| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       Éditions Sisyphe






mardi 18 janvier 2005

Le passé n’est pas un pays étranger

par Taslima Nasreen, écrivaine



Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texte Imprimer ce texte


Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


Les femmes et la mission indienne Mars : une photo qui dit plus que 1000 mots
Les évangéliques brésiliens à l’assaut de la sexualité
Un génocide méconnu : 50 millions de femmes disparues en Inde
La Brigade rose, des femmes indiennes combattantes
52 personnalités féminines du monde réclament un TPI en République Démocratique du Congo
Brève histoire du mouvement féministe tunisien
L’ONU minimise les mutilations sexuelles féminines et maintient le tabou du rôle des religions
Le gouverneur de l’État de New York dépose une « Charte des droits » des femmes pour combattre la discrimination à leur égard
Démocratie sans État laïque ? Le "hold up" des printemps arabes
Acquittement de Pinar Selek annulé - Une décision jamais vue dans l’histoire mondiale du Droit
Honneur aux dissidents anti-fondamentalistes, Chevalier de la Barre d’aujourd’hui
Bosnie - Est-ce justice de ne pas tenir compte du viol en temps de guerre ?
Obama, Madonna et nous
Histoires minuscules des révolutions arabes - Rencontre à Lyon le 19 octobre 2012
À la rencontre d’Annie Sugier - Femmes voilées aux Jeux olympiques (ou Les femmes courent-elles moins vite que les Noirs ?)
Le retour des religions, synonyme du retour du bâton contre les femmes !
Le voile islamique, "symbole culturel" aux Jeux olympiques de Londres
Caroline Fourest paie-t-elle le prix du féminisme ou de sa lutte contre les intégrismes religieux ?
La Commission de la Condition de la femme de l’ONU recule devant les pays qui invoquent les traditions culturelles pour bafouer les droits des femmes
Ana Pak, féministe iranienne en exil : "S’unir dans la classe des femmes"
Pourquoi la question de la Palestine est un enjeu féministe
Le film "Circumstance - En secret" soutient les valeurs masculines
Le piège et l’impasse du féminisme islamique
Le féminisme n’est plus le mouvement révolutionnaire qu’il a été
Sisyphe.org aura 10 ans en 2012 : des changements en cours
Il bat deux femmes ou abat la dignité de toutes les femmes ?
Mettons fin au massacre des femmes – Mettons fin à la lapidation !
Au nom de la démocratie, ce que les laïques et les femmes ont à perdre en Tunisie
Polygamie et charia en Libye - Les femmes se révoltent contre la décision du CNT et s’adressent à l’ONU
Le rôle des femmes dans la contestation sociale en Israël
Affaire Shafia : "crime d’honneur" ou accident ? La Presse
L’intégrisme orthodoxe et la Serbie
Une éducation algérienne : de la révolution à la décennie noire - Conférence de Wassyla Tamzali à Lyon le 30 septembre
Les femmes qui débarrassent le Liban des bombes à fragmentation
Poste de contrôle israélien sur la route de la maternité : lieu de naissance ou de décès ?
Femmes courageuses - Les prix ne vont pas toujours à celles et ceux qui le méritent !
Le féminisme polonais n’est plus ridiculisé
La mobilisation d’un village palestinien force les autorités à amender les lois sur les crimes dits d’honneur
Marie-Andrée Bertrand - Développer, nourrir et enseigner la pensée critique dans une démarche créative
Libérez toutes les prisonnières politiques des prisons israéliennes
Donner aux femmes les moyens de se protéger contre les violences sexuelles lors de conflits armés
Haïti - État de la situation des femmes : pré et post-séisme 2010
Brésil - Les luttes des femmes pour l’égalité et la justice
La démocratie et l’égalité entre les femmes et les hommes
Italie - Mauvais jour pour le sultan Berlusconi : des millions de femmes réclament sa démission
Islam et intégrisme - La liberté de pensée a disparu sous le tapis de prière
Une Irano-Néerlandaise pendue en Iran
Le « viol correctif » en Afrique du Sud
Sud-Soudan - Les femmes ont juré qu’elles ne resteront pas des citoyennes de seconde classe
Que gagneront les Tunisiennes à la révolution dans leur pays ?
Prostitution, point de rencontre entre l’exploitation sexuelle et exploitation économique
La femme grillagée - Chanson
Haïti - La vie après le séisme
La lapidation, forme ultime du contrôle des femmes
Tunisiennes et citoyennes par-dessus tout
L’Iran élu membre de la Commission de la condition de la femme des Nations Unies
Algérie - Le lynchage des femmes de Hassi Messaoud se poursuit
J’ai mal à mon Algérie pour le sort qu’elle réserve à ses femmes
Hassi Messaoud - Halte à la “fatalité” de la terreur à l’encontre des femmes algériennes ! Quoi faire tout de suite
Le voile, symbole de l’instrumentalisation des droits des femmes pour un projet totalitaire
Trois mousquetaires au féminin : Susan B. Anthony, Elizabeth Cady Stanton et Matilda Joslyn Gage
Amnesty et les intégristes : une vieille histoire, l’exemple de l’Algérie
Lettre ouverte au Secrétaire général des Nations Unies concernant la scandaleuse situation lors de la 54ème Commission de la condition de la femme !
Islamisme - Rayhana et les autres
Tuées et lapidées partout dans le monde, les femmes sonnent la révolte
Une femme en colère. Lettre d’Alger aux Européens désabusés
Commémoration des massacres d’Algériens et d’Algériennes le 17 octobre 1961
Arabie saoudite - L’écrivaine contestataire Wajiha Al-Howeidar remet les hommes à leur place
Arabie saoudite - Appel contre le mariage d’une fillette de 10 ans
Appel au soutien contre la mise en place de la charia en France
Egypte - Obama et la prison des identités religieuses
Obama au Caire : une gifle aux femmes qui se battent contre le voile islamique
Un tribunal d’Arabie saoudite condamne une veuve de 75 ans au fouet et à la prison pour "crime de mixité"
Misogynie et géopolitique
Les femmes exigent un nouvel ordre mondial
MGF-excision : une banalisation de la santé des Africaines au Québec ?
Menaces de mort par un groupe de "talibans" contre des fillettes scolarisées au Pakistan
Participation des femmes libanaises à la vie politique : cinq raisons en faveur d’un quota
Shahrzad New, en anglais et en farsi
Une fillette de huit ans séparée de son mari doit craindre pour sa vie
Les femmes chinoises, les oubliées de la modernisation
Les femmes d’Okinawa aux militaires américains : "Cessez de nous violer et retournez chez vous."
7 avril, Journée mondiale contre les crimes d’honneur
Deux décennies de manifestations et d’espoir pour les Femmes en Noir
Quelle a été la situation des femmes en 2007 ?
Attaques à la bombe en Algérie - Appel de citoyens algériens aux organisations citoyennes, aux partis et aux syndicats progressistes
Qu’est-ce que la Résolution 1325 du Conseil de sécurité des Nations Unies ?
Crime d’honneur en Syrie : le gouvernement doit sauver la vie d’une jeune femme ou se faire complice d’un assassin
Le Réseau international de solidarité avec les femmes iraniennes appelle à l’aide
L’Agenda des femmes 2008 - La parole aux filles de 9 à 12 ans
Bhawani Rana, une femme qui se bat pour d’autres
Le pouvoir politique de l’amitié
L’ONU, alliée des femmes ?
De partout des femmes interpellent l’humanité
L’UNICEF demande un meilleur accès à la santé et à l’éducation pour les femmes afghanes
Un héritage scandaleux de l’ONU au Timor
Hidjab, soccer et manipulation
L’application de la charia en France
Une juge allemande s’inspire du Coran pour excuser un mari violent
Père et fils condamnés pour avoir battu une jeune femme au nom de traditions religieuses
Vandalisme chez une dirigeante musulmane canadienne qui critique le port du voile
Un père désespéré appelle à sauver la vie de sa fille
Le mariage forcé tue !
« Nous rejetons la mondialisation néo-libérale et patriarcale »
Au Brésil, 2000 femmes détruisent des pépinières d’eucalyptus et un laboratoire de recherche
Égalité ! Égalité ! Égalité ! ...
Le programme du Hamas : la Charia et la haine des femmes !
Le « féminicide » dans les républiques « maquiladoras »
Le Comité des droits de l’homme de l’ONU blâme sévèrement le Canada pour le traitement infligé aux femmes autochtones et aux détenues
Le message des femmes de la République de Guinée
La libération des femmes n’est pas un luxe réservé aux pays riches
Aung San Suu Kyi, 60 ans, toujours assignée à résidence
"Les femmes ne doivent rien, c’est à elles que l’on doit"
Ce code algérien de la famille vieux de 20 ans, ça suffit !
Assassinat d’une dirigeante syndicale en Colombie
La colère des femmes contre le viol dans le nord-est de l’Inde
La police du Soudan reçoit une formation sur l’aide aux victimes de violences sexuelles
Appel à la solidarité internationale pour le peuple haïtien
Des groupes de femmes demandent la démission de Miriam Tey, directrice de l’Institut de la Femme en Espagne
La directrice de l’Institut de la Femme édite un livre qui fait l’apologie du viol des femmes et des petites filles
En Iran, un texte de loi sur les droits des femmes soulève un tollé




Conférence donnée le 20 octobre 2004 à la librairie parisienne Violette and Co et le 6 novembre 2004 à la librairie Ombres Blanches à Toulouse, dans le cadre d’une série d’événements initiés et organisés par Bagdam Espace Lesbien.

Dans mon pays, le Bangladesh, lorsque j’étais jeune, les filles de mon milieu social abandonnaient fréquemment l’école vers l’âge de 15 ou 16 ans, c’est-à-dire au moment où leurs parents les contraignaient à se marier. Peu de filles avaient la chance de poursuivre leurs études, car après leur mariage arrangé, elles n’avaient plus le droit de poursuivre leurs études secondaires ou d’accéder à l’université, pas plus qu’elles ne pouvaient travailler. Autrement dit, elles étaient sous la totale dépendance de leur mari.

La coutume voulait que, tôt le matin, nous, les enfants, nous lisions le Coran en arabe, et tout comme les autres enfants du Bangladesh, c’est ce que je faisais. Mais je me suis rapidement posé des questions. Je voulais savoir ce que je lisais, connaître le contenu des versets coraniques. Notre langue est le bengali, pas l’arabe, il nous était donc impossible d’en comprendre le sens. Nous lisions, un point c’est tout. Quand j’ai demandé à ma mère la signification de ce que je lisais, elle m’a expliqué que cela n’avait aucune importance. L’essentiel était qu’Allah soit heureux de savoir que je lisais le Coran en arabe.

Une critique de la religion

À quatorze ans, j’ai trouvé une traduction du Coran en bengali. À ma grande surprise, j’ai découvert qu’Allah disait que les hommes sont supérieurs et les femmes inférieures. Les hommes peuvent avoir quatre épouses. Les hommes peuvent divorcer à n’importe quel moment. Les hommes ont le droit de battre leurs épouses.

J’ai ainsi découvert que l’islam ne considère pas une femme comme un être humain autonome. L’homme est la création originale et la femme a ensuite été créée pour le plaisir des hommes. L’islam considère une femme comme une esclave ou un objet sexuel, rien de plus. Le rôle des femmes est de demeurer à la maison et d’obéir aux ordres de leur mari. Voilà leur devoir religieux. Elles sont considérées faibles, ce qui justifie que tant leur corps que leur esprit, leurs désirs et leurs souhaits seront pris en charge. Leurs droits et leur liberté sont sous le contrôle des hommes. L’islam traite les femmes en être intellectuellement, moralement et physiquement inférieurs. Dans le cadre du mariage, l’islam protège uniquement les droits des hommes. Une fois le mariage consommé, les femmes ne bénéficient d’aucun droit en la matière. Le Coran accorde une liberté totale aux hommes en stipulant : "Les femmes sont votre champ. Cultivez-les de la manière que vous entendrez…" (sourate n° 2, verset 223 )(1)

On ordonne aux femmes d’accourir auprès de leur mari dès qu’il le demande, peu importe où elles sont ou ce qu’elles sont en train de faire. Un hadith stipule que deux seuls types de prières n’accèdent jamais au ciel : celles des esclaves en fuite et celles des femmes qui résistent à leur mari la nuit.

L’islam considère que les femmes sont inférieures sur le plan psychologique. Ainsi, leur témoignage n’est pas recevable dans les domaines du mariage, du divorce et des hudud, soit le système de punition de la loi islamique qui s’applique à la fornication, l’adultère, l’adultère avec une personne mariée, l’apostasie, la criminalité, le vol, et ainsi de suite. Si une femme est violée, elle doit présenter devant le tribunal quatre témoins hommes. Si cela lui est impossible, aucune charge n’est retenue contre le violeur. Dans la loi islamique, le témoignage de deux femmes équivaut à celui d’un seul homme. Lorsqu’un homme soupçonne son épouse d’adultère ou croit que ses enfants sont nés d’un autre homme que lui, son témoignage vaut celui de quatre témoins. Dans des cas similaires, une épouse n’a pas le droit d’intenter un procès à son mari.
Les femmes n’ont pas accès au même héritage que leurs frères. Allah ordonne de "donner au fils mâle la portion de deux filles" (4.12).

En plus de leur accorder droits et la liberté, en plus de les faire bénéficier du plaisir sexuel et d’être les maîtres, Allah récompense les hommes en leur offrant au paradis vin et nourriture à profusion ainsi que 72 vierges, sans compter les épouses qu’ils ont eues sur terre. Allah dit : "Accoudés sur des lits rangés en ordre, nous les avons mariés à des filles aux grands yeux noirs". (52.20). "Ils auront des vierges au regard modeste, aux grands yeux noirs et au teint éclatant, semblable à celui d’une perle dans sa coquille" (37.47). Quelle est la récompense décernée à une femme pieuse ? Rien. Rien, sinon le même vieux mari qui l’a tant fait souffrir lorsqu’ils vivaient sur terre.

En tant qu’étudiante en sciences, il me fut difficile d’accepter l’idée que le soleil tournerait autour de la terre, que la lune produirait sa propre lumière, que la seule fonction des montagnes serait de soutenir la terre pour l’empêcher de tomber dans le néant.

J’en suis venue à soupçonner que le Coran n’a pas été écrit par Allah, mais plutôt par un homme avide et égoïste, à la recherche de son seul confort. Puis j’ai lu les hadith, c’est-à-dire les préceptes du prophète Mohammed rapportés pas ses compagnons. J’ai découvert de nombreux faits prouvant que lorsqu’il avait des problèmes, Allah les réglait immédiatement pour lui. Par exemple, quand Mohammed a été sexuellement attiré par sa belle-fille, Allah lui a fait parvenir un message décrétant qu’il pouvait l’épouser car, puisqu’il avait adopté son fils, il n’était pas véritablement le sien. Ce mariage fut donc rendu possible. Encore plus, il a créé une nouvelle règle, interdisant à tout musulman d’adopter un enfant. Mohammed s’est marié treize fois, l’une de ses épouses étant Aïcha, alors âgée de six ans. Allah, a décrété le prophète, lui a permis de profiter de ses épouses, de ses esclaves femmes et de toutes les femmes en captivité. Il a voilé sa magnifique jeune épouse Aïcha parce qu’il ne supportait pas l’idée que ses amis puissent la regarder avec admiration. Allah, a dit Mohammed, a ordonné à ses amis de ne pas se rendre chez lui comme bon leur semblait mais s’ils y allaient, ils ne pouvaient jeter un regard sur aucune de ses femmes ou s’adresser à elles. Il était tellement jaloux qu’il a introduit le voile pour ses femmes et, finalement, l’a imposé à toutes les musulmanes. Bien que le remariage des veuves était légal, il a interdit à tous les hommes d’épouser l’une de ses femmes après sa mort. Il m’est devenu évident que Mohammed a écrit le Coran pour son propre bien-être et afin d’assouvir ses envies personnelles.

J’ai donc cessé de croire en l’islam. Et quand j’ai étudié le contenu des autres religions, j’ai découvert qu’elles aussi oppriment les femmes. J’ai alors cessé de croire à quelque religion que ce soit.

L’oppression des femmes

Mon père, un médecin, avait une approche scientifique mais il était aussi un homme extrêmement autoritaire. Il ne me permettait pas de jouer, de sortir, de rencontrer mes amis, d’aller au cinéma ou au théâtre, ou de lire les livres qui ne relevaient pas du programme scolaire. Il voulait que je devienne médecin afin qu’un de ses enfants suive ses traces. D’un côté, il désirait que je devienne indépendante et, de l’autre, il voulait que je sois mariée à un homme éduqué dans la mesure où certains de ces hommes tiennent à épouser une femme éduquée.

En grandissant, j’ai continué à observer la condition des femmes dans notre société. Ma mère, pour ne citer qu’elle, était le parfait exemple d’une femme opprimée. Elle a été donnée en mariage lorsqu’elle était enfant ; elle était une excellente étudiante à l’école, mais on lui a interdit de poursuivre ses études. Mon grand-père et mon père le lui ont refusé parce qu’ils voulaient qu’elle soit une bonne épouse, une bonne mère, une bonne ménagère. Elle a été malheureuse à partir du premier jour de son mariage. Mon père ne l’a jamais aimée. Et elle savait qu’il entretenait des relations extra maritales. Frustrée, elle s’est réfugiée dans la religion, le résultat étant que j’ai pensé que cela était bête, que ma mère était inintéressante, sans valeur. Je devais respecter mes parents et j’en étais pourtant incapable.

J’ai grandi la peur au ventre. J’en étais réduite à dissimuler mes envies de liberté et ma curiosité envers le monde extérieur. Je n’avais pas le droit de sortir sauf pour de me rendre à l’école, puis au collège et au lycée. Cette interdiction a eu pour conséquence que j’ai développé une passion pour la lecture, que ce soit la fiction, la poésie, les essais ou toute autre forme d’écriture. Mais je devais cacher mes livres. Et j’avais une autre passion : écrire de la poésie.

J’en suis venue à croire que les filles étaient certainement inférieures aux garçons. Ils pouvaient jouer à l’extérieur dans les champs tandis que les filles étaient confinées à la maison où elles jouaient avec leurs poupées. Mes frères pouvaient aller où bon leur semblait, assister à des tournois sportifs, s’adonner aux activités qu’ils désiraient. Je ne le pouvais pas. Ma sœur ne le pouvait pas. On m’a enseigné que les filles n’étaient pas faites pour cela, que leur rôle était de rester à la maison, apprendre à faire la cuisine, faire les lits, nettoyer la maison.

Ma mère n’était pas la seule femme opprimée. Mes tantes, mes voisines et les femmes de mon entourage l’étaient elles aussi. Dans notre esprit, la torture des femmes n’était pas une oppression, mais plutôt une tradition, à laquelle nous étions habituées. J’ai finalement compris que les femmes sont opprimées. Qu’elles soient pauvres ou riches, belles ou laides, qu’elles aient les yeux bleus ou noirs, qu’elles aient la peau blanche, noire ou brune, qu’elles soient mariées ou non, analphabètes ou éduquées, intelligentes ou stupides, les femmes sont opprimées. Les femmes sont opprimées partout à cause du patriarcat, de la religion, de la tradition, de la culture et des coutumes inventés par les hommes.

Bien que personne ne m’ait poussée à protester, j’ai acquis la certitude qu’il est important de lutter contre les oppressions. Personne ne m’a demandé de verser une larme, mais je l’ai fait. Au moment où j’ai commencé à écrire de la prose, qui fut publiée chaque semaine dans les journaux, j’ai réalisé que mes protestations retenaient l’attention et que les lecteurs se divisaient entre ceux qui me détestaient et ceux qui m’aimaient. L’un après l’autre, mes livres furent publiés.

Ecrire pour la liberté

Ceux qui détestaient ce que j’écrivais se sont mis à organiser des manifestations contre moi et les gens ont défilé dans les rues. Lors du salon du livre national, mes livres furent brûlés en public. Le comité "Détruisez Taslima" fut mis en place, et je n’ai plus eu le droit de me rendre au salon du livre, car les organisateurs de l’événement ont décrété que le contenu de mes livres était la source du problème. J’ai pu retourner à ce salon du livre annuel en 1993. Mais cette fois-ci, les fondamentalistes et une foule en colère m’ont agressée en public et se sont introduits par la force, en cassant tout sur leur passage, dans les librairies qui vendaient mes livres. J’ai certes reçu le plus important prix littéraire, mais au même moment, j’ai été victime de la plus grave campagne de haine. Le gouvernement a par la suite confisqué mon passeport et m’a ordonné de cesser d’écrire si je voulais conserver mon poste de médecin dans un hôpital public. J’ai protesté en démissionnant.

J’ai continué à écrire. J’ai défendu les femmes et les communautés minoritaires opprimées, tant à travers ma poésie, ma prose que mes essais. J’ai revendiqué haut et fort l’égalité et la justice pour tout le monde, quels que soient leur religion ou leur sexe. Je me suis prononcée fermement en faveur de la laïcité. J’ai dénoncé toutes les lois religieuses qui oppriment les femmes. Mes livres furent interdits par le gouvernement.

Les femmes sont toujours flagellées, lapidées jusqu’à la mort, les femmes sont violées, elles sont accusées d’avoir permis leur propre viol, et leurs violeurs sont innocentés. Les femmes sont victimes du trafic sexuel, de l’esclavage, et de multiples discriminations. Les hommes lancent de l’acide sur le visage des femmes et repartent satisfaits. La religion et ce qu’on appelle la tradition ne considèrent pas les femmes comme des êtres humains. Au sein d’un couple, l’être le moins désiré est un enfant fille. Lorsqu’un enfant fille naît, l’épouse est divorcée pour le crime d’avoir enfanté d’une fille ou bien elle passe le reste de son existence en état de disgrâce.

Par le biais de l’écriture, je voulais être constructive. Je voulais aider les femmes à comprendre qu’elles sont opprimées et que ce n’est pas une fatalité. Je voulais les encourager à lutter pour leurs droits et leur liberté. Ma voix a fourni aux femmes l’occasion de penser différemment. Cependant, cela a rendu furieux les religieux et les chauvinistes mâles. Les fondamentalistes ont décidé de ne tolérer aucune de mes prises de position. Ils se sont élevés contre une femme qui, ayant brisé ses chaînes, était devenue libre et ils n’ont pu tolérer que j’aie déclaré que le Coran est inapproprié et dépassé et qu’il est nécessaire d’instituer un code civil uniforme garantissant la liberté aux femmes.

Les extrémistes ont envahi les rédactions des journaux, ils ont poursuivi mes éditeurs ainsi que moi-même. Ils ont exigé mon exécution par pendaison. Des centaines de milliers de gens sont descendus dans la rue. Ils ont appelé à une grève générale dans l’ensemble du pays, et réclamé ma mise à mort. Les fondamentalistes ont émis des fatwas de mort contre moi et ont mis ma tête à prix. Au lieu de prendre des mesures contre eux, le gouvernement s’est retourné contre moi. Il m’a poursuivie en justice pour le motif que j’avais heurté les sentiments religieux de la population. Je n’ai eu d’autre choix que d’entrer dans la clandestinité. À cette époque, j’ai eu la chance de bénéficier du soutien des gouvernements démocratiques, des féministes et des organisations de défense des droits humains. Ils ont littéralement contribué à me sauver la vie. En fait, j’étais persuadée que je serais assassinée, car chaque jour des foules défilaient pour exiger ma mise à mort et la police me recherchait activement.

Quoi qu’il en soit, j’ai survécu. Le gouvernement m’a jetée hors du pays. Depuis lors, j’ai voulu retourner au Bangladesh, mais cela est impossible. Je n’ai absolument pas le droit d’y mettre les pieds. Et cinq de mes livres y sont toujours interdits. A ce jour, j’en ai publié vingt-huit, et des procédures ont été entamées pour en interdire d’autres. Une cour du Bangladesh m’a condamnée à une année d’emprisonnement pour ce que j’ai écrit.

Alors que j’ai écrit pour la libération des femmes, ma propre liberté d’expression a été continuellement violée par les autorités et je ne peux donc plus atteindre les lecteurs de mon pays.

Communiquer la force aux femmes

Mon autobiographie, en réalité, ne se résume pas à l’évocation de ma vie. C’est une histoire que des centaines de milliers de femmes subissent. Elle raconte comment les femmes musulmanes vivent dans un pays patriarcal où des centaines de traditions les font souffrir, elles et leurs filles. J’ai exploré mon enfance et j’ai décrit la vie d’un enfant fille, j’ai dit comment j’ai été élevée, j’ai expliqué que j’avais bénéficié de privilèges inaccessibles à tant de filles. J’ai eu l’opportunité d’étudier et je suis devenue médecin, un métier auquel des centaines de milliers de filles ne peuvent même pas rêver. J’ai voulu montrer où et comment j’ai grandi et ce qui m’a menée à penser différemment, ce qui m’a incitée à agir différemment. Il est important de communiquer aux femmes un peu de force pour qu’elles puissent se révolter contre le système d’oppression dans lequel j’ai été élevée et qui est toujours en place. J’ai dit la vérité. C’est un tabou que de révéler le viol ou la tentative de viol commis par un homme de la famille.

Dans notre pays, où le sexe est tabou, les seules personnes à avoir le droit d’en parler sont les hommes. Ils peuvent décrire ce qu’ils infligent aux femmes : agressions, brutalités, viols et assassinats. Ils peuvent en parler librement, alors que nous, nous sommes condamnées à taire ce qu’ils nous font subir. Mais je ne me suis pas tue. Et je me fichais de ce que les gens me diraient à moi, ou à ma famille. Je sais très bien que beaucoup de femmes ont le sentiment que j’ai raconté leur propre histoire.

Nous, les victimes, devons crier haut et fort. Nous avons besoin d’être entendues. Nous devons protester vigoureusement et exiger notre liberté et nos droits. Nous devons refuser d’être maltraitées, enchaînées, battues et menacées. Si les femmes ne se battent pas pour cesser d’être opprimées par un patriarcat et un système religieux honteux, alors honte aux femmes ! Honte à nous de ne pas protester, de ne pas lutter, de permettre la perpétuation d’un système qui opprimera nos filles.

Essayons de transformer le monde en un lieu magnifique et sûr dans lequel aucune fille, aucune femme, ne sera opprimée, ne subira le trafic sexuel, se fera jeter de l’acide au visage, ne sera victime de viol ou de quelque forme d’agression sexuelle que ce soit.

Mon histoire n’est pas unique. Mes expériences sont malheureusement celles de millions de femmes. Dans mes livres, j’ai pleuré sur mon sort. J’ai aussi pleuré pour celles qui n’ont pas la possibilité de jouir de la vie productive à laquelle elles aspirent et qu’elles méritent ! Nous qui sommes des femmes, nous ne devons plus demeurer solitaires et pleurer doucement dans des lieux solitaires.

Je sais seulement que je dis la vérité, et c’est la raison pour laquelle je souffre. Un segment entier de notre société proclame que je n’ai pas le droit de m’exprimer ni même de vivre.

Au lieu d’habiter au Bangladesh, où je suis née, je n’ai qu’une seule alternative : vivre en Occident où je me sens une étrangère. Autrement dit, je suis une étrangère dans mon propre pays et une étrangère là où je vis, ici en Occident. Où puis-je aller ? Nulle part. Pour moi, l’exil est un arrêt de bus, où j’attends l’arrivée du bus qui me ramènera à la maison. Je suis en exil depuis plus de dix ans maintenant, et malgré cela, je ne me sens chez moi nulle part, aucun pays n’est le mien. Cette situation sans espoir me fait ressentir un sentiment d’impuissance.

Je me demande parfois s’il est vrai que je n’ai pas de pays. En fait, ce n’est pas vrai. J’ai un pays. Mon pays est l’amour. L’amour que vous me donnez est mon pays. L’amour que je reçois de la part des femmes opprimées partout sur terre est mon pays. L’amour que je reçois de la part des rationalistes, des libres-penseurs et des humanistes partout sur terre est mon pays.

Je ne regrette pas ce que j’ai accompli jusqu’à maintenant ni ce que j’ai écrit. Peu importe ce que me réserve l’avenir, je poursuivrai sans compromis ma lutte contre toutes les forces religieuses jusqu’à la fin de mes jours. Je suis toujours aussi engagée et déterminée dans mon combat.

Mis en ligne sur Sisyphe, le 17 janvier 2005.

Commenter ce texte                         Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer         Nous suivre sur Twitter       Nous suivre sur Facebook

Taslima Nasreen, écrivaine

Taslima Nasreen est née en 1962 au Pakistan oriental, devenu en 1971 le Bangladesh, et écrit en langue bengalie. Ses chroniques dans la presse, critiques de la condition faite aux femmes, de la religion et du pouvoir religieux, puis son livre Lajja, en 1993, qui relate les exactions contre la minorité hindoue au Bangladesh, ont provoqué la haine des fondamentalistes musulmans et l’ont contrainte à l’exil. Depuis lors, elle continue son combat pour la laïcité et pour la liberté des femmes, et écrit son autobiographie (Enfance au féminin, Le vent en rafales). On peut aussi lire en français certaines de ses chroniques (Une jeune femme en colère, en Livre de poche, Femmes, manifestez vous !, aux Editions des femmes).



Plan-Liens Forum

  • > Le passé n’est pas un pays étranger
    (1/2) 30 août 2007 , par sadok

  • > liberté des femmes
    (2/2) 20 février 2006 , par marah





  • > Le passé n’est pas un pays étranger
    30 août 2007 , par sadok   [retour au début des forums]

    Bonjour,

    J’ai juste briévement parcouru ce que tu ecrit. Je pense que tu devrais relire le coran avec une autre vision et interprétation. Je te dit cela pas pour te rendre croyante etc vu que moi aussi je suis pas croyant ( dieu merci lol). mais tu site un bout du corant en disant que l homme fait ce qu il veut de ca femme. C est pas tout a fais vrai et faux replacer la naissance de la religion à son epoque et prendre en concidération la situation et les rapport hommes femmes à l’epoque. il est dit qu un homme a le droit de prendre quatre femmes, mais a condition d etre egal avec chaquune d elle. si tu refléchie un peu. le faite dire etre egal avec chaquune d elle est un moyen detournée d interdire la polygamie. en effet en théorie cela est possible mais realité cela etant impossible implique que cela est interdit.

    en ce qui concerne "Les femmes sont votre champ. Cultivez-les de la manière que vous entendrez..." (sourate n° 2, verset 223 )(1)

    en comparant la femme à un champ. le le champ n est labouré que pour etre productive d ou les rapport sexuelles ne sont fait que dans les sens de la production, d ou un maniére detourné d interdire la sodomie.

    tu voix un peu ce que je veux dire ? ( faux voir la situation de la femmes a l epoque de l apparition du coran).......

    > liberté des femmes
    20 février 2006 , par marah   [retour au début des forums]
    Satut de la femme en Islam :mythes et réalités

    Bon je soutient teslima pour sa lutte pour la liberté et les droits de la femme et j’affirme aussi qu’une grande partie des femmes dans notre monde sont opprimées et maltraitées. Mais je me dois aussi de défendre l’Islam qui a octroyé à la femme une grande importance (contrairement à ce que l’on croit). En effet, notre prophète (qu’Allah le bénisse et le salue) a toujours incité ses partisans à respecter la femme. D’ailleurs son dernier conseil aux musulmans avant de mourir était de bien les traiter. Pour plus d’informations sur le statut de la femme en Islam, je vous invite à lire cet article
    http://www.musulmane.com/modules.php?name=News&file=article&sid=2


        Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

    © SISYPHE 2002-2005
    http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2011 | |Retour à la page d'accueil |Admin