| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       






lundi 24 octobre 2011

Le rôle des femmes dans la contestation sociale en Israël

par Thérèse Liebmann, docteure en histoire






Écrits d'Élaine Audet



Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


Des Palestiniennes créent une banque de semences pour préserver leur héritage agricole
Misère, domination masculine et oppression : les réfugiées syriennes dans la tourmente
Toute notre solidarité avec les femmes et le peuple kurde - Appel à l’action
Pays arabes - La Dre Alyaa Gad enseigne la santé et la sexualité à une chaîne télé sur Youtube
Appel des femmes kurdes - La mentalité patriarcale de la complicité AKP-DAESH : figure la plus atroce du féminicide
Inde - Les Femmes en Noir, solidaires de la résistance collective à la guerre contre le corps des femmes
L’avortement sexo-sélectif au sein de la communauté indo-espagnole
Femmes, islam et autres ennuis
Les femmes de Turquie partent en guerre contre l’oppression
Teesta Setalvad, l’âme de la lutte pour la laïcité en Inde
Un viol, un assassinat de trop !
Brésil - “Clandestinas”, un documentaire qui brise le silence sur l’avortement clandestin
Bahreïn : des experts de l’ONU appellent à cesser la répression contre les militantes des droits de l’homme
Les femmes et la mission indienne Mars : une photo qui dit plus que 1000 mots
Les évangéliques brésiliens à l’assaut de la sexualité
Un génocide méconnu : 50 millions de femmes disparues en Inde
La Brigade rose, des femmes indiennes combattantes
52 personnalités féminines du monde réclament un TPI en République Démocratique du Congo
Brève histoire du mouvement féministe tunisien
L’ONU minimise les mutilations sexuelles féminines et maintient le tabou du rôle des religions
Le gouverneur de l’État de New York dépose une « Charte des droits » des femmes pour combattre la discrimination à leur égard
Démocratie sans État laïque ? Le "hold up" des printemps arabes
Acquittement de Pinar Selek annulé - Une décision jamais vue dans l’histoire mondiale du Droit
Honneur aux dissidents anti-fondamentalistes, Chevalier de la Barre d’aujourd’hui
Bosnie - Est-ce justice de ne pas tenir compte du viol en temps de guerre ?
Obama, Madonna et nous
Histoires minuscules des révolutions arabes - Rencontre à Lyon le 19 octobre 2012
À la rencontre d’Annie Sugier - Femmes voilées aux Jeux olympiques (ou Les femmes courent-elles moins vite que les Noirs ?)
Le retour des religions, synonyme du retour du bâton contre les femmes !
Le voile islamique, "symbole culturel" aux Jeux olympiques de Londres
Caroline Fourest paie-t-elle le prix du féminisme ou de sa lutte contre les intégrismes religieux ?
La Commission de la Condition de la femme de l’ONU recule devant les pays qui invoquent les traditions culturelles pour bafouer les droits des femmes
Ana Pak, féministe iranienne en exil : "S’unir dans la classe des femmes"
Pourquoi la question de la Palestine est un enjeu féministe
Le film "Circumstance - En secret" soutient les valeurs masculines
Le piège et l’impasse du féminisme islamique
Le féminisme n’est plus le mouvement révolutionnaire qu’il a été
Sisyphe.org aura 10 ans en 2012 : des changements en cours
Il bat deux femmes ou abat la dignité de toutes les femmes ?
Mettons fin au massacre des femmes – Mettons fin à la lapidation !
Au nom de la démocratie, ce que les laïques et les femmes ont à perdre en Tunisie
Polygamie et charia en Libye - Les femmes se révoltent contre la décision du CNT et s’adressent à l’ONU
Affaire Shafia : "crime d’honneur" ou accident ? La Presse
L’intégrisme orthodoxe et la Serbie
Une éducation algérienne : de la révolution à la décennie noire - Conférence de Wassyla Tamzali à Lyon le 30 septembre
Les femmes qui débarrassent le Liban des bombes à fragmentation
Poste de contrôle israélien sur la route de la maternité : lieu de naissance ou de décès ?
Femmes courageuses - Les prix ne vont pas toujours à celles et ceux qui le méritent !
Le féminisme polonais n’est plus ridiculisé
La mobilisation d’un village palestinien force les autorités à amender les lois sur les crimes dits d’honneur
Marie-Andrée Bertrand - Développer, nourrir et enseigner la pensée critique dans une démarche créative
Libérez toutes les prisonnières politiques des prisons israéliennes
Donner aux femmes les moyens de se protéger contre les violences sexuelles lors de conflits armés
Haïti - État de la situation des femmes : pré et post-séisme 2010
Brésil - Les luttes des femmes pour l’égalité et la justice
La démocratie et l’égalité entre les femmes et les hommes
Italie - Mauvais jour pour le sultan Berlusconi : des millions de femmes réclament sa démission
Islam et intégrisme - La liberté de pensée a disparu sous le tapis de prière
Une Irano-Néerlandaise pendue en Iran
Le « viol correctif » en Afrique du Sud
Sud-Soudan - Les femmes ont juré qu’elles ne resteront pas des citoyennes de seconde classe
Que gagneront les Tunisiennes à la révolution dans leur pays ?
Prostitution, point de rencontre entre l’exploitation sexuelle et exploitation économique
La femme grillagée - Chanson
Haïti - La vie après le séisme
La lapidation, forme ultime du contrôle des femmes
Tunisiennes et citoyennes par-dessus tout
L’Iran élu membre de la Commission de la condition de la femme des Nations Unies
Algérie - Le lynchage des femmes de Hassi Messaoud se poursuit
J’ai mal à mon Algérie pour le sort qu’elle réserve à ses femmes
Hassi Messaoud - Halte à la “fatalité” de la terreur à l’encontre des femmes algériennes ! Quoi faire tout de suite
Le voile, symbole de l’instrumentalisation des droits des femmes pour un projet totalitaire
Trois mousquetaires au féminin : Susan B. Anthony, Elizabeth Cady Stanton et Matilda Joslyn Gage
Amnesty et les intégristes : une vieille histoire, l’exemple de l’Algérie
Lettre ouverte au Secrétaire général des Nations Unies concernant la scandaleuse situation lors de la 54ème Commission de la condition de la femme !
Islamisme - Rayhana et les autres
Tuées et lapidées partout dans le monde, les femmes sonnent la révolte
Une femme en colère. Lettre d’Alger aux Européens désabusés
Commémoration des massacres d’Algériens et d’Algériennes le 17 octobre 1961
Arabie saoudite - L’écrivaine contestataire Wajiha Al-Howeidar remet les hommes à leur place
Arabie saoudite - Appel contre le mariage d’une fillette de 10 ans
Appel au soutien contre la mise en place de la charia en France
Egypte - Obama et la prison des identités religieuses
Obama au Caire : une gifle aux femmes qui se battent contre le voile islamique
Un tribunal d’Arabie saoudite condamne une veuve de 75 ans au fouet et à la prison pour "crime de mixité"
Misogynie et géopolitique
Les femmes exigent un nouvel ordre mondial
MGF-excision : une banalisation de la santé des Africaines au Québec ?
Menaces de mort par un groupe de "talibans" contre des fillettes scolarisées au Pakistan
Participation des femmes libanaises à la vie politique : cinq raisons en faveur d’un quota
Shahrzad New, en anglais et en farsi
Une fillette de huit ans séparée de son mari doit craindre pour sa vie
Les femmes chinoises, les oubliées de la modernisation
Les femmes d’Okinawa aux militaires américains : "Cessez de nous violer et retournez chez vous."
7 avril, Journée mondiale contre les crimes d’honneur
Deux décennies de manifestations et d’espoir pour les Femmes en Noir
Quelle a été la situation des femmes en 2007 ?
Attaques à la bombe en Algérie - Appel de citoyens algériens aux organisations citoyennes, aux partis et aux syndicats progressistes
Qu’est-ce que la Résolution 1325 du Conseil de sécurité des Nations Unies ?
Crime d’honneur en Syrie : le gouvernement doit sauver la vie d’une jeune femme ou se faire complice d’un assassin
Le Réseau international de solidarité avec les femmes iraniennes appelle à l’aide
L’Agenda des femmes 2008 - La parole aux filles de 9 à 12 ans
Bhawani Rana, une femme qui se bat pour d’autres
Le pouvoir politique de l’amitié
L’ONU, alliée des femmes ?
De partout des femmes interpellent l’humanité
L’UNICEF demande un meilleur accès à la santé et à l’éducation pour les femmes afghanes
Un héritage scandaleux de l’ONU au Timor
Hidjab, soccer et manipulation
L’application de la charia en France
Une juge allemande s’inspire du Coran pour excuser un mari violent
Père et fils condamnés pour avoir battu une jeune femme au nom de traditions religieuses
Vandalisme chez une dirigeante musulmane canadienne qui critique le port du voile
Un père désespéré appelle à sauver la vie de sa fille
Le mariage forcé tue !
« Nous rejetons la mondialisation néo-libérale et patriarcale »
Au Brésil, 2000 femmes détruisent des pépinières d’eucalyptus et un laboratoire de recherche
Égalité ! Égalité ! Égalité ! ...
Le programme du Hamas : la Charia et la haine des femmes !
Le « féminicide » dans les républiques « maquiladoras »
Le Comité des droits de l’homme de l’ONU blâme sévèrement le Canada pour le traitement infligé aux femmes autochtones et aux détenues
Le message des femmes de la République de Guinée
La libération des femmes n’est pas un luxe réservé aux pays riches
Aung San Suu Kyi, 60 ans, toujours assignée à résidence
"Les femmes ne doivent rien, c’est à elles que l’on doit"
Le passé n’est pas un pays étranger
Ce code algérien de la famille vieux de 20 ans, ça suffit !
Assassinat d’une dirigeante syndicale en Colombie
La colère des femmes contre le viol dans le nord-est de l’Inde
La police du Soudan reçoit une formation sur l’aide aux victimes de violences sexuelles
Appel à la solidarité internationale pour le peuple haïtien
Des groupes de femmes demandent la démission de Miriam Tey, directrice de l’Institut de la Femme en Espagne
La directrice de l’Institut de la Femme édite un livre qui fait l’apologie du viol des femmes et des petites filles
En Iran, un texte de loi sur les droits des femmes soulève un tollé







Les femmes jouent un rôle important dans la contestation sociale en Israël, mais comme ailleurs leur action est souvent récupérée et détournée de sa fin.

Benyamin Netanyahou avait déjà été confronté, en 2003, à un mouvement de protestation initié par une femme. Il était alors Ministre des Finances dans le gouvernement Sharon et avait décidé un plan d’austérité (déjà) qui visait essentiellement à démanteler les programmes sociaux de l’État-Providence.

Ainsi Vicky Knafo, mère-célibataire vivant à de Mitzpe Ramon, petite « ville de développement » du Negev, apprenait, fin juin, que son salaire et ses allocations sociales allaient diminuer de moitié pour n’atteindre que 1.25O shekels (245 €). Ne voyant pas comment elle pourrait subvenir aux besoins de ses enfants, elle décida de « monter à Jérusalem et expliquer à Bibi que ce n’est pas possible ».

Ne pouvant se payer un ticket d’autobus, elle partit à pied, bravant le désert et la chaleur du mois de juillet. Au cours des 200 km qu’elle eut à parcourir, elle fut rejointe par une foule, toujours plus nombreuse, de sans-logis et de chômeurs, eux aussi victimes de restrictions budgétaires. À Jérusalem, ils installèrent un village de tentes face au Ministère des Finances.

Dans un premier temps, celui-ci devint pour la télévision et la presse le symbole du malaise social en Israël. Mais au bout de quelques semaines la lassitude gagna les manifestants, les médias et même Vicky : à la veille de Rosh Hashana 2003, elle renonça à la grève de la faim qu’elle avait entamée 16 jours auparavant et retourna bredouille dans sa petite ville reculée du sud israélien. Elle y reprit le travail en usine, six heures par jour et cinq jours par semaine à raison de 18 shekels (3€) de l’heure.

Inégalités et appauvrissement

Le combat solitaire de Vicky Knafo n’a pas empêché la politique gouvernementale israélienne de consolider le néo-libéralisme dans le pays : les inégalités sociales n’ont cessé de se creuser davantage et l’appauvrissement touche de plus en plus les classes moyennes.

Daphné Leef, qui a déclenché le mouvement de contestation sociale de l’été dernier, est d’ailleurs issue de la classe moyenne, « véritable épine dorsale du pays. Et véritable épine dorsale aussi du large mouvement de protestation que le pays connaît depuis la mi-juillet. » C’est ainsi que Henri Wajnblum qualifie cette classe moyenne dans son article « Israël. Une indignation sélective » (1), dans lequel il commente les méfaits du néo-libéralisme sur la situation économique, sociale et politique en Israël.

Le 14 juillet dernier, Daphné planta sa tente au beau milieu du résidentiel boulevard Rothschild de Tel-Aviv pour marquer sa protestation contre les prix exorbitants des loyers dans les villes israéliennes. Elle a pu facilement rallier à sa cause des milliers de familles des classes moyennes citadines. Et aussi « l’Union nationale des étudiants israéliens » et ses adeptes. Dans un deuxième temps, elle mobilisa les familles des classes défavorisées (selon « l’Assurance nationale - Bitouah Leumi - 1 Israélien sur 4 vit sous le seuil de pauvreté).

Si cette jeune femme a pu apparaître comme l’instigatrice de cette action, c’est que la situation était déjà mûre en Israël : les exemples du « printemps arabe » et des « indignés » espagnols ont pu jouer, mais aussi, en Israël même, les grèves des médecins et des enseignants sous-payés ainsi que le boycott du « cottage cheese » dont les prix avaient flambé.

Le 13 août, le mouvement fut rejoint par des dizaines de milliers de « périphériques », ce mot désignant, d’une part, la périphérie géographique - les villes du Nord et du Sud d’Israël - et, d’autre part, les plus démunis qui constituent la « périphérie » sociale, notamment les femmes indigentes et la minorité palestinienne d’Israël.

Dans le discours qu’elle a prononcé le 3 septembre, Daphné Leef a fustigé ce terme de « périphérique » qu’elle trouve condescendant : « Vous êtes mis sur le côté. Vous êtes tenu à distance. Vos besoins sont moins importants et vos demandes sont sans intérêt ». Et de poursuivre : « Cet été, nous avons prouvé qu’il n’y a pas de périphérie, que nous sommes tous au centre, chacun de nous. Nous avons réduit la distance physique entre nous…et nous voulons rester proches les uns des autres. On ne pourra plus manœuvrer pour nous diviser. Et puis vint l’argument sécuritaire. Mais même les missiles (tirés de la Bande de Gaza) n’ont pas réussi à saper notre mouvement de protestation. Au contraire, ils ont montré à quel point il est fort et authentique… Nous avons créé ici un nouveau discours : nous avons remplacé le mot pitié par le mot compassion, le mot charité par le mot justice…Nous avons remplacé le mot consommateur par le mot citoyen… ».

Une société civile

Itzik Shmuli, président de l’Union nationale des étudiants israéliens, dit également à la tribune qu’ « une nouvelle génération d’Israéliens veut le changement et la justice sociale » et que « Nous les nouveaux Israéliens, sommes déterminés à poursuivre le combat pour une société plus juste et meilleure, en sachant qu’il sera long et difficile ».

Michel Warshawski s’est fait l’écho de cet état d’esprit dans son article « Birth of an Israeli Civil Society » (2) : « Le 3 septembre marque la naissance d’une société civile israélienne »… « Lorsque les porte-parole (juifs) du mouvement insistaient sur son caractère d’unité, ils parlaient d’unité entre religieux et non-religieux, Mizrahis et Ashkénazis, Juifs et Arabes ».

Mais que restera-t-il de ces manifestations de masse où les participants, paraissant avoir compris que la politique néo-libérale du gouvernement Netanyahou les menait dans une impasse, criaient des slogans comme « justice sociale » et « révolution » ?

La municipalité de Tel-Aviv a ordonné le démantèlement des tentes au plus tard pour le 27 septembre, veille de Rosh Hashana. Netanyahou a fait quelques promesses mais elles n’ont pas été concrétisées. Il a mis en garde contre les menaces terroristes, le différend avec l’Égypte et avec la Turquie et le danger que pourrait constituer la reconnaissance de l’État palestinien par l’ONU.

Quant aux meneurs de la contestation, ils pourront tenir « mille tables de discussions » dans les grandes villes du pays. Cinq tentes symboliques pourraient même être maintenues à Tel-Aviv à cet effet. Les plus démunis et les « périphériques » y seront-ils conviés ?

On peut supposer qu’Itzik Shmuli en sera, lui qui a pris soin de publier son discours, remanié, du 3 septembre dans The Guardian (3). On peut y lire notamment : « La plus grande protestation sociale du pays a été menée par des étudiants … » (sic). « Les « nouveaux Israéliens » incarnent le sionisme… ; ils reconnaissent l’importance de l’économie de marché…mais souhaitent une meilleure répartition des ressources ». Il se réfère à Ben Gurion et à Zabotinsky qui en avaient appelé à la justice sociale en Israël (sic).
On est bien loin du discours unificateur de Daphné Leef. Même si elle fait partie de la classe moyenne, elle voulait que son action s’étende à tous les mal lotis « du centre à la périphérie ». Même si elle a pu être considérée comme l’instigatrice de ce mouvement de contestation, son engagement a été récupéré par un homme (Itzik) qui a mis son ego en avant. Uri Avnery a écrit à ce propos : « Itzik a parlé à la tête, Daphné au cœur ».

Une indignation tous azimuts

Comme elle prétendait ne pas vouloir s’engager dans un parti politique, son action sera t-elle reconnue ? Ou tombera t-elle, sinon dans l’oubli, du moins dans l’indifférence, comme ce fut le cas pour Vicky Knafo qui, 8 ans avant elle, avait essayé d’affronter la politique néo-libérale du gouvernement israélien. On avait, à l’époque, attribué son échec au fait qu’elle n’était « qu’ » une Mizrahi (juive originaire d’un pays arabe). Cela ne joue pas en ce qui concerne Daphné. Il y a cependant un point commun entre elles : toutes deux ont mené un combat qui met en avant des valeurs humaines qui transcendent la politique politicienne et que celle-ci préfère esquiver.

Elles sont, en cela, assez proches des mouvements des femmes pacifistes, comme les « Femmes en Noir », Machsom Watch ou New Profile. À ce propos, on a reproché à Daphné de ne pas avoir servi dans l‘armée et d’avoir, à 17 ans, signé une pétition des élèves de son lycée dans laquelle elle condamnait l’occupation et refusait de servir dans les territoires (occupés). Il est vrai qu’elle n’a pas fait spontanément état de cette « tare terrible ». Son « indignation » serait-elle, du moins en ce qui la concerne, moins « sélective » qu’il n’y paraît ?

L’auteure est membre de l’Union des Progressistes juifs de Belgique (UPJB).

Notes

(1) Points Critiques, septembre 2O11
(2) Alternative Information Center, 7 septembre 2011
(3) The Guardian (Guardian.co.uk), 9 september 2011

Source : Points Critiques, octobre 2011, n°319, pp.6-7. Merci à l’auteure de la publication de cet article sur Sisyphe.

Mis en ligne sur Sisyphe, le 22 octobre 2011


Partagez cette page.
Share


Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer ce texte   Nous suivre sur Twitter   Nous suivre sur Facebook
   Commenter cet article plus bas.

Thérèse Liebmann, docteure en histoire

L’auteure est membre de l’Union des Progressistes juifs de Belgique (UPJB).



Plan-Liens Forum

  • Le rôle des femmes dans la contestation sociale en Israël
    (1/1) 22 octobre 2011 , par Paul Gagnon





  • Le rôle des femmes dans la contestation sociale en Israël
    22 octobre 2011 , par Paul Gagnon   [retour au début des forums]
    La vie est triste et infiniment injuste

    Tout ici-bas est récupéré, absolument tout. Même si c’est pour le foutre à la poubelle tout de suite après. C’est bien triste mais c’est ainsi.


        Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

    © SISYPHE 2002-2011
    http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Retour à la page d'accueil |Admin