| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

  Hébergé par                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       Éditions Sisyphe






vendredi 20 avril 2012

Caroline Fourest paie-t-elle le prix du féminisme ou de sa lutte contre les intégrismes religieux ?

par Ana Pak, féministe laïque



Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texte Imprimer ce texte


Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


Les évangéliques brésiliens à l’assaut de la sexualité
Un génocide méconnu : 50 millions de femmes disparues en Inde
La Brigade rose, des femmes indiennes combattantes
52 personnalités féminines du monde réclament un TPI en République Démocratique du Congo
Brève histoire du mouvement féministe tunisien
L’ONU minimise les mutilations sexuelles féminines et maintient le tabou du rôle des religions
Le gouverneur de l’État de New York dépose une « Charte des droits » des femmes pour combattre la discrimination à leur égard
Démocratie sans État laïque ? Le "hold up" des printemps arabes
Acquittement de Pinar Selek annulé - Une décision jamais vue dans l’histoire mondiale du Droit
Honneur aux dissidents anti-fondamentalistes, Chevalier de la Barre d’aujourd’hui
Bosnie - Est-ce justice de ne pas tenir compte du viol en temps de guerre ?
Obama, Madonna et nous
Histoires minuscules des révolutions arabes - Rencontre à Lyon le 19 octobre 2012
À la rencontre d’Annie Sugier - Femmes voilées aux Jeux olympiques (ou Les femmes courent-elles moins vite que les Noirs ?)
Le retour des religions, synonyme du retour du bâton contre les femmes !
Le voile islamique, "symbole culturel" aux Jeux olympiques de Londres
La Commission de la Condition de la femme de l’ONU recule devant les pays qui invoquent les traditions culturelles pour bafouer les droits des femmes
Ana Pak, féministe iranienne en exil : "S’unir dans la classe des femmes"
Pourquoi la question de la Palestine est un enjeu féministe
Le film "Circumstance - En secret" soutient les valeurs masculines
Le piège et l’impasse du féminisme islamique
Le féminisme n’est plus le mouvement révolutionnaire qu’il a été
Sisyphe.org aura 10 ans en 2012 : des changements en cours
Il bat deux femmes ou abat la dignité de toutes les femmes ?
Mettons fin au massacre des femmes – Mettons fin à la lapidation !
Au nom de la démocratie, ce que les laïques et les femmes ont à perdre en Tunisie
Polygamie et charia en Libye - Les femmes se révoltent contre la décision du CNT et s’adressent à l’ONU
Le rôle des femmes dans la contestation sociale en Israël
Affaire Shafia : "crime d’honneur" ou accident ? La Presse
L’intégrisme orthodoxe et la Serbie
Une éducation algérienne : de la révolution à la décennie noire - Conférence de Wassyla Tamzali à Lyon le 30 septembre
Les femmes qui débarrassent le Liban des bombes à fragmentation
Poste de contrôle israélien sur la route de la maternité : lieu de naissance ou de décès ?
Femmes courageuses - Les prix ne vont pas toujours à celles et ceux qui le méritent !
Le féminisme polonais n’est plus ridiculisé
La mobilisation d’un village palestinien force les autorités à amender les lois sur les crimes dits d’honneur
Marie-Andrée Bertrand - Développer, nourrir et enseigner la pensée critique dans une démarche créative
Libérez toutes les prisonnières politiques des prisons israéliennes
Donner aux femmes les moyens de se protéger contre les violences sexuelles lors de conflits armés
Haïti - État de la situation des femmes : pré et post-séisme 2010
Brésil - Les luttes des femmes pour l’égalité et la justice
La démocratie et l’égalité entre les femmes et les hommes
Italie - Mauvais jour pour le sultan Berlusconi : des millions de femmes réclament sa démission
Islam et intégrisme - La liberté de pensée a disparu sous le tapis de prière
Une Irano-Néerlandaise pendue en Iran
Le « viol correctif » en Afrique du Sud
Sud-Soudan - Les femmes ont juré qu’elles ne resteront pas des citoyennes de seconde classe
Que gagneront les Tunisiennes à la révolution dans leur pays ?
Prostitution, point de rencontre entre l’exploitation sexuelle et exploitation économique
La femme grillagée - Chanson
Haïti - La vie après le séisme
La lapidation, forme ultime du contrôle des femmes
Tunisiennes et citoyennes par-dessus tout
L’Iran élu membre de la Commission de la condition de la femme des Nations Unies
Algérie - Le lynchage des femmes de Hassi Messaoud se poursuit
J’ai mal à mon Algérie pour le sort qu’elle réserve à ses femmes
Hassi Messaoud - Halte à la “fatalité” de la terreur à l’encontre des femmes algériennes ! Quoi faire tout de suite
Le voile, symbole de l’instrumentalisation des droits des femmes pour un projet totalitaire
Trois mousquetaires au féminin : Susan B. Anthony, Elizabeth Cady Stanton et Matilda Joslyn Gage
Amnesty et les intégristes : une vieille histoire, l’exemple de l’Algérie
Lettre ouverte au Secrétaire général des Nations Unies concernant la scandaleuse situation lors de la 54ème Commission de la condition de la femme !
Islamisme - Rayhana et les autres
Tuées et lapidées partout dans le monde, les femmes sonnent la révolte
Une femme en colère. Lettre d’Alger aux Européens désabusés
Commémoration des massacres d’Algériens et d’Algériennes le 17 octobre 1961
Arabie saoudite - L’écrivaine contestataire Wajiha Al-Howeidar remet les hommes à leur place
Arabie saoudite - Appel contre le mariage d’une fillette de 10 ans
Appel au soutien contre la mise en place de la charia en France
Egypte - Obama et la prison des identités religieuses
Obama au Caire : une gifle aux femmes qui se battent contre le voile islamique
Un tribunal d’Arabie saoudite condamne une veuve de 75 ans au fouet et à la prison pour "crime de mixité"
Misogynie et géopolitique
Les femmes exigent un nouvel ordre mondial
MGF-excision : une banalisation de la santé des Africaines au Québec ?
Menaces de mort par un groupe de "talibans" contre des fillettes scolarisées au Pakistan
Participation des femmes libanaises à la vie politique : cinq raisons en faveur d’un quota
Shahrzad New, en anglais et en farsi
Une fillette de huit ans séparée de son mari doit craindre pour sa vie
Les femmes chinoises, les oubliées de la modernisation
Les femmes d’Okinawa aux militaires américains : "Cessez de nous violer et retournez chez vous."
7 avril, Journée mondiale contre les crimes d’honneur
Deux décennies de manifestations et d’espoir pour les Femmes en Noir
Quelle a été la situation des femmes en 2007 ?
Attaques à la bombe en Algérie - Appel de citoyens algériens aux organisations citoyennes, aux partis et aux syndicats progressistes
Qu’est-ce que la Résolution 1325 du Conseil de sécurité des Nations Unies ?
Crime d’honneur en Syrie : le gouvernement doit sauver la vie d’une jeune femme ou se faire complice d’un assassin
Le Réseau international de solidarité avec les femmes iraniennes appelle à l’aide
L’Agenda des femmes 2008 - La parole aux filles de 9 à 12 ans
Bhawani Rana, une femme qui se bat pour d’autres
Le pouvoir politique de l’amitié
L’ONU, alliée des femmes ?
De partout des femmes interpellent l’humanité
L’UNICEF demande un meilleur accès à la santé et à l’éducation pour les femmes afghanes
Un héritage scandaleux de l’ONU au Timor
Hidjab, soccer et manipulation
L’application de la charia en France
Une juge allemande s’inspire du Coran pour excuser un mari violent
Père et fils condamnés pour avoir battu une jeune femme au nom de traditions religieuses
Vandalisme chez une dirigeante musulmane canadienne qui critique le port du voile
Un père désespéré appelle à sauver la vie de sa fille
Le mariage forcé tue !
« Nous rejetons la mondialisation néo-libérale et patriarcale »
Au Brésil, 2000 femmes détruisent des pépinières d’eucalyptus et un laboratoire de recherche
Égalité ! Égalité ! Égalité ! ...
Le programme du Hamas : la Charia et la haine des femmes !
Le « féminicide » dans les républiques « maquiladoras »
Le Comité des droits de l’homme de l’ONU blâme sévèrement le Canada pour le traitement infligé aux femmes autochtones et aux détenues
Le message des femmes de la République de Guinée
La libération des femmes n’est pas un luxe réservé aux pays riches
Aung San Suu Kyi, 60 ans, toujours assignée à résidence
"Les femmes ne doivent rien, c’est à elles que l’on doit"
Le passé n’est pas un pays étranger
Ce code algérien de la famille vieux de 20 ans, ça suffit !
Assassinat d’une dirigeante syndicale en Colombie
La colère des femmes contre le viol dans le nord-est de l’Inde
La police du Soudan reçoit une formation sur l’aide aux victimes de violences sexuelles
Appel à la solidarité internationale pour le peuple haïtien
Des groupes de femmes demandent la démission de Miriam Tey, directrice de l’Institut de la Femme en Espagne
La directrice de l’Institut de la Femme édite un livre qui fait l’apologie du viol des femmes et des petites filles
En Iran, un texte de loi sur les droits des femmes soulève un tollé




    « Quand ils sont venus arrêter un juif, je n’ai rien dit, car je n’étais pas un juif. Quand ils sont venus arrêter une communiste, je n’ai rien dit, car je n’étais pas un communiste. Quand ils sont venus arrêter un homosexuel, je n’ai rien dit, car je n’étais pas un homosexuel. Quand ils sont venus m’arrêter, il n’y avait plus personne pour dire quelque chose. » Pasteur Martin Niemöller

L’auteure explique le contexte dans lequel des intellectuel-les et "certaines gauches" ciblent Caroline Fourest, journaliste et féministe engagée contre toutes formes d’intégrisme religieux. Erreur sur la personne ou soutien à l’islamisme politique ? Aussi abandon des femmes qui aspirent à exercer leurs droits fondamentaux et au respect, en France et ailleurs.

***

Pourquoi s’attaquer à Caroline Fourest ? Par ignorance ou par intimidation ?

Caroline Fourest est connue pour ses engagements de lutte contre l’extrême droite et contre le FN. C’est sa spécialité. Elle a écrit et réalisé de nombreuses enquêtes (livres et documentaires) à ce sujet (1). Elle décortique et dénonce les discours de haine des extrémistes, cette haine basée sur la peur et sur le rejet de l’autre. C’est peut-être aussi ce combat qui l’a sensibilisée à une autre haine. La haine basée sur la religion. Discours qui considère l’autre comme impur et qui le condamne à mort, qui veut sa disparition.

Caroline Fourest a très rapidement saisi que les deux extrêmismes - droite et religieux - se rejoignent. Se nourrissent. Sur la scène politique et médiatique, il est rare de trouver une femme ou un homme qui montre tant de lucidité, d’intégrité et de courage pour dénoncer et pour combattre les extrémistes de tous bords.

En Europe et surtout en France, s’il est très facile et même bien vu de dénoncer l’extrême droite traditionnelle, il n’en est pas de même concernant les extrémismes religieux, surtout celui de l’islam. Sur la scène publique, le manque de perspicacité, la paresse intellectuelle, l’absence de conscience politique et la lâcheté d’esprit de beaucoup les conduisent à éviter de critiquer l’islamisme, parce que peut-être « intouchable ».

Et il n’y a personne sur la scène publique et politique qui lutte, comme le fait Caroline Fourest, contre les extrémismes religieux, islamisme y compris. Elle, elle n’esquive pas, ne se détourne pas. Elle combat. En France, mais aussi sur la scène internationale. Dans un documentaire concernant Durban II, cette conférence du « Conseil des Droits de l’Homme » portant sur la lutte contre le racisme, Caroline Fourest a démontré comment sous l’influence de pays membres de l’O.N.U. les plus liberticides comme la Libye de l’époque (aujourd’hui dans les mains d’islamistes pires que jamais), ou l’Égypte (idem) et l’Iran, le Conseil n’a en réalité jamais traité du « racisme », sujet de la conférence, mais s’est attaqué au contraire au thème du « blasphème ».

Ainsi, au lieu de lutter contre l’apartheid sexiste (2), contre l’homophobie ou contre les discriminations touchant les minorités dans ces pays, le Conseil des Droits de l’Homme de l’ONU a attaqué et réduit davantage la liberté d’expression individuelle et collective, comme par exemple le droit de critiquer les religions, qualifié alors de « blasphème ». Ceci dans des pays où l’homosexualité est un crime et est « châtiée » par la peine de mort. Où les femmes sont fouettées pour le port de « mauvais héjab ». Et où, lorsque une personne s’avise de critiquer l’islam ou de changer de religion, tous les autres musulmans sont alors autorisés à l’assassiner.

La religion, instrument politique

Dans le contexte que nous vivons, nous reculons sur le plan des libertés et nous sommes entré-es dans l’ère du capitalisme sauvage. Dans un tel contexte, afin que les riches puissent continuer à s’enrichir comme des sangsues s’attaquant à la vie des autres, il leur faut diviser les peuples et diviser leurs luttes. Il leur faut neutraliser leurs colères.

Quel meilleur outil alors que la religion pour y parvenir ? Par exemple, Sarkozy préparant sa présidence, savait très bien que sa politique capitaliste mettrait des milliers de personnes sur le pavé et engendrerait plus d’exclusion. C’est pourquoi il s’est efforcé de créer le « Conseil français du Culte musulman » (CFCM) dans la pure logique de capitalisme et de destruction des services sociaux, qui nécessite effectivement, pour mieux manipuler les gens, que chaque religion s’occupe de ses pauvres, ou bien à chaque misère, une religion qui vienne fort à propos canaliser les révoltes.

Sarkozy a promulgué très sournoisement une hypocrite loi contre la burqua, alors que c’est justement à cause de ses choix et de ses efforts que toute discussion sur le voile, ce symbole de domination masculine sur le corps des femmes, a été cadenassée. Et aujourd’hui on ne peut que constater la propagande du voile, ce drapeau noir (3).

Sarkozy est allé encore plus loin que l’on pouvait le redouter car il a contribué à faire connaître le congrès annuel de l’Union des Organisations Islamiques de France (l’UOIF). Cette mouvance, sous la tutelle idéologique des Frères musulmans, a considérablement élargi son audience française depuis sa reconnaissance institutionnelle par Nicolas Sarkozy au sein du Conseil français du Culte musulman (CFCM). Le mentor de l’UOIF venait régulièrement en France. Ce ne sera pas le cas cette année en raison de l’alerte publique sur cette organisation lancée par le journaliste Mohamed Sifaoui, alerte qui a été écoutée en raison du contexte dramatique. Ainsi, sous la pression d’un scandale bien légitime, les autorités françaises ont quand même dû faire marche arrière et déclarer le mentor de l’UOIF persona non grata. (4)

Le danger est là, mais depuis des années, et à chaque offensive des islamistes en France, comme par exemple dans l’affaire du voile en 1989 et en 2004, ou dans le cas de l’empoisonnement de l’espace public par le voile, ou encore dans les actes terroristes tels les derniers massacres du criminel de Toulouse, les médias donnent à tous les coups la parole aux représentants des associations pour qu’ils nous bassinent avec des accusations qui condamnent l’« islamophobie ».

Et les hommes politiques ne cessent de répéter leur crainte de « stigmatiser des musulmanes », sans pour autant opérer la moindre réelle distinction entre l’islam fondamentaliste, ultra-réactionnaire, jihadiste-terroriste et les individus qui veulent vivre avec les autres dans la bonne entente, sans prosélytisme, sans anathème contre l’autre et sans imposer leur religion à autrui.

Il faut réaliser qu’en France, la revue Charlie Hebdo, a été attaquée et brûlée, exactement comme l’a été à Téhéran le bureau de l’avocate et ex-juge iranienne (5), militante des droits des femmes et des hommes, Shirine Ebadi.

En revanche, on ne voit en France aucune déclaration ni protestation publique de la part de ces associations tellement repr_sentatives de l’antiracisme, qui se taisent sur ces exactions. Point de vacarme contre ces actes liberticides, seulement un silence étourdissant ! Silence ! Ne stigmatisons pas l’islam ! C’est tout ce qu’ils veulent nous dire.

Caroline Fourest paie-t-elle le prix du féminisme ou de sa lutte contre l’intégrisme religieux ?

En Belgique, la conférence de Caroline Fourest a été sabotée par des gens d’extrême-droite qui marchaient main dans la main avec des islamistes. C’est étonnant de voir comment les mâles, de quelque nationalité et origine qu’ils soient, en Iran ou en Europe, se comportent de la même façon. Ainsi, dans la salle de conférence, pendant que des femmes voilées s’affichaient violemment, les mâles ont cru que ces femmes n’étaient pas suffisamment imposantes pour impressionner l’opinion publique, et ils se sont voilés pour contrer avec plus de force le discours laïque de Caroline Fourest.

Cela me fait penser à une affaire politique survenue en 2010 en Iran, quand le régime islamiste de Téhéran avait eu l’idée de jeter le déshonneur sur un étudiant contestataire en diffusant une photo de lui déguisé en femme voilée (6). Quelques mâles iraniens à l’étranger n’ont alors rien trouvé de mieux pour soutenir ce prisonnier politique que de faire une campagne web de protestation où ils se déguisaient en femmes voilées.

Le problème est que, pour des millions de femmes en Iran, le voile n’est pas un déguisement. C’est une réalité humiliante de tous les jours. Même voilées, les femmes qui protestent contre leur situation sont violées en représailles par « la police d’orientation islamiste » du régime.

Pourquoi Caroline Fourest est-elle tant ciblée par tous ces mouvementes extrémistes de tous bords ? Pourquoi les organisateurs du « Y’a bon Awards (7) » l’ont-ils désignée, elle, comme étant la plus raciste du paysage médiatique français et méritant ainsi ce prix infamant ? Le jury (8) de ce prix ne suit-il pas l’actualité ? Vit-il bien dans cette société ? Sait-il qu’il parle depuis un pays où les discriminations transforment des femmes et des hommes obligés de vivre dans certaines banlieues en véritables exclu-es de la démocratie et de la laïcité ? Sait-il ce jury qu’en France l’antisémitisme et l’homophobie tuent encore et et le sexisme ordinaire tue tous les jours ?

Caroline Fourest ne paie-t-elle pas tout simplement le prix du féminisme ?

Cette mise à l’index de Caroline Fourest par des gens qui se disent « antiracistes » me fait penser à la désignation à la vindicte populaire des féministes en Iran par le régime islamiste de Téhéran. Il les désigne comme les premières et les ennemies les plus dangereuses du régime islamiste, et je pense que pour une fois il n’a pas tort. Car ce sont les féministes qui résistent aux fascismes de tous bords, religieux ou nationaliste.

A priori, pour certains, il y a sans doute des fascismes plus respectables que d’autres et ce jury qui persévère dans une logique d’intimidation médiatique du genre « Touche pas à mon islam ! », n’est-il pas à coté de la plaque ?

C’est avec la même logique que Christine Boutin (9) nous casse les oreilles avec sa « religiophobie » et « catophobie ». A priori, il faut à chaque religion ses pauvres, tout comme une phobie qui impose ses croyances aux autres, ou plutôt d’abus sur les droits humains fondamentaux, pris au nom de ces croyances et grâce à l’ostracisation des résistant-es.

Il est important de savoir qu’en Iran, en mars 1979, lorsque les Iraniennes se sont révoltées contre l’obligation de porter le voile, Khoméni les a taxées d’« islamophobie ». Oui, à chaque fois que des femmes ne se soumettent pas aux mâles, à chaque fois qu’elles prennent position, par exemple contre le voile, elles sont accusées par d’autres personnes d’être des « islamophobes ».

La misogynie au service du facho-islamisme en Europe

Et ici, en Europe, ce sont ces hommes et ces femmes misogynes qui portent de semblables accusations de « racisme » et « d’islamophobie », ceci contre des femmes aspirant à l’accès à leurs droits fondamentaux d’êtres humains et à leur respect.

Oui, nous, femmes iraniennes, algériennes, égyptiennes, afghanes... avons peur de l’islamisme, comme vous, vous pourriez avoir peur et pouvez certainement encore exprimer, relativement librement, de l’aversion pour la religion qu’on vous prête.

Mais, ici en Europe et en France particulièrement, vous entendez pourtant faire taire nos protestations à nous. Apparemment, pour vous, l’islam est plus sacré que « votre religion » et plus « intouchable », mais en réalité, vous êtes dans une attitude méprisante envers des millions de femmes et d’hommes qui aspirent à la dignité et à la liberté et qui luttent contre les lois islamiques, là-bas (Iran Tunisie, Égypte...) et même ici hélas. Pour vous, ces gens-là ne mériteraient-ils pas d’avoir les mêmes droits humains universellement reconnus pour tous ?

Nous qui avons pourtant mis tous nos efforts à résister au facho-islamisme et à le fuir en dernier recours, nous le retrouvons ici, aussi dans nos pays d’accueil, et en France particulièrement, avec ces tentatives d’intimidation de la part de soi-disant intellectuels et de certaines gauches, et ceci avant même que ne pleuvent sur nous les premières attaques des islamistes.

Vous voulez faire taire Caroline Fourest, au nom de l’antiracisme, car elle est la femme politique publique et médiatique qui ose combattre tous les intégrismes, même islamistes ?

Aujourd’hui au nom de la politique de l’autruche, vous faites donc taire Caroline Fourest qui critique les extrémismes, mais demain qui ferez-vous taire ? Ce seront peut-être des homosexuel-les ? Des juifs ? Ou encore d’autres ?

Puis, lorsque les fachos de quelque bord que ce soit vous feront taire, vous, croyez bien que ce sera trop tard pour que quiconque vienne vous aider à crier et vous rende votre liberté.

Alors, décrispez-vous, Caroline Fourest n’exerce que sa conscience de femme libre.

* L’auteure est aussi l’une des éditrice du site Lesbiennes féministes Baham.

Notes

1. Lien vidéo.
2. Apartheid sexiste en Iran : le voilement obligatoire des femmes, la peine de mort des homosexuel-les. Le mépris des intouchables en Inde...
3 : Pour distinguer les juifs, le nazisme les faisaient porter l’étoile jaune », la subordination des femmes se montre par le voile noir.
4. Lien.
5. Lien.
6. Les “Y’a bon Awards” déshonorent l’antiracisme.
Écoutez aussi : Lien.
7. Ce prix, soutenu par les Indivisibles, dit vouloir « épingler de manière ludique un système qui continue à diviser […] en utilisant des peurs racistes à des fins politiques ». Dominique Sopo (président de SOS Racisme), Nicolas Bedos (auteur), Baya Kasmi (scénariste), Michel Leclerc (réalisateur), Guillaume Erner (journaliste), Renaud Dély (journaliste), Tania de Montaigne (écrivaine), Thomas Legrand (journaliste), Darina al-Joundi (comédienne), Patrick Pelloux (urgentiste), Isabelle Alonso (écrivaine), Gérard Miller (psychanalyste).
8. Une des municipalités de la région parisienne donne l’autorisation d’"utilisation des gymnases publics par des associations afin qu’ils puissent y organiser des tournois de basket réservés aux femmes, aux femmes voilées" et pour qu’ils puissent en plus lever des fonds pour soutenir le Hamas.
9. En effet, dès que Madame Boutin essuie des critiques, elle a compris l’astuce et crie aussitôt à la "phobie", ce qui lui attire des sympathies et tout simplement l’indifférence nécessaire pour que personne ne s’interroge sur ses dires ou ses actions.

Mis en ligne sur Sisyphe, le 17 avril 2012

                        Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer         Nous suivre sur Twitter       Nous suivre sur Facebook

Ana Pak, féministe laïque



Plan-Liens Forum

  • Caroline Fourest paie-t-elle le prix du féminisme ou de sa lutte contre les intégrismes religieux ?
    (1/1) 21 avril 2012 , par François Lahab

    rép: jioaparis




  • Caroline Fourest paie-t-elle le prix du féminisme ou de sa lutte contre les intégrismes religieux ?
    21 avril 2012 , par François Lahab   [retour au début des forums]

    Je ne suis pas sûr que ce soit Mohammed Sifaoui qui ait dénoncé la venue de Qaradawi au congrès de l’UOIF au Bourget, à mon sens c’est Riposte Laïque et Marine Le Pen qui l’ont fait : M. Sarkozy a bien dû alors interdire sa venue.

    Pour le reste, je partage les dénonciations de cet article. L’islamisme est une idéologie d’extrême-droite, on peut y déceler des "valeurs" commune : antisémitisme, focalisation sur l’ordre moral, goût pour les rassemblements de foules fanatisées, misogynie, homophobie, fixation sur les questions sexuelles, dénonciation des "apostats" comme "traîtres", refus de la liberté de conscience.

    [Répondre à ce message]


       Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

    © Sisyphe 2002-2013
    . | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2011 | |Retour à la page d'accueil |Admin