Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

© SISYPHE 2002-2005
http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Retour à la page d'accueil |Admin