| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       






samedi 3 septembre 2011

L’intégrisme orthodoxe et la Serbie

par Carol Mann, chercheure en sociologie et directrice de l’association ‘Women in War’ à Paris






Écrits d'Élaine Audet



Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


Des Palestiniennes créent une banque de semences pour préserver leur héritage agricole
Misère, domination masculine et oppression : les réfugiées syriennes dans la tourmente
Toute notre solidarité avec les femmes et le peuple kurde - Appel à l’action
Pays arabes - La Dre Alyaa Gad enseigne la santé et la sexualité à une chaîne télé sur Youtube
Appel des femmes kurdes - La mentalité patriarcale de la complicité AKP-DAESH : figure la plus atroce du féminicide
Inde - Les Femmes en Noir, solidaires de la résistance collective à la guerre contre le corps des femmes
L’avortement sexo-sélectif au sein de la communauté indo-espagnole
Femmes, islam et autres ennuis
Les femmes de Turquie partent en guerre contre l’oppression
Teesta Setalvad, l’âme de la lutte pour la laïcité en Inde
Un viol, un assassinat de trop !
Brésil - “Clandestinas”, un documentaire qui brise le silence sur l’avortement clandestin
Bahreïn : des experts de l’ONU appellent à cesser la répression contre les militantes des droits de l’homme
Les femmes et la mission indienne Mars : une photo qui dit plus que 1000 mots
Les évangéliques brésiliens à l’assaut de la sexualité
Un génocide méconnu : 50 millions de femmes disparues en Inde
La Brigade rose, des femmes indiennes combattantes
52 personnalités féminines du monde réclament un TPI en République Démocratique du Congo
Brève histoire du mouvement féministe tunisien
L’ONU minimise les mutilations sexuelles féminines et maintient le tabou du rôle des religions
Le gouverneur de l’État de New York dépose une « Charte des droits » des femmes pour combattre la discrimination à leur égard
Démocratie sans État laïque ? Le "hold up" des printemps arabes
Acquittement de Pinar Selek annulé - Une décision jamais vue dans l’histoire mondiale du Droit
Honneur aux dissidents anti-fondamentalistes, Chevalier de la Barre d’aujourd’hui
Bosnie - Est-ce justice de ne pas tenir compte du viol en temps de guerre ?
Obama, Madonna et nous
Histoires minuscules des révolutions arabes - Rencontre à Lyon le 19 octobre 2012
À la rencontre d’Annie Sugier - Femmes voilées aux Jeux olympiques (ou Les femmes courent-elles moins vite que les Noirs ?)
Le retour des religions, synonyme du retour du bâton contre les femmes !
Le voile islamique, "symbole culturel" aux Jeux olympiques de Londres
Caroline Fourest paie-t-elle le prix du féminisme ou de sa lutte contre les intégrismes religieux ?
La Commission de la Condition de la femme de l’ONU recule devant les pays qui invoquent les traditions culturelles pour bafouer les droits des femmes
Ana Pak, féministe iranienne en exil : "S’unir dans la classe des femmes"
Pourquoi la question de la Palestine est un enjeu féministe
Le film "Circumstance - En secret" soutient les valeurs masculines
Le piège et l’impasse du féminisme islamique
Le féminisme n’est plus le mouvement révolutionnaire qu’il a été
Sisyphe.org aura 10 ans en 2012 : des changements en cours
Il bat deux femmes ou abat la dignité de toutes les femmes ?
Mettons fin au massacre des femmes – Mettons fin à la lapidation !
Au nom de la démocratie, ce que les laïques et les femmes ont à perdre en Tunisie
Polygamie et charia en Libye - Les femmes se révoltent contre la décision du CNT et s’adressent à l’ONU
Le rôle des femmes dans la contestation sociale en Israël
Affaire Shafia : "crime d’honneur" ou accident ? La Presse
Une éducation algérienne : de la révolution à la décennie noire - Conférence de Wassyla Tamzali à Lyon le 30 septembre
Les femmes qui débarrassent le Liban des bombes à fragmentation
Poste de contrôle israélien sur la route de la maternité : lieu de naissance ou de décès ?
Femmes courageuses - Les prix ne vont pas toujours à celles et ceux qui le méritent !
Le féminisme polonais n’est plus ridiculisé
La mobilisation d’un village palestinien force les autorités à amender les lois sur les crimes dits d’honneur
Marie-Andrée Bertrand - Développer, nourrir et enseigner la pensée critique dans une démarche créative
Libérez toutes les prisonnières politiques des prisons israéliennes
Donner aux femmes les moyens de se protéger contre les violences sexuelles lors de conflits armés
Haïti - État de la situation des femmes : pré et post-séisme 2010
Brésil - Les luttes des femmes pour l’égalité et la justice
La démocratie et l’égalité entre les femmes et les hommes
Italie - Mauvais jour pour le sultan Berlusconi : des millions de femmes réclament sa démission
Islam et intégrisme - La liberté de pensée a disparu sous le tapis de prière
Une Irano-Néerlandaise pendue en Iran
Le « viol correctif » en Afrique du Sud
Sud-Soudan - Les femmes ont juré qu’elles ne resteront pas des citoyennes de seconde classe
Que gagneront les Tunisiennes à la révolution dans leur pays ?
Prostitution, point de rencontre entre l’exploitation sexuelle et exploitation économique
La femme grillagée - Chanson
Haïti - La vie après le séisme
La lapidation, forme ultime du contrôle des femmes
Tunisiennes et citoyennes par-dessus tout
L’Iran élu membre de la Commission de la condition de la femme des Nations Unies
Algérie - Le lynchage des femmes de Hassi Messaoud se poursuit
J’ai mal à mon Algérie pour le sort qu’elle réserve à ses femmes
Hassi Messaoud - Halte à la “fatalité” de la terreur à l’encontre des femmes algériennes ! Quoi faire tout de suite
Le voile, symbole de l’instrumentalisation des droits des femmes pour un projet totalitaire
Trois mousquetaires au féminin : Susan B. Anthony, Elizabeth Cady Stanton et Matilda Joslyn Gage
Amnesty et les intégristes : une vieille histoire, l’exemple de l’Algérie
Lettre ouverte au Secrétaire général des Nations Unies concernant la scandaleuse situation lors de la 54ème Commission de la condition de la femme !
Islamisme - Rayhana et les autres
Tuées et lapidées partout dans le monde, les femmes sonnent la révolte
Une femme en colère. Lettre d’Alger aux Européens désabusés
Commémoration des massacres d’Algériens et d’Algériennes le 17 octobre 1961
Arabie saoudite - L’écrivaine contestataire Wajiha Al-Howeidar remet les hommes à leur place
Arabie saoudite - Appel contre le mariage d’une fillette de 10 ans
Appel au soutien contre la mise en place de la charia en France
Egypte - Obama et la prison des identités religieuses
Obama au Caire : une gifle aux femmes qui se battent contre le voile islamique
Un tribunal d’Arabie saoudite condamne une veuve de 75 ans au fouet et à la prison pour "crime de mixité"
Misogynie et géopolitique
Les femmes exigent un nouvel ordre mondial
MGF-excision : une banalisation de la santé des Africaines au Québec ?
Menaces de mort par un groupe de "talibans" contre des fillettes scolarisées au Pakistan
Participation des femmes libanaises à la vie politique : cinq raisons en faveur d’un quota
Shahrzad New, en anglais et en farsi
Une fillette de huit ans séparée de son mari doit craindre pour sa vie
Les femmes chinoises, les oubliées de la modernisation
Les femmes d’Okinawa aux militaires américains : "Cessez de nous violer et retournez chez vous."
7 avril, Journée mondiale contre les crimes d’honneur
Deux décennies de manifestations et d’espoir pour les Femmes en Noir
Quelle a été la situation des femmes en 2007 ?
Attaques à la bombe en Algérie - Appel de citoyens algériens aux organisations citoyennes, aux partis et aux syndicats progressistes
Qu’est-ce que la Résolution 1325 du Conseil de sécurité des Nations Unies ?
Crime d’honneur en Syrie : le gouvernement doit sauver la vie d’une jeune femme ou se faire complice d’un assassin
Le Réseau international de solidarité avec les femmes iraniennes appelle à l’aide
L’Agenda des femmes 2008 - La parole aux filles de 9 à 12 ans
Bhawani Rana, une femme qui se bat pour d’autres
Le pouvoir politique de l’amitié
L’ONU, alliée des femmes ?
De partout des femmes interpellent l’humanité
L’UNICEF demande un meilleur accès à la santé et à l’éducation pour les femmes afghanes
Un héritage scandaleux de l’ONU au Timor
Hidjab, soccer et manipulation
L’application de la charia en France
Une juge allemande s’inspire du Coran pour excuser un mari violent
Père et fils condamnés pour avoir battu une jeune femme au nom de traditions religieuses
Vandalisme chez une dirigeante musulmane canadienne qui critique le port du voile
Un père désespéré appelle à sauver la vie de sa fille
Le mariage forcé tue !
« Nous rejetons la mondialisation néo-libérale et patriarcale »
Au Brésil, 2000 femmes détruisent des pépinières d’eucalyptus et un laboratoire de recherche
Égalité ! Égalité ! Égalité ! ...
Le programme du Hamas : la Charia et la haine des femmes !
Le « féminicide » dans les républiques « maquiladoras »
Le Comité des droits de l’homme de l’ONU blâme sévèrement le Canada pour le traitement infligé aux femmes autochtones et aux détenues
Le message des femmes de la République de Guinée
La libération des femmes n’est pas un luxe réservé aux pays riches
Aung San Suu Kyi, 60 ans, toujours assignée à résidence
"Les femmes ne doivent rien, c’est à elles que l’on doit"
Le passé n’est pas un pays étranger
Ce code algérien de la famille vieux de 20 ans, ça suffit !
Assassinat d’une dirigeante syndicale en Colombie
La colère des femmes contre le viol dans le nord-est de l’Inde
La police du Soudan reçoit une formation sur l’aide aux victimes de violences sexuelles
Appel à la solidarité internationale pour le peuple haïtien
Des groupes de femmes demandent la démission de Miriam Tey, directrice de l’Institut de la Femme en Espagne
La directrice de l’Institut de la Femme édite un livre qui fait l’apologie du viol des femmes et des petites filles
En Iran, un texte de loi sur les droits des femmes soulève un tollé







En voyage en Serbie, Carol Mann a voulu faire état de l’influence de la religion dans ce pays autrefois communiste. Elle a pu constater que c’est bien une nouvelle forme d’intégrisme, version orthodoxe, qui règne à travers un gouvernement faible, des liens mafieux et une crise sociale sans fin. Une fois de plus, le manque de repères auprès de la jeune génération est en train de produire un retour à la religion sous une forme la rigide, inconnue jusqu’ici et les droits des femmes sont menacés. Moins connu que les tendances du même type dans certains pays musulmans, dont l’Afghanistan et l’Arabie saoudite, l’intégrisme chrétien en Europe centrale pose des problèmes à méditer. L’actuelle globalisation des religions fondamentalistes constitue la plus sérieuse des menaces.

***

Depuis le démantèlement de la Yougoslavie qui a suivi les accords de Dayton (1995), le pays jadis uni par un communisme jugé trop libéral, au goût de Moscou, s’est fragmenté en unités communautaires et religieuses. En Bosnie musulmane, en Croatie ultra-catholique et en Serbie orthodoxe, nationalisme et religion sont étroitement mêlés. Dans chacun de ces pays, ce ne sont pas les religions sous leur forme traditionnelle qui ont été ravivées. Au contraire, ce sont des formes nouvelles, basées sur des lectures fondamentalistes des textes anciens qui attirent des jeunes. Les traditions locales, l’histoire particulière de chaque lieu n’ont plus cours, il s’agit de cultes globalisés, que ce soit pour les jeunes Bosniaques de noir voilées qu’on appelle sur place, les Wahabbites, les Croates en qui Benoit XVI place tant d’espoir pour un renouveau catholique, et les Serbes, pourfendeurs devant l’Eternel de tout ce qui ne leur ressemble pas. Nous assistons véritablement à ce qu’Eric Hobsbawm appelle l’invention d’une tradition.

Si l’appartenance religieuse est fondée sur des solidarités internationales : les Serbes et leurs “frères” russes et grecs, les Croates avec les Polonais et autres cathos ultra, les Bosniaques dans la ligne droite de ce que Olivier Roy a appelé ‘l’Islam déterritorialisé’, il n‘en est pas de même quand il s’agit de questions nationales. Le paradoxe est certain. Le rêve de Milosevic de la Grande Serbie est toujours vivace à Belgrade : on espère toujours une reconquête de tous les territoires perdus. Les Serbes se plaisent à se représenter en peuple-holocauste, attaqué de toute part, même autrefois par les habitants de Sarajevo que les snipers visaient jour et nuit (1992-1995). C’est le seul pays au monde, il me semble, dont la fête nationale commémore une défaite médiévale, celle de Kosovo Polje, ce qui sert sans doute à légitimer toutes les formes de violence réparatrice d’un tort ancien que s’autorise ce pays. C’est pourquoi Mladic, le responsable du massacre de Srebrenica, aujourd’hui enfin présent au tribunal de la Haye, est encore acclamé comme un héros national. Son portrait tagué orne les murs de la capitale serbe. Personne ne s’aviserait de l’en effacer.

La religion attire surtout les jeunes. La génération des 50-60 ans, celle des grands-parents (on se marie très jeune ici), a été communiste et pleure discrètement l’époque de Tito. Leurs enfants ont été pris de plein fouet par la guerre, happés par la fureur nationaliste : l’intelligenzia a fui le pays, les jeunes hommes ont servi dans l’armée, un bon nombre d’étudiants ont cessé leurs études. La décomposition de la Yougoslavie, la défaite infligée à leur pays les a plongés dans une sorte de dépression permanente. Ce sont leurs enfants, âgés de 20 ans environ, dépourvus de repères idéologiques, moraux et sociaux, qui se sont tournés vers la religion. Il en est de même dans d’autres pays de l’Europe de l’Est et dans un certain nombre de pays musulmans où la religion semble être la seule porte de sortie de la crise mise en place par la génération des parents laïques.

À la fin des années 1980, on estimait en Yougoslavie que la population était composée de 95 % d’athées et 5 % de croyants. La proportion s’est inversée, dit Vidosav Stevanovic, un écrivain et champion des droits humains qui s’opposa jadis à Milosevic et à la guerre de façon directe. Il est alarmé par la tournure que prend la direction de son pays. “Nous sommes théoriquement un pays laïque, mais l’emprise de l’Église grandit de façon quotidienne”. Certes, celle-ci prend la suite de ce qui s’est passé sous Milosevic quand le leader a instrumentalisé l’administration ecclésiastique dans sa guerre contre la Bosnie, gagnant l’adhésion de celui qui deviendra le leader religieux suprême, l’ultra-nationaliste Patriarche Pavle. Celui-ci se plaisait à se montrer avec des criminels de guerre notoires comme Radovan Karadzic et Arkan, le chef des paramilitaires, responsables des viols massifs en Bosnie.

Après la guerre, l’Église a été récompensée de ses efforts, en particulier quand la privatisation massive a détruit toutes les structures d’État qui assuraient sa cohésion. Ses monastères, magnifiquement restaurés aux frais du gouvernement et par des dons de mafieux, abritent des criminels de guerre recherchés par les autorités internationales. Tout don qui leur est versé est exempté d’impôt. Aujourd’hui, les popes font payer à la tête du client des taxes (jamais versées à l’État) pour des messes, mariages, enterrements. Une rivalité s’est établie entre les différentes villes pour la construction de croix gigantesques à l’entrée de leurs murs. À Nis, on en projette une de 80m, et Ujice espère battre tous les autres avec une croix de 200m, le tout payé sur les fonds qui auraient pu servir à la construction et à la modernisation des écoles et des hôpitaux.

Comme si cela ne suffisait pas, le calendrier est à présent envahi par des journées chômés où l’on honore toute la galaxie des saints. Certes, un ouvrier qui refuse de venir travailler ce jour-là ne sera pas payé, mais il aura sa conscience pour lui, fait Stevanovic en haussant des sourcils. En attendant, même si les statistiques du chômage n’ont pas été officiellement publiées, les chiffres officieux dénombrent près d’un million de chômeurs, surtout jeunes (sur une population de 7, 3 millions). Comment même espère-t-on rentrer en Europe sur de pareilles bases ?

Religions et femmes

Même si la constitution a préservé les droits des femmes en ce qui concerne l’avortement par exemple, l’influence de l’Église se fait de façon sournoise, par les prêches, par les médias spécialisés, les cours de religion à l’école. C’est ainsi que le prix de la pilule contraceptive a quadruplé en un an. L’avortement est brandi comme un danger effroyable pour les filles, la pilule fait grossir, ne cesse-t-on de répéter. Les propos maintes fois publiés du patriarche Pavle décédé il y a deux ans sont régulièrement repris. Il maintenait que les femmes, lors de leurs règles, étaient impures et n’avaient pas le droit de mettre les pieds à l’église. De plus, il trouvait que les femmes devaient montrer leur soumission à leur époux en se couvrant la tête et ainsi de suite... Pour le moment, les jeunes filles serbes ne suivent pas ces consignes, préférant sacrifier à la mode turbo-folk en s’habillant de tenues ultra-moulantes et sexy, force décolletés et cheveux teints. La télévision officielle regorge de pareils modèles, en tout point semblables aux égéries de Berlusconi dans les médias italiens.

La violence conjugale, dénoncée par l’association dissidente Femmes en Noir, ne cesse de croître. Les hommes, âgés de vingt à trente-cinq ans, bardés de tatouages patriotiques et de croix sur le poitrail se trouvent légitimés en lâchant leurs frustrations sur leurs compagnes. Le schéma est horriblement familier quand je pense à certaines banlieues parisiennes.

“Autour de moi, fait Slobodanka, une étudiante de 22 ans, je vois mes copines de mon âge et bien plus jeunes devenir enceintes et épouser leur copain. Je ne peux par leur parler d’avortement ou de contraception, elles estiment que je suis folle. De toute façon, elles me disent qu’il n’y a pas de boulot et que seul le mariage est une porte de sortie : c’est aussi ce que pensent leurs parents qui les poussent à se marier à l’église. Mais elles ne sont pas heureuses pour autant...”

L’histoire de Slobodanka est typique du parcours de nombreuses filles de son âge, à la différence qu’elle est ambitieuse, et qu’elle compte terminer ses études et se marier un jour si elle en a le temps et l’envie.

“Mes grands-parents étaient dans le temps de vrais communistes. Ma mère, juste avant la guerre est tombée enceinte à 17 ans. Mon grand-père voulait qu’elle avorte, mais elle croyait qu’elle pouvait garder son petit ami avec un bébé ; ça n’a pas marché et elle a fini par partir travailler en Allemagne, me laissant chez ma grand-mère qui m’a élevée. Moi, j’ai subi toute cet endoctrinement, mais ça n’a pas marché. D’un côté, on avait un prof de biologie à l’école qui nous expliquait Darwin et l’évolution et, de l’autre, au cours de religion obligatoire, on nous parlait de la création divine - c’était insupportable, alors j’ai séché les cours, ce qui m’a valu des engueulades à l’école et à la maison. Parce qu’en attendant, à la suite de la pression des voisines ou par peur, je n’en sais rien, ma grand-mère a commencé à aller à l’église. Mon grand-père boit de plus en plus, mais c’est normal ici ! Les gens de leur âge sont dans la confusion la plus totale.

Il y a un an, j’ai rencontré Danilo à la fac, mon petit ami actuel, il m’a plu parce que lui aussi remettait tout en question. On a vraiment pu parler, sinon on doit la boucler, se censurer sans cesse. Là-dessus, ma mère est revenue d’Allemagne, en tant que gastarbeiter, elle avait bien gagné sa vie et voulait rentrer. Elle est contente que je fasse des études, mais elle aurait préféré que je fasse la vaisselle toute la journée dans le restaurant qu’elle tient. Je ne sais pas si c’est la religion, mais quand elle a su que j’avais un copain, elle était furieuse, elle m’a maltraitée. Elle a même payer des types pour qu’ils aillent casser la figure à Danilo....”

Danilo et son père se sont rendus au commissariat qui n’a pas pris la chose à la légère, d’autant plus que le plan initial de la mère de Slobodanka allait nettement plus loin qu’une simple correction.

“Aujourd’hui, Danilo et moi, on voit nos copains, bien entendu, on parle de rien, du temps qu’il fait, de la musique. On a peur d’exprimer nos opinions, mais surtout on refuse de se conformer à cette société imbécile. Alors, un jour, on partira à l’étranger, je ne sais pas où, tant pis ; les parents ne seront pas heureux, mais si on ne veut pas crever sur place, on n’a pas le choix...”

Mis en ligne sur Sisyphe, le 25 août 2011


Partagez cette page.
Share


Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer ce texte   Nous suivre sur Twitter   Nous suivre sur Facebook
   Commenter cet article plus bas.

Carol Mann, chercheure en sociologie et directrice de l’association ‘Women in War’ à Paris
femaid.org

Carol Mann, sociologue spécialisée dans la problématique du genre et conflit armé, directrice de l’association ‘Women in War’ à Paris.

Historienne, docteure en sociologue (EHESS), spécialiste de genre et conflits, chercheure associée au LEGS (Université de Paris 8), Carol Mann a créé deux ONG, l’une humanitaire www. femaid.org, l’autre womeninwar.org, destinée à l’étude de la condition féminine dans des situations de guerre actuelle. Elle a longuement séjourné en Afghanistan, Pakistan, Iran, R.D. Congo et en Bosnie pour ses recherches et ses projets humanitaires. Elle est l’auteure de La résistance des femmes de Sarajevo, Le Croquant, Paris 2014, Femmes afghanes en guerre, Le Croquant, Paris, 2010, et de Femmes dans la guerre 1914-1945, Pygmalion/Flammarion, Paris, 2010, ainsi que de nombreux articles. Elle collabore également à divers ouvrages et revues scientifiques. Rejoindre l’auteure sur Facebook à la page Women in War et sur Twitter .



Plan-Liens Forum

  • L’intégrisme orthodoxe et la Serbie
    (1/3) 1er septembre 2011 , par Ivar

  • L’intégrisme orthodoxe et la Serbie
    (2/3) 1er septembre 2011 , par Irene Zlato

  • L’intégrisme orthodoxe et la Serbie
    (3/3) 27 août 2011 , par Goran





  • L’intégrisme orthodoxe et la Serbie
    1er septembre 2011 , par Ivar   [retour au début des forums]

    Merci Carol pour cette analyse très intéressante.
    Aucun de ces pays n’est épargné par les conséquences des guerres successives.
    En Bosnie-Herrzégovine, la violence subie se traduit plus souvent que normal par des maladies graves, comme si le mal qui leur a été fait les rongent de l’intérieur. La religion musulmane y sert en général de pansement psychique.
    La dérive vers l’intégrisme est rare, mais la menace existe. Comme les sectes, le fondamentalisme exploite le désarroi des populations.
    Ce n’est donc pas étonnant que ce phénomène se développe en Serbie, pays qui a connu une telle manipulation. Le message précèdent est d’ailleurs édifiant à cet égard.
    La violence qui a été exercée vers l’extérieur n’a pas été reconnue.
    L’église orthodoxe n’a pas du tout exercé le rôle d’apaisement attendu (le message de Jésus était : "aime ton prochain comme toi-même") et a donc perdu tout sens de l’universel (le prochain étant désigné comme ennemi).
    Pas étonnant dès lors que la violence non maîtrisée se tourne contre leurs proches, contre les femmes.
    Wilhem Reich avait bien analysé ce phénomène d’alienation.
    Celà ne signifie pas pour autant que les serbes ou tous les serbes sont mauvais. Ils ont eux aussi été victimes des manipulations exercées par leur propre pouvoir (Etat-église-mafia).
    Espérons que les nouveaux mouvements sociaux arriveront avec les "femmes en noir" à faire progresser la prise de conscience et le changement de société qui s’impose, et d’ailleurs pas seulement en Serbie.

    L’intégrisme orthodoxe et la Serbie
    1er septembre 2011 , par Irene Zlato   [retour au début des forums]

    Tres interessant comme article !

    L’intégrisme orthodoxe et la Serbie
    27 août 2011 , par Goran   [retour au début des forums]

    Je suis l’un des premiers à critiquer les serbes, l’église orthodoxe autant qu’institution ...
    Mais là, avec cet article d’une universitaire, nous atteignons un degré digne d’un "Mein Kampf" qui appelle à un pogrom anti-serbe, autant physique qu’idéologique !

    Je peux "comprendre" certaines interprétations, malentendus ou plutôt ignorance de la culture serbe, mais là ... C’est ouvertement "criminelle" ces lignes !

    Vous m’avez définitivement persuadé qu’il est inutile de débattre ou d’ouvrir un dialogue ... Les serbes sont condamnés a subir durant des décennies cette extermination ... Il n’est plus étonnant de voir un renfermement sur soi ... Chose, qui a été voulu et obtenu ! Bravo !!!

    Il ne reste plus qu’aux serbes de mourir jusqu’au dernier !


        Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

    © SISYPHE 2002-2011
    http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Retour à la page d'accueil |Admin