| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       






vendredi 6 mars 2015

Teesta Setalvad, l’âme de la lutte pour la laïcité en Inde

par Marieme Helie Lucas, sociologue et coordonnatrice de Secularism Is A Women’s Issue






Écrits d'Élaine Audet



Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


Des Palestiniennes créent une banque de semences pour préserver leur héritage agricole
Misère, domination masculine et oppression : les réfugiées syriennes dans la tourmente
Toute notre solidarité avec les femmes et le peuple kurde - Appel à l’action
Pays arabes - La Dre Alyaa Gad enseigne la santé et la sexualité à une chaîne télé sur Youtube
Appel des femmes kurdes - La mentalité patriarcale de la complicité AKP-DAESH : figure la plus atroce du féminicide
Inde - Les Femmes en Noir, solidaires de la résistance collective à la guerre contre le corps des femmes
L’avortement sexo-sélectif au sein de la communauté indo-espagnole
Femmes, islam et autres ennuis
Les femmes de Turquie partent en guerre contre l’oppression
Un viol, un assassinat de trop !
Brésil - “Clandestinas”, un documentaire qui brise le silence sur l’avortement clandestin
Bahreïn : des experts de l’ONU appellent à cesser la répression contre les militantes des droits de l’homme
Les femmes et la mission indienne Mars : une photo qui dit plus que 1000 mots
Les évangéliques brésiliens à l’assaut de la sexualité
Un génocide méconnu : 50 millions de femmes disparues en Inde
La Brigade rose, des femmes indiennes combattantes
52 personnalités féminines du monde réclament un TPI en République Démocratique du Congo
Brève histoire du mouvement féministe tunisien
L’ONU minimise les mutilations sexuelles féminines et maintient le tabou du rôle des religions
Le gouverneur de l’État de New York dépose une « Charte des droits » des femmes pour combattre la discrimination à leur égard
Démocratie sans État laïque ? Le "hold up" des printemps arabes
Acquittement de Pinar Selek annulé - Une décision jamais vue dans l’histoire mondiale du Droit
Honneur aux dissidents anti-fondamentalistes, Chevalier de la Barre d’aujourd’hui
Bosnie - Est-ce justice de ne pas tenir compte du viol en temps de guerre ?
Obama, Madonna et nous
Histoires minuscules des révolutions arabes - Rencontre à Lyon le 19 octobre 2012
À la rencontre d’Annie Sugier - Femmes voilées aux Jeux olympiques (ou Les femmes courent-elles moins vite que les Noirs ?)
Le retour des religions, synonyme du retour du bâton contre les femmes !
Le voile islamique, "symbole culturel" aux Jeux olympiques de Londres
Caroline Fourest paie-t-elle le prix du féminisme ou de sa lutte contre les intégrismes religieux ?
La Commission de la Condition de la femme de l’ONU recule devant les pays qui invoquent les traditions culturelles pour bafouer les droits des femmes
Ana Pak, féministe iranienne en exil : "S’unir dans la classe des femmes"
Pourquoi la question de la Palestine est un enjeu féministe
Le film "Circumstance - En secret" soutient les valeurs masculines
Le piège et l’impasse du féminisme islamique
Le féminisme n’est plus le mouvement révolutionnaire qu’il a été
Sisyphe.org aura 10 ans en 2012 : des changements en cours
Il bat deux femmes ou abat la dignité de toutes les femmes ?
Mettons fin au massacre des femmes – Mettons fin à la lapidation !
Au nom de la démocratie, ce que les laïques et les femmes ont à perdre en Tunisie
Polygamie et charia en Libye - Les femmes se révoltent contre la décision du CNT et s’adressent à l’ONU
Le rôle des femmes dans la contestation sociale en Israël
Affaire Shafia : "crime d’honneur" ou accident ? La Presse
L’intégrisme orthodoxe et la Serbie
Une éducation algérienne : de la révolution à la décennie noire - Conférence de Wassyla Tamzali à Lyon le 30 septembre
Les femmes qui débarrassent le Liban des bombes à fragmentation
Poste de contrôle israélien sur la route de la maternité : lieu de naissance ou de décès ?
Femmes courageuses - Les prix ne vont pas toujours à celles et ceux qui le méritent !
Le féminisme polonais n’est plus ridiculisé
La mobilisation d’un village palestinien force les autorités à amender les lois sur les crimes dits d’honneur
Marie-Andrée Bertrand - Développer, nourrir et enseigner la pensée critique dans une démarche créative
Libérez toutes les prisonnières politiques des prisons israéliennes
Donner aux femmes les moyens de se protéger contre les violences sexuelles lors de conflits armés
Haïti - État de la situation des femmes : pré et post-séisme 2010
Brésil - Les luttes des femmes pour l’égalité et la justice
La démocratie et l’égalité entre les femmes et les hommes
Italie - Mauvais jour pour le sultan Berlusconi : des millions de femmes réclament sa démission
Islam et intégrisme - La liberté de pensée a disparu sous le tapis de prière
Une Irano-Néerlandaise pendue en Iran
Le « viol correctif » en Afrique du Sud
Sud-Soudan - Les femmes ont juré qu’elles ne resteront pas des citoyennes de seconde classe
Que gagneront les Tunisiennes à la révolution dans leur pays ?
Prostitution, point de rencontre entre l’exploitation sexuelle et exploitation économique
La femme grillagée - Chanson
Haïti - La vie après le séisme
La lapidation, forme ultime du contrôle des femmes
Tunisiennes et citoyennes par-dessus tout
L’Iran élu membre de la Commission de la condition de la femme des Nations Unies
Algérie - Le lynchage des femmes de Hassi Messaoud se poursuit
J’ai mal à mon Algérie pour le sort qu’elle réserve à ses femmes
Hassi Messaoud - Halte à la “fatalité” de la terreur à l’encontre des femmes algériennes ! Quoi faire tout de suite
Le voile, symbole de l’instrumentalisation des droits des femmes pour un projet totalitaire
Trois mousquetaires au féminin : Susan B. Anthony, Elizabeth Cady Stanton et Matilda Joslyn Gage
Amnesty et les intégristes : une vieille histoire, l’exemple de l’Algérie
Lettre ouverte au Secrétaire général des Nations Unies concernant la scandaleuse situation lors de la 54ème Commission de la condition de la femme !
Islamisme - Rayhana et les autres
Tuées et lapidées partout dans le monde, les femmes sonnent la révolte
Une femme en colère. Lettre d’Alger aux Européens désabusés
Commémoration des massacres d’Algériens et d’Algériennes le 17 octobre 1961
Arabie saoudite - L’écrivaine contestataire Wajiha Al-Howeidar remet les hommes à leur place
Arabie saoudite - Appel contre le mariage d’une fillette de 10 ans
Appel au soutien contre la mise en place de la charia en France
Egypte - Obama et la prison des identités religieuses
Obama au Caire : une gifle aux femmes qui se battent contre le voile islamique
Un tribunal d’Arabie saoudite condamne une veuve de 75 ans au fouet et à la prison pour "crime de mixité"
Misogynie et géopolitique
Les femmes exigent un nouvel ordre mondial
MGF-excision : une banalisation de la santé des Africaines au Québec ?
Menaces de mort par un groupe de "talibans" contre des fillettes scolarisées au Pakistan
Participation des femmes libanaises à la vie politique : cinq raisons en faveur d’un quota
Shahrzad New, en anglais et en farsi
Une fillette de huit ans séparée de son mari doit craindre pour sa vie
Les femmes chinoises, les oubliées de la modernisation
Les femmes d’Okinawa aux militaires américains : "Cessez de nous violer et retournez chez vous."
7 avril, Journée mondiale contre les crimes d’honneur
Deux décennies de manifestations et d’espoir pour les Femmes en Noir
Quelle a été la situation des femmes en 2007 ?
Attaques à la bombe en Algérie - Appel de citoyens algériens aux organisations citoyennes, aux partis et aux syndicats progressistes
Qu’est-ce que la Résolution 1325 du Conseil de sécurité des Nations Unies ?
Crime d’honneur en Syrie : le gouvernement doit sauver la vie d’une jeune femme ou se faire complice d’un assassin
Le Réseau international de solidarité avec les femmes iraniennes appelle à l’aide
L’Agenda des femmes 2008 - La parole aux filles de 9 à 12 ans
Bhawani Rana, une femme qui se bat pour d’autres
Le pouvoir politique de l’amitié
L’ONU, alliée des femmes ?
De partout des femmes interpellent l’humanité
L’UNICEF demande un meilleur accès à la santé et à l’éducation pour les femmes afghanes
Un héritage scandaleux de l’ONU au Timor
Hidjab, soccer et manipulation
L’application de la charia en France
Une juge allemande s’inspire du Coran pour excuser un mari violent
Père et fils condamnés pour avoir battu une jeune femme au nom de traditions religieuses
Vandalisme chez une dirigeante musulmane canadienne qui critique le port du voile
Un père désespéré appelle à sauver la vie de sa fille
Le mariage forcé tue !
« Nous rejetons la mondialisation néo-libérale et patriarcale »
Au Brésil, 2000 femmes détruisent des pépinières d’eucalyptus et un laboratoire de recherche
Égalité ! Égalité ! Égalité ! ...
Le programme du Hamas : la Charia et la haine des femmes !
Le « féminicide » dans les républiques « maquiladoras »
Le Comité des droits de l’homme de l’ONU blâme sévèrement le Canada pour le traitement infligé aux femmes autochtones et aux détenues
Le message des femmes de la République de Guinée
La libération des femmes n’est pas un luxe réservé aux pays riches
Aung San Suu Kyi, 60 ans, toujours assignée à résidence
"Les femmes ne doivent rien, c’est à elles que l’on doit"
Le passé n’est pas un pays étranger
Ce code algérien de la famille vieux de 20 ans, ça suffit !
Assassinat d’une dirigeante syndicale en Colombie
La colère des femmes contre le viol dans le nord-est de l’Inde
La police du Soudan reçoit une formation sur l’aide aux victimes de violences sexuelles
Appel à la solidarité internationale pour le peuple haïtien
Des groupes de femmes demandent la démission de Miriam Tey, directrice de l’Institut de la Femme en Espagne
La directrice de l’Institut de la Femme édite un livre qui fait l’apologie du viol des femmes et des petites filles
En Iran, un texte de loi sur les droits des femmes soulève un tollé







Je veux parler ici de Teesta Setalvad, juriste, journaliste et féministe, qui joue un rôle significatif dans la lutte pour la laïcité et les droits des personnes persécutées en Inde. Pour bien saisir l’envergure de son combat, je décrirai d’abord brièvement le contexte politique et communautariste de l’Inde.

L’Inde bâtie sur le communautarisme

La façon dont l’Inde a accédé à l’indépendance en 1947 a, aujourd’hui encore, des conséquences dévastatrices.

La Fédération indienne s’est bâtie sur la partition du sous-continent lors de sa décolonisation. Avec l’aval de l’Empire britannique, trois pays se sont créés sur ses ruines, selon des critères de regroupement religieux, linguistiques et ethniques : l’Inde pour les hindous, le Pakistan, de langue ourdoue, et le Bangladesh, de langue bengalie, (alors dénommés Pakistan occidental et Pakistan oriental) pour les musulmans. Certes, chacun de ces pays a affirmé haut et fort que les minorités de ‘l’autre’ religion seraient bien accueillies, mais en fait la partition du sous-continent a donné lieu à un nettoyage intercommunautaire de très grande ampleur, dont le traumatisme reste très présent dans l’esprit de tous et de toutes.

Bâtie donc sur le communautarisme, l’Inde maltraite ses diverses minorités (voir les récentes attaques contre les églises, les couvents et les chrétiens), et en particulier sa minorité musulmane (environ 180 millions soit 20% de la population), d’une part, de façon très classique, par la discrimination dans l’éducation, l’emploi, le logement, mais aussi par des pogroms qui, très régulièrement, endeuillent le pays. La droite religieuse hindouiste les encourage, voire les planifie. Ses troupes de choc sont organisées sur le modèle de celles des Nazis, et les leaders hindouistes ne cachent pas leur filiation hitlérienne historique. Dire que la situation a empiré sous le règne de l’actuel Premier ministre hindouiste Modi serait un euphémisme.

Certes, l’Inde se proclame un pays laïque, mais il faut entendre ici par laïcité non pas la séparation du religieux et de l’État, mais le fait, pour l’État, de traiter équitablement les diverses représentations des religions. C’est en fait la définition héritée de la colonisation britannique. Rappelons-le, l’Angleterre est dirigée par une reine qui est également chef de l’Église anglicane.

Ainsi, en Inde, les différentes communautés religieuses sont régies par différentes lois de statut personnel – lois qui ne sont pas débattues au parlement ni votées par le peuple, mais imposées par les clercs, au nom de dieu.

Les féministes indiennes et la laïcité

Dans les années 70 et 80, les féministes indiennes ont bien essayé de se battre contre ces législations communautaristes qui affectent spécifiquement les femmes puisqu’elles touchent au mariage, au divorce, à la pension alimentaire, à la garde des enfants, à l’héritage, etc. Elles ont alors réclamé un même code civil pour toutes et tous (‘uniform civil code’), donnant aux femmes - à toutes les femmes quelle que soit leur religion - les droits universels que la CEDAW leur reconnaît.

Elles ont reculé lorsque la droite hindouiste s’est emparé de ce projet pour promouvoir, sous couleur de laïcité, la loi de statut personnel hindoue. Bien entendu, c’est celle que la majorité hindoue en Inde considère comme la plus avancée, celle sur laquelle les minorités doivent donc s’aligner ! On voit un phénomène identique se mettre en place en France ces dernières années, avec le Front national tentant de récupérer à son profit – et clairement contre la minorité musulmane – le concept de laïcité.

C’est dans ce contexte de manipulation politicienne de la laïcité par l’extrême droite hindouiste que les féministes ont abandonné le projet laïque en Inde.

La lutte pour la laïcité au temps des guerres de religion

Mais pas toutes les féministes. Une jeune femme de Bombay a repris le flambeau – et le paie aujourd’hui très cher !

Teesta Setalvad, juriste et journaliste, et son mari Javed Anand, lui aussi journaliste, ont créé deux initiatives remarquables, dès le début des années 90, il y a donc déjà 25 ans.

D’abord un magazine, fort justement appelé Communalism Combat (Combat Contre le Communautarisme), qui propage les analyses anti-communauristes et recense les initiatives laïques.

Après la démolition de la Mosquée Babri par les intégristes hindouistes en décembre 1992 et les violences anti-musulmanes qui s’ensuivirent, - en particulier les pogroms contre les musulmans à Bombay (Mumbai) en 1993 pendant lesquels ceux-ci se faisaient assassiner dans la rue par les foules en furie (officiellement 900 morts) -, Teesta et Javed (l’une de tradition familiale hindoue, l’autre de tradition familiale musulmane, et tous deux laïques déterminé-es) quittèrent leurs emplois lucratifs dans la grande presse pour fonder ce magazine contre l’intolérance et la violence communautariste.

Puis, une organisation nommée ‘Khoj – éducation pour une Inde plurielle’, qui se déplace à la demande dans les écoles primaires et secondaires et organise des modules de formation des enseignant-es à l’éducation laïque.

Le tournant décisif des massacres au Gujarat

Au moment des massacres de musulmans dans l’État de Gujarat en 2002, Teesta prit la tête des initiatives pour venir en aide aux survivant-es. Elle fut immédiatement sur les lieux, et épouvantée et révoltée par l’ampleur de l’horreur et par les récits des survivants, elle entreprit de les défendre en justice.

Pendant trois jours, au moins 2000 musulman-es furent assassiné-es, des femmes violées, des enfants brulés vifs. Un véritable exode s’ensuivit : de 140 000 à 200 000 personnes s’enfuirent, abandonnant tout ce qu’elles possédaient. Ces carnages se poursuivirent pendant trois mois. Le chef de l’État du Gujarat, sous la responsabilité duquel ces carnages purent s’accomplir, était le représentant du parti hindouiste BJP, Narendra Modi, qui est depuis devenu Premier ministre de la Fédération indienne.

C’est dire que Teesta s’est attaquée à forte partie. Et c’est une première en Inde.

Comme elle le dit elle-même, c’est une chose de recueillir des témoignages, de compiler des renseignements et des dossiers, et même de les publier, comme le font les organisations de droits humains, et c’en est une autre d’aller en justice, de demander réparation auprès des tribunaux et que la responsabilité des auteurs de crimes soit publiquement reconnue – surtout s’il s’agit des dirigeants d’un État. Peu d’avocat-es des droits humains prennent ce risque : Teesta l’a pris.

‘Citizens for Justice and Peace’ (Citoyens pour la Justice et pour la Paix), créé par Teesta en 2002 après les massacres au Gujarat, subit depuis une véritable chasse aux sorcières destinée à la réduire au silence. CJP chérit le principe pluraliste de la démocratie et de la laïcité en Inde, se consacre à rendre justice aux victimes sans distinction de caste ou de croyance religieuse et à faire punir les auteurs des crimes de masse, qu’il s’agisse de violence au nom des communautés ou des castes, ou d’actes de terreur.

Teesta a déjà porté en justice 68 cas de victimes au Gujarat, malgré d’incroyables difficultés et menaces. Grâce à son action, - et à la courte honte de la Justice dans l’État du Gujarat -, des plaintes ont été transférées hors de l’État, pour s’assurer de l’indépendance des tribunaux. Des condamnations ont été prononcées, dont celles de ministres en exercice. L’actuel Premier ministre de l’Inde – pour des actes commis lorsqu’il était chef de l’État du Gujarat - est mis directement en cause dans le procès intenté par Zakia Jafri, la veuve d’un ex-parlementaire qui fut brûlé vif dans sa maison, malgré les appels au secours téléphoniques à ses collègues et au chef de l’État, réclamant leur protection. Bien des choses laissent penser que ce massacre fut orchestré au plus haut niveau, avec la complicité de nombreux services de l’État - et qu’il faut donc absolument faire taire Teesta.

Répression sous le gouvernement fédéral du BJP

Depuis 2002, Teesta a subi d’innombrables menaces et manoeuvres afin de la discréditer et de lui faire abandonner le combat. Depuis plusieurs années, des gardes armés doivent en permanence la protéger, pour prévenir un éventuel assassinat par des intégristes hindouistes. La juriste a aussi été traînée en justice plusieurs fois, et en est toujours sortie la tête haute.

Récemment, on vient de l’accuser de malversation. Mais cette fois-ci, l’État du Gujarat, qui aurait pu et dû se contenter de ses livres de comptes, de ses talons de chèques et relevés bancaires – toutes preuves qu’elle leur a d’ailleurs fournies -, exigeait qu’elle et son mari Javed soient d’abord emprisonnés pour interrogatoire ! On peut imaginer leur angoisse.

Tous deux se sont adressés à la Cour suprême de l’Inde, demandant que leur liberté soit garantie. La Cour a statué en leur faveur, il y a quelques jours seulement, au grand soulagement de Teesta, de Javed et de leurs ami-es et supporteur-es : en effet, les interrogatoires en prison ont fort mauvaise réputation en Inde et l’on craignait beaucoup pour leur sécurité.

Teesta et Javed sont donc repartis à Bombay faire face à ce nouveau procès inique et vont tenter d’obtenir que leur cas soit jugé hors de l’État du Gujarat. L’étau se resserre sur Teesta, et sa bataille contre le communautarisme, pour la justice et la laïcité est loin d’être terminée : elle aura encore besoin longtemps de soutien national et international.

Pour entendre cette femme exceptionnelle, passée au feu d’épreuves qui en auraient fait taire plus d’une, et qui craint à juste titre pour sa liberté et pour sa vie, il faut écouter (en anglais), cette magnifique interview donnée pendant qu’elle attendait anxieusement à Delhi la décision de la Cour suprême lui évitant l’incarcération et probablement la torture. Sa clarté politique, son intégrité intellectuelle, son dévouement sans bornes envers les victimes du communautarisme, sa foi en la laïcité, pourraient nous inspirer toutes et tous.

- 
Video Interviews with Teesta Setalvad on Denial of Anticipatory Bail by the Gujarat High Court

- Autres renseignements sur IBNLIVE et sur la page Facebook de Teesta Setalvad.

Mis en ligne sur Sisyphe, le 1 mars 2015


Partagez cette page.
Share


Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer ce texte   Nous suivre sur Twitter   Nous suivre sur Facebook
   Commenter cet article plus bas.

Marieme Helie Lucas, sociologue et coordonnatrice de Secularism Is A Women’s Issue
http://siawi.org

Marieme Helie Lucas, sociologue algérienne, a fondé avec d’autres femmes le Réseau international de solidarité Femmes Sous Lois Musulmanes et elle est la coordonnatrice de Secularism Is A Women’s Issue.


modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


    Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

© SISYPHE 2002-2015
http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Retour à la page d'accueil |Admin