| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       






mardi 13 août 2013

L’ONU minimise les mutilations sexuelles féminines et maintient le tabou du rôle des religions

par Mireille Vallette, journaliste indépendante






Écrits d'Élaine Audet



Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


Des Palestiniennes créent une banque de semences pour préserver leur héritage agricole
Misère, domination masculine et oppression : les réfugiées syriennes dans la tourmente
Toute notre solidarité avec les femmes et le peuple kurde - Appel à l’action
Pays arabes - La Dre Alyaa Gad enseigne la santé et la sexualité à une chaîne télé sur Youtube
Appel des femmes kurdes - La mentalité patriarcale de la complicité AKP-DAESH : figure la plus atroce du féminicide
Inde - Les Femmes en Noir, solidaires de la résistance collective à la guerre contre le corps des femmes
L’avortement sexo-sélectif au sein de la communauté indo-espagnole
Femmes, islam et autres ennuis
Les femmes de Turquie partent en guerre contre l’oppression
Teesta Setalvad, l’âme de la lutte pour la laïcité en Inde
Un viol, un assassinat de trop !
Brésil - “Clandestinas”, un documentaire qui brise le silence sur l’avortement clandestin
Bahreïn : des experts de l’ONU appellent à cesser la répression contre les militantes des droits de l’homme
Les femmes et la mission indienne Mars : une photo qui dit plus que 1000 mots
Les évangéliques brésiliens à l’assaut de la sexualité
Un génocide méconnu : 50 millions de femmes disparues en Inde
La Brigade rose, des femmes indiennes combattantes
52 personnalités féminines du monde réclament un TPI en République Démocratique du Congo
Brève histoire du mouvement féministe tunisien
Le gouverneur de l’État de New York dépose une « Charte des droits » des femmes pour combattre la discrimination à leur égard
Démocratie sans État laïque ? Le "hold up" des printemps arabes
Acquittement de Pinar Selek annulé - Une décision jamais vue dans l’histoire mondiale du Droit
Honneur aux dissidents anti-fondamentalistes, Chevalier de la Barre d’aujourd’hui
Bosnie - Est-ce justice de ne pas tenir compte du viol en temps de guerre ?
Obama, Madonna et nous
Histoires minuscules des révolutions arabes - Rencontre à Lyon le 19 octobre 2012
À la rencontre d’Annie Sugier - Femmes voilées aux Jeux olympiques (ou Les femmes courent-elles moins vite que les Noirs ?)
Le retour des religions, synonyme du retour du bâton contre les femmes !
Le voile islamique, "symbole culturel" aux Jeux olympiques de Londres
Caroline Fourest paie-t-elle le prix du féminisme ou de sa lutte contre les intégrismes religieux ?
La Commission de la Condition de la femme de l’ONU recule devant les pays qui invoquent les traditions culturelles pour bafouer les droits des femmes
Ana Pak, féministe iranienne en exil : "S’unir dans la classe des femmes"
Pourquoi la question de la Palestine est un enjeu féministe
Le film "Circumstance - En secret" soutient les valeurs masculines
Le piège et l’impasse du féminisme islamique
Le féminisme n’est plus le mouvement révolutionnaire qu’il a été
Sisyphe.org aura 10 ans en 2012 : des changements en cours
Il bat deux femmes ou abat la dignité de toutes les femmes ?
Mettons fin au massacre des femmes – Mettons fin à la lapidation !
Au nom de la démocratie, ce que les laïques et les femmes ont à perdre en Tunisie
Polygamie et charia en Libye - Les femmes se révoltent contre la décision du CNT et s’adressent à l’ONU
Le rôle des femmes dans la contestation sociale en Israël
Affaire Shafia : "crime d’honneur" ou accident ? La Presse
L’intégrisme orthodoxe et la Serbie
Une éducation algérienne : de la révolution à la décennie noire - Conférence de Wassyla Tamzali à Lyon le 30 septembre
Les femmes qui débarrassent le Liban des bombes à fragmentation
Poste de contrôle israélien sur la route de la maternité : lieu de naissance ou de décès ?
Femmes courageuses - Les prix ne vont pas toujours à celles et ceux qui le méritent !
Le féminisme polonais n’est plus ridiculisé
La mobilisation d’un village palestinien force les autorités à amender les lois sur les crimes dits d’honneur
Marie-Andrée Bertrand - Développer, nourrir et enseigner la pensée critique dans une démarche créative
Libérez toutes les prisonnières politiques des prisons israéliennes
Donner aux femmes les moyens de se protéger contre les violences sexuelles lors de conflits armés
Haïti - État de la situation des femmes : pré et post-séisme 2010
Brésil - Les luttes des femmes pour l’égalité et la justice
La démocratie et l’égalité entre les femmes et les hommes
Italie - Mauvais jour pour le sultan Berlusconi : des millions de femmes réclament sa démission
Islam et intégrisme - La liberté de pensée a disparu sous le tapis de prière
Une Irano-Néerlandaise pendue en Iran
Le « viol correctif » en Afrique du Sud
Sud-Soudan - Les femmes ont juré qu’elles ne resteront pas des citoyennes de seconde classe
Que gagneront les Tunisiennes à la révolution dans leur pays ?
Prostitution, point de rencontre entre l’exploitation sexuelle et exploitation économique
La femme grillagée - Chanson
Haïti - La vie après le séisme
La lapidation, forme ultime du contrôle des femmes
Tunisiennes et citoyennes par-dessus tout
L’Iran élu membre de la Commission de la condition de la femme des Nations Unies
Algérie - Le lynchage des femmes de Hassi Messaoud se poursuit
J’ai mal à mon Algérie pour le sort qu’elle réserve à ses femmes
Hassi Messaoud - Halte à la “fatalité” de la terreur à l’encontre des femmes algériennes ! Quoi faire tout de suite
Le voile, symbole de l’instrumentalisation des droits des femmes pour un projet totalitaire
Trois mousquetaires au féminin : Susan B. Anthony, Elizabeth Cady Stanton et Matilda Joslyn Gage
Amnesty et les intégristes : une vieille histoire, l’exemple de l’Algérie
Lettre ouverte au Secrétaire général des Nations Unies concernant la scandaleuse situation lors de la 54ème Commission de la condition de la femme !
Islamisme - Rayhana et les autres
Tuées et lapidées partout dans le monde, les femmes sonnent la révolte
Une femme en colère. Lettre d’Alger aux Européens désabusés
Commémoration des massacres d’Algériens et d’Algériennes le 17 octobre 1961
Arabie saoudite - L’écrivaine contestataire Wajiha Al-Howeidar remet les hommes à leur place
Arabie saoudite - Appel contre le mariage d’une fillette de 10 ans
Appel au soutien contre la mise en place de la charia en France
Egypte - Obama et la prison des identités religieuses
Obama au Caire : une gifle aux femmes qui se battent contre le voile islamique
Un tribunal d’Arabie saoudite condamne une veuve de 75 ans au fouet et à la prison pour "crime de mixité"
Misogynie et géopolitique
Les femmes exigent un nouvel ordre mondial
MGF-excision : une banalisation de la santé des Africaines au Québec ?
Menaces de mort par un groupe de "talibans" contre des fillettes scolarisées au Pakistan
Participation des femmes libanaises à la vie politique : cinq raisons en faveur d’un quota
Shahrzad New, en anglais et en farsi
Une fillette de huit ans séparée de son mari doit craindre pour sa vie
Les femmes chinoises, les oubliées de la modernisation
Les femmes d’Okinawa aux militaires américains : "Cessez de nous violer et retournez chez vous."
7 avril, Journée mondiale contre les crimes d’honneur
Deux décennies de manifestations et d’espoir pour les Femmes en Noir
Quelle a été la situation des femmes en 2007 ?
Attaques à la bombe en Algérie - Appel de citoyens algériens aux organisations citoyennes, aux partis et aux syndicats progressistes
Qu’est-ce que la Résolution 1325 du Conseil de sécurité des Nations Unies ?
Crime d’honneur en Syrie : le gouvernement doit sauver la vie d’une jeune femme ou se faire complice d’un assassin
Le Réseau international de solidarité avec les femmes iraniennes appelle à l’aide
L’Agenda des femmes 2008 - La parole aux filles de 9 à 12 ans
Bhawani Rana, une femme qui se bat pour d’autres
Le pouvoir politique de l’amitié
L’ONU, alliée des femmes ?
De partout des femmes interpellent l’humanité
L’UNICEF demande un meilleur accès à la santé et à l’éducation pour les femmes afghanes
Un héritage scandaleux de l’ONU au Timor
Hidjab, soccer et manipulation
L’application de la charia en France
Une juge allemande s’inspire du Coran pour excuser un mari violent
Père et fils condamnés pour avoir battu une jeune femme au nom de traditions religieuses
Vandalisme chez une dirigeante musulmane canadienne qui critique le port du voile
Un père désespéré appelle à sauver la vie de sa fille
Le mariage forcé tue !
« Nous rejetons la mondialisation néo-libérale et patriarcale »
Au Brésil, 2000 femmes détruisent des pépinières d’eucalyptus et un laboratoire de recherche
Égalité ! Égalité ! Égalité ! ...
Le programme du Hamas : la Charia et la haine des femmes !
Le « féminicide » dans les républiques « maquiladoras »
Le Comité des droits de l’homme de l’ONU blâme sévèrement le Canada pour le traitement infligé aux femmes autochtones et aux détenues
Le message des femmes de la République de Guinée
La libération des femmes n’est pas un luxe réservé aux pays riches
Aung San Suu Kyi, 60 ans, toujours assignée à résidence
"Les femmes ne doivent rien, c’est à elles que l’on doit"
Le passé n’est pas un pays étranger
Ce code algérien de la famille vieux de 20 ans, ça suffit !
Assassinat d’une dirigeante syndicale en Colombie
La colère des femmes contre le viol dans le nord-est de l’Inde
La police du Soudan reçoit une formation sur l’aide aux victimes de violences sexuelles
Appel à la solidarité internationale pour le peuple haïtien
Des groupes de femmes demandent la démission de Miriam Tey, directrice de l’Institut de la Femme en Espagne
La directrice de l’Institut de la Femme édite un livre qui fait l’apologie du viol des femmes et des petites filles
En Iran, un texte de loi sur les droits des femmes soulève un tollé







Références à l’appui, l’auteure démontre que l’ONU minimise l’importance des mutilations génitales féminines dans le monde et tend à ne les attribuer qu’à quelques pays d’Afrique. Avec la collaboration de Guillaume Aguettant.

La communication de l’ONU sur les mutilations sexuelles féminines est trompeuse. Elle sous-estime le nombre de fillettes excisées, feint d’ignorer la réalité de pays exciseurs telle l’Indonésie, et maintient le strict tabou du rôle des religions. S’il tombait, la réalité apparaîtrait crûment : sans l’intervention active des leaders musulmans auprès des 300 millions de fidèles concernés, le fléau ne disparaîtra pas.

Enquête et appel à la mobilisation !

L’Unicef communique chaque année l’état de la situation des mutilations génitales féminines (MGF). Elle estime que quelque 130 millions de femmes les ont subies dans le monde et que trois millions de fillettes passent chaque année par le couteau de l’exciseuse ou par l’une ou l’autre forme de mutilation. Des chiffres bien au-dessous de la réalité (1).

L’agence onusienne nous annonce aussi que ces mutilations sont partout en diminution. Faux également : dans certains pays, le fléau augmente. L’Unicef nous affirme encore que dans 25 ans, les mutilations auront disparu. Une douce rêverie.

L’hypothèse implicite de ces statistiques, c’est que les pays exciseurs sont connus et répertoriés. Or, seule l’Afrique (et le Yémen) entrent dans cette comptabilité. Parce qu’on n’excise qu’en Afrique ? Non, parce que pour collecter des données représentatives et les intégrer, l’Unicef doit obtenir le feu vert des gouvernements.

Que se passe-t-il au Moyen Orient et en Asie du Sud-Est ? Du premier on ne sait pas grand-chose et la seconde contredit les constats de l’Unicef. En Indonésie et en Malaisie, les mutilations génitales féminines (MGF) sont fréquentes, et en hausse. Et elles participent à la médicalisation croissante de ces pratiques dénoncée par l’OMS.

L’estimation de l’Unicef augmente de 50% !

Les non-dits de l’ONU risquent de conduire une nouvelle fois à des révisions douloureuses. Au milieu des années 2000 déjà, elle a dû avaler une couleuvre de taille : une enquête globale de ses services arrive à la conclusion que les fillettes excisées chaque année en Afrique ne sont pas deux millions, comme elle l’indiquait jusqu’alors, mais trois ! 50% de plus, une nouvelle très discrètement signalée. La fin du fléau avait été prévue pour 2010 (2).
Ce chiffre de trois millions est déjà contestable (3). En se basant sur les naissances des filles chaque année dans les pays d’Afrique, et en prenant le taux le plus bas de mutilations parmi trois enquêtes différentes dans 27 pays d’Afrique, nous obtenons un résultat bien différent : 5,3 millions par an.
Si l’on inclut l’Indonésie avec une hypothèse extrêmement basse (50% de filles mutilées), ce chiffre atteint 6,3 millions.

Ce n’est pas tout. Un an après sa nouvelle estimation, une ONG austro-allemande, Wadi, annonce que les excisions sont largement pratiquées au Kurdistan irakien où quelque 70% des femmes subissent des mutilations. D’autres ethnies du pays sont concernées. Six ans plus tard, l’Irak ne figure toujours pas dans les statistiques : « La question est actuellement examinée par le gouvernement irakien », explique Cody Donahue, spécialiste de la protection des enfants au siège de l’Unicef à New York.

On sait que de nombreux autres pays excisent, mais on n’en connaît pas l’ampleur. C’est le cas des pays suivants : Iran, Emirats Arabes Unis, Oman, Tadjikistan, Maldives, Malaisie, Thaïlande, Inde, Pakistan et, affirme un collaborateur de Wadi dans un bulletin spécial de l’ONU 2013, « d’une manière très organisée et systématique en Indonésie » (4).

Selon deux membres de la même ONG, « le fait que des rapports médicaux directs ne soient disponibles ni pour l’Arabie Saoudite, ni pour un quelconque autre pays de cette région ne signifie pas que les MGF y sont absentes, mais seulement que ces sociétés ne sont pas assez libres pour permettre l’étude de tels problèmes… » (5).

Alors, trois millions, vraiment ? Cody Donahue reconnaît diplomatiquement : « Nous sommes d’accord que ce chiffre est probablement sous-estimé, mais nous ne pouvons le corriger sans l’information requise. » Une nouvelle enquête - et estimation - devrait paraître prochainement.

L’Indonésie mutile couramment et de plus en plus

Il y a les pays muets et les pays où le débat sur les mutilations fait rage, sans qu’il atteigne les oreilles de l’Unicef. C’est le cas de la Malaisie et de l’Indonésie. Ce dernier représente le plus grand pays musulman avec 240 millions d’habitants. Non seulement les MGF y sont largement répandues, mais elles sont en hausse, car de puissants mouvements religieux la promeuvent.

En 2003, une enquête du Conseil sur la population est publiée, « Circoncision féminine en Indonésie » (le terme circoncision est largement utilisé afin de faire croire à une équivalence avec la circoncision masculine) (6). Elle a été conduite auprès de huit des grandes ethnies du pays, d’est en ouest de l’archipel, et la quasi totalité des 1700 femmes concernées ont subi des mutilations.

Quelque 28% de ces femmes ont vécu des pratiques « symboliques », qui seraient exemptes de séquelles. Le malheureux clitoris peut en effet être gratté, frotté, piqué, étiré, brûlé, percé… Symboliques ou non, ces procédures sont clairement classées dans la catégorie « mutilations » par l’OMS.
Les autres femmes interrogées ont vécu une forme plus invasive. « … l’observation directe lors du déroulement de l’étude montre que la pratique des MGF en Indonésie inclut à coup sûr une souffrance réelle, et une coupure génitale dans environ les trois quarts des cas. »

Plus grave, comme dans bien d’autres nations exciseuses, « une médicalisation croissante des mutilations a commencé dans diverses parties du pays ». L’« opération » est généralement pratiquée par des sages-femmes et intégrée dans le forfait des prestations de l’accouchement avec les vaccinations et le perçage des oreilles. Or, « des preuves de cette étude indiquent que les sages-femmes ont tendance à pratiquer des formes plus invasives (…) comme des incisions et excisions ».

Une vaste enquête de l’université Yarsi de Java publiée en 2009 confirme l’essentiel de ces constats, de même qu’un rapport d’Amnesty International en 2010.

Les mutilations officiellement autorisées

En juin 2005, Azrul Azwar, Directeur général des affaires de santé du pays, confirme que la « circoncision féminine » est largement pratiquée dans son pays. Cette même année, les autorités préparent un décret interdisant au personnel médical de la mettre en œuvre (7).

En 2006, le décret paraît. Le Conseil des oulémas, la plus haute autorité islamique et la plus représentative, réplique par une fatwa qui autorise la pratique, tout en la déclarant non-obligatoire. En 2010, c’est l’organisation musulmane considérée comme modérée, Nadhlatul Ulama, qui approuve les mutilations tout en demandant de « ne pas couper trop ». Elle compte 40 millions de membres. Son aile féminine proteste et réclame la suppression des mutilations.

En 2010, le gouvernement se plie aux desiderata des religieux. Un règlement est publié qui autorise les professionnels de la santé à pratiquer les MGF tout en demandant de ne pas couper. Prétexte : l’interdiction pousse les parents à s’adresser à des guérisseuses. L’année suivante, plus de 170 ONG locales et internationales s’indignent de cette autorisation et de la publication de documents officiels qui expliquent au personnel la manière de mutiler les filles.

Le 31 mai 2012, France2diffuse un reportage d’Envoyé spécial intitulé « Islam. Excision en Indonésie : le poids d’une tradition ». L’équipe est allée à Bandung où chaque année lors de l’anniversaire de la mort de Mahomet, plusieurs centaines de petites filles sont excisées sur le pupitre de leur école.

L’intérêt financier pousse hôpitaux et maternités à encourager la pratique, même dans des régions où elle était rare. Les nombreux opposant-es ne font pas le poids contre les religieux dont l’influence est immense dans la population… et donc auprès des politicien-nes.

Un problème qui monte en flèche

Le 18 novembre 2012, la journaliste Abigail Haworth se décide à publier un article sur cette cérémonie de Bandung (8). Elle avait assisté en 2006 à une excision collective, mais des activistes anti-mutilations l’avaient convaincue de se taire pour ne pas entraver leur action. La journaliste constate : « Loin de diminuer, le problème des MGF en Indonésie est monté en flèche. »
Le pays tient à son image de pays moderne. Ses autorités - y compris religieuses - insistent sur le fait que leur « circoncision » n’est pas comparable aux pratiques africaines. La réalité, c’est que dans les 17 000 îles de l’Archipel, il est impossible de connaître l’étendue du mal. Il est sûr en tout cas que les excisions sont innombrables et les conséquences graves.
Partout, le motif de base invoqué par les mères pour poursuivre cette tradition, c’est l’islam. Les raisons avancées sont surtout la réduction d’une libido débridée et une purification, car les organes génitaux des filles seraient « sales ».

En janvier de cette année, Amin Ma’ruf, président du Conseil des oulémas indonésiens, insiste : les MGF sont « une pratique recommandable avec un fondement moral » qui entre dans le cadre des « droits de l’homme ». Elles se pratiquent « en sectionnant la partie qui recouvre le clitoris ». La perspective d’une interdiction par les autorités est farouchement combattue par les religieux (9).

Vu cette situation, comment l’Unicef peut-elle ne pas mentionner l’Indonésie comme un champ inquiétant de présence et de prolifération du fléau ? « Il n’y a pas actuellement de données nationales représentatives », répond Cody Donahue. Et de toute manière, confirme-t-il, « les enquêtes sont le résultat de négociations entre le gouvernement et les agences qui les mettent en œuvre. »

On peut donc lire les lignes suivantes dans le communiqué de l’Unicef de février 2013 : « Des cas (de MGF) ont été documentés au Moyen Orient, en Inde, en Colombie et en Indonésie… »

Des cas…

La Malaisie aussi

La Malaisie (30 millions d’habitants, 18 de musulmans) n’est pas citée dans ce communiqué. Or, sa situation est très comparable à celle de l’Indonésie, et la bataille entre religieux conservateurs et anti-MGF bat son plein. La pratique est largement répandue et sa prévalence est en augmentation.
Pas de progrès rapides sans l’appui des dirigeants musulmans
L’islam radical progresse dans la sphère musulmane. La régression des mœurs qui s’ensuit cible en priorité les femmes et favorise non seulement le maintien, mais l’extension de ces pratiques iniques.

Des treize pays qui excisent plus de 70% de leur population féminine, sept sont presque uniquement musulmans, l’Égypte, le Mali, la Somalie, le Soudan du Nord, Djibouti, la Gambie et la Mauritanie. Ils représentent plus de 140 millions de citoyen-nes.

Les sept autres grand exciseurs sont pluri-religieux : l’Éthiopie (100 millions d’habitants) comprend une majorité orthodoxe et protestante, mais les régions musulmanes (34%) excisent davantage. Autres pays à forte prévalence : l’Érythrée, la Guinée (moitié musulmane, moitié animiste), la Sierra Leone (60% musulmane, 30% animiste), le Burkina Faso (60% de musulmans) et la Guinée Bissau.

Tous les pays exciseurs comprennent des communautés musulmanes.
On peut ajouter aux 140 millions ci-dessus des populations rassemblant 45 à 50 millions de musulmans dans les pays multi-religieux. Et, en étant très prudent, à 110 millions (la moitié de la population) les citoyen-nes indonésien-nes et malaisien-nes. Soit au total dans le monde, une population de près de 300 millions de disciples de Mahomet dans laquelle on mutile, convaincu que la religion l’exige. Mais faire une estimation précise en fonction de ce critère religieux est encore tabou.

Cette prédominance est confirmée par la composition de l’Organisation de la conférence islamique (OCI) : parmi les 35 pays qui excisent, 32 font partie de ce puissant et unique lobby religieux de l’ONU (Irak, Indonésie et Malaisie inclus).

Chrétiens et animistes, qui ne peuvent invoquer un précepte religieux, ont souvent des idées si fantaisistes sur les conséquences d’une non-excision que l’éducation et l’information font leur œuvre. Dans les ethnies et pays musulmans, en revanche, les mutilations peuvent être défendues par la théologie (10). Le Coran n’en dit mot, mais trois hadiths (leur authenticité est controversée) indiquent que Mahomet approuvait l’excision. D’innombrables imams et oulémas s’y réfèrent. Mais quand bien même Mahomet les autoriseraient, les musulmans peuvent-ils se sentir légitimés à poursuivre ces violences ?

Il n’est pas imaginable en tout cas que les mutilations diminuent sérieusement et surtout rapidement sans la mobilisation de ces responsables religieux. Elle serait d’autant plus efficace que les mères souffrent de cette torture infligée à leurs filles et que beaucoup d’hommes seraient prêts à l’abandonner.

Jusqu’ici, on n’a entendu que quelques déclarations générales soutenant les résolutions anti-mutilations dans des conférences internationales. Mais jamais la moindre action d’envergure n’a été entreprise par les leaders et leurs institutions (université Al-Azhar, Conseil des Oulémas, OCI, Organisation islamique pour l’éducation, les sciences et la culture, etc.)
En attendant, sur le terrain, les agences onusiennes et les ONG mènent une lutte courageuse, mais lente, compliquée et chère. Elle consiste à convaincre les leaders d’opinion (dont les imams et oulémas) ainsi que la population de déclarer officiellement leur village « libre d’excision ». Ces quatre dernières années, 10 000 villages qui représentent 8 millions d’habitants l’ont fait… sur quelques centaines de million.

Il serait temps de faire un maximum de pressions sur l’establishment islamique afin qu’il se décide à agir contre ces atrocités. Il serait temps aussi que l’ONU et ses filiales parlent vrai et reconnaissent que la réalité est bien plus grave qu’elles ne l’affirment.

Mireille Vallette (avec la collaboration de Guillaume Aguettant)

- Version en anglais.

Notes

1. De nombreuses agences de l’ONU participent à la lutte contre les excisions. Nous ne citerons que l’Unicef, pour plus de lisibilité et parce que c’est elle qui conduit l’exercice annuel de communication le 6 février, jour de proclamation des « Mutilations sexuelles, tolérance zéro ».
2. http://www.Unicef.org/french/media/media_25043.html
3. Notons que les communiqués de l’Unicef de cette année ne parlent plus des 3 millions de filles excisées chaque année, mais de « 30 millions de moins de 15 ans qui peuvent y être exposées ». Est-ce une préparation à une nouvelle estimation ?
4. Arvid Vormann, bulletin UN Special consacré aux mutilations, février 2013, p. 27
5. Thomas von der Osten-Sacken et Thomas Uwer, « L’excision est-elle un problème islamique ? », Middle East Quarterly, 2007, VO : http://www.meforum.org/article/1629
6. http://pdf.usaid.gov/pdf_docs/PNACU138.pdf
7.http://www.cbc.ca/news/world/story/2005/06/02/circumcision050602.html
8. http://www.guardian.co.uk/society/2012/nov/18/female-genital-mutilation-circumcision-indonesia
9. http://www.asianews.it/news-en/Indonesian-Ulema-in-favour-of-female-circumcision:-a-human-right-26948.html. Pour l’ensemble des événements, voir aussi http://www.irinnews.org/Report/90366/INDONESIA-Female-genital-mutilation-persists-despite-banhttp://www.gatestoneinstitute.org/2452/indonesia-female-genital-mutilation et http://www.asiacalling.org/km/news/indonesia/1559-the-rise-of-female-circumcision-in-indonesia
10.http://www.laicite-educateurs.org/IMG/pdf/amnesty_mutilations.pdf

- Publication originale sur le site Observateurs.ch

Mis en ligne sur Sisyphe, le 18 juin 2013


Partagez cette page.
Share


Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer ce texte   Nous suivre sur Twitter   Nous suivre sur Facebook
   Commenter cet article plus bas.

Mireille Vallette, journaliste indépendante



    Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

© SISYPHE 2002-2013
http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Retour à la page d'accueil |Admin