| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       






mercredi 8 mars 2006

Égalité ! Égalité ! Égalité ! ...

par Micheline Carrier






Écrits d'Élaine Audet



Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


Brisons le stéréotype de la femme musulmane au Québec
Argentine - Mourir parce que l’on est une femme : la triste réalité du féminicide, fléau qui endeuille le pays
Des Palestiniennes créent une banque de semences pour préserver leur héritage agricole
Misère, domination masculine et oppression : les réfugiées syriennes dans la tourmente
Toute notre solidarité avec les femmes et le peuple kurde - Appel à l’action
Pays arabes - La Dre Alyaa Gad enseigne la santé et la sexualité à une chaîne télé sur Youtube
Appel des femmes kurdes - La mentalité patriarcale de la complicité AKP-DAESH : figure la plus atroce du féminicide
Inde - Les Femmes en Noir, solidaires de la résistance collective à la guerre contre le corps des femmes
L’avortement sexo-sélectif au sein de la communauté indo-espagnole
Femmes, islam et autres ennuis
Les femmes de Turquie partent en guerre contre l’oppression
Teesta Setalvad, l’âme de la lutte pour la laïcité en Inde
Un viol, un assassinat de trop !
Brésil - “Clandestinas”, un documentaire qui brise le silence sur l’avortement clandestin
Bahreïn : des experts de l’ONU appellent à cesser la répression contre les militantes des droits de l’homme
Les femmes et la mission indienne Mars : une photo qui dit plus que 1000 mots
Les évangéliques brésiliens à l’assaut de la sexualité
Un génocide méconnu : 50 millions de femmes disparues en Inde
La Brigade rose, des femmes indiennes combattantes
52 personnalités féminines du monde réclament un TPI en République Démocratique du Congo
Brève histoire du mouvement féministe tunisien
L’ONU minimise les mutilations sexuelles féminines et maintient le tabou du rôle des religions
Le gouverneur de l’État de New York dépose une « Charte des droits » des femmes pour combattre la discrimination à leur égard
Démocratie sans État laïque ? Le "hold up" des printemps arabes
Acquittement de Pinar Selek annulé - Une décision jamais vue dans l’histoire mondiale du Droit
Honneur aux dissidents anti-fondamentalistes, Chevalier de la Barre d’aujourd’hui
Bosnie - Est-ce justice de ne pas tenir compte du viol en temps de guerre ?
Obama, Madonna et nous
Histoires minuscules des révolutions arabes - Rencontre à Lyon le 19 octobre 2012
À la rencontre d’Annie Sugier - Femmes voilées aux Jeux olympiques (ou Les femmes courent-elles moins vite que les Noirs ?)
Le retour des religions, synonyme du retour du bâton contre les femmes !
Le voile islamique, "symbole culturel" aux Jeux olympiques de Londres
Caroline Fourest paie-t-elle le prix du féminisme ou de sa lutte contre les intégrismes religieux ?
La Commission de la Condition de la femme de l’ONU recule devant les pays qui invoquent les traditions culturelles pour bafouer les droits des femmes
Ana Pak, féministe iranienne en exil : "S’unir dans la classe des femmes"
Pourquoi la question de la Palestine est un enjeu féministe
Le film "Circumstance - En secret" soutient les valeurs masculines
Le piège et l’impasse du féminisme islamique
Le féminisme n’est plus le mouvement révolutionnaire qu’il a été
Sisyphe.org aura 10 ans en 2012 : des changements en cours
Il bat deux femmes ou abat la dignité de toutes les femmes ?
Mettons fin au massacre des femmes – Mettons fin à la lapidation !
Au nom de la démocratie, ce que les laïques et les femmes ont à perdre en Tunisie
Polygamie et charia en Libye - Les femmes se révoltent contre la décision du CNT et s’adressent à l’ONU
Le rôle des femmes dans la contestation sociale en Israël
Affaire Shafia : "crime d’honneur" ou accident ? La Presse
L’intégrisme orthodoxe et la Serbie
Une éducation algérienne : de la révolution à la décennie noire - Conférence de Wassyla Tamzali à Lyon le 30 septembre
Les femmes qui débarrassent le Liban des bombes à fragmentation
Poste de contrôle israélien sur la route de la maternité : lieu de naissance ou de décès ?
Femmes courageuses - Les prix ne vont pas toujours à celles et ceux qui le méritent !
Le féminisme polonais n’est plus ridiculisé
La mobilisation d’un village palestinien force les autorités à amender les lois sur les crimes dits d’honneur
Marie-Andrée Bertrand - Développer, nourrir et enseigner la pensée critique dans une démarche créative
Libérez toutes les prisonnières politiques des prisons israéliennes
Donner aux femmes les moyens de se protéger contre les violences sexuelles lors de conflits armés
Haïti - État de la situation des femmes : pré et post-séisme 2010
Brésil - Les luttes des femmes pour l’égalité et la justice
La démocratie et l’égalité entre les femmes et les hommes
Italie - Mauvais jour pour le sultan Berlusconi : des millions de femmes réclament sa démission
Islam et intégrisme - La liberté de pensée a disparu sous le tapis de prière
Une Irano-Néerlandaise pendue en Iran
Le « viol correctif » en Afrique du Sud
Sud-Soudan - Les femmes ont juré qu’elles ne resteront pas des citoyennes de seconde classe
Que gagneront les Tunisiennes à la révolution dans leur pays ?
Prostitution, point de rencontre entre l’exploitation sexuelle et exploitation économique
La femme grillagée - Chanson
Haïti - La vie après le séisme
La lapidation, forme ultime du contrôle des femmes
Tunisiennes et citoyennes par-dessus tout
L’Iran élu membre de la Commission de la condition de la femme des Nations Unies
Algérie - Le lynchage des femmes de Hassi Messaoud se poursuit
J’ai mal à mon Algérie pour le sort qu’elle réserve à ses femmes
Hassi Messaoud - Halte à la “fatalité” de la terreur à l’encontre des femmes algériennes ! Quoi faire tout de suite
Le voile, symbole de l’instrumentalisation des droits des femmes pour un projet totalitaire
Trois mousquetaires au féminin : Susan B. Anthony, Elizabeth Cady Stanton et Matilda Joslyn Gage
Amnesty et les intégristes : une vieille histoire, l’exemple de l’Algérie
Lettre ouverte au Secrétaire général des Nations Unies concernant la scandaleuse situation lors de la 54ème Commission de la condition de la femme !
Islamisme - Rayhana et les autres
Tuées et lapidées partout dans le monde, les femmes sonnent la révolte
Une femme en colère. Lettre d’Alger aux Européens désabusés
Commémoration des massacres d’Algériens et d’Algériennes le 17 octobre 1961
Arabie saoudite - L’écrivaine contestataire Wajiha Al-Howeidar remet les hommes à leur place
Arabie saoudite - Appel contre le mariage d’une fillette de 10 ans
Appel au soutien contre la mise en place de la charia en France
Egypte - Obama et la prison des identités religieuses
Obama au Caire : une gifle aux femmes qui se battent contre le voile islamique
Un tribunal d’Arabie saoudite condamne une veuve de 75 ans au fouet et à la prison pour "crime de mixité"
Misogynie et géopolitique
Les femmes exigent un nouvel ordre mondial
MGF-excision : une banalisation de la santé des Africaines au Québec ?
Menaces de mort par un groupe de "talibans" contre des fillettes scolarisées au Pakistan
Participation des femmes libanaises à la vie politique : cinq raisons en faveur d’un quota
Shahrzad New, en anglais et en farsi
Une fillette de huit ans séparée de son mari doit craindre pour sa vie
Les femmes chinoises, les oubliées de la modernisation
Les femmes d’Okinawa aux militaires américains : "Cessez de nous violer et retournez chez vous."
7 avril, Journée mondiale contre les crimes d’honneur
Deux décennies de manifestations et d’espoir pour les Femmes en Noir
Quelle a été la situation des femmes en 2007 ?
Attaques à la bombe en Algérie - Appel de citoyens algériens aux organisations citoyennes, aux partis et aux syndicats progressistes
Qu’est-ce que la Résolution 1325 du Conseil de sécurité des Nations Unies ?
Crime d’honneur en Syrie : le gouvernement doit sauver la vie d’une jeune femme ou se faire complice d’un assassin
Le Réseau international de solidarité avec les femmes iraniennes appelle à l’aide
L’Agenda des femmes 2008 - La parole aux filles de 9 à 12 ans
Bhawani Rana, une femme qui se bat pour d’autres
Le pouvoir politique de l’amitié
L’ONU, alliée des femmes ?
De partout des femmes interpellent l’humanité
L’UNICEF demande un meilleur accès à la santé et à l’éducation pour les femmes afghanes
Un héritage scandaleux de l’ONU au Timor
Hidjab, soccer et manipulation
L’application de la charia en France
Une juge allemande s’inspire du Coran pour excuser un mari violent
Père et fils condamnés pour avoir battu une jeune femme au nom de traditions religieuses
Vandalisme chez une dirigeante musulmane canadienne qui critique le port du voile
Un père désespéré appelle à sauver la vie de sa fille
Le mariage forcé tue !
« Nous rejetons la mondialisation néo-libérale et patriarcale »
Au Brésil, 2000 femmes détruisent des pépinières d’eucalyptus et un laboratoire de recherche
Le programme du Hamas : la Charia et la haine des femmes !
Le « féminicide » dans les républiques « maquiladoras »
Le Comité des droits de l’homme de l’ONU blâme sévèrement le Canada pour le traitement infligé aux femmes autochtones et aux détenues
Le message des femmes de la République de Guinée
La libération des femmes n’est pas un luxe réservé aux pays riches
Aung San Suu Kyi, 60 ans, toujours assignée à résidence
"Les femmes ne doivent rien, c’est à elles que l’on doit"
Le passé n’est pas un pays étranger
Ce code algérien de la famille vieux de 20 ans, ça suffit !
Assassinat d’une dirigeante syndicale en Colombie
La colère des femmes contre le viol dans le nord-est de l’Inde
La police du Soudan reçoit une formation sur l’aide aux victimes de violences sexuelles
Appel à la solidarité internationale pour le peuple haïtien
Des groupes de femmes demandent la démission de Miriam Tey, directrice de l’Institut de la Femme en Espagne
La directrice de l’Institut de la Femme édite un livre qui fait l’apologie du viol des femmes et des petites filles
En Iran, un texte de loi sur les droits des femmes soulève un tollé







Je vais sans doute apporter une note discordante au concert qui souligne la Journée internationale des femmes et peut-être fâcher quelques personnes. Je trouve, en effet, qu’il n’y a pas lieu de se réjouir et je n’ai pas envie de faire semblant. Toute l’année, et même depuis des années, comme des désespérées qui s’accrochent à une épave pour ne pas couler, nous avons répété sur tous les tons : "Égalité, Égalité, Égalité". Nos interlocuteurs ont entendu le mot et ont pensé qu’il leur suffirait d’en émailler leurs discours pour nous donner satisfaction.

Le discours sur l’égalité est devenu l’arbre qui cache la forêt des injustices et des inéquités. On l’emploie n’importe comment pour se donner bonne conscience. Nous en sommes toujours à devoir convaincre de la nécessité de l’égalité des femmes et des hommes - ainsi que des peuples - alors que cette égalité de fait ne constitue qu’une étape, un moyen de rendre le monde plus habitable pour la majorité des êtres humains. Il nous faut changer le monde de fond en comble, mais on nous laisse encore à la porte, comme si nous étions des étrangères. Parfois même, si nous voulons faire quelques pas dans le vestibule, on nous repousse violemment.

Pour travailler, ça oui !

Les femmes travaillent, les filles sont bonnes à l’école, plus rien ne leur est interdit, qu’avez-vous encore à vous plaindre ? dira-t-on. Pour travailler, ça oui, les femmes travaillent, doublement, triplement. Elles assurent même la majorité du travail effectué sur la planète. En plus de leurs emplois rémunérés, elles continuent de se taper la majorité des tâches domestiques, des soins aux enfants et aux adultes. Si cela va si bien du côté des femmes, pourquoi continuent-elles d’être parmi les plus pauvres, les sous-payées, les exploitées, la main-d’oeuvre à rabais des industries nationales ou multinationales ? Un rapport récent de Statistiques Canada confirme que la position économique des femmes sur le marché du travail n’a pas bougé depuis 10 ans : elles gagnent 71% de ce gagnent les hommes.

Les filles sont bonnes à l’école, dans les sports, partout ? Alors, pourquoi remet-on sans cesse en cause la légitimité de leur réussite ? Pourquoi tant d’entre elles souffrent-elles de troubles comme l’anorexie, la boulimie, l’obésité ? Pourquoi tant de filles et de femmes ne s’aiment-elles pas au point de remodeler leur corps de la tête au pied ? La réussite des filles dérange-t-elle au point qu’on tente de détruire chez elles l’estime de soi et les efforts personnels, qui en sont la source, en leur inculquant une image plus proche de la poupée gonflable que de la personne libre et autonome ? Est-ce pour freiner cette évolution que les magazines, la publicité, les vedettes pop et le système mercantile enseignent aux filles de 8 ou 10 ans le petit manuel de la parfaite séductrice, pour de pas dire de la parfaite pute, dont les chances d’avenir se mesurent à la capacité de susciter des érections chez les garçons et les hommes ?

Si les femmes et les filles ont acquis la liberté et l’égalité de fait, est-ce par mesure de représailles ou de répression que le monde néolibéral, patriarcal et proxénète tente de les réduire, avec un certain succès, à des marchandises sexuelles dont un trop grand nombre font "carrière", souvent forcée, dans les bordels du monde et vont combler les besoins des camps de concentration pour prostituées, érigés ici et là, notamment en marge de compétitions sportives, comme le souligne Malka Marcovich dans la pétition publiée sur ce site ? (1) Pourquoi tant de violence sexuelle, psychologique et physique à l’égard des femmes, dans les pays dits progressistes comme ailleurs ?

Au Québec, qui aime se considérer un modèle de progressisme, le passage de l’égalité de principe à l’égalité de fait n’est pas si facile qu’on veut le croire. Le décret gouvernemental qui impose des conditions de travail aux employé-es de l’État québécois touche en première ligne les travailleuses, notamment les travailleuses des centres de la petite enfance qui menacent, ces jours-ci, de faire la grève pour obtenir l’équité salariale. Nous avons une loi sur l’équité salariale, mais le gouvernement québécois se croit justifié de s’y soustraire ou de l’édulcorer. « On ne fait pas une grève pour l’équité salariale », a déclaré la présidente de la Commission sur l’équité salariale, une ancienne leader syndicale. Alors, qu’est-ce qui justifie de faire la grève ? Le gouvernement a déjà mis à mal le réseau de garderies à 7$ par jour et on s’inquiète de ses intentions pour d’autres programmes sociaux.

Les signaux ne sont pas plus rassurants du côté canadien. Certes, le gouvernement conservateur, élu récemment, n’a pas encore effectué le chambardement appréhendé, mais la menace plane toujours. Il a rapidement donné suite à sa promesse de remplacer les ententes sur les services de garde, que le gouvernement précédent avait signées avec les provinces, par un montant versé directement aux familles. Les services de garde resteront-ils aussi accessibles aux familles à revenu modeste s’il faut en augmenter les frais pour compenser les pertes occasionnées par cette décision ? Plus inquiétant, dans quelle mesure la récente loi adoptée au Dakota du Sud en matière d’avortement (2), et les velléités en ce sens dans d’autres états américains, peuvent-elles influencer le Parti conservateur du Canada connu comme réfractaire au libre choix des femmes ?

La religion, oppression des femmes

Néanmoins, l’obstacle le plus sérieux à la reconnaissance concrète des droits des femmes, partout dans le monde, me semble la tentative des establishments religieux ou grandes religions de retrouver ou de renforcer leur contrôle sur les sociétés civiles, d’imposer leurs valeurs dans les domaines profanes et même de remodeler le droit. Les efforts des croyant-es pour instaurer une culture de l’égalité et de la justice au sein de leurs religions respectives n’ont guère fait reculer le sexisme, voire la misogynie qui caractérise ces establisments patricarcaux par excellence, enclins à confondre volonté masculine et volonté divine.

Il ne suffit pas à ces establisments d’exercer leur influence dans leurs domaines, ils veulent même un droit de regard sur la définition des droits. Par exemple, des parlementaires européens évaluent les conséquences d’une disposition du projet de constitution européenne qui concéderait « aux grandes religions un pouvoir sur la définition des droits humains ». (3) Quelle définition prévaudrait : celle du Vatican ou celle des islamistes fondamentalistes ? On sait que les deux font cause commune lorsqu’il s’agit d’intimider les organismes des Nations Unies qui défendent les droits des femmes, et qu’ils tentent de bloquer les résolutions favorables à la liberté sexuelle, à la contraception et à l’avortement, notamment.

Le Canada n’est pas épargné par l’empiètement du religieux sur le profane. Depuis deux ans, on a assisté à une campagne virulente, presque haineuse, de la hiérarchie de l’Église catholique canadienne contre le projet (devenu loi) autorisant le mariage des personnes de même sexe. On a rendu public un rapport, heureusement rejeté, qui recommandait l’application de principes de la charia dans les tribunaux de la famille. Un rapport récent recommande au gouvernement de décriminaliser la polygamie, pratiquée de façon marginale au sein d’une secte dissidente mormone. La Cour suprême du Canada vient de confirmer la légitimité des symboles religieux dans les écoles publiques en accordant à un jeune étudiant québécois le droit de porter le kirpan, un poignard symbolique dans la religion sikhe. Le port du voile en classe est déjà toléré, bien qu’il soit jusqu’ici marginal. La prochaine étape sera-t-elle de séparer les filles des garçons parce que certaines religions le prescrivent ? Il est opportun de rappeler que le Québec a pris la décision, il y a quelques années, de « déconfessionnaliser » son réseau scolaire... Enfin, la « crise des caricatures de Mahomet » a fait couler beaucoup d’encre ici comme ailleurs, montrant que certain-es placent le respect du sentiment religieux au-delà du respect des droits de la personne.

Un motif de réjouissance, tout de même

Bien que je ne trouve pas beaucoup de motifs de me réjouir aujourd’hui, il en est tout de même un qui me stimule 365 jours par année. C’est l’extraordinaire courage dont font preuve, dans leur marche vers la justice et l’égalité, les femmes du monde entier, en particulier, celles des pays les plus pauvres et qui vivent sous des dictatures. Ce courage, elles le déploient non seulement pour elles-mêmes, mais pour leurs enfants et pour l’humanité entière. Les humiliations qu’elles subissent et la guerre qu’on mène contre les femmes depuis des millénaires pourraient les justifier de mettre la planète à feu et à sang, mais elles ne font pas sauter de bombes ni brûler d’ambassades, elles ne lancent pas des condamnations à mort ni ne déclenchent des guerres contre leurs oppresseurs. Toutefois, elles résistent, persévèrent, essaient de convaincre par le dialogue et, si elles se découragent parfois, elles reprennent toujours la marche pour une humanité meilleure au sein de laquelle elles seront reconnues comme des citoyennes, des interlocutrices et des partenaires à part entière.

À toutes ces femmes, femmes de coeur, de parole et de courage, qui luttent pour un monde libre, juste, non violent, pacifiste, compatissant, respectueux de l’être humain et de son environnement, longue vie ! Et aux hommes qui refusent de les asservir dans l’amour ou le travail, dans la famille ou la religion, dans la prostitution ou ailleurs.

Notes

1. Acheter du sexe n’est pas du sport.
2. « Le gouverneur du Dakota du Sud a entériné une loi interdisant l’avortement dans presque tous les cas sous peine de prison. En vertu de ce texte, les femmes ne sont plus autorisées à recourir à l’interruption volontaire de grossesse (IVG), même si elles ont été victimes d’un viol ou si l’enfant risque de mettre en danger la vie de sa mère lors de l’accouchement. L’avortement n’est autorisé que dans le cas où les efforts du corps médical visant à sauver une femme enceinte ont eu pour effet de blesser gravement le foetus ou de causer sa mort. Les médecins pratiquant l’IVG dans d’autres cas risquent cinq ans de prison et 5000 dollars d’amende ». Le Devoir, 7 mars 2006.
3. Gisèle Turcot, « Faut-il ordonner des femmes ? » dans Relations, mars 2006, p. 4.

Mis en ligne sur Sisyphe, le 8 mars 2006.


Partagez cette page.
Share


Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer ce texte   Nous suivre sur Twitter   Nous suivre sur Facebook
   Commenter cet article plus bas.

Micheline Carrier
Sisyphe

Micheline Carrier est éditrice du site Sisyphe.org et des éditions Sisyphe avec Élaine Audet.



Plan-Liens Forum

  • la lutte n’est pas finie !
    (1/1) 9 mars 2006 , par





  • la lutte n’est pas finie !
    9 mars 2006 , par   [retour au début des forums]

    Magnifique article qui me devoile des choses que je ne savais pas (pour l’avortement au Dakota)...
    Je suis une feministe qui ne desire seulement que les femmes soient traitées à égales des hommes, sans conditions ! Dans le respect pur et simple des droits Humains !
    La lutte n’est pas finie !

    Déborah (France).


        Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

    © SISYPHE 2002-2006
    http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Retour à la page d'accueil |Admin