| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       






lundi 15 juin 2015

L’avortement sexo-sélectif au sein de la communauté indo-espagnole
Traduction : Hélène Banos

par Ana Carbajosa, journal EL PAIS






Écrits d'Élaine Audet



Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


Des Palestiniennes créent une banque de semences pour préserver leur héritage agricole
Misère, domination masculine et oppression : les réfugiées syriennes dans la tourmente
Toute notre solidarité avec les femmes et le peuple kurde - Appel à l’action
Pays arabes - La Dre Alyaa Gad enseigne la santé et la sexualité à une chaîne télé sur Youtube
Appel des femmes kurdes - La mentalité patriarcale de la complicité AKP-DAESH : figure la plus atroce du féminicide
Inde - Les Femmes en Noir, solidaires de la résistance collective à la guerre contre le corps des femmes
Femmes, islam et autres ennuis
Les femmes de Turquie partent en guerre contre l’oppression
Teesta Setalvad, l’âme de la lutte pour la laïcité en Inde
Un viol, un assassinat de trop !
Brésil - “Clandestinas”, un documentaire qui brise le silence sur l’avortement clandestin
Bahreïn : des experts de l’ONU appellent à cesser la répression contre les militantes des droits de l’homme
Les femmes et la mission indienne Mars : une photo qui dit plus que 1000 mots
Les évangéliques brésiliens à l’assaut de la sexualité
Un génocide méconnu : 50 millions de femmes disparues en Inde
La Brigade rose, des femmes indiennes combattantes
52 personnalités féminines du monde réclament un TPI en République Démocratique du Congo
Brève histoire du mouvement féministe tunisien
L’ONU minimise les mutilations sexuelles féminines et maintient le tabou du rôle des religions
Le gouverneur de l’État de New York dépose une « Charte des droits » des femmes pour combattre la discrimination à leur égard
Démocratie sans État laïque ? Le "hold up" des printemps arabes
Acquittement de Pinar Selek annulé - Une décision jamais vue dans l’histoire mondiale du Droit
Honneur aux dissidents anti-fondamentalistes, Chevalier de la Barre d’aujourd’hui
Bosnie - Est-ce justice de ne pas tenir compte du viol en temps de guerre ?
Obama, Madonna et nous
Histoires minuscules des révolutions arabes - Rencontre à Lyon le 19 octobre 2012
À la rencontre d’Annie Sugier - Femmes voilées aux Jeux olympiques (ou Les femmes courent-elles moins vite que les Noirs ?)
Le retour des religions, synonyme du retour du bâton contre les femmes !
Le voile islamique, "symbole culturel" aux Jeux olympiques de Londres
Caroline Fourest paie-t-elle le prix du féminisme ou de sa lutte contre les intégrismes religieux ?
La Commission de la Condition de la femme de l’ONU recule devant les pays qui invoquent les traditions culturelles pour bafouer les droits des femmes
Ana Pak, féministe iranienne en exil : "S’unir dans la classe des femmes"
Pourquoi la question de la Palestine est un enjeu féministe
Le film "Circumstance - En secret" soutient les valeurs masculines
Le piège et l’impasse du féminisme islamique
Le féminisme n’est plus le mouvement révolutionnaire qu’il a été
Sisyphe.org aura 10 ans en 2012 : des changements en cours
Il bat deux femmes ou abat la dignité de toutes les femmes ?
Mettons fin au massacre des femmes – Mettons fin à la lapidation !
Au nom de la démocratie, ce que les laïques et les femmes ont à perdre en Tunisie
Polygamie et charia en Libye - Les femmes se révoltent contre la décision du CNT et s’adressent à l’ONU
Le rôle des femmes dans la contestation sociale en Israël
Affaire Shafia : "crime d’honneur" ou accident ? La Presse
L’intégrisme orthodoxe et la Serbie
Une éducation algérienne : de la révolution à la décennie noire - Conférence de Wassyla Tamzali à Lyon le 30 septembre
Les femmes qui débarrassent le Liban des bombes à fragmentation
Poste de contrôle israélien sur la route de la maternité : lieu de naissance ou de décès ?
Femmes courageuses - Les prix ne vont pas toujours à celles et ceux qui le méritent !
Le féminisme polonais n’est plus ridiculisé
La mobilisation d’un village palestinien force les autorités à amender les lois sur les crimes dits d’honneur
Marie-Andrée Bertrand - Développer, nourrir et enseigner la pensée critique dans une démarche créative
Libérez toutes les prisonnières politiques des prisons israéliennes
Donner aux femmes les moyens de se protéger contre les violences sexuelles lors de conflits armés
Haïti - État de la situation des femmes : pré et post-séisme 2010
Brésil - Les luttes des femmes pour l’égalité et la justice
La démocratie et l’égalité entre les femmes et les hommes
Italie - Mauvais jour pour le sultan Berlusconi : des millions de femmes réclament sa démission
Islam et intégrisme - La liberté de pensée a disparu sous le tapis de prière
Une Irano-Néerlandaise pendue en Iran
Le « viol correctif » en Afrique du Sud
Sud-Soudan - Les femmes ont juré qu’elles ne resteront pas des citoyennes de seconde classe
Que gagneront les Tunisiennes à la révolution dans leur pays ?
Prostitution, point de rencontre entre l’exploitation sexuelle et exploitation économique
La femme grillagée - Chanson
Haïti - La vie après le séisme
La lapidation, forme ultime du contrôle des femmes
Tunisiennes et citoyennes par-dessus tout
L’Iran élu membre de la Commission de la condition de la femme des Nations Unies
Algérie - Le lynchage des femmes de Hassi Messaoud se poursuit
J’ai mal à mon Algérie pour le sort qu’elle réserve à ses femmes
Hassi Messaoud - Halte à la “fatalité” de la terreur à l’encontre des femmes algériennes ! Quoi faire tout de suite
Le voile, symbole de l’instrumentalisation des droits des femmes pour un projet totalitaire
Trois mousquetaires au féminin : Susan B. Anthony, Elizabeth Cady Stanton et Matilda Joslyn Gage
Amnesty et les intégristes : une vieille histoire, l’exemple de l’Algérie
Lettre ouverte au Secrétaire général des Nations Unies concernant la scandaleuse situation lors de la 54ème Commission de la condition de la femme !
Islamisme - Rayhana et les autres
Tuées et lapidées partout dans le monde, les femmes sonnent la révolte
Une femme en colère. Lettre d’Alger aux Européens désabusés
Commémoration des massacres d’Algériens et d’Algériennes le 17 octobre 1961
Arabie saoudite - L’écrivaine contestataire Wajiha Al-Howeidar remet les hommes à leur place
Arabie saoudite - Appel contre le mariage d’une fillette de 10 ans
Appel au soutien contre la mise en place de la charia en France
Egypte - Obama et la prison des identités religieuses
Obama au Caire : une gifle aux femmes qui se battent contre le voile islamique
Un tribunal d’Arabie saoudite condamne une veuve de 75 ans au fouet et à la prison pour "crime de mixité"
Misogynie et géopolitique
Les femmes exigent un nouvel ordre mondial
MGF-excision : une banalisation de la santé des Africaines au Québec ?
Menaces de mort par un groupe de "talibans" contre des fillettes scolarisées au Pakistan
Participation des femmes libanaises à la vie politique : cinq raisons en faveur d’un quota
Shahrzad New, en anglais et en farsi
Une fillette de huit ans séparée de son mari doit craindre pour sa vie
Les femmes chinoises, les oubliées de la modernisation
Les femmes d’Okinawa aux militaires américains : "Cessez de nous violer et retournez chez vous."
7 avril, Journée mondiale contre les crimes d’honneur
Deux décennies de manifestations et d’espoir pour les Femmes en Noir
Quelle a été la situation des femmes en 2007 ?
Attaques à la bombe en Algérie - Appel de citoyens algériens aux organisations citoyennes, aux partis et aux syndicats progressistes
Qu’est-ce que la Résolution 1325 du Conseil de sécurité des Nations Unies ?
Crime d’honneur en Syrie : le gouvernement doit sauver la vie d’une jeune femme ou se faire complice d’un assassin
Le Réseau international de solidarité avec les femmes iraniennes appelle à l’aide
L’Agenda des femmes 2008 - La parole aux filles de 9 à 12 ans
Bhawani Rana, une femme qui se bat pour d’autres
Le pouvoir politique de l’amitié
L’ONU, alliée des femmes ?
De partout des femmes interpellent l’humanité
L’UNICEF demande un meilleur accès à la santé et à l’éducation pour les femmes afghanes
Un héritage scandaleux de l’ONU au Timor
Hidjab, soccer et manipulation
L’application de la charia en France
Une juge allemande s’inspire du Coran pour excuser un mari violent
Père et fils condamnés pour avoir battu une jeune femme au nom de traditions religieuses
Vandalisme chez une dirigeante musulmane canadienne qui critique le port du voile
Un père désespéré appelle à sauver la vie de sa fille
Le mariage forcé tue !
« Nous rejetons la mondialisation néo-libérale et patriarcale »
Au Brésil, 2000 femmes détruisent des pépinières d’eucalyptus et un laboratoire de recherche
Égalité ! Égalité ! Égalité ! ...
Le programme du Hamas : la Charia et la haine des femmes !
Le « féminicide » dans les républiques « maquiladoras »
Le Comité des droits de l’homme de l’ONU blâme sévèrement le Canada pour le traitement infligé aux femmes autochtones et aux détenues
Le message des femmes de la République de Guinée
La libération des femmes n’est pas un luxe réservé aux pays riches
Aung San Suu Kyi, 60 ans, toujours assignée à résidence
"Les femmes ne doivent rien, c’est à elles que l’on doit"
Le passé n’est pas un pays étranger
Ce code algérien de la famille vieux de 20 ans, ça suffit !
Assassinat d’une dirigeante syndicale en Colombie
La colère des femmes contre le viol dans le nord-est de l’Inde
La police du Soudan reçoit une formation sur l’aide aux victimes de violences sexuelles
Appel à la solidarité internationale pour le peuple haïtien
Des groupes de femmes demandent la démission de Miriam Tey, directrice de l’Institut de la Femme en Espagne
La directrice de l’Institut de la Femme édite un livre qui fait l’apologie du viol des femmes et des petites filles
En Iran, un texte de loi sur les droits des femmes soulève un tollé







JPEG - 70.6 ko
Une fille au visage maquillé proteste contre les avortements sélectifs dans la ville de Chandigarh, au nord de l’Inde. Ajay Verma / Reuters

Les femmes indiennes mettent au monde plus de garçons que de filles, selon la première recherche démographique effectuée auprès de la diaspora en Espagne. Les résultats pointent vers une pratique d’avortements sélectifs.

En Espagne, le nombre des naissances de garçons dépasse celui des filles au sein de la communauté indienne. Et la disparité statistique est telle que le harsard seul ne peut l’expliquer. La première enquête sur ce qu’on appelle le cas des « filles perdues » au cœur de la communauté indienne en Espagne révèle la pratique d’avortements sexo-sélectifs (visant à choisir le sexe des nouveau-nés). Les membres de la communauté indo-espagnole reconnaissent leur préférence indiscutable pour un garçon. De leur côté, les professionnel-les de la santé confirment être au courant de cette situation, tout en précisant la difficulté de détecter les pratiques de cette nature. Le cas des "filles perdues" indiennes est un phénomène bien documenté que l’on retrouve dans les diasporas. En Inde, les autorités ont déclaré la guerre à ce qu’on appelle le fœticide pour le choix du sexe.

Libertad González, professeure à l’Université Pompeu Fabra*, a analysé 3 366 naissances de bébés dans des familles indo-espagnoles entre 2007 et 2013. « Le résultat démontre qu’il naît très peu de filles dans les familles indiennes en Espagne. L’explication la plus probable se trouve dans la pratique d’avortements sélectifs en fonction du sexe », explique-t-elle par téléphone depuis les États-Unis où elle est résidente académique. Le 29 mai dernier, au colloque scientifique sur l’Économie des genres COSME ** à Madrid, elle a présenté des données selon lesquelles il naît 100 filles pour 119 garçons. Les données de Gonzalez révèlent aussi que la différence entre les naissances de garçons et de filles est beaucoup plus élevée dans le cas du deuxième et du troisième enfant, mais presque pas perceptible dans le cas des premiers-nés. Au cours de la période étudiée, il y aurait eu environ 200 « filles perdues », selon ses calculs. Au Ministère de la Santé, on assure qu’en Espagne les données sur les avortements ventillées selon l’origine de la communauté ne sont pas publiques.

Environ 40 500 personnes de nationalité indienne vivent en Espagne, selon les données de l’Institut national des statistiques. Une grande partie a émigré durant la dernière décennie et provient de régions du nord de l’Inde où les avortements sélectifs se pratiquent le plus fréquemment. « Bien que nous soyons en Espagne, la mentalité de beaucoup d’Indiens relativement à la préférence pour les garçons ne change pas », pense Meelan Rami, médiatrice interculturelle de l’Hôpital Mar de Barcelone. Elle affirme que, dans ce centre hospitalier, on ne voit pas de cas d’avortements sélectifs, mais qu’en dehors c’est tout autre chose. « J’ai eu connaissance du cas d’une femme ayant trois filles et, lorsqu’elle est devenue enceinte pour une quatrième fois, elle a voulu avorter, mais elle avait dépassé les 20 semaines. Elle est donc allée en Inde pour avorter, mais sans succès. Finalement, son cinquième enfant était un garçon, qui pourrait donc hériter. » Rami explique que plusieurs femmes optent pour un voyage en Inde.

Une médiatrice interculturelle pakistanaise vivant en Catalogne, et qui préfère garder l’anonymat, raconte qu’une femme indienne et son mari se sont présentés au centre de santé. Ils avaient déjà une fille, et la mère était enceinte de 12 semaines : « Ils voulaient connaître le sexe du bébé. La gynécologue leur dit alors qu’il fallait attendre à l’échographie suivante. Le mari a répondu que si c’était une fille, la femme avorterait. Ce fut le cas et il y eut avortement. Lors de la grossesse suivante, c’était un garçon ». Entre les grossesses, la médiatrice a perdu la trace du couple. « En consultation, nous avions mentionné des médicaments abortifs. Mais l’homme a dit qu’il allait faire venir un ami de l’Inde. »

Les Indiens résidant en Espagne corroborent l’indiscutable préférence pour les garçons, bien qu’ils assurent ne connaître aucun cas d’avortement sélectif. « Le fils sera l’héritier », explique Kanmar Zamar, traducteur officiel du Punjab. Madou Shawkatramni, gérant d’un magasin de téléphones cellulaires à Madrid, croit que la mentalité change très rapidement et que la préférence pour les filles obéit à une mentalité traditionnelle moins ancrée chez ceux qui émigrent.

« Cependant, encore de nos jours, la femme en se mariant fait partie de la famille de son mari et tu la perds après avoir dépensé un fortune pour sa dot. J’ai des amis qui sont grands-parents et qui sont encore en train de payer la dot. » Il raconte qu’au sein de la communauté, chacun livre son secret alimentaire ou encore vérifie quelles sont les meilleures influences lunaires favorables pour concevoir un garçon.

Le cas de l’Espagne n’est pas unique. En 2012, les Nations Unies évaluaient qu’il pourrait y avoir dans le monde environ 117 millions de « filles perdues » (en raison d’avortements sexo-sélectifs), la majeure partie indiennes et chinoises. En Inde, le gouvernement a approuvé en 1994 une loi afin de freiner les avortements sexo-sélectifs au moyen d’un contrôle exhaustif des équipes de diagnostic. Les Indiens des diasporas reproduisent le même schéma de natalité, selon Christophe Guilmoto, démographe de l’Institut de recherches pour le Développement de Paris, et spécialiste mondial en matière de sélection prénatale du sexe de l’enfant. « La sélection du sexe de l’enfant est la principale explication des avortements sélectifs dans le monde entier. » Il précise qu’au Royaume-Uni et aux États-Unis, les statistiques reflètent une préférence en faveur des garçons. Il indique aussi qu’en Grande-Bretagne, « avec le passage du temps, la répartition des sexes ressemble de plus en plus aux naissances chez les natifs. »

Occasionnellement, le sexe du bébé peut être identifié avant la quatorzième semaine, période pendant laquelle la loi espagnole prévoit encore l’avortement. Parfois, il faut attendre davantage, nous disent les spécialistes. Néanmoins, les laboratoires offrent de plus en plus sur internet des examens pour révéler le sexe avant. Avec l’échographie, tout dépend de l’habileté de l’obstétricien et de la performance de la machine, mais avec le sang de la mère on peut déterminer de manière fiable le sexe de l’enfant dès la dixième semaine », explique Javier Garcia Planells, président de l’Association espagnole de diagnostic prénatal.

Santiago Barambio est gynécologue à la Clinique Tutor Médica de Barcelone spécialisée en interruption de grossesse ; il raconte qu’il a vu, lors d’une consultation à son bureau, « un homme pleurer parce qu’il aurait une fille et que la marier lui coûterait terriblement cher. » Il n’a pas de preuves soutenant la thèse de l’avortement sélectif, car en raison de la loi actuelle, on n’est pas tenu de donner de motif pour justifier un avortement avant la quatorzième semaine, et des indices laissent penser qu’il y a des avortements clandestins et médicamentés.

« Il est très difficile de lutter contre cela », dit-il. Lors de l’adoption de la Loi en 2010, anticipant les situations qui existaient déjà dans d’autres pays, ce médecin avait proposé en vain de rendre illégal l’avortement sexo-sélectif (pour motif de genre).

* • Universitat Pompeu Fabra - Plaça de la Mercè, 10, 08002 Barcelona, Espagne +34 935 42 20 00
COSME.

- Article original : « El misterio de ‘las niñas perdidas’ llega a España », dans journal EL PAIS, Madrid, le 27 mai 2015. Traduit par Hélène Banos.

- Sur le même sujet (autres articles parus dans le même journal)
• "Más de dos millones de mujeres ’desaparecen’ cada año - Plus de deux millions de femmes « disparaissent » chaque année"
• "India prohíbe las ecografías para evitar el aborto selectivo de niñas - L’Inde interdit les échographies afin d’éviter les avortements sélectifs visant les filles"
. "Por cada niña, un bosque - Boisé pour chaque fille"
. "Cunas contra el aborto de niñas - India prepara una red de orfanatos con el fin de proporcionar una alternativa a la interrupción de los embarazos". Cet article traite de mesures prises par l’Inde contre les avortements ciblant le bébé fille. Le gouvernement propose des orphelinats comme solution alternative aux interruptions de grossesse (des berceaux pour recevoir ces bébés filles qui seraient abandonnés par les parents).

Mis en ligne sur Sisyphe, le 15 juin 2015


Partagez cette page.
Share


Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer ce texte   Nous suivre sur Twitter   Nous suivre sur Facebook
   Commenter cet article plus bas.

Ana Carbajosa, journal EL PAIS


modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


    Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

© SISYPHE 2002-2015
http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Retour à la page d'accueil |Admin