| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       






mercredi 12 mars 2008

Deux décennies de manifestations et d’espoir pour les Femmes en Noir

par Aditi Bhaduri






Écrits d'Élaine Audet



Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


Un génocide méconnu : 50 millions de femmes disparues en Inde
Brisons le stéréotype de la femme musulmane au Québec
Mossoul. L’heure des règlements de comptes
Argentine - Mourir parce que l’on est une femme : la triste réalité du féminicide, fléau qui endeuille le pays
Des Palestiniennes créent une banque de semences pour préserver leur héritage agricole
Misère, domination masculine et oppression : les réfugiées syriennes dans la tourmente
Toute notre solidarité avec les femmes et le peuple kurde - Appel à l’action
Pays arabes - La Dre Alyaa Gad enseigne la santé et la sexualité à une chaîne télé sur Youtube
Appel des femmes kurdes - La mentalité patriarcale de la complicité AKP-DAESH : figure la plus atroce du féminicide
Inde - Les Femmes en Noir, solidaires de la résistance collective à la guerre contre le corps des femmes
L’avortement sexo-sélectif au sein de la communauté indo-espagnole
Femmes, islam et autres ennuis
Les femmes de Turquie partent en guerre contre l’oppression
Teesta Setalvad, l’âme de la lutte pour la laïcité en Inde
Un viol, un assassinat de trop !
Brésil - “Clandestinas”, un documentaire qui brise le silence sur l’avortement clandestin
Bahreïn : des experts de l’ONU appellent à cesser la répression contre les militantes des droits de l’homme
Les femmes et la mission indienne Mars : une photo qui dit plus que 1000 mots
Les évangéliques brésiliens à l’assaut de la sexualité
La Brigade rose, des femmes indiennes combattantes
52 personnalités féminines du monde réclament un TPI en République Démocratique du Congo
Brève histoire du mouvement féministe tunisien
L’ONU minimise les mutilations sexuelles féminines et maintient le tabou du rôle des religions
Le gouverneur de l’État de New York dépose une « Charte des droits » des femmes pour combattre la discrimination à leur égard
Démocratie sans État laïque ? Le "hold up" des printemps arabes
Acquittement de Pinar Selek annulé - Une décision jamais vue dans l’histoire mondiale du Droit
Honneur aux dissidents anti-fondamentalistes, Chevalier de la Barre d’aujourd’hui
Bosnie - Est-ce justice de ne pas tenir compte du viol en temps de guerre ?
Obama, Madonna et nous
Histoires minuscules des révolutions arabes - Rencontre à Lyon le 19 octobre 2012
À la rencontre d’Annie Sugier - Femmes voilées aux Jeux olympiques (ou Les femmes courent-elles moins vite que les Noirs ?)
Le retour des religions, synonyme du retour du bâton contre les femmes !
Le voile islamique, "symbole culturel" aux Jeux olympiques de Londres
Caroline Fourest paie-t-elle le prix du féminisme ou de sa lutte contre les intégrismes religieux ?
La Commission de la Condition de la femme de l’ONU recule devant les pays qui invoquent les traditions culturelles pour bafouer les droits des femmes
Ana Pak, féministe iranienne en exil : "S’unir dans la classe des femmes"
Pourquoi la question de la Palestine est un enjeu féministe
Le film "Circumstance - En secret" soutient les valeurs masculines
Le piège et l’impasse du féminisme islamique
Le féminisme n’est plus le mouvement révolutionnaire qu’il a été
Sisyphe.org aura 10 ans en 2012 : des changements en cours
Il bat deux femmes ou abat la dignité de toutes les femmes ?
Mettons fin au massacre des femmes – Mettons fin à la lapidation !
Au nom de la démocratie, ce que les laïques et les femmes ont à perdre en Tunisie
Polygamie et charia en Libye - Les femmes se révoltent contre la décision du CNT et s’adressent à l’ONU
Le rôle des femmes dans la contestation sociale en Israël
Affaire Shafia : "crime d’honneur" ou accident ? La Presse
L’intégrisme orthodoxe et la Serbie
Une éducation algérienne : de la révolution à la décennie noire - Conférence de Wassyla Tamzali à Lyon le 30 septembre
Les femmes qui débarrassent le Liban des bombes à fragmentation
Poste de contrôle israélien sur la route de la maternité : lieu de naissance ou de décès ?
Femmes courageuses - Les prix ne vont pas toujours à celles et ceux qui le méritent !
Le féminisme polonais n’est plus ridiculisé
La mobilisation d’un village palestinien force les autorités à amender les lois sur les crimes dits d’honneur
Marie-Andrée Bertrand - Développer, nourrir et enseigner la pensée critique dans une démarche créative
Libérez toutes les prisonnières politiques des prisons israéliennes
Donner aux femmes les moyens de se protéger contre les violences sexuelles lors de conflits armés
Haïti - État de la situation des femmes : pré et post-séisme 2010
Brésil - Les luttes des femmes pour l’égalité et la justice
La démocratie et l’égalité entre les femmes et les hommes
Italie - Mauvais jour pour le sultan Berlusconi : des millions de femmes réclament sa démission
Islam et intégrisme - La liberté de pensée a disparu sous le tapis de prière
Une Irano-Néerlandaise pendue en Iran
Le « viol correctif » en Afrique du Sud
Sud-Soudan - Les femmes ont juré qu’elles ne resteront pas des citoyennes de seconde classe
Que gagneront les Tunisiennes à la révolution dans leur pays ?
Prostitution, point de rencontre entre l’exploitation sexuelle et exploitation économique
La femme grillagée - Chanson
Haïti - La vie après le séisme
La lapidation, forme ultime du contrôle des femmes
Tunisiennes et citoyennes par-dessus tout
L’Iran élu membre de la Commission de la condition de la femme des Nations Unies
Algérie - Le lynchage des femmes de Hassi Messaoud se poursuit
J’ai mal à mon Algérie pour le sort qu’elle réserve à ses femmes
Hassi Messaoud - Halte à la “fatalité” de la terreur à l’encontre des femmes algériennes ! Quoi faire tout de suite
Le voile, symbole de l’instrumentalisation des droits des femmes pour un projet totalitaire
Trois mousquetaires au féminin : Susan B. Anthony, Elizabeth Cady Stanton et Matilda Joslyn Gage
Amnesty et les intégristes : une vieille histoire, l’exemple de l’Algérie
Lettre ouverte au Secrétaire général des Nations Unies concernant la scandaleuse situation lors de la 54ème Commission de la condition de la femme !
Islamisme - Rayhana et les autres
Tuées et lapidées partout dans le monde, les femmes sonnent la révolte
Une femme en colère. Lettre d’Alger aux Européens désabusés
Commémoration des massacres d’Algériens et d’Algériennes le 17 octobre 1961
Arabie saoudite - L’écrivaine contestataire Wajiha Al-Howeidar remet les hommes à leur place
Arabie saoudite - Appel contre le mariage d’une fillette de 10 ans
Appel au soutien contre la mise en place de la charia en France
Egypte - Obama et la prison des identités religieuses
Obama au Caire : une gifle aux femmes qui se battent contre le voile islamique
Un tribunal d’Arabie saoudite condamne une veuve de 75 ans au fouet et à la prison pour "crime de mixité"
Misogynie et géopolitique
Les femmes exigent un nouvel ordre mondial
MGF-excision : une banalisation de la santé des Africaines au Québec ?
Menaces de mort par un groupe de "talibans" contre des fillettes scolarisées au Pakistan
Participation des femmes libanaises à la vie politique : cinq raisons en faveur d’un quota
Shahrzad New, en anglais et en farsi
Une fillette de huit ans séparée de son mari doit craindre pour sa vie
Les femmes chinoises, les oubliées de la modernisation
Les femmes d’Okinawa aux militaires américains : "Cessez de nous violer et retournez chez vous."
7 avril, Journée mondiale contre les crimes d’honneur
Quelle a été la situation des femmes en 2007 ?
Attaques à la bombe en Algérie - Appel de citoyens algériens aux organisations citoyennes, aux partis et aux syndicats progressistes
Qu’est-ce que la Résolution 1325 du Conseil de sécurité des Nations Unies ?
Crime d’honneur en Syrie : le gouvernement doit sauver la vie d’une jeune femme ou se faire complice d’un assassin
Le Réseau international de solidarité avec les femmes iraniennes appelle à l’aide
L’Agenda des femmes 2008 - La parole aux filles de 9 à 12 ans
Bhawani Rana, une femme qui se bat pour d’autres
Le pouvoir politique de l’amitié
L’ONU, alliée des femmes ?
De partout des femmes interpellent l’humanité
L’UNICEF demande un meilleur accès à la santé et à l’éducation pour les femmes afghanes
Un héritage scandaleux de l’ONU au Timor
Hidjab, soccer et manipulation
L’application de la charia en France
Une juge allemande s’inspire du Coran pour excuser un mari violent
Père et fils condamnés pour avoir battu une jeune femme au nom de traditions religieuses
Vandalisme chez une dirigeante musulmane canadienne qui critique le port du voile
Un père désespéré appelle à sauver la vie de sa fille
Le mariage forcé tue !
« Nous rejetons la mondialisation néo-libérale et patriarcale »
Au Brésil, 2000 femmes détruisent des pépinières d’eucalyptus et un laboratoire de recherche
Égalité ! Égalité ! Égalité ! ...
Le programme du Hamas : la Charia et la haine des femmes !
Le « féminicide » dans les républiques « maquiladoras »
Le Comité des droits de l’homme de l’ONU blâme sévèrement le Canada pour le traitement infligé aux femmes autochtones et aux détenues
Le message des femmes de la République de Guinée
La libération des femmes n’est pas un luxe réservé aux pays riches
Aung San Suu Kyi, 60 ans, toujours assignée à résidence
"Les femmes ne doivent rien, c’est à elles que l’on doit"
Le passé n’est pas un pays étranger
Ce code algérien de la famille vieux de 20 ans, ça suffit !
Assassinat d’une dirigeante syndicale en Colombie
La colère des femmes contre le viol dans le nord-est de l’Inde
La police du Soudan reçoit une formation sur l’aide aux victimes de violences sexuelles
Appel à la solidarité internationale pour le peuple haïtien
Des groupes de femmes demandent la démission de Miriam Tey, directrice de l’Institut de la Femme en Espagne
La directrice de l’Institut de la Femme édite un livre qui fait l’apologie du viol des femmes et des petites filles
En Iran, un texte de loi sur les droits des femmes soulève un tollé







"J’adore Israël, mais cela ne donne pas le droit aux Israéliens d’aller s’installer dans des territoires qui ne nous appartiennent pas."(Gila Svirsky)

Au moment d’entamer leur troisième décennie, les Femmes en Noir ont bien
progressé depuis leur première manifestion contre l’Occupation israélienne de
la Palestine.

C’est lors d’une journée typiquement hivernale, à Jérusalem, que j’ai rencontré pour la première fois Gila Svirsky. Le temps était pluvieux, morne et frisquet, la seconde Intifada ou Rébellion palestinienne venait d’éclater quelques mois plus tôt, la tension émanait du lieu environnant et ne présageait rien de bon. Quoiqu’elle eût une journée extrêmement occupée, Gila a pris le temps de venir me rejoindre dans la vieille ville. C’est dans la vieille ville de Jérusalem que commence la grande division Israéliens-Palestiniens. Bien que les sites les plus sacrés des trois croyances abrahamiques convergent ici et que l’endroit soit sous direction israélienne, les Juifs qui vivent à l’extérieur de la vieille ville hésitent encore à la visiter. Et quand ils le font, comme le dit Gila, ils insistent pour se rencontrer uniquement près de la Porte de Jaffa, à l’entrée des quartiers chrétiens et arméniens, même si les autres portes sont plus proches.

Et ainsi, en dégustant un délicieux déjeuner d’humus et de pain pita
accompagné de kahwa entrelacé de cardamome, dans un vieux restaurant chrétien
syrien des quartiers chrétiens de la vieille vile de Jérusalem, j’ai
fait la connaissance de Gila Svirsky, l’image publique des Femmes en Noir.

Tout a commencé, il y a exactement 20 ans, en décembre 1987, peu après qu’eût éclaté la première Intifada ou Rébellion dans les territoires palestiniens contre l’occupation militaire israélienne. Un petit groupe de femmes juives de Jérusalem, comme Dafna Amit, Mimi Ash, Ruth Cohen et Hagar Roublev, des militantes de gauche, un mélange de professeures, d’enseignantes et d’autres femmes décidèrent de lancer une simple protestation pour exprimer leur foi dans la paix et exiger qu’Israël mette fin à son occupation des territoires palestiniens.

Un engagement ferme

Une fois par semaine, à la même place de Paris au centre de Jérusalem et à un
carrefour à circulation importante, vêtues de noir pour symboliser la souffrance et la tragédie à la fois des Israéliens et des Palestiniens, elles brandissaient leurs pancartes portant leur emblème - "des mains noires" - et une seule phrase en arabe, en hébreu et en anglais : "Mettez fin à l’Occupation !" Sérieuses et déterminées, elles firent le serment de venir au même endroit jusqu’à ce qu’Israël réponde à leur demande. Elles s’inspiraient du "Black Sash Movement" d’Afrique du Sud dans lequel des femmes blanches luttaient contre l’apartheid et dont l’emblème était la ceinture noire portée afin d’exprimer leur dégoût du système raciste.

Gila Svirsky, l’actuelle dirigeante non officielle des FENs, a
rejoint le mouvement en janvier 1988. Née et élevée dans une famille juive
orthodoxe aux États-Unis, Gila s’est installée en Israël il y a près de 40 ans. Grand-mère de 61 ans - elle espère que ses petits-fils ne s’engageront pas dans l’armée israélienne -, elle se tient droite du haut de son mètre 80. Sous une tignasse de cheveux blancs et des lunettes, ses yeux pétillent et elle explique : "J’adore Israël, mais cela ne donne pas aux Israéliens le droit
d’aller s’établir dans des territoires qui ne nous appartiennent pas ;
notre occupation de la Palestine est une mauvaise chose. Je manifeste contre elle pour sauver notre pays de la corruption de l’occupation." Les sentiments de Gila trouvent écho chez d’autres membres, bien que beaucoup soient nées et aient grandi en Israël, comme Mary Rosenfeld, une enseignante de l’Université hébraïque de Jérusalem, ou Ditta Bitterman, une architecte installée à Tel Aviv. Le mouvement s’est étendu à des localités comme Tel Aviv, Haifa et Nazareth. Très vite, des femmes se sont mises à faire des vigies dans 40 lieux différents en Israël.

Une gauche en croissance

Les vigies attirèrent à la fois des femmes arabes, chrétiennes et musulmanes, toutes citoyennes d’Israël. Nabiola Espanioli and Khulood Badawi, des militantes israéliennes arabes sont les membres arabes les plus connues des FENs.

Bientôt, les femmes israéliennes entendirent parler de "vigies de
solidarité" au Canada et aux USA : des Femmes en Noir, juives et
palestiniennes, portant des pancartes semblables avec le symbole de la main noire et les slogans "Femmes palestiniennes et juives unies" et "Deux
peuples, deux États".

Les Femmes en Noir se mirent à fleurir dans beaucoup de villes européennes et, au tournant de la dernière décennie, elles se donnèrent leur propre objectif, ce qui signifie que beaucoup de ces groupes n’avaient plus rien à voir avec l’occupation israélienne, mais commencèrent à manifester contre des problèmes locaux propres à chaque groupe. En Italie, les FENs manifestaient contre la violence de la mafia ; en Allemagne, elles manifestaient contre le néo-nazisme et la xénophobie ; et à Belgrade et à Zagreb, elles condamnaient la guerre, le viol massif des femmes et les conflits ethniques, en créant un modèle de coopération inter-ethnique. A Londres, les FENs manifestaient contre l’Opération Iraqi Freedom ; maintenant, elles manifestent contre l’occupation de ce pays par les alliés. Aujourd’hui, le Mouvement international des Femmes en Noir fait partie intégrale de tous les mouvements et études féministes et pacifistes. Des féministes comme Cynthia Cockburn et Haifa Zangana sont fières d’y être associées. Mais ce sont les Femmes en Noir israéliennes qui en revendiquent la maternité.

Quand j’ai accompagné Gila à la réunion du vendredi, il pleuvait et il faisait froid. Un groupe de femmes et d’hommes au visage sombre, tous vêtus de noir, participaient à la vigie marquant le 14e anniversaire du mouvement. Il portais tous et toutes une pancarte où figurait l’emblème de la main noire et le slogan "Mettez fin à l’Occupation". Une seule Palestinienne était venue à la vigie et, avec une femme juive, tenait un calicot qui disait "Nous refusons d’être ennemies", une affirmation simple mais puissante. Des passants réagissaient. Certains levaient le pouce pour appuyer le groupe ; d’autres l’insultaient. Deux motocyclistes ralentirent et montrèrent en silence la photo de Rehovam Zeevi, le ministre israélien mort depuis peu d’une balle tirée par un Palestinien. La police montait la garde, les manifestations des vigies n’ayant pas toujours été tranquilles, elles ont souvent été menacées et parfois attaquées, accusées d’être des traîtres. Un jour, on a aussi arrêté des membres des FENs qui s’étaient couchées devant l’entrée du ministère de la Défense pour illustrer ce que représentait la fermeture des territoires pour les Palestiniens.

Des femmes arabes en font aussi les frais. Les FENs avaient forgé des liens avec des femmes palestiniennes de Cisjordanie. Kawther Salam, une journaliste palestinienne habitant Hébron, une membre en Cisjordanie, a été traitée avec mépris comme "une traîtresse aimant les juifs" par beaucoup de Palestiniens. En outre, il y a eu souvent des différences idéologiques entre femmes israéliennes et palestiniennes.

Quelques années après ce vendredi d’hiver, je me suis retrouvée à Jérusalem. C’était en août et au moment du retrait de Gaza, le temps était très chaud et étouffant. Et de nouveau, un vendredi après-midi, alors qu’il faisait chaud comme dans un four, j’ai découvert un groupe de femmes habillées de noir tenant leur vigie. A cause du retrait de Gaza, auquel le plus grand nombre d’habitants de Jérusalem était opposé, l’atmosphère à Jérusalem était chargée de ressentiment. Il y avait plus de huées que d’applaudissements. Les propos "Traîtres, amoureuses des Arabes" étaient lancés avec plus de colère contre les FENs. Ces dernières étaient bien résolues à ne pas renoncer à leur rendez-vous avec le destin.

Les FENs ont eu 20 ans récemment et leur vigie du 28 décembre 2007 a souligné ce 20e anniversaire. Cinq cents (500) personnes y ont participé, toutes disant et promettant de ne pas perdre espoir, et de chercher d’autres voies
que celles qui divisent. Il existe une raison de se montrer d’optimisme car les gens en Israël sont plus que jamais conscients qu’on doit mettre fin rapidement à l’occupation.

De l’espoir

Ce fut un dur voyage, mais il y a eu des moments encourageants. Il existe des mouvements de solidarité dans près de 150 villes du globe. Le mouvement israélien a reçu le Prix de la Paix d’Aix-la-Chapelle (1991), le Prix de la Paix de Saint François d’Assises en Italie (1994), et le Prix de
construction de la Paix de l’Association juive pour la Paix (2001). En 2001,
le Mouvement international des Femmes en Noir a reçu le Prix de la Paix du
Millenium du Fonds de développement pour les Femmes, de l’ONU. Les groupes des FENs israéliens et serbes ont aussi été candidats au Prix Nobel de la Paix
en 2001.

Avec l’année 2008, le mouvement entre dans une troisième décennie. Mais, comme le dit fièrement Gila quoique déprimée : "J’espère que ces vigies ne dureront plus bien longtemps. J’espère que cette occupation cessera bientôt et qu’il y aura deux États, Israël et la Palestine, côte-à-côte. »

Traduction : Lynette Dubmble. Publication originale en français sur la liste FEN.

- Version originale anglaise : <http://www.global-sisterhood-networ...> Two decades of protest and hope, par Aditi Bhaduri, site Global-sisterhood-Network.
- Liste des vigiles de Femmes en Noirs dans le monde, pays par pays : le site de Women In Black, Femmes en Noir.
- Pour s’abonner à la liste de diffusion Femmes en Noir : voir cette page.

Mis en ligne sur Sisyphe, le 1er mars 2008


Partagez cette page.
Share


Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer ce texte   Nous suivre sur Twitter   Nous suivre sur Facebook
   Commenter cet article plus bas.

Aditi Bhaduri



Plan-Liens Forum

  • >Les femmes en Noir...
    (1/1) 22 mars 2008 , par





  • >Les femmes en Noir...
    22 mars 2008 , par   [retour au début des forums]

    Bonjour,mon nom est Jean Le Tallec, je suis français et je vis en Bretagne. Lors d’un récent séjour à Paris, j’ai rencontré "Les Femmes en Noir" place de la Fontaine des Innocents... Suite à cette rencontre, j’ai écris ce poème que je vous livre aujourd’hui...

    Les femmes en Noir…

    Elles sont là, immobiles
    Toutes de noir vêtues
    Gardiennes aux pieds d’argile
    On dirait des statues

    Mais dans leurs yeux brillants
    On peut lire la flamme
    Du long combat patient
    Qui anime leur âme

    Elles restent silencieuses
    Plantées sur une place
    Elles sont les moissonneuses
    D’un futur sans menace

    Leurs fusils sont drapeaux
    Leurs munitions des mots
    Tous habillés de paix
    Comme en place de « Mai »

    Des femmes d’Argentine
    Elles ont pris modèle
    Afin qu’en Palestine
    Viennent les hirondelles...

    Naej


        Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

    © SISYPHE 2002-2008
    http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Retour à la page d'accueil |Admin